The Unit - Saison 1

Stéphane Argentin | 17 janvier 2007
Stéphane Argentin | 17 janvier 2007

Après les affaires non classées (non pas X-Files mais Cold case), les personnes disparues (FBI : Portés disparus), le nouvel Einstein des maths (Numb3rs), la marine (NCIS), sans oublier les experts des analyses scientifico-policières de Las Vegas, Miami et Manhattan, quel nouveau terrain de jeu pouvait bien trouver CBS, LE network américain spécialisé dans les séries procédurières à succès ? Et pourquoi pas le monde tout entier ?

Le constat semble tellement évident qu'on en vient même à se demander comment la série The Unit qui narre les exploits aux quatre coins du globe (et parfois de leur terre natale) de ce contingent d'élite ultra secret de l'armée US, n'a pas vu le jour plus tôt ? Car après tout, les États-Unis ne sont-ils pas la première puissance (militaire) mondiale ? Les garants et les protecteurs de la paix internationale ? À la vision des premiers épisodes de la série, c'est en tous les cas ce sentiment d'American power qui transparait. Le pilote ne débute-t-il pas sur la destruction d'un édifice censé abriter un dangereux terroriste / trafiquant d'armes reclus aux confins des montagnes afghanes ? De là à y déceler un parallèle avec la traque dans le même pays d'un certain Oussama Ben Laden, il n'y a qu'un premier pas.


Les intrigues suivantes laissent elles aussi, la plupart du temps, ce sentiment d'ode à la gloire de l'armée US, capable de survivre grâce à son entrainement et son ingéniosité dans les situations les plus délicates – 1.2 – Stress où l'équipe se retrouve face à un autre terroriste très coriace – mais aussi capable de faire preuve de beaucoup de finesse et de doigté pour parvenir à son objectif – 1.9 – Eating the young où l'équipe atteint un trafiquant de missiles sans toucher à un seul cheveu des charmantes têtes blondes armées jusqu'aux dents qui gardent l'enceinte. De là à y voir une analogie aux frappes dites « chirurgicales » qui ne tuent que les méchants et pas les civils, il n'y a qu'un deuxième pas. Sans oublier, pour nous autres froggies fauteurs de troubles, un ultime épisode (1.13 – The Wall) où la dream team en rangers fait équipe avec un officier français (répondant comme par hasard au nom de Leclerc), ce dernier étant à deux doigts de faire capoter toute l'opération. De là à y déceler une analogie aux tensions franco-américaines latentes suite au conflit iraquien, il n'y a qu'un troisième pas.


En caressant ainsi le chat dans le sens du poil, il n'est donc pas bien surprenant que cette adaptation d'un livre/mémoires au nom très évocateur de Inside Delta Force signé Eric L. Haney (militaire aujourd'hui retraité et conseiller sur la série) ait su trouver instantanément son public Outre-Atlantique. Diffusée à partir du 7 mars 2006, cette première saison de 13 épisodes de The Unit a ainsi été suivie par 15,5 millions d'américains en moyenne, entrainant de facto et sans surprise sa reconduction pour une deuxième année pleine et entière. Est-ce à dire pour autant que The Unit est une fiction TV 100% américano-américaine qui ne s'adresse qu'aux habitants du pays de l'Oncle Sam ? Non. Ou tout du moins pas intégralement. Ce serait en effet oublier un peu vite les deux hommes de l'ombre à l'origine du projet : David Mamet et Shawn Ryan.


Bien que le résultat ne soit pas à la hauteur des espoirs que l'on pouvait placer en elle, cette collaboration laisse néanmoins transparaitre à plus d'une reprise le talent de ces deux fines fleurs de l'entertainment hollywoodien. Les épisodes dans lesquels ils se retrouvent directement impliqués portent ainsi indubitablement leur empreinte. En spécialiste des scénarios trompe-l'œil rédigés à la virgule près tels des horloges suisses, David Mamet nous offre ainsi une intrigue sans coups de feu échangés (1.6 – Security) tandis que Shawn Ryan nous délivre un scénario à l'image de son excellente série viscérale et percutante The Shield au cours de l'épisode 1.4 – True believers où la torture physique par le biais d'un interrogatoire « musclée » est reine (les mêmes signes distinctifs se retrouveront dans l'épisode 1.8 – SERE mais non scénarisé par Ryan cette fois). Et si ces deux histoires – la première mise en images par Mamet lui-même – se révèlent au dessus du lot dans cette première saison, The Unit n'en demeure pas moins un show un peu plus profond et intéressant qu'il n'y laisserait paraître en surface. À condition d'y regarder d'un peu plus près et surtout aux bons moments.


Ainsi, sans pour autant dresser un portrait au vitriol de l'armée US (il faut tout de même leur concours pour un minimum de crédibilité du show), la série met de temps à autres le doigt sur quelques sujets sensibles tels les paies en déphasage avec les risques encourus (d'anciens membres de l'unité reconvertis dans le privé touchent bien plus), l'absence de reconnaissance officielle des hommes tombés au combat (1.11 – Exposure) ou encore le silence absolu sur le véritable statut de ces hommes que doivent observer leurs épouses. À cet effet, et puisqu'un Mamet peut en cacher un autre, David cède souvent sa plume à sa sœur, Lynn, afin d'immiscer une petite touche féminine à la série. Car entre temps un autre show a su émousser les envies des téléspectateurs potentiels, ou plutôt des téléspectatrices : Desperate housewives. Difficile en effet de ne pas dresser un parallèle entre les péripéties domestiques de Wisteria Lane (adultères, enfants rebelles, agressions…) et celles, moins pimpantes, ayant cours sur la base militaire de The Unit, et ce en vue d'attirer ladite gente féminine vers un show aux atours très testostéronés en apparence.

  

À l'arrivée, l'alchimie de tous ces ingrédients aboutit à une série assez hétérogène : pertinente et intéressante lorsque ses deux co-créateurs se penchent dessus avec suffisamment d'attention, mais moins palpitante lorsqu'elle dresse sa banderole publicitaire du « Go US Army » ou bien qu'elle revêt ses atours de femmes au foyer désespérées. Sur les seulement 13 épisodes que comporte la première saison de The Unit, l'ensemble se laisse donc suivre avec un certain intérêt. Reste à présent à découvrir dans quelle direction le show poursuivra par la suite…

The Unit, tous les mercredis sur M6 en deuxième partie de soirée à partir du 17 janvier 2007.

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire