Matthew Fox (Lost)

Stéphane Argentin | 5 février 2010
Stéphane Argentin | 5 février 2010

Comme beaucoup de ses petits camarades sur la série, Matthew Fox a vu sa popularité grimper en flèche suite au succès planétaire de Lost. À l'heure où le show s'apprête à révéler ses derniers secrets, le comédien dresse un bilan de six années hawaïennes, titille notre imagination quant au final de la série et évoque ses projets d'avenir.

 

Attention aux spoilers : Cet entretien dévoile de nombreux aspects des saisons passées.

 

Propos et autoportrait (en fin d'article) recueillis au cours du 49ème Festival de Télévision de Monte-Carlo (juin 2009).

 

Un grand merci à toute l'équipe de 8 Art City.

 

 

Que ressentez-vous à l'approche de la fin de Lost ?

Je suis partagé entre la tristesse et l'envie de sauter de joie. Cette situation n'est pas nouvelle puisque j'avais déjà participé à une autre série pendant six ans (La Vie à cinq, NRD). D'un côté, je vais devoir faire mes adieux au monde de Jack Shephard et à plusieurs personnes dont j'étais devenu très proche. D'un autre côté, le final s'annonce excitant et je suis impatient à l'idée de tourner la page.

 

Et qu'allez-vous faire ensuite ?

Je sais où je vais aller vivre. Je suis en train de faire construire une maison dans l'Oregon pour me rapprocher de ma mère, mes frères et leurs enfants. Ayant grandi entouré de montagnes, je n'ai jamais été un grand fan des climats tropicaux et après six ans passés à Hawaï je suis ravi de pouvoir revenir dans une région avec quatre saisons bien distinctes (rires). Quant à ma carrière, je l'ignore. Et j'aime cette idée : avancer vers l'inconnu par opposition à la sécurité que confère une série au succès établi. J'espère seulement avoir l'opportunité de travailler sur des films avec des réalisateurs que j'apprécie.

 

Avez-vous des aspirations particulières en termes de longs-métrages et de metteurs en scène ?

Je suis très ouvert et je ne vise aucun genre spécifique même si j'aimerais bien tourner dans un western. Le plus important à mes yeux est de travailler avec de grands réalisateurs : les frères Wachowski, Pete Travis, McG, Joe Carnahan (respectivement sur les films Speed racer, Angles d'attaque, We are marshall, Mise à prix, NDR). Peu importe le rôle qui m'est confié du moment que la vision du metteur en scène me tient en haleine.

 

Quels films vous ont marqué dernièrement ?

L'un de mes films préférés au cours de ces dernières années s'intitule The Proposition réalisé par John Hillcoat, un western très sombre mais excellent.

 


Pour en revenir à Lost, Jack sombre lui aussi. Il n'est plus aussi fréquentable qu'au début de la série. Que pensez-vous de cette évolution du personnage ?

J'adore. C'était l'idée de départ de Damon (Lindelof, co-créateur du show, NDR) et moi. Nous n'avons jamais voulu en faire un chevalier en armure sur son beau destrier blanc. Au départ, Jack était le héros, le leader. Puis, nous avons mis quatre ans à briser cette image pour le présenter comme un personnage suicidaire et alcoolique avant qu'il ne réalise que son véritable destin se trouve sur cette île. Dès lors qu'il accepte cette destinée, le final risque d'être une rédemption pour lui.

 

Est-il vrai que vous êtes l'un des happy few à connaître la fin ?

Je connais certaines images que Damon m'a décrites, en rapport notamment avec mon personnage. Et je crois que Carlton (Cuse, scénariste et producteur, NDR) et lui ont pris un soin tout particulier à faire de même auprès de chaque comédien, afin de créer une certaine atmosphère à l'écran.

 

Damon et Carlton ont-ils demandé aux acteurs de lire certains ouvrages ou bien de regarder certains films afin de se préparer ?

Là encore, j'ignore ce qu'il en est pour les autres comédiens mais ils ne m'ont jamais rien demandé de tel. J'ai toujours été très excité à l'idée de simplement recevoir les scripts et bosser à partir de là.

 

Vous avez grandi dans une ferme du Wyoming surtout entouré de livres. En quoi cette enfance littéraire influe-t-elle sur votre jeu d'acteur ?

Depuis tout petit, j'adore les possibilités infinies d'évasion que procurent les livres. Ayant effectivement grandi loin de tout, l'imagination était un puissant moyen de se divertir. Ce contexte a sans aucun doute dû aiguiser mon appétit pour les histoires et le désir d'y prendre part. Ma femme et moi-même laissons nos enfants regarder la télévision. Je ne veux pas être aussi strict que mon père l'était mais nous avons instauré certaines limites à ce niveau et nous encourageons nos enfants à lire autant que possible.

 

Au terme de vos études d'économie, vous étiez sur le point de décrocher un poste dans ce milieu avant d'embrasser une carrière de comédien. N'avez-vous jamais regretté cette décision ?

Pas le moins du monde. Je me sens très chanceux d'en être là où j'en suis aujourd'hui. Chaque jour est un nouveau challenge à mes yeux : chaque histoire, chaque rôle. J'adore ça.

 

Depuis la saison 4, Lost verse de plus en plus dans la SF hardcore. Ce qu'Evangeline Lilly ne semble guère apprécier, préférant les intrigues centrées sur les personnages. Quelle est votre opinion ?

Evie a toujours eu un problème avec l'aspect SF de la série, ce que je trouve plutôt mignon (rires). Nous n'avons jamais été d'accord sur ce point. Personnellement, je trouve ça très bien. Si l'on demandait aux téléspectateurs, ils diraient sans doute que la saison 5 est la meilleure, un choix certainement lié aux concepts de voyage dans le temps et d'univers parallèles.

 

Cet aspect n'est-il pas justement désorientant pour vous au point de ne plus trop savoir où vous en êtes ?

Non car je ne vois ça que d'un seul point de vue : celui de Jack dont je connais l'évolution chronologique assez bien. Je serais incapable de vous dire quoi que ce soit au sujet des autres personnages, en revanche je sais en permanence où se trouve Jack à un instant T. Mais j'image bien volontiers que le public doit avoir déjà plus de mal à suivre.

 

Quelles interactions entre Jack et les autres personnages appréciez-vous en particulier ?

Les relations entre Jack et Kate ont toujours été essentielles à la série, de même que celles entre Jack et Locke. Jacob a amené tous ces gens sur cette île dans un but bien précis. Et comme nous savons à présent que Locke n'est plus vraiment Locke et qu'il vient de convaincre Jack au dernier moment de revenir sur l'île, d'une certaine façon Jack accomplit désormais la destinée de Locke.

 


Et qu'en est-il du triangle amoureux Jack / Kate / Sawyer ? Est-ce que vous comprenez qui aime qui car ça n'est pas toujours très clair ?

Je le comprends du point de vue de Jack qui aime Kate et tient beaucoup à elle mais qui le montre de façon très différente. Pour moi, Jack a toujours été le genre de mec qui n'allait pas se battre contre Sawyer pour une fille. De surcroit, il a toujours eu des choses plus importantes à l'esprit : des questions de vie ou de mort.

 

Jack risque-t-il de mourir à la fin ?

C'est tout à fait possible. Je crois que beaucoup de gens vont mourir.

 

Vous étiez déjà à deux doigts d'y passer dans le pilot ?

Dans la première version du script, peu de temps avant ma rencontre avec Damon et J.J. (Abrams, co-créateur de la série, NDR), Jack était effectivement supposé mourir.

 

Savez-vous si J.J. va revenir pour la dernière saison ?

Je l'ignore. Il est très occupé désormais. Mais étant donné qu'il a réalisé le pilot, ça serait sympa s'il revenait s'occuper du final. Nous verrons bien.

 

Peut-être devriez-vous prendre part au prochain Star Trek pour le convaincre ?

(Faisant la grimace) Non ! Je pense que J.J. et moi retravaillerons ensemble un jour mais je ne crois pas qu'il s'agira d'un Star Trek.

 

Les séries procédurales reviennent en force ces dernières années et Lost marquera la fin d'un des derniers grands shows feuilletonnants. Vous verriez-vous prendre part à un procédural ?

Non. Je ne vais plus faire de télévision. Je ne dis pas ça en pensant à mal. Je considère que le meilleur travail d'écriture se trouve actuellement à la télévision. Je veux simplement contrôler davantage les moments où je travaille ou pas. Par conséquent, je vais soit faire des longs-métrages avec des réalisateurs qui me tiennent à cœur, soit faire complètement autre chose. En revanche, je ne suis pas d'accord avec vous quant à l'avenir des séries télés. Avec l'émergence de nouveaux modes de consommation, internet en tête, je crois que le principe des séries qui durent 10 ans avec un nouveau cadavre chaque semaine ne tiendra plus très longtemps et que nous nous dirigeons vers des shows en 13 épisodes basés sur un concept très fort ciblant un public bien spécifique mais qui ne dureront pas plus d'un an ou deux. En tous les cas, c'est ma théorie. Mais peut-être est-ce là un simple vœu pieu.

 

Et quels seraient ces autres choses que vous souhaiteriez faire si vous ne faites plus de cinéma ?

J'ai de nombreuses passions. Je viens tout juste d'obtenir mon brevet de pilote et la région des États-Unis où je vais aller vivre est idéale pour l'aviation. Je veux surtout passer le plus de temps possible avec ma famille et pour cela, je souhaiterais pouvoir gérer les cinq ou dix prochaines années de ma vie comme bon me semble.

 

Même si vous ne pouvez rien nous dire, savez-vous déjà comment va débuter la sixième et dernière saison ?

Oui. Et j'en suis très excité. Nous avons eu de magnifiques finals mais je crois que celui de la saison 5 était vraiment cool car nous savons désormais à quoi nous en tenir, notamment à propos de Locke et Jacob. Je sais comment la saison va débuter et je sais comment elle va se terminer (sourire malicieux). Vous voudriez bien savoir hein ? Ça vous rend dingue ? (rires).

 

Pouvez-vous au moins nous donner quelques indices ? Va-t-on continuer à assister à autant de « voyages temporels » ?

La cinquième saison se concluait sur l'explosion de la bombe à hydrogène et Jack qui s'interrogeait sur le fait d'avoir pris ou non la bonne décision. Le début de la sixième saison apportera une réponse surprenante et déroutante à cette interrogation. Puis au tiers de la saison, la narration va se linéariser, les flashbacks vont disparaitre avant d'en venir au conflit final.

 

Et pensez-vous que cette conclusion satisfera le public ?

Je pense que les fans les plus fervents s'imaginent en permanence leurs propres histoires à venir et par conséquent, vous ne pouvez pas satisfaire tout le monde en permanence. Une chose est sûre : à l'époque où beaucoup doutait de l'orientation de la série, Carlton et Damon savaient déjà pertinemment comment elle se terminerait et ce final leur donnera raison. Tous les petits morceaux de puzzle éparpillés ici et là vont prendre forme.

 


 

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire