Game of Thrones : la directrice artistique révèle les secrets de la destruction de Port Réal

Déborah Lechner | 30 août 2019 - MAJ : 30/08/2019 14:04
Déborah Lechner | 30 août 2019 - MAJ : 30/08/2019 14:04

L’épisode 5 de la saison 8 de Game of Thrones a mis les nerfs des fans à rude épreuve, mais également ceux de sa directrice artistique.

ATTENTION : SPOILERS

 

photo, Emilia ClarkeOn sait de quoi elle est capable alors attention

 

L'épisode 5 de la saison 8 de Game of Thrones intitulé Les Cloches fait partie de ceux qui ont le plus énervé ou ravi les fans, au choix (on en a parlé juste ici d'ailleurs). Grosso modo, c'est celui où en plus de détruire psychologiquement les téléspectateurs, Daenerys (Emilia Clarke) réduit Port Réal en cendres malgré la capitulation des habitants, plutôt que de s'en prendre strictement à Cercei (Lena Headey).

Depuis le début de la série, c'est la ville de Dubrovnik en Croatie qui fait office de capitale pour Westeros. Pour sa destruction spectaculaire, ils n'ont évidemment pas fait sauter la cité à coups d'explosifs. Comme on s'en doute, ils ont dû construire une réplique, d'abord en photographiant les bâtiments de la ville avant de sélectionner ceux à reproduire.

C'est ce qu'a expliqué à IndieWire la directrice artistique Deborah Riley, lauréate de trois Emmy pour son travail sur la série phare de HBO qui a été impliquée dans la recherche, la conception et la fabrication du décor de Port Réal pendant 12 mois :

 

PhotoPort Réal, la capitale de Weseros et résidence des Lannister

 

"Nous avions besoin d'une porte de la ville, qui allait plus tard exploser, de la rue principale, qui allait subir différentes étapes de destruction, d'une place, qui allait aussi être détruite, des rues du quartier pauvre, de l'entrée du donjon rouge, de deux autres rues de la ville, ainsi que de divers intérieurs."

Après quatre mois de conception, l'équipe de 200 personnes de Riley a construit neuf intérieurs et 33 bâtiments séparés d'une dizaine de mètres de hauteur. La directrice artistique a également pu compter sur l'aide précieuse de la réalité virtuelle en modélisant numériquement la conception de la ville fictive avant sa construction :

"Ca a permis d’avoir une bien meilleure idée de ce qui était en train de se construire parce qu’on pouvait "se tenir debout " au milieu du décor avant même qu’on commence à dépenser de l’argent ou que le premier coup de marteau soit donné. Cela a aussi donné aux directeurs de la photographie la possibilité de se retrouver concrètement dans l’espace pour créer leurs propres plans et animatiques sur le plateau virtuel […] 

 

photo, Isaac Hempstead Wright, Max von SydowIl y en a un autre qui est dans une réalité virtuelle

 

Une fois que tout a été approuvé, la construction virtuelle pouvait passer aux effets visuels pour lisser les prévisualisations et toute conception numérique déjà réalisée par le département artistique. C'est vraiment un bond en avant remarquable."

Ce qui n'a pas empêché l'équipe de recourir à quelques stratagèmes pour accentuer le réalisme de la destruction :

"Chaque bloc de "pierre" a été peint individuellement pour donner au décor la patine réaliste de la ville, faisant constamment référence à des images de Dubrovnik. Pour ce qui est de la destruction du décor, nous avons suivi le même processus et nous avons fait référence à des images de Londres après le Blitz [ndlr : bombardements aériens de la Luftwaffe pendant la Seconde Guerre Mondiale], recréant l'horreur aussi fidèlement que nous le pouvions. Avec des prises de vues aériennes de la construction du décor, la ville a ensuite été agrandie par des effets visuels pour une perspective globale de Port Réal."

photo, Emilia Clarke, Game of ThronesDaenerys, la génocidaire qui a fait pire que la Luftwaffe

 

Enfin, Deborah Riley a révélé qu'ils avaient construit en réalité deux versions de la ville, une version avant et une après le drame qu'ils ont "simplement" supperposée :

"Nous avons eu tellement peu de temps pour passer d’un décor intact à une ville détruite que nous avons d’abord construit tout ce qui était détruit. Ces constructions ont ensuite été recouvertes pour paraître normales, de sorte que Port Réal se tenait debout, magnifiquement construite avant que la destruction en dessous ne soit révélée. C’était une solution absolument géniale qui nous a fait gagner du temps. Notre 'rénovation' la plus importante à duré 12 jours et a été planifiée avec une précision militaire."

L'épisode Les Cloches s'est imposé comme l'épisode coup de poing de la série, le plus éprouvant et apocalyptique de la série malgré des faiblesses scénaristiques criantes, à l'images de la saison 8 dont on a déjà parlé ici.

 

photo

 

 

 

commentaires

Kutchek
31/08/2019 à 13:35

On aperçoit un peu la construction des quelques rues de Port Réal dans un documentaire (Game of Thrones: The Last Watch, de mémoire).

On y croise aussi un figurant sympa qui revenait tous les ans pour interpréter un soldat de Winterfell.

Lepra
31/08/2019 à 11:10

Affligeant, voilà mon seul commentaire sur la saison 8 pour moi cette saison n a jamais exister.

prometheus
30/08/2019 à 21:45

Franchement j'ai revu l'intégrale de la série sur 4 mois et j'ai commencé avant que la saison 8 se termine. Et ça le fait. J'ai pu avoir en tête des détails ou des trajectoires de personnage en tête qui m'ont aidé régulièrement à donner un sens à ce que je voyais à la saison 8.
Concernant Daenerys par exemple, il a une scène en saison 6 ou 7 où Lady Olenna lui donne une leçon de règne selon laquelle il faut savoir inspirer la peur car sa petite fille était aimée du peuple et cela ne l'a pas aidé à survivre. Et Daenerys l'écoute attentivement...
Il y a d'autres scènes où Varys évoque ses craintes la concernant en faisant référence à ma dynastie Taergaryenne. Bref, en ayant ça en tête, ça permet de constater que des indices étaient disséminés depuis quelques temps.

mmarvinbear
30/08/2019 à 19:13

Bah oui cela fait 4 mois que la série s'est terminée donc on peut dire que la période "spoil" est passée.

C'est un effet de la mondialisation, les séries US se visionnent maintenant en simultané sur les chaînes payantes et non plus un an après sur les chaînes historiques gratuites.

Cela me rappelle une séquence de "Journal intime" de Moretti ou le réalisateur, en randonnée sur l' Etna, demande à des touristes américains non pas ce qu'ils pensent du pays mais des infos sur sa série préférée qui passe avec trois mois de retard en Italie.

Comme quoi, bien avant le Net, on voulait en savoir plus que les autres...

Tschi
30/08/2019 à 17:30

Sympa le titre qui spoil

LDR
30/08/2019 à 17:16

On peut avoir les meilleurs chefs opérateurs du monde, les meilleurs acteurs, directeurs de photographie, le compositeur le plus en vue du moment, etc. Mais si le scénario ne va pas, la magie ne peut pas prendre à l’écran.

Je suis désolé pour toutes l’equipe de game of thrones d’avoir fait un super boulot sur un script aussi médiocre durant cette saison 8.

votre commentaire