Jessica Jones : nos impressions après 7 épisodes

Florian Descamps | 18 novembre 2015
Florian Descamps | 18 novembre 2015

Après être brillamment entrée dans l'univers des séries TV grâce House Of Cards, Orange Is The New Black ou Marco Polo, Netflix a rejoint cette année l’écurie Marvel avec une solide première série dédiée à Daredevil. À l’heure où la firme s'approche à nouveau de la maison des idées avec Jessica Jones, arrive-t-elle à transformer l'essai ?

 

Au premier abord, il serait tentant de comparer Jessica Jones à son aînée, Daredevil. Leurs événements se situant dans le quartier New Yorkais de Hell’s Kitchen, toutes deux partagent un même background promotionnel et on y retrouve l’aspect « Monsters Of The Week » inhérent aux séries super-héroïques. Pourtant, Jessica Jones va vite s’émanciper du show de Drew Goddard. Loin de la violence noire et rustre de Matt Murdock, la série prend vie autour de ses personnages.
 

 

 

 

Inutile ainsi d’attendre de Jessica Jones de l'action spectaculaire ou des chorégraphies savamment orchestrées, l’intérêt est ailleurs. Bien qu’elle en distille ponctuellement, la série repose avant tout sur les épaules de son interprète principale, Krysten Ritter. Ex-super-héroïne reconvertie en détective privée, elle campe un personnage fait de nuances, cherchant à se reconstruire loin du machiavélique Kilgrave sans toutefois oublier de vivre. On pense évidemment à sa Gia Goodman (Veronica Mars) devant l’espièglerie du personnage, parfois à sa Jane Margolis (Breaking bad) lors des moments graves, avant d'in fine se heurter à la réalité : actrice encore « débutante » et maillon faible du casting sur le papier, Krysten Ritter impressionne, se révèle une actrice complète et compose un personnage unique.

 

 

UN CASTING, DES PERSONNAGES

Mis en avant par les équipes de Netflix, le casting de Jessica Jones est donc l'une de ses premières réussites et, avec également David Tennant, Carrie-Anne Moss ou Mike Colter à l'affiche, la crainte d’une disparité de tâches pouvait se faire sentir. Heureusement, la série s’échine là aussi nous faire mentir. Si Jessica n’oublie ainsi pas son passé de Jewel (super-héroine issue des Avengers dans le comics), elle entraine avec elle nombre d’intrigues captivantes pour ses seconds rôles. On retrouve sans surprise Luke Cage (Mike Colter) parmi les premiers impactés, avec qui Jessica entretient une relation complexe et passionnée, mais aussi son amie Trish Walker (Rachael Taylor) et l’avocate Jeryn Hogarth (Carrie-Anne Moss), dont les tourments amoureux convainquent de leurs intérêts. À n'en pas douter, la show-runner Melissa Rosenberg et son patron Kevin Feige tiennent là de nouvelles bases solides.

 


Reste le grand attendu du casting, David Tennant. On connaissait l’acteur lumineux et émouvant en Doctor Who, inspecteur froid et névrosé dans Broadchurch, mais jamais il n'a semblé aussi glaçant. Présence réduite à l’écran, regard âpre et terrorisant, l’anglais livre une prestation dont lui seul semble tenir le secret et magnifie son personnage de Kilgrave. À l’image d'un septième épisode crucial où, en quelques mots, il referme le voile de sa menace sur Jessica et la série, son homme-pourpe marque, et risque de durablement hanter les écrans. 

 

 

PLEIN LES YEUX...?

Pour sa deuxième incursion chez Marvel, Netflix transforme donc l’essai. Mais loin d’assurer un sans faute, Jessica Jones souffre également de quelques défauts. Outre une tendance à omettre les éléments du Marvel Cinematic Universe au gré de certaines intrigues, on notera donc une production sensiblement inférieure à celle de Daredevil, de sa photographie sans grand caractère à une mise en oeuvre moins maitrisée. Exit donc la sublime relecture d'Old Boy de Matt Murdock ou les plans séquences finement maitrisés, la série n'affiche aucun équivalent à l'horizon. De même, passé son envoutant générique, il parait difficile de lui trouver une identité sonore appuyée.

Si cela s'explique en partie par les budgets supérieurs attribués à l'oeuvre de Drew Goddard, gageons que la donne changera lors d'une probable seconde saison. En attendant, c'est avec Daredevil saison 2, Luke Cage (2016), la mini-série The Defenders (2017) et les premières infos de la future Iron Fist, qu'il va falloir patienter.

Marvel's Jessica Jones - Disponible dès le 20 novembre sur Netflix.

 

 

Tout savoir sur Jessica Jones

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Tog
07/12/2015 à 20:40

Assez d'accord avec ça!

Mais faut croire que le troll sans même prendre la peine de lire ou comprendre les articles est devenu un sport olympique pour certains :)

Florian Descamps
07/12/2015 à 20:32

Le mot débutante est, comme vous le citez vous-même, entre guillemets. Et nul part il n'est précisé qu'elle n'a rien fait avant Jessica Jones. Seulement et, jusqu'à preuve du contraire, le casting comporte aussi Carrie-Anne Moss et David Tennant, pour sa part acteur chevronné et reconnu pour bien des rôles majeurs, ne serait-ce qu'au sein de la Royal Company où il a entre autre incarné le Richard II de Shakespeare.

À ce titre, oui, 100 fois oui, Krysten Ritter parait être le "maillon faible" du casting. Ce n'est pas lui manquer de respect que de dire qu'elle n'a pas eu de premier rôle majeur avant cette série. Et j'irai même plus loin : on cite deux de ses rôles connus dans la critique.

2cloo
04/12/2015 à 13:37

"actrice encore « débutante » et maillon faible du casting sur le papier" où allez-vous cherchez vos arguments ???? Quelqu'un à pensé la même chose que ce "critique" ??? Elle est sur les écrans depuis 2001, c'était déjà un sacré second rôle dans Breaking Bad et elle a déjà eu des premiers rôles avant... Vous êtes à côté de la Plaque...

Ratatak
22/11/2015 à 21:37

Ce qui est intéressant avec ces 2 shows c'est qu'ils ne cherchent pas la surenchère de twists ou de high-concepts fumeux - les persos sont bien travaillés, l'action bien distillée et très correctement filmée - ce qui les rend finalement très proches des comics dont ils viennent.

Gab
19/11/2015 à 18:17

J'avais beaucoup aimé Daredevil. Pas aussi flamboyant que promis, mais une vraie démarche cinématographique au-delà de l'adaptation Marvel. Une jolie surprise.

Hâte de voir Jessica Jones.

Piwi
19/11/2015 à 14:27

Curieux de voir une héroïne Marvel tiens, surtout avec une actrice aussi décalée que Ritter.
En espérant que ce soit plus excitant que Daredevil - oui je sais tout le monde aime cette série, mais j'ai pas dépassé 3 épisodes, car trop ordinaire ; pas médiocre, juste pas très intéressant ou remarquable

Bolderiz
18/11/2015 à 20:26

Bien, bien, c'est globalement positif donc... Il me tarde de voir cette série cousine de Daredevil mais , surtout, j'espère qu'elle ouvrira les portes au si attendu (par moi en tous les cas!) Iron Fist!!

votre commentaire