Stranger Things : 4 solutions pour sauver la saison 4 (et la série Netflix)

La Rédaction | 30 juin 2022 - MAJ : 30/06/2022 16:52
La Rédaction | 30 juin 2022 - MAJ : 30/06/2022 16:52

La saison 4 de Stranger Things nous a redonné espoir, mais Netflix a encore quelques attentes à satisfaire avant de parler de franche réussite.

Alors qu'on voyait la bande de Millie Bobby Brown, Winona Ryder, Finn Wolfhard, Maya Hawke et David Harbour dériver vers toujours plus de facilités scénaristiques et nostalgie mielleuse, la saison 4 de Stranger Things a réussi à raviver notre intérêt pour une série qu'on pensait plus ou moins perdue pour la cause - notamment grâce aux quatre premiers épisodes, comme on l'explique dans notre critique de Stranger Things 4.

Mais il reste encore du pain sur la planche avant qu'on puisse parler de franche réussite pour cette avant-dernière saison de la série des frères Ross Duffer et Matt Duffer, et voici les quatre principales tâches qui les attendent.

 

Stranger Things : photo, Finn Wolfhard, Charlie Heaton, Noah SchnappÉcoutez-nous bien les morveux ; déjà on se coupe les cheveux et on arrête la weed 

 

1. ASSUMER L'HORREUR POUR DE BON

On l'a répété environ cent fois, mais on va le redire : l'essence d'une série comme Stranger Things, c'est son genre. Et le genre de Stranger Things, c'est le mystère paranormal tendance horreur à la Stephen King. Un peu comme Eerie, Indiana quoi. Enlevez les énigmes et le danger, et vous n'avez plus que des personnages qui parlent pour ne rien dire et des blagues référencées lourdingues. Soit la saison 3.

Et personne ne veut revoir Steve, Robin et Dustin marcher pendant des heures dans un couloir en écoutant les punchlines lamentables d'une gamine de 10 ans, ni revivre l'humiliation du Flagelleur Mental grâce deux marmots qui chantent le générique de L'Histoire sans fin.

 

Stranger Things : photo, Maya Hawke, Joe Keery, Priah Ferguson, Natalia Dyer, Sadie SinkQuelqu'un peut dire à Erica d'arrêter de faire des blagues ?

 

Pour éviter que Vecna ne soit cette fois vaincu par la chanson Ma Mélissa des minikeums, il serait grand temps que Stranger Things revienne un peu à ses fondamentaux, embrasse sa noirceur et assume ce qu'elle est. À savoir, un gros plaisir qui sent bon la nostalgie, certes, mais aussi une aventure étrange et dangereuse qui fait peur. Et quand bien même la saison 4 a fait quelque pas dans ce sens et qu'il faut les saluer (le meurtre assez sale de Chrissy, la fusillade en plan-séquence dans la maison des Byers, la séquence survie dans le monde à l'envers...), on n'y est pas encore tout à fait.

Est-ce que quelqu'un se souvient du meurtre glacial dans le diner qui ouvrait la saison 1 ? Pas un scénariste pour se souvenir de la mort de Barbara ? Il fut un temps où Stranger Things ne dorlotait pas son spectateur dans une zone de confort et le confrontait face à l'effroi et à l'incompréhension. Bien sûr, on ne parle pas de se mettre à faire du Dark (enfin vu que cette série est géniale, pourquoi pas), mais le ton de la série doit aller plus loin encore dans sa réorientation vers son côté sombre pour maintenir le spectateur investi et ne pas se contenter de lui proposer une colonie de vacances avec des démons. Y'en a marre du mode facile.

 

Stranger Things : photo, Robert EnglundEt faire une référence molle à Hannibal Lecter avec un caméo mou de Robert Englund ne suffira pas

 

2. ARRÊTER DE SE DISPERSER

Trois sous-intrigues différentes en début de saison, une quatrième qui naît en cours de route, seize (!) personnages dans le casting principal, sans parler du milliard de sous-sous-intrigues romantiques : il y a trop de sujets dans Stranger Things. Et surtout trop de sujets superflus. À bien y réfléchir, il ne se passe rien de bien majeur ni de bien prenant en dehors d'Hawkins, et si l'on aura du mal à se séparer de l'arc narratif dans le labo pour continuer à avancer dans l'intrigue principale, tous les évènements en Californie et en Russie auraient pu être coupés sans que rien ne change. Ce qui aurait pu permettre à la série de rester sur l'essentiel.

La partie en Russie est particulièrement emblématique du problème de la dispersion narrative et géographique de Stranger Things : non seulement elle rejoue les mêmes enjeux éculés pour Hopper, mais en plus elle est complètement séparée de tout le reste. Même la partie en Californie fait quelques vains efforts pour raccrocher les wagons, et on se demande déjà régulièrement pourquoi on nous la montre.

 

Stranger Things : photo, David HarbourEn voilà un qui aurait mieux fait de mourir

 

On en oublierait presque qu'on regarde une série sur une ville hantée par des monstres venus d'une dimension parallèle (beaucoup trop peu explorée par ailleurs). Stranger Things gagnerait donc énormément a bien plus largement concentrer son récit, quitte à assumer de laisser de côté certains personnages.

D'ailleurs, autre signe qui ne trompe pas quant à la trop grande gourmandise de la série : il y aura bientôt plus de shitty friends dans Stranger Things que dans Sonic. Sérieusement, il n'y avait pas assez de quoi faire avec le casting central, il fallait en plus rajouter Argyle, Dmitri et Eddie ? Et ressusciter le docteur Brenner en plus ? Même si on aime bien Eddie, le sort réservé à certains protagonistes du fait de la multiplication des personnages et des péripéties est à pleurer. Sérieusement, le nombre de répliques de Joyce doit être inférieur à dix, et on ne parle même pas du pauvre Will. Ce serait bien de ne pas les gâcher comme un certain Billy...

 

Stranger Things : photo, Eduardo FrancoWazaaaaaa...

 

3. COUPER LE CORDON AVEC LE PASSÉ

Depuis la saison 1, le personnage incarné par l'excellente Millie Bobby Brown est de plus en plus maltraité par la série. Si dans la saison 1, il était nécessaire de présenter son passé, notamment à l'aide de flashbacks et souvenirs résiduels, la saison 2 s'obstinait à développer un peu plus le passé de l'adolescente (notamment avec la question de sa mère puis de Huit). Un élément que la saison 3 avait réussi à éviter jusqu'à carrément lui retirer ses pouvoirs dans le grand final.

On pouvait alors légitimement penser que ses facultés extraordinaires lui reviendraient à force de travail ou d'émois adolescents, elle qui est désormais au lycée. Mais c'était sans compter le scénario des frères Duffer, bien décidé à la replacer dans un vieux laboratoire au milieu du désert pour qu'elle comprenne un peu plus d'où elle vient et, in fine, que l'intrigue s'éclaircisse avec la révélation des origines du grand méchant de l'Upside Down. Mais donc sérieusement, vous n'en avez pas marre de suivre Eleven, la voir s'émanciper un peu plus de son passé à chaque fin de saison avant qu'elle y retombe tête la première dans la suivante ?

 

Stranger Things : photo, Millie Bobby Brown, Jamie Campbell BowerEncore ce fichu labo

 

En quasi quatre saisons, Eleven a probablement plus vu de laboratoires que sa propre chambre et croisé plus de scientifiques qu'elle n'a vu ses propres amis. Et de fait, le spectateur aussi se retrouve à devoir poireauter devant les aventures souterraines de Eleven. D'autant plus qu'à peu de choses près, ce sont toujours les mêmes structures narratives avec des flashbacks, des craintes, ses pouvoirs qui grandissent au fur et à mesure de la saison et enfin une explosion complète de ses habilités.

Alors maintenant que la grande menace, Vecna, est enfin identifiée, qu'on sait qu'Eleven l'a créée involontairement et qu'elle est désormais en pleine capacité de ses pouvoirs, il serait temps de stopper les vieilles recherches barbantes de Papa et compagnie. Surtout si c'est pour raconter peu ou prou la même chose en permanence, dans des décors très similaires, alors même que toutes les possibilités de l'Upside Down restent tristement au deuxième-troisième plan.

Eleven est proche de l'âge adulte et avec tout ce qu'elle a appris sur elle-même et son passé, il serait donc parfaitement temps que les scénaristes lui laissent l'opportunité de se tourner vers l'avenir et de grandir de ses objectifs futurs, et non plus de la résolution de ses traumas intérieurs. Allez, on y croit !

 

Stranger Things : photo, Millie Bobby BrownAllez de l'avant

 

4. PRODUIRE UNE RUPTURE

Après trois saisons, plus ou moins stimulantes, il est temps pour la série de faire quelque chose de radical pour sauver le navire. Pour le moment, malgré les flashbacks, la série suit son cours de façon linéaire. Comme pour un coming of age classique, le spectateur assiste à l’évolution des personnages et à certains passages obligés (premier amour, bal de promo), des moments souvent lourdingues, voire carrément cringe, comme l’histoire d’amour entre Mike et Eleven, qui ne devraient pas constituer le cœur du récit. Même si la première partie de cette saison 4 a réussi son retour à l’horreur, il est nécessaire d’aller encore plus loin et de laisser de côté quelques digressions. Nous, on veut du sang et des larmes.

 

Stranger Things : Photo , Millie Bobby Brown, Noah Schnapp, Finn Wolfhard, Charlie HeatonNo Time to Die

 

Quoi de mieux pour remuer tout ce petit train-train que de tuer un ou, soyons fous, plusieurs personnages ? Contrairement à la mort du regrettable Billy, qui n’a impacté que Max, ou à la disparition d’Hopper qui n’a impacté que Joyce et Eleven, la mort d’un personnage comme Eleven aurait de véritables conséquences sur l’intrigue. Le décès de Nancy, coincée dans le monde à l’envers à la fin de la partie 1, ne servirait strictement à rien à part à en faire pleurer quelques-uns, et encore. Honnêtement, on serait même prêts à accepter le trépas de Steve, l’un des meilleurs personnages, pour le bien de la série.

Autre geste fort qui pourrait produire une évolution intéressante : après une attente de trois ans entre les saisons 3 et 4, les frères Duffer ont loupé l’occasion parfaite de réaliser un saut conséquent dans le temps qui aurait parfaitement pu redynamiser l’intrigue, surtout que les acteurs ont bien vieilli depuis la fin de la saison 3. Mais non, les créateurs ont préféré faire leur (très courte) ellipse à la fin du dernier épisode de la troisième saison, et faire un saut de seulement six mois pour la saison 4. Même s’il est peu probable que la nouvelle salve d'épisodes procède à une ellipse temporelle de taille, cette vraie rupture fonctionnera avec un choc mortel et un véritable bouleversement. On espère que des choix audacieux seront faits.

Tout savoir sur Stranger Things

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Arlaya
02/07/2022 à 07:52

Cette dernière saison était excellente. Les deux derniers épisodes m'ont fait rire, pleuré et même gueulé. Si je ne suis pas dans l'analyse et que j'écoute juste les émotions que ces derniers épisodes m'ont fait ressentir, bah c'est gagné. Rien à voir avec le plat plat de la saison 3. Vous voulez des morts marquantes ? Je vous parie que sur la dernière saison on va avoir des beaux sacrifices, et qu'on va perdre des petits chéris : normal, pas de saison après. Mais je pense qu'ils vont nous faire un beau final, avec cette belle saison 4 j'y crois vraiment !

Geoffrey Crété - Rédaction
01/07/2022 à 11:30

@BlackSaturns

N'hésitez pas lire Ecran Large du coup, parce que le "vous aimez rien" est vraiment l'attaque la plus vide possible.
Cette semaine, on a défendu En roue libre, et on a dit que Decision to Leave était un très grand film. La semaine passée, on a beaucoup aimé Elvis et Jungle rouge. Donc sauf à ne regarder que ce Arthur Malédiction : oui, on aime plein de choses.
https://www.ecranlarge.com/films/critiques

Trashyboy2
01/07/2022 à 08:32

@KyleReese: je te rejoins complètement concernant la fin de l'épisode 4, sans aucun doute l'un des meilleurs passage de la série, ou en tout cas de la saison.
On est attaché à elle, on a envie qu'elle s'en sorte, comme tu dis c'est un sommet de dramaturgie. Et même si c'est un soulagement de la voir s'en sortir, avoir de l'espoir tout ce temps, pour la voir finalement succomber aurait pu être une sacrée claque qui aurait redistribué les cartes pour la suite.
Car là, encore une fois, on a le sentiment que la bande est intouchable.
Comme dit précédemment, même la casa de papel a pris plus de risques à ce niveau.

BlackSaturns
01/07/2022 à 08:04

Écran large a encore frappé !
A chaque fois que je lis vos critiques, elles sont toujours négatives aimez vous vraiment le 7 ème art ? Ou c'est juste pour des clics ?

Lordlorac
01/07/2022 à 03:46

Ils ont dit vouloir mettre un traître dans la série. Il faut que ce soit Eleven si il y en a un.
Ça relancerait totalement la série et permettrait d'avoir une dernière saison 5 qui commencerait sur les chapeaux de roues.

cmtdp
30/06/2022 à 18:27

Une série qui pour moi a les défauts de tant d'autres en fait : sous-intrigues & perso secondaires inutiles, cliffanghers qui n'en sont pas vraiment, choix scénaristiques douteux (deus ex machina, décisions stupides des personnages à la pelle, péripéties assez classiques finalement etc.), abus de flashback pour tenter de donner un côté sophistiqué à l'histoire.

Mais cette série a aussi des qualités bien à elle, au premier lieu desquelles l'attachement qu'elle génère chez le spectateur de par son univers: ses personnages, souvent très bien écrits, mieux que les péripéties dans lesquelles ils s'embarquent en tout cas, et des 80's idéalisées (d'ailleurs dans les 80's c'étaient les 50's qu'on idéalisait cf Retour vers le Futur!).

Pour le monde à l'envers c'est en effet dommage qu'il soit si peu exploité mais à voir comment ça évolue même si quoi qu'il arrive l'attente se fait longue de ce côté.

La partie russe ne sert pas à grand chose en effet, je leur laisse le bénéfice du doute, à voir comment ils rattachent les wagons, s'ils les rattachent, pas comme pour n°8!

Nayte
30/06/2022 à 17:00

D'accord avec les 2 : la saison 4 est bonne, donc le terme "à sauver" est un peu dur, mais les points soulevés sont tout à fait corrects, elle aurait pu être tellement mieux !

Recentrez le genre : C'est de l'horreur fantastique, avec un scooby gang qui fait face à de vraies menaces. Les sujets annexes, comme les moralines ou les intrigues amoureuses, peuvent faire 20% du contenu, certainement pas plus de 50% comme c'est le cas actuellement.

Recentrez le groupe : laissez Hopper mort, laissez à la maison Murray ou Erica, faites quelques morts iconiques comme Steve ou Joyce. Et si c'est pour nerfer Eleven saison après saison, autant la tuer ou la laisser à la maison. OK vous créez de (très) bons personnages, mais là y en a trop et ils n'ont pas le temps de briller. On se retrouve avec 20 personnages dont on se rappelle vaguement qu'ils sont sympathiques, sans se souvenir pourquoi.

Recentrez les intrigues : tout l'arc en Russie est insupportable (et on aurait pu l'économiser en laissant Hopper mort), l'arc du laboratoire est central mais trop étiré, l'arc Californien inutile. La chasse aux sorcières des basketteurs est aussi clichée qu'accessoire. Les enfants ont grandis, ils ont du mal à retrouver leur amitié : les hormones, les copines, le changement de hobbies (la fin des JdR et le basket par exemple), les déménagements, ... Savoir retrouver leur amitié n'est pas un sujet assez intéressant comme ça, qu'il faut nous rajouter des complots gardiens de prison russes et des détours en hopital psychatrique ?

Et surtout, surtout : pourquoi constamment nerfer le scoobygang ? Pourquoi ils se passent toujours mal les informations, pourquoi ils n'arrivent pas à discuter ensemble, enfants surdoués / adolescent forts physiquement / Adultes responsables, pour faire face à la menace ? Vecna et le mind flayer ne sont pas assez dangereux comme ça, qu'il faut en plus que tout le monde se mentent pour mettre le destin de tous en péril bêtement ? Ca crée des complications pour rien, et c'est frustrant; en s1 il nous ai vendu que les gamins sont ouverts d'esprit et intelligents. Face à des menaces de plus en plus fortes, ils devraient redoubler d'ingéniosité et faire face à leur peurs ensemble, et pas avoir à gérer constamment des bâtons scénaristiques dans leurs roues. C'est de l'horreur fantastique, y a bien assez de menaces qui pèsent sur Hawkins pour ne pas avoir à rajouter des coups de patins à roulettes dans le nez ou des fusillades de gardes du corps VS agents du gouvernement random.

Mushy
30/06/2022 à 16:36

"Sauvé " ? non ! mais des idées pour rendre meilleur la suite oui.
Il y a clairement trop de personnages maintenant. Certains n'ont même pas vraiment été bien. Utilisé ( coucou will) .
A voir les 2 derniers épisodes mais cette saison 4 est l'une des meilleures.

DL
30/06/2022 à 14:46

Moi personnellement, je ne trouve pas qu'elle soit à "sauver" (surtout en comparaison des deux saisons précédentes).

Déjà, je trouve que le traitement du personnage de Max est le plus réussi durant cette S4. L'épisode qui lui est consacré, avec cette géniale scène de lévitation, révèle son combat intérieur entre ses traumas et sa volonté de se battre et reprendre le contrôle de sa vie, Quelque chose qu'elle ne laissait pas transparaitre derrière sa carapace... Puis bon, le fan de shonen que je suis a vibré durant la séquence de Flashback ahah

Enfin, non, je ne peux pas accepter que Steve trépasse moi ahah

Francken
30/06/2022 à 14:33

Mouais, la scène où la Max du monde à l’envers pique un sprint olympique en direction du portail "sortie d’urgence " pendant que l’autre écorché se la joue jeu vidéo à lui balancer des rochers pour stopper sa course et l’aplatir définitivement m’a fait sourire plus que frissonner.
Une mort sèche aurait eu plus de panache.
Et nous aurait aussi libéré de Kate Bush !

Plus
votre commentaire