Lovecraft Country : coup de coeur ou déception ?

La Rédaction | 4 septembre 2020 - MAJ : 09/03/2021 15:58
La Rédaction | 4 septembre 2020 - MAJ : 09/03/2021 15:58

Monstres et gros mythes dans l'Amérique raciste de Jim Crows, voilà le programme de Lovecraft Country, la nouvelle série de HBO, disponible en France sur OCS.

Après 3 épisodes diffusés sous nos latitudes, la série produite par Jordan Peele et J.J. Abrams a chauffé le chaud et le froid. Parce que nous trouvons sa recette particulièrement stimulante, mais aussi parce que nous avons eu la chance de pouvoir visionner la moitié de la première saison, on revient sur cette proposition sanglante, qui a mis en joie Mathieu et Simon.

 

Tout savoir sur Lovecraft Country

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Love
19/10/2020 à 18:46

@sam l'esthete, de toute évidence tu ne connais pas vraiment l'univers de Lovecraft. Et là où le bat blesse dans cette série, c'est justement ce côté hyper manichéen du bien vs mal.. Il n'y a aucune nuance... Cette naïveté primaire du "camp du bien" à l'américaine, est proprement insupportable.. Un excellent divertissement pour qui vit dans la virtualité des réseaux sociaux, mais pour ceux vivant dans le réel, et qui reflechissent encore un peu par eux même, il s'agit d'un spectacle à éviter...

Sam L'esthète
14/10/2020 à 16:22

Cette série offre des scènes monumentales au niveau de la réalisation : musique, dialogues, climax. L'esthétique sert des acteurs et des actrices qui jouent excellement bien. Les scènes horrifiques respecte l'univers lovecraftien qui entraîne la découverte d'un bestiaire et d'évènements, tortueux, énigmatiques et effrayants. Tout comme Tolkien, la double lecture s'impose pour comprendre les choix de la réalisation. Le colonialisme a imposé un racisme de société, blanc contre noir, bien contre mal. Tolkien et Lovecraft sont profondément ancré dans cette culture et leur oeuvre est un hymne à la lutte contre les races hostiles. C'est un coup de pied dans la ruche artistique qui se sert du prétexte du droit à la création libre pour répandre, par des allégories et des métaphores, une idéologie abjecte.

zward
29/09/2020 à 22:54

grand n'importe quoi de chez n'importe quoi ... Bon, l'idée est de retraverser des tas de thèmes fantastiques mais uniquement via des persos blacks ... (femmes, lgbt etc) livrée avec son message anti racisme (oui oui tout comme " message à caractère informatif", cad ridicule). Ce qui aboutit à une bouillie pagailleuse qui n'a ni queue ni tête, qui nous prend pour des imbéciles, qui roule des mécaniques, apparemment ambitieuse mais comme rien n'est pensé, écrit, scénarisé, et se complaît à imposer son désordre pseudo justifié "politiquement correct" pour du pur génie ; mais il n'y a aucun sens non seulement à l'arc général mais en chaque épisode qui part en quenouilles (ce qui est un tour de force ...)

Jon
28/09/2020 à 23:37

Pour ceux qui vraisemblablement ne le savent pas, la série n'est pas basée, sur l'écrivain H P Lovecraft, mais sur un livre sorti en 2016, se nommant Lovecraft Country écrit par Matt Ruff.

Constantine
06/09/2020 à 20:56

De plus pour allez dans le sens de Simon Riaux, cette série n’essaie absolument pas d’être une adaptation de Lovecraft ni simplement de son esprit mais est un hommage à la culture Pulp dans son ensemble avec un point de vue moderne et originale. C’est sur que certains fans absolus de Lovecraft ( dont quelques-uns bien fachos...) ne vont pas comprendre s’ils s’attendent à quelque chose de fidèle...

Simon Riaux - Rédaction
06/09/2020 à 16:35

@surion
@michael

La série n'emprunte rien, elle tire son titre de celui du roman qu'elle adapte.

Et s'il faut établir un lien entre le nom de l'auteur et la série, c'est peut-être une de ses plus malignes réussites.

Louig
05/09/2020 à 20:37

Jetez un oeil sur les adaptations manga de Gou Tanabe.

Surion33
05/09/2020 à 19:31

Je rejoins l'avis de Michaël

Lovecraft ne traitait pas du tout du racisme dans ses œuvres, déjà l'époque est mal choisie, il faudrait que le scénario se déroule entre 1918 et 1939 idéalement.
Ensuite, il faut impérativement traiter le thème de la folie et de l'indicible, très difficile à adapter. Partir d'un personnage rationnel de type sherlock holmes et le mettre face à de l'irrationnel et voir ce qu'il en découle, en général cela fini mal.

Par contre, je retiens 2 adaptions que j'estime réussi: tout d'abord l'antre de la folie de Carpenter, un hommage à Lovecraft, le film date un peu mais il a plutôt bien vieilli, un must see notamment grâce à la prestation de l'acteur principal qui sait jouer la peur mieux que personne: Sam Neill

Pour finir, beaucoup plus récent: the color out of space, adaptation de la nouvelle la couleur venue du ciel. Avec Nicolas Cage qui campe bien son role, franchement c'est vraiment reussi et je pense pas qu'on puisse mieux faire concernant cette histoire.

Michaël
05/09/2020 à 14:44

une série qui emprunte le nom d'un écrivain aujourd'hui a la mode en surfant sur son racisme pour finalement offrir une bouillie indigeste, qui ne tient pas la promesse de son titre qui cite ses références pour ne rien en faire et qui n'assume même pas son kitch.
A oublier.
Lovecraft attend encore un hommage à sa mesure.

Olric
04/09/2020 à 23:54

@Cooper : le 3 est bien pire...

Plus
votre commentaire