En pleine promo de Black Mirror, Jodie Foster tâcle les films de super-héros et les compare au gaz de schiste

Simon Riaux | 2 janvier 2018
Simon Riaux | 2 janvier 2018

Cinéaste et comédienne, Jodie Foster est à elle-seule l’emblème d’un cinéma à la fois indépendant et accessible. Un cinéma actuellement fort mal en point.

Passée à la réalisation dans les années 90, l’artiste est bien placée pour savoir combien les mutations actuelles de l’industrie hollywoodienne affectent le catalogue de propositions faites au public. Et pour Jodie Foster, les adaptations de comics, leurs succès planétaire et l’uniformisation esthétique qui les accompagnent posent problème.

C’est à Radio Times qu’elle a expliqué, en pleine promotion de la série Black Mirror dont elle a réalisé un épisode, que Marvel et autres DC Comics, balisaient l’imaginaire actuel, au risque de le polluer durablement.

 

A vif

Jodie Foster

 

« Aller au cinéma est devenu une visite au parc d’attraction. Les studios produisent de mauvais contenu pour fédérer le grand public, et à la manière du fracking (pratique industrielle utilisée dans l’exploitation du gaz de schiste, aux conséquences écologiques très lourdes), qui offre les meilleurs retours économiques immédiats, en détruisant la planète.

Le procédé pollue les habitudes des spectateurs américains et par extension ceux du reste du monde. »

Et si la star ne porte donc pas le genre ou les motivations industrielles qui l’animent dans son cœur, elle a néanmoins tenu à préciser qu’elle pourrait participer à un film de super-héros pour peu que le personnage qu’on lui propose soit bien écrit et doté d’une psychologie complexe. Soit la preuve en creux que malgré toute la défiance éprouvée par Jodie Foster fasse au genre emblématique de l’époque, il est difficilement envisageable pour quelque comédien que ce soit de s’en couper totalement, au risque de s’éloigner trop brutalement du grand public. 

Hormis un épisode de la saison 4 de Black Mirror, l'actrice est attendue dans Hotel Artemis, un thriller alléchant où elle sera une infirmière dans un hôpital futuriste qui regroupe de dangereux criminels, qui se retrouve au milieu d'une boucherie. Avec un casting sympathique : Jeff GoldblumSofia BoutellaDave BautistaZachary QuintoJenny Slate et Sterling K. Brown.

 

Money MonsterJodie Foster sur le tournage de Money Monster

 

commentaires

sylvinception
02/01/2018 à 14:43

Sur le plan écologique un avantage indéniable tout de même : les films de super slips c'est de la merde, et la merde c'est recyclable, si ma mémoire est bonne.

Nono54
02/01/2018 à 14:34

L'industrie du cinéma est avant tout là pour faire de l'argent avant l'aspect artistique dont on rabat les oreilles. Dans les années 50 le Western était le genre phare des studios. Ils donnent au public ce qu'il veut, la miss Foster est frustrée de ne répondre à ses attentes...

Tauxi
02/01/2018 à 14:30

@pere colateur

Nan mais t'as rien compris!
Elles n'a jamais dit que les films de super héro étaient une source de pollution pour la terre au sens propre du terme mais qu'ils étaient une pollution pour le monde du cinéma et son public au même titre que l'exploitation du gaz de schiste l'est pour la terre et l'humanité.
C'est une allégorie ou une métaphore...

pere colateur
02/01/2018 à 14:00

Il ne faut pas exagérer non plus , les films de super héros ne sont que l'exploitation de la connerie humaine , c'est tout, et n'a aucune conséquences écologiques . Par contre il est clair que ça détruit a vitesse grand V le cerveau des nouvelles générations . ....A moins que ce ne soit déja fait.

votre commentaire