Le Fléau : les premières critiques de la pandémie horrifique de Stephen King sont là

Maya Boukella | 15 décembre 2020
Maya Boukella | 15 décembre 2020

Les premières critiques de la série le Fléau, le cauchemar pandémique de Stephen King, sont là.

Le Fléau compte parmi ces projets dont le contexte de sortie fait partie intégrante de leur récit. Quoi de mieux qu'un monde rongé par d'interminables mois de pandémie pour accueillir cette série décrivant une humanité décimée à 99% par un virus ? La série en neuf épisodes, nouvelle adaptation de l'un des chefs-d'oeuvre de Stephen King a reçu ses premières critiques. De quoi découvrir si les liens que l'on peut faire entre la série et la vie réelle agissent comme un gage de qualité, ou au contraire, ne suffisent pas à convaincre.

Spoiler : quasiment unanimement tièdes, les critiques tendent plutôt vers la deuxième option. Revue de presse.

 

photo2020

 

"Il est juste de se demander si le monde avait besoin d'une autre adaptation télévisée du Fléau (il y a eu une version de 1994 avec Gary Sinise et Molly Ringwald), surtout quand la pandémie COVID-19 continue de faire rage autour de nous. Si ce n'était qu'un rappel du monde qui nous entoure, la réponse pourrait être non. Mais si on l'aborde comme une diversion intrigante, elle fonctionne." AZ Central

"Le Fléau se situe quelque part entre Utopia et  The Walking Dead. Plus classique que la première, qui utilisait joyeusement la violence comme raccourci narratif, mais plus glaciale que la seconde, Le Fléau arrive à un moment fortuit étant donné la façon dont nous vivons maintenant. Mais cette adaptation de l'une des œuvres les plus denses et les plus vastes de Stephen King n'atteint jamais tout à fait la portée épique illustrée si clairement dans le roman de 1978. Au lieu de cela, le showrunner Benjamin Cavell a appliqué un lustre étrangement aseptisé à la menace centrale, résultant en une mini-série qui semble à la fois trop détaillée et sous-développée. (...) Le Fléau lutte pour se distinguer en dehors de ses choix exceptionnels de casting." Variety.

"Au lieu de s'en tenir à une histoire et à une chronologie à la fois, Le Fléau fait des allers-retours entre les personnages, les lieux et les flashbacks. Sommes-nous dans le Vermont ou en Pennsylvanie ? Est-ce avant l'apparition du virus, ou à son apogée, ou après que presque tout le monde soit mort ? Cette femme a-t-elle déjà rompu avec son petit ami, ou celui-ci ignore-t-il encore béatement qu'il est sur le point d'être largué ? En fin de compte, déchiffrer Le Fléau, c'est un peu comme démonter une assiette d'œufs brouillés dans l'espoir de rassembler les jaunes et les blancs et les fromages." Reason 

 

photoTriste verdict

 

"Cette version du Fléau sera peut-être plus satisfaisante que celle de 1994 et rendra finalement justice au livre de King. Pour l'instant, cependant, elle est curieusement fade, dépourvue de la plupart des frayeurs qui font la réputation de King, et raconte une histoire de manière fidèle, mais sans vie. En tant que livre, Le Fléau est plus qu'une épopée. En tant que série télévisée, c'est nettement moins." CBR

"Bizarrement, ce sont les deux personnages principaux - Flagg et Mother Abagail - qui ont du mal à impressionner à l'écran, notamment parce qu'on ne leur donne pas beaucoup à faire. Flagg arrive trop tard avec trop peu de matière. Pendant ce temps, Goldberg se sent complètement perdue dans le rôle d'Abagail, n'apparaissant que pour des aperçus momentanés, et manquant de toute présence réelle. C'est dommage, étant donné les attentes liées à leur aura de star." COS

De ces observations, on retient qu'en tant qu'adaptation, Le Fléau n'a pas su convaincre. Le récit semble se perdre dans une narration laborieuse et difficile à suivre. Au lieu de faire des choix à partir d'une oeuvre forcément trop dense pour être reconstituée de façon exhaustive, le récit se répand en flashback, en flashforward - bref, en aller-retour incessants. Si la plupart des critiquent saluent un casting de qualité, ils déplorent le fait que le scénario et la mise en scène ne donnent pas le moyen aux acteurs de briller autant que possible. 

Le Fléau sera disponible le 3 janvier en France sur Starzplay. Au cas où la série vous laisserait sur votre faim, on parle du prochain projet estampillé du nom du maitre ici,

Tout savoir sur Le Fléau

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Vous aimerez aussi

commentaires

Barnabé Cherèle
16/12/2020 à 12:18

"Si la plupart des critiquent" ouille ça pique !

johnparker59
15/12/2020 à 20:51

alulu 15/12/2020 à 12:41
"Et il faut arrêter cette mode des flashback depuis Lost qui n'a pour conséquence qu'alourdir l'ensemble..."

Tellement vrai surtout quand ça ne sert pas vraiment l'intrigue.

en même temps j'ai envie de vous dire que LOST n'a pas inventé les flashback mais en a tiré sur la corde à gogo pour nous faire des backstorys à gogo

Pennywise
15/12/2020 à 17:44

Perso j'adore encore le téléfilm de 94, peut-être parce que je l'ai découvert quand j'étais très jeune et que je lui pardonne beaucoup de défauts par nostalgie (comme la version 90 de Ça) mais je sais pas, l'ambiance musicale, les acteurs, j'aime encore me le revoir de temps en temps. Surtout qu'à l'époque on avait des VF d'une qualité incroyable, genre Ça en VO c'est une cata, en VF c'est tellement meilleur (version VHS/télé, parce que la version refaite pour le DVD, mon Dieu c'est horrible)

Laup
15/12/2020 à 13:54

C'est quoi ces critiques ? La première est à la limite de dire qu'il ne faut pas sortir de fictions dont le sujet est en lien, réel ou non, avec l'actualité car c'est à la limite de l'irrespect vis à vis des victimes du covid, à ça on rappelera l'existance des films "Casablanca" et "Le Dictateur" tout deux sorti pendant la seconde guerre mondiale et traitant par deux registre différents de la seconde guerre mondiale.
Ensuite on a des critiques sur le déroulement de la série : l'un nous dit que les flash backs et les saut entre les différents personnages sont incompréhensible (ce qui est possible, je n'ai pas encore vu la série) et que c'est incohérent avec l'histoire mais a-t-il déjà vu l'adaptation de 1994 ou lu le livre ? Les flash-backs et les sauts entre les personnages et les lieux sont au cœur de la présentation des personnages et de l'intrigue donc il est tout à fait normal que ce soit fait comme ça dans cette nouvelle adaptation.
L'autre critique sur le déroulement nous dit que les personnages de Flagg et mère abagail n'aient pas un temps de présence assez important pour distiller l'aura des acteurs qui les incarnent mais encore une fois : cette personne a-t-elle lu les livres ou vu la mini série de 1994 avant de déblatérer pareil débilité ? Les personnages de Flagg et mère abagail ne sont pas les personnages principaux de l'œuvre et en plus dans le livre ils ne sont pas présent avant la moitié de l'histoire et ne sont pas omniprésents, ils ne sont là que pour accompagner les membres de leur camp respectifs pour les aider à rester souder et à battre le camp adverse, ce n'est pas parce que c'est woopie Goldberg dans le rôle de mère abagail et Alexander skarsgard dans le rôle de Flagg que d'un coup ces personnages doivent être présents à chaque minute de la série.
Pour ma part je considère donc que ces critiques ne sont en majorité pas recevable car dans l'ignorance de l'œuvre originale.

Flash
15/12/2020 à 13:13

En cette période de pandémie, j'ai plutôt envie de voir autre chose, qu'une adaptation télévisuelle du fléau .

alulu
15/12/2020 à 12:41

"Et il faut arrêter cette mode des flashback depuis Lost qui n'a pour conséquence qu'alourdir l'ensemble..."

Tellement vrai surtout quand ça ne sert pas vraiment l'intrigue.

Miami81
15/12/2020 à 12:13

Comment peut-on rater un telle adaptation. Le livre était justement suffisamment dense pour donner matière à quelque chose d'abouti. Et il faut arrêter cette mode des flashback depuis Lost qui n'a pour conséquence qu'alourdir l'ensemble et pour les producteurs d'économiser leur budget et de faire trainer en longueur une série qui n'en demande pas tant. Quant à la question, était-il nécessaire de faire un film sur le roman depuis le telefilm de 94. La réponse est 100 fois oui, pour remettre à jour l'œuvre, pour profiter des évolutions technologiques et donner une vision plus moderne dans son écriture et dans son aspect. J'aime beaucoup la 1ère partie de la série de 94, mais mon dieu que c'est trop encré dans les années 90 pour être apprécié à nouveau. Donc, je regarderai quand même cette nouvelle version avec beaucoup d'appréhension. Quel dommage!

Glowy
15/12/2020 à 11:18

Je m'y attendais un peu d'après les premières images.... Il manque le grain et l'essence d'une mauvaise adaptation qui sait se rendre attachante malgré tout au travers de son format télévisé.

Kyle Reese
15/12/2020 à 11:09

Encore une adaptation fadasse du King, mais de toute façon je n'avais nulle envie de me plonger dans cette histoire en pleine pandémie.

votre commentaire