Grey's anatomy - Saison 3

Stéphane Argentin | 21 mai 2007
Stéphane Argentin | 21 mai 2007

S’il y a bien une série qui a tiré toute la couverture médiatique à elle au cours de la saison télévisuelle 2006-2007, c’est bien elle : Grey’s anatomy ! Des projecteurs braqués en quasi-permanence sur le show, mais pas toujours pour ses qualités artistiques intrinsèques.

 

Le Roi est mort, vive la Reine !

Au terme d’une deuxième saison trépidante et forte en rebondissements de toutes sortes, et notamment une petite poussée de fièvre à 37,8 (millions de téléspectateurs) un soir de février 2006 (cf. news), la chaîne ABC avait surpris tout son monde en annonçant la programmation de la troisième saison de Grey’s anatomy face au T-Rex le plus vorace de l’audimat yankee : Les Experts. Une décision qui, dès septembre 2006 (cf. news) et au cours des mois qui suivirent, portera ses fruits puisque la série imaginée par la quasi-inconnue Shonda Rhimes parviendra à la surprise générale à damner le pion à l’équipe emmenée par Grissom.

 

Une première place sur le podium qu’il convient toutefois de relativiser à posteriori, la tendance 2006-2007 étant plutôt au « resserrement » des audiences pour une majorité de séries, aussi bien nouvelles qu’anciennes, dans une fourchette 10-20 millions de téléspectateurs outre-atlantique. Par conséquent, rares furent les shows à franchir la barre des 20 millions au cours de la saison passée et encore moins celle des 25 que Les Experts dépassaient régulièrement à la grande époque. Seul Dr House (autre fiction télé médicale dans un registre nettement plus cynique) peut se targuer de fréquents 20+ au cours de l’année écoulée.

 

 

Allo maman, ici bébé !

C’est à n’en pas douter cette nouvelle position de number one de l’audimat raflée par Grey’s anatomy qui incita les dirigeants d’ABC à imiter leur prédécesseur (Les Experts) en initiant un spin-off de leur nouveau poulain. Les chiffres abondèrent là encore en faveur de ce projet lors de la diffusion le 3 mai 2007 du double épisode servant d’introduction à ce dérivé (cf. news). C’est donc sans surprise que cette nouvelle série vient tout juste d’être retenue au sein de la grille de programmes 2007-2008 de la chaîne (cf. news), Grey’s anatomy ayant pour sa part été reconduite dès mars dernier pour une quatrième saison (cf. news). L’heureuse élue, répondant au doux nom de Private practice, suivra le quotidien du docteur Addison Montgomery (ex Mme Mamour – Sheperd) partie exercer dans un établissement de Santa Monica spécialisé dans tout ce qui touche de près ou de loin à l’obstétrie (quoi de plus normal puisqu’Addison est une brillante chirurgienne dans ce domaine !). Si le succès venait à être une nouvelle fois au rendez-vous pour ce Private practice, nul doute qu’un deuxième spin-off pourrait fort rapidement voir le jour, à l’image des Experts : Manhattan deux ans après Les Experts : Miami.

 

 

 

Du rififi à l’hosto !

Mais les similitudes avec Les Experts ne s’arrêtent pas là puisqu’une fois passée de l’autre côté de l’écran, plusieurs épisodes off caméra qui firent les choux gras des tabloïds ont également eu lieu au cours de la saison passée. Outre le « claquement de porte » de Katherine Heigl lors des renégociations salariales en février dernier (les comédiens George Eads et Jorja Fox avaient connu pareilles démêlées sur Les Experts), ou encore les « pourquoi elle et pas moi » quant au choix de Kate Walsh pour le spin-off Private practice, c’est avant tout et surtout la désormais célèbre affaire dite de « la tapette » qui éclaboussa Grey’s anatomy à plusieurs reprises et de plein fouet sans pour autant ternir l’image de la série aux yeux des téléspectateurs. Un épisode à rallonge qui, de mauvais jeux de mots (cf. news) en mauvais jeux de mains (cf. news), s’étira sur plusieurs mois mais semble enfin être parvenu à sa conclusion.

 

 

 
Pouls filant, rythme cardiaque en hausse !

Tout ceci est bien beau mais quid du contenu de cette fameuse troisième saison dans tout cela ? Avec un tel battage médiatique, on en viendrait presque en effet à oublier ce qui s’est tramé dans les couloirs du Seattle Grace Hospital durant ces 25 nouveaux épisodes ? Et bien force est de constater qu’une certaine forme de parallélisme serait décelable entre les tribulations en coulisses et à l’écran. Forte de sa nouvelle position de Reine de l’audimat, Grey’s anatomy a ainsi eut quelque peu tendance à se reposer sur ses lauriers d’amour au cours du premier tiers de cette troisième saison, une grande partie de la critique américaine lui reprochant, à juste titre, de s’attarder davantage sur les problèmes de cœur (sentimentalement parlant) et plus assez sur ceux du cœur (médicalement parlant). Puis, passés ces premiers épisodes un peu trop « fleur bleue », le déclic, comme si les échauffourées off caméra avaient déteint à l’écran. À l’image du désormais mythique double épisode de tous les records de l’année précédente, la troisième saison remet le couvert avec un diptyque encore plus spectaculaire. Et si la situation, catastrophique et rythmée au possible, lorgne alors très clairement du côté d’un certain Urgences, son dénouement soumettra ensuite à rude épreuve les nerfs des fans de la série en même temps que ceux de toute la petite équipe de médecins.

 

 

Comme par magie, Grey’s anatomy renoue alors avec ce qui fit son succès jusque-là : une magnifique alchimie entre les cas médicaux traités et les sentiments des médecins traitants, l’effet Florence Nightingale par excellence (cf. Retour vers le futur) étant atteint avec le fil rouge narratif entre Alex et une rescapée de ladite catastrophe. Les amitiés et les amours vont à nouveau être malmenés, la frontière entre les deux étant parfois des plus flous (George – Izzie). Les familles des uns et des autres entrent en jeu pour le meilleur et pour le pire (Meredith, George) tandis que les relations que l’on croyait solidement établies vont elles aussi être remises en question (Meredith – Derek, Cristina – Preston). À ce titre, le season finale, certes moins tragi-larmoyant que la saison passée (plus eut été difficilement envisageable), n’en laisse pas moins une nouvelle fois exsangue les cœurs des uns et des autres, et les téléspectateurs dans l’expectative d’une quatrième saison au moins aussi chavirante que par le passé. D’autant qu’une fois encore, au moment de ce final, réalité et fiction se juxtaposent puisqu’à l’heure où le Dr. Addison Montgomery s’apprête à voler de ses propres ailes, son interprète, Kate Walsh, vient de se faire passer la bague au doigt à la ville. Qui a dit que Grey’s anatomy n’était qu’une pure fiction médico-sentimentale ?

 

 

Grey’s anatomy saison 3, tous les mardis soirs à 20h50 sur TF1, à partir du 22 mai 2007.

 

 
 

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire