Pas d'Alita 2 pour Rosa Salazar, mais une série d'horreur à la cerise pour Netflix

La Rédaction | 19 novembre 2019
La Rédaction | 19 novembre 2019

Elle a imposé son charisme et son talent dans un rôle difficile. On n’a pas de news d’un éventuel Alita 2, mais Rosa Salazar reviendra bientôt sur Netflix pour nous faire flipper.

Alita compte quantité de fans de par le monde (et dans notre rédaction), mais le constat demeure inchangé : le film produit par James Cameron et mis en scène par Robert Rodriguez est très, très loin d’avoir attiré suffisamment de public pour engendrer la suite que le blockbuster appelait logiquement. Ce constat semble d’autant plus évident et désolant que la Fox, studio qui avait financé le projet, a été avalé par Disney.

Non seulement la firme n’est pas à priori friande d’univers cyberpunk relativement violents (et dans Alita : Battle Angel, on découpait et massacrait autrement plus que dans le Marvel moyen), mais elle a dû en plus éponger ces derniers mois plusieurs gros échecs signés Fox. Après les fours de X-Men : Dark PhoenixAd Astra et Terminator : Dark Fate, difficile d’imaginer Disney faisant un nouveau chèque en blanc à Cameron et ses équipes, alors que ce dernier doit déjà assurer la livraison des 24 prochaines suites d’Avatar.

 

photo, Rosa SalazarRosa Salazar/Alita

 

Bref, autant faire son deuil, tant les chances de voir un Alita 2 sont minces. En revanche, Rosa Salazar, l’excellente interprète du film, sera bientôt de retour. On doit cette info au site Deadline, qui a appris la bonne nouvelle. En effet, Netflix va adapter en série le roman Brand new Cherry Flavor de Todd Grimson (titre qu’on pourrait traduire par « Toute nouvelle saveur cerise »), récit horrifique, qui promet quelques sensations fortes.

Il y sera question d’une aspirante réalisatrice, évoluant dans le Los Angeles des années 90, qui va progressivement sombrer dans la folie en s’embarquant dans une quête de vengeance délirante.

Les 8 épisodes annoncés seront écrits par le duo derrière l’anthologie horrifique Channel Zero (dont on espère vous causer avant longtemps) : Leonore Zion et Nick Antosca.

On n’en sait pas beaucoup plus, mais on est déjà bien curieux comme il faut.

 

photoRosa Salazar

commentaires

emfinot
29/11/2019 à 00:31

Il fallait faire des coupes claires par rapport à tous les tomes du manga d'origine. Le résultat est quand même divertissant à souhait. Faut prendre Alita tel quel. Je verrais bien volontiers une suite, rien que pour pour l'actrice vraiment impeccable.

Bil80
20/11/2019 à 12:36

D'hommage c'était un bon film, il n'était peut être pas sorti au bon moment pour cartonner.

trout
20/11/2019 à 11:21

Le film est mauvais, trop clean, trop gentil, bref par rapport au manga c'est le jour est la nuit.. tout ça pour être rentable...
c'est amusant de voir ces nouveaux films ce plantés les un après les autres

Thierry
20/11/2019 à 08:24

Aliya n'est malheureusement pas un bon film. Le jeu des acteurs est pauvre, la dynamique d'ensemble est aseptisée, même si l'objet de cinéma est formellement magnifique. Dommage.

Notation
20/11/2019 à 02:02

11/20 la version irl, 16/20 la version numérique

Neodraken
19/11/2019 à 17:41

J'étais bien content de voir que Mortal Engines avait au moins une fin qui terminait l'arc raconté (même si ça ouvre vers une potentielle suite vu le nombre de bouquin qui existe) car j'avais bien apprécié le film (et je pourrais peut être même m'acheter le bluray).

Pour Alita, on doit être à la moitié de l'histoire (voir moins) et c'est dommage, donc j'espère qu'il y aura une possible suite dans les années à venir (à la manière d'un Riddick par exemple).

Ryo-sama
19/11/2019 à 17:10

Au contraire je ne trouve pas le film respectueux, la violence est terriblement aseptisée, la relation platonique avec Yugo est complètement bafouée, on sent bien le cahier des charges américain et le message féministe est un peu trop appuyé alors que le manga n'avait pas besoin d'utiliser cet artifice tendance pour faire de Gally une très bonne héroïne.

Notons aussi que la BA était un vrai repoussoir, c'est un élément qui a pu ne pas motiver les spectateurs, moi-même j'y suis allé à reculons avec une carte UGC alors imaginez s'il fallait payer. Donc c'est pas plus mal qu'on arrête là, grosse déception pour moi.

Free Spirit
19/11/2019 à 17:09

dommage qu;il ne fasse pas le numéro 2; c;était pourtant un très bon film...

m@x
19/11/2019 à 16:38

très dommage que le film ai pas été penser comme un seul film avec une conclusion et plus tot penser comme un épisode de série ou nous sommes fruster de ne pas avoir de conclusion

maxleresistant
19/11/2019 à 15:55

@Adam en Imax laser 3D, ça envoyait du steak.

Plus

votre commentaire