Urgences - Saison 15 et la vie continue

Stéphane Argentin | 21 août 2009
Stéphane Argentin | 21 août 2009

Après 15 années de bons et loyaux services, les Urgences (E.R. en VO pour Emergency Room) referment donc définitivement le rideau. Le double épisode final diffusé ce dimanche, 23 août 2009, sur France 2, s'intitule d'ailleurs fort judicieusement NFS, chimie, iono... rideau !, traduction du titre VO And in the end... que l'on jugera plus ou moins inspiré mais qui résume toutefois assez bien l'esprit de ce microcosme hospitalier dans le cœur des fidèles de la première heure. Car si en définitive les adieux sont déchirants, c'est davantage du côté des téléspectateurs que du côté des urgentistes eux-mêmes. Loin de « boucler la boucle », Urgences a en effet, comme toutes les grandes séries, la brillante idée de se conclure sur une fin ouverte où les médecins pénètrent pour la nième fois au pas de course dans le célèbre Cook County Hospital dévoilé dans toute sa splendeur par le biais d'un travelling arrière alors que retenti pour la dernière fois le thème mythique du show.

 

Mais avant d'en arriver là, cette dernière saison aura su rappeler pour la 15ème année consécutive combien Urgences restera à jamais l'une des plus grandes séries ayant jamais vu le jour sous la plume de feu Michael Crichton auquel un épisode est d'ailleurs dédié suite à son décès en novembre 2008. Et tandis qu'il rend hommage à son créateur, ledit épisode voit par ailleurs le retour d'une des figures de prou du show en la personne de Mark Greene (personnage décédé 7 ans plus tôt faut-il le rappeler). Loin d'être un simple caprice de scénaristes, ce retour d'entre les morts s'intègre à la perfection et permet de surcroit d'approfondir le personnage nouvellement arrivé du Dr. Bandfield (Angela Bassett). Ou quand la maestria des auteurs fait une nouvelle fois merveille en combinant passé et présent.

 

D'autres histoires flirteront sur le même principe entre l'avant, le maintenant et l'après tel cet épisode très émouvant et fort justement intitulé Old times où des décennies de mariage entre Ernest Borgnine et son épouse mourante amèneront le couple Samantha Taggart (Linda Cardellini) / Tony Gates (John Stamos) à reconsidérer leurs propres différents. Ou encore cet autre, A long strange trip, qui revient aux origines du service des Urgences avec un autre come-back de poids : le Dr. David Morgenstern (William H. Macy). Car avant d'être un show médical où les barbarismes linguistiques (chimie, iono, NFS...) sont débités à un rythme mitraillette, Urgences est aussi et surtout une radiographie de la société dans ses grandes largeurs, ses sujets épineux (la pédophilie par le biais du Dr. Simon Brenner), les faiblesses, problèmes personnels, peines de cœur et autres choix cornéliens de ses praticiens (faut-il donner la priorité à l'agresseur ou bien à la victime ?) par l'entremise d'un ensemble cast d'une richesse sans cesse renouvelée et in fine jamais épuisée.

 

Urgences - Saison 1

Ce n'est donc pas un hasard si, pour cet ultime baroud d'honneur, Urgences a fait revenir toutes les figures tutélaires de la première heure. Et la liste de donner le tournis et de nous émouvoir aux larmes à chaque nouveau come-back : Kerry Weaver, Susan Lewis, Elizabeth Corday, Peter Benton, John Carter, Carol Hathaway, Doug Ross... à chaque fois dans des circonstances parfaitement maîtrisées en termes de storytelling. Sans compter le mythique générique qui se rappelle à notre bon souvenir en ouverture de l'ultime épisode à l'heure où ceux en bonne et due forme se comptent désormais sur les doigts d'une main (il faut se tourner du côté des shows câblés pour les dénicher). Une dernière « photo de classe » symbolisée par ce mur de noms de casiers qui permet par ailleurs à la série de s'émanciper d'un quelconque « cloisonnement » au sein d'une double décennie (1994-2009) : les « anciens » ont poursuivi leur vie après le Cook County tandis que les nouveaux arrivent jusque dans le tout dernier épisode : la fille de Mark Greene, Rachel, ou encore le Dr. Julia Wise (Alexis Bledel) qui s'interroge déjà sur ses compétences en temps que médecin.

 

Le spectateur quant à lui ne s'interroge plus depuis déjà bien longtemps sur celles, de compétences, de cette série. Et l'épisode final de mettre un point d'honneur à (re)démontrer à quel point Urgences révolutionna le monde des séries, aussi bien sur le fond que sur la forme. Les longs plans séquences au steadycam de la première heure (le pilot réalisé de mains de maître par Mimi Leder) ont cédé la place à une mise en scène un peu plus « brutale » et découpée mais toujours aussi efficace et traumatisante. Témoin cette succession de plans d'une femme enceinte en train de se vider littéralement de son sang. Et la caméra de s'attarder ensuite longuement sur les traces de pas ensanglantés qui jonchent le sol. Une manière de rappeler à quel point Urgences marqua de son empreinte l'univers sériel et que quantité de shows qui lui ont succédé lui doivent une fière chandelle.

 

À l'heure du passage de relai, quelle série peut désormais prétendre à la succession d'Urgences ? Grey's anatomy ? Trop mielleuse et, au terme de sa 5ème saison, déjà redondante. Dr House ? Sans doute la plus brillante à l'heure actuelle mais qui, privée de son personnage principal, n'aurait plus de raison d'être. Et du côté des nouvelles venues ? Hawthorne avec Jada Pinkett Smith ? Trop banale et mollassonne. Nurse Jackie avec Edie - Carmela Soprano - Falco ? Une variante médicale de Weeds plutôt prometteuse (et diffusée par ailleurs sur la même chaîne aux États-Unis : Showtime). L'an prochain, d'autres tenteront leur chance : Mercy ou encore Trauma, création sous adrénaline chapeautée par Peter Berg (Friday Night Lights), toutes deux prévues à la rentrée 2009 sur NBC. Soit le network qui diffusait déjà Urgences.

 

Mais si en définitive la chaîne tenait déjà sa remplaçante avec Southland ? Cette nouvelle série créée par Ann Biderman (déjà crédité sur quelques épisodes de NYPD Blue et coscénariste de Public enemies) est fondée sur le même modèle (ensemble cast, radiographie de la société moderne, séquences chocs, vocabulaire sans concession...) et soutenue par la même équipe en coulisses, à commencer par le scénariste / showrunner / producteur exécutif John Wells qui a troqué la blouse blanche pour l'uniforme des forces du LAPD. Une façon comme une autre pour ce véritable mogul du petit écran (New York 911, À la Maison Blanche...) de poursuivre son ouvrage après l'arrêt d'Urgences. Un arrêt mais certainement pas la fermeture car, aussi bien pour les personnages que dans le cœur de millions de téléspectateurs, la vie aux Urgences du Cook County Hospital se poursuit. The show / life must go on...

 

Urgences - Saison 15

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire