L'épisode culte : Buffy contre les vampires, Un silence de mort

Créé : 25 mai 2016 - Geoffrey Crété
Buffy contre les vampires, Un silence de mort
44 réactions

Parce qu'il n'y a pas que le cinéma dans la vie d'un cinéphile, nouveau rendez-vous nostalgique sur Ecran Large : l'épisode culte, qui reviendra sur un morceau de choix d'une série remarquable. Première escale avec l'épisode muet de Buffy contre les vampires : Un silence de mort (Hush).

Quoi de mieux que Buffy contre les vampires pour ouvrir cette rubrique nostalgique consacrée aux épisodes mémorables de séries inoubliables ? Série phare des années 90, l'oeuvre de Joss Whedon demeure, 13 ans après sa fin, un objet de culte et d'étude, tant pour ses nombreuses lectures que pour ses irrésistibles écarts de conduite. Parmi eux : Une silence de mort (Hush), épisode 10 de la saison 4, connu comme l'épisode muet.

 

Buffy contre les vampires Saison 4

 

SILENCE CA BOUGE

1999. Au sommet de sa popularité, Buffy contre les vampires entre discrètement dans la phase plus sombre de son histoire, qui culminera avec les magnifiques saisons 5 et 6. S'ouvre alors un boulevard pour le showrunner Joss Whedon, enfin en position de force pour insérer des épisodes spéciaux et uniques. Parce qu'il entend sans cesse que le succès de la série repose sur les dialogues, Whedon se lance ainsi le défi de s'en priver pour tester les limites d'une série devenue à formule. 

Whedon a aussi le désir d'avancer en tant que réalisateur : "Je réalisais des épisodes de Buffy depuis trois ans, j'en avais fait une dizaine. Je tombais dans quelque chose de prévisible, une formule, qui est ce que la TV fait le plus souvent. Je me suis dit que si j'avais aucun dialogue, j'allais être forcé à raconter l'histoire visuellement".

 

Buffy contre les vampires, Un silence de mort

 

RIRES ET CHUCHOTEMENTS

Avant le fameux épisode musical de la saison 6, il y a donc l'épisode muet sous forme de fable de Buffy contre les vampires. L'un des premiers épisodes spéciaux de la série qui, sortie de l'adolescence et du lycée, questionnera de plus en plus sa forme, prouvant toute sa valeur derrière son image un peu bête.

Dénudé sans les dialogues percutants de Joss Whedon, Un silence de mort a été l'un des grands moments de la quatrième saison, considérée par beaucoup de fans comme l'une des plus faibles - à tort pour de nombreux autres fans. Une pause qui, en plus de débloquer plusieurs perspectives dans l'histoire, aura apporté de l'air à la série et rappelé la présence d'un auteur derrière. Car cette contrainte permet à Joss Whedon de déployer un humour et une finesse au moins aussi percutants qu'à l'accoutumée.

Si l'art d'un scénariste est de montrer au lieu de le (faire) dire, l'épisode est une victoire absolue pour le showrunner. Un épisode qui synthétise toute la beauté de Buffy contre les vampires : son aspect horrifique avec de fabuleux monstres, sa tonalité humoristique avec un comique de situation, et un sous-texte mature sur l'humanité des héros.

 

Buffy contre les vampires, Un silence de mort

 

L'ART DELICAT DE LA COMMUNICATION

En l'occurrence, l'épisode commence sur un cours de la (future) diabolique Walsh consacré au langage et à la communication. Une introduction qui se révèlera n'être qu'un rêve articulé autour du désir entre Buffy et Riley, moteur de l'intrigue. Le sortilège des Gentlemen permettra ainsi au Scooby gang de remettre en perspective leurs problèmes de communication plus ou moins conscients : Alex et Anya qui commencent à établir leur couple, Willow ignorée par le groupe de fausses sorcières, Giles épuisé par les jérémiades de la bande, et bien évidemment l'incapacité de Buffy et Riley à s'avouer la vérité sur leurs occupations.

L'occasion de percevoir, à nouveau, la rigueur scénaristique de la série, et ce goût pour une structure serrée où tout fait sens. Joss Whedon et ses scénaristes prennent un plaisir évident à construire les saisons et glisser des indices pour les fans, avec une volonté réelle de façonner une mythologie cohérente sur le long terme. Dans l'épisode, les héros répètent durant la première partie leur insatisfaction liée au langage ("Je ne dirai pas un mot", "A chaque fois que je parle, je ment", "Elles disent juste blablabla"), avant de finalement voir le destin leur répondre.

L'aspect méta de la série, omniprésent, est ici porté par Willow qui déclare dans l'introduction que le cours de Walsh, manqué par Buffy pendant son rêve, était une "révélation" : "Ca a juste donné tout ce qu'on devait savoir pour le final". Une vérité puisque le rêve de l'héroïne lui a dévoilé la solution de l'épisode, avec cette boîte portée par la petite fille.

Dans le même esprit, l'exposé de Giles, qui expose toute l'intrigue, est un trésor d'humour. La grande force de Buffy contre les vampires a toujours été son timing comique, son intelligence et son efficacité en matière de rythme, qui ressortent encore plus sans les dialogues. A ce titre, la conclusion est irrésitible : après avoir retrouvés leurs voix, Buffy et Riley se retrouvent pour enfin parler... mais n'ont plus les mots ou le courage pour passer à l'acte.

 

Buffy contre les vampires, Un silence de mort

 

GENTLEMEN MURDERERS

Et evidemment, les Gentlemen. Dans la très longue liste des monstres affrontés par Buffy et sa bande, ces cadavres en costumes, savant mélange d'horreur et d'humour, sont indéniablement parmi les plus réussis. Joss Whedon a tiré l'inspiration des Gentlement dans ses cauchemars d'enfance : "Je voulais quelque chose d'effrayant et onique. J'ai vu Nosferatu quand j'étais petit et depuis, j'ai peur des hommes chauves qui flottent dans les airs".

Entre scalpel et sourire, les Gentlemen arpentent les rues dans un silence poli, sélectionnent leurs victimes au hasard et se penchent sur elles avec leur dentition démoniaque. Les voir se réunir dans le clocler pour applaudir délicatement leur leader, qui accueille son succès avec humilité, est un grand moment de la série. A l'image d'un épisode incontournable - le seul de Buffy contre les vampires a avoir été nommé aux Emmy pour son écriture et sa réalisation.

 

A retenir également :

- Buffy qui tente d'imiter un pieu, sous le regard gêné de ses amis

- Walsh qui indique le panneau "Emprunter les escaliers en cas d'urgence" après avoir sauvé de l'ascenseur à reconnaissance vocale ses soldats virils

- le coup de foudre magique de Willow et Tara autour d'un distributeur automatique

- Riley qui pense être le héros en explosant un bocal en verre

 

Buffy contre les vampires Saison 4

commentaires

Soylent green 01/01/2017 à 23:52

Il me semble que Joss Whedon s'est fortement inspiré pour créer les gentlemans des aliens du film Dark City qui était sorti l'année précédente tant dans l'aspect visuel que dans la façon de se déplacer en volant.

LaTeub 26/05/2016 à 20:38

Episode vraiment sympa avec des streums de grande classe... Revu récemment à la TV et en HD ça prends une autre dimension...

elvira 25/05/2016 à 22:04

Tu cries en silence,
Tu pleures sans voix,
Les Gentlemen vont venir chez toi,
Ils regarderont et ils choisiront,
Il leur en faut sept et il prendront le tien,
Tu appelle maman,
Tu appelle papa,
Tu criera en mourant mais personne ne t'entends.une comptine angoissante en début et une interprétation parfaite de l'acteur doug jones en chef des gentlemen donne un épisode juste parfait.

thierry 25/05/2016 à 18:34

Pour moi, avec l'épisode musical, il y a deux bijoux narratif dans cette série.
C'est également brillant dans le milking de situation, un inventaire de la société ricaine; la religion, le profit commercial de toute situation, la sécurité High tech aux pieds d'argile, etc..il aurait presque pu mettre un mime qui, lui, se retrouverait très a l'aise dans cette cacophonie silencieuse. (si ça se trouve, il y en avait un que j'ai pas vu)
C'est d’ailleurs étonnant de voir autant de produits dérivés pour des personnages (ces "Gentlemen") qui ne sont jamais apparu qu'une seule fois.
Merci à Whedon ne n'avoir pas été tenter de les ré utiliser ailleurs, a ma connaissance en tout cas, cela aurait grandement flétrie leur aura (erreur faite sur le Docteur avec les anges de pierre, par exemple).
Comme vous le dites ici, Whedon n'a pas juste pondu un simple épisode original, il en profité pour résoudre d'un coup les problèmes de communication entre tous les personnages.
Comme pour le Musical, les personnages se révèlent entre eux.
Ca rappelle combien chaque épisode des séries américaines sont toujours construite autour d'un thème, chose que l'on remarque peu dans nos série.
Merci pour l'article.

Fw 25/05/2016 à 18:14

"avant mélange"
"un des grands moyens..."?

Cool article! Belle idée!

votre commentaire