Dr House - Saison 4

Stéphane Argentin | 17 février 2009
Stéphane Argentin | 17 février 2009

« Dites docteur, ces médicaments que vous m’avez prescris semblent n’avoir aucun effet.

– Dans ce cas, nous allons essayer autre chose.

– Et vous êtes sûr que ça va marcher cette fois ?

– Faites-moi confiance ! »

 

Cette conversation (in)directe (pour rappel, le docteur en question, sous couvert qu’ils mentent comme ils respirent, déteste voir ses patients et préfère les diagnostiquer à distance), le Dr. Gregory House (Hugh Laurie) l’a déjà tenu des dizaines de fois au cours des trois années écoulées. Ce véritable leitmotiv de la série éponyme, David Shore (son créateur) a visiblement décidé de l’appliquer à la quatrième saison de House. Exit donc les anciens assistants / souffre-douleurs du praticien (Foreman, Wilson, Cameron et Chase ont, au choix, démissionné ou bien été virés au terme de la saison 3), bienvenue aux candidats de la nouvelle grande émission de l’année : « Qui veut exercer aux côtés de Greg ? ». Soit ni plus ni moins qu’une promo entière de chirurgiens en devenir. Et House de se livrer dès lors à son jeu favori (et celui des téléspectateurs par la même occasion) : la raillerie à tout-va.

 


« Trop grand, trop lent, trop moche, trop ceci, pas assez cela… ». Toutes les (mauvaises) raisons sont bonnes aux yeux du jury (House donc) pour éliminer un par un les candidats. Mais celles, de raisons, qui auront poussé ledit créateur de la série à tenter un tel coup de poker après seulement trois petites années sont-elles les bonnes ? Car après tout, la « mécanique House » était jusqu’ici parfaitement bien huilée : un nouveau malade chaque semaine, des indices et notre Sherlock Holmes du stéthoscope de chercher la cause du mal qui ronge (tue). Qu’est-ce qui, dès lors, a donc bien pu amener le David Shore en question à renouveler ainsi la garde rapprochée de Sherlock House ? L’envie de s’extirper du train-train quotidien ou bien simplement de faire apparaître de nouvelles têtes sans toutefois remplacer la pensante, de tête (House sans House ne serait plus House bien entendu) ?

 

Au terme des 16 patients traités au cours de cette saison 4 (contre 22 à 24 les années passées, grève des scénaristes oblige en 2007/2008), on serait plutôt enclin à répondre que la nouvelle prescription est identique à l’ancienne et que seul l’emballage du médicament semble avoir été remanié. Autre certitude : un penchant pour le « plus plus ». Plus détonnant (un effondrement d’immeuble et un accident de bus respectivement en guise de season premiere et de season finale), magique (un prestidigitateur), mort (une patiente qui peut converser avec les trépassés), religieux (une juive), space (une astronaute de la NASA), strasse (un acteur de soap), high-tech (une consultation au Pôle Sud via vidéoconférence), gouvernemental (un agent de la CIA)…

 

Au « monsieur et madame tout le monde » des saisons passées, les scénaristes auront donc préféré un terrain de jeu plus vaste mais dont les règles demeurent in fine immuables : patients et indices au départ, médocs et invectives à l’arrivée. D’ailleurs, outre les Wilson et Cuddy omniprésents, les quatre anciens mousquetaires de House ne sont jamais bien loin et réapparaissent de temps à autres, le temps d’une scène ou deux, au détour d’un couloir. Soit la preuve supplémentaire que le renouvellement annoncé n’était ni plus ni moins qu’un « faire du neuf avec du vieux ». Dès lors, la question ne porte plus tant sur la légitimité de ce changement mais sur l’éventuelle léthargie qui risque bel et bien de gagner le téléspectateur.

 


Et c’est finalement de ce point de vue que la saison 4 se situe un cran en deçà des précédentes. Car après tout, que peuvent bien attendre les fervents admirateurs, et plus particulièrement les admiratrices compte-tenu du succès de la série et de son acteur / personnage-titre auprès de la gent féminine, si ce n’est plus de House lui-même et pas uniquement de la « méthode House » décrite ci-dessus ? De part le passé, Cameron s’était emmourachée de son mentor, son ex-femme (Sela Ward) était réapparu, un Némésis des forces de l’ordre était entré en piste (David Morse), les propres parents de ce bon docteur avaient même fait leur apparition… Soit autant d’intrigues dont le niveau de stimulation n’avait d’égal que leur interaction directe avec House par opposition aux patients traités à distance. Exception faite du numéro de funambulisme scénaristique du season finale devenu la grande spécialité du show (mais qu’est-ce que House foutait dans ce bus accidenté ?), point de ces interactions cette année. Peut-être étaient-elles prévues dans les huit épisodes « manquants » de l’année (cf. la grève des scénaristes susnommés) ou bien, tout simplement, s’agissait-il là d’une année sabbatique avant le retour du grand House la saison prochaine. Pour en avoir le cœur net, il faudra donc prendre à nouveau rendez-vous avec le docteur en 2010.

 

Dr House - Saison 4 : Tous les mercredis soir à 20h50 sur TF1 à partir du 18 février 2009.

 


 

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire