Z Nation la nouvelle série zombie

La Rédaction | 25 septembre 2014
La Rédaction | 25 septembre 2014

3 ans après l'apocalypse zombie qui a ravagé la Terre et détruit tous les gouvernements, les rares survivants vivent en communautés sévèrement gardées. Arrive dans l'une d'elle un militaire qui escorte un homme énigmatique, qui porterait en lui le seul vaccin capable de sauver l'humanité. Sa mission : transporter l'homme jusqu'à un laboratoire en Californie où le vaccin sera synthétisé. Il réquisitionne une poignée de survivants qui, après la destruction de leur campement par les zombies, décident de les accompagner dans leur voyage.

 

 

Autant dire que pareil résumé est vu et archi vu. Au moins les choses sont claires, nous avançons en terrain connu et, si l'on accepte la règle du jeu, tout devrait bien se passer. Les personnages ne sont pas originaux pour un sou mais, jusqu'ici, ils fonctionnent. Sacrifiant à la mode lancée par The Walking DeadZ Nation se révèle particulièrement graphique, pour le meilleur et pour le pire. Si les maquillages et autres effets traditionnels fonctionnent très bien, on est plus perplexes lors des passages en images de synthèse, lorsque le manque de moyens se fait cruellement sentir.

 

 

Pourtant, la série est dotée d'une très bonne ambiance, ne se révèle pas ennuyeuse comme son concurrent et l'on a même un certain plaisir à suivre ce groupe de survivants tomber dans tous les pièges prévisibles, avec une satisfaction post-moderne un brin cynique, certes, mais qui s'avère étonnament rafraîchissante. Néanmoins, il reste à la série un gros piège à éviter : celui de s'embourber dans une routine et de verser trop dans les bons sentiments. On espère en tout cas que Syfy et The Asylum tiendront la barre dans les épisodes à venir, ne serait-ce que pour proposer une alternative à The Walking Dead, de plus en plus embarrassant par rapport à son matériau d'origine.

VERDICT : Si Z Nation ne révolutionnera pas le genre, il assure un spectacle efficace et divertissant, qui ne peut que gagner en qualité et en profondeur à condition que ses créateurs fassent les bons choix et ne cèdent pas à la facilité pour ressembler à leur modèle. 

 

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire