Preview Série : Eli Stone

Stéphane Argentin | 5 février 2008
Stéphane Argentin | 5 février 2008

C’est la rentrée des séries aux pays de l’Oncle Sam ! Sur la trentaine de nouveaux shows qui débarquent sur les cinq grands networks américains (ABC, CBS, FOX, NBC et THE CW), une poignée seulement parviendront à survivre jusqu’en fin de saison. Sur cette même trentaine, certains arriveront sur les écrans français dans les mois/années à venir. Alors, afin d’y voir un peu plus clair dans cette jungle, Ecran Large vous propose de découvrir dans les jours/semaines à venir une petite preview de chaque épisode pilot de ces nouvelles séries télés 2007/2008.

 

NB : Nous n’aborderons pour l’heure que les dramas (format 60min), les programmes courts (30min) parvenant beaucoup plus rarement et en beaucoup plus petites quantités jusque dans nos vertes contrées.

 

 

 

 

 

ELI STONE

 



 

 

Network : ABC

 

Genre : Jeanne d’Arc version avocat

 

Créateur / Scénariste : Greg Berlanti (Everwood, Brothers & Sisters) & Marc Guggenheim (Brothers & Sisters)

 

Réalisateur : Ken Olin (Alias, Brothers & Sisters)

 

Acteurs : Jonny Lee Miller (Smith), Victor Garber (Alias), Natasha Henstridge (Commander-in-Chief), Loretta Devine (Grey’s anatomy, Boston Public), Sam Jaeger, Laura Benanti, James Saito

 

L’histoire : Eli Stone est l’un des avocats les plus réputés de San Francisco. Sa clientèle : les sociétés les plus importantes et prospères de la baie qui prennent un malin plaisir à écraser les petites gens. Jusqu’au jour où Eli est victime d’étranges hallucinations. Il va alors tenter de redonner un sens à son existence tout en conservant son travail et sans briser sa relation avec la fille de son patron…

 

Preview : À la lecture du pitch ci-dessus, l’ambition d’Eli Stone n’est pas des moindres : parvenir à combiner au sein d’une seule et même série la dramédie (mélange de drame et de comédie) et le judiciaire avec un soupçon de fantastique. Vaste programme s’il en est. Et pourtant, à l’arrivée, force est de constater que l’amalgame fonctionne plutôt bien. La réussite de l’aspect dramédie ne laissait toutefois que peu de doute compte-tenu de la présence en coulisses (scénaristes et réalisateur) des artisans de l’excellente Brothers & Sisters.

 

À cette base solide s’ajoute la touche de fantaisie par le biais de séquences à la drôlerie particulièrement bien sentie (les « hallucinations » visuelles et sonores d’Eli personnifié par un guest star des plus vivifiant de George Michael). Quant au pendant juridique du show, sans atteindre la maestria de l’expert en la matière qu’est David E. Kelley (The Practice, Boston justice), il fait là-encore mouche grâce à un sujet certes « facile » (le procès d’une mère dont le fils a été contaminé par un vaccin frauduleux commercialisé par un grand groupe pharmaceutique) mais néanmoins traité avec justesse.

 

Tout aussi juste est l’interprétation de Jonny Lee Miller, comédien abonné au guest starring TV depuis plus de 10 ans et qui campe là un Eli Stone des plus convaincants sans jamais sombrer dans l’excès (comique) ou la facilité (dramaturgique). Sans vraiment révolutionner le monde des séries TV, Eli Stone parvient donc à viser juste dans sa combinaison des genres, au même titre que Life dans un registre différent (le cop show).

 

Les chiffres : Les audiences du pilot d’Eli Stone diffusé le jeudi 31 janvier 2008 à 22h n’avaient rien de révolutionnaires non plus puisque 11,6 millions de téléspectateurs ont suivi l’épisode en question. Un score certes excellent qui positionne ABC en tête du créneau horaire mais qu’il convient néanmoins de relativiser puisqu’aucune concurrence sérieuse n’était présente sur les autres chaînes à l’exception d’une rediffusion de FBI : Portés disparus sur CBS (faute d’épisodes inédits suite à la grève des scénaristes). Affaire à suivre donc dans les semaines à venir…

 

Les photos : Retrouvez les premières photos de la série dans la galerie ci-jointe.

 


 

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire