The Promised Neverland saison 2 : un retour à la hauteur pour l'animé fantastique à succès ?

Déborah Lechner | 15 février 2021 - MAJ : 15/02/2021 10:26
Déborah Lechner | 15 février 2021 - MAJ : 15/02/2021 10:26

La saison 2 de The Promised Neverland est presque arrivée à mi-chemin et on se demande bien comment l'animé compte se rattraper après cinq épisodes plutôt décevants.

Parmi les plus grosses attentes de 2020 en matière d'animé, il y avait la deuxième saison de la série The Promised Neverland, adaptée du manga éponyme écrit par Kaiu Shirai et dessiné par Posuka Demizu (dont on parle de ce côté). Mais comme la crise sanitaire n'a pas uniquement freiné les productions hollywoodiennes, celle du studio Cloverworks, réalisée par Mamoru Kanbe et scénarisée par Toshiya Ôno, a elle aussi fait patienter ses fans plus longtemps que prévu.

C'est donc avec une certaine fébrilité que les téléspectateurs ont enfin pu découvrir le sort des évadés de Grace Field House en janvier dernier. Sauf qu'après cinq épisodes, on commence sérieusement à se demander si l'attente valait vraiment le coup. 

ATTENTION : SPOILERS !

 

photoChasse gardée

 

PRIS ENTRE DEUX FEUX

La première saison de The Promised Neverland nous a présenté Emma, Ray et Norman, les trois enfants les plus âgés de l'orphelinat Grace Field House, dirigé par Isabella, une intendante qu'ils appellent Maman et qui se comporte comme telle avec eux. Cette grande famille de substitution vit ainsi un quotidien paisible et enjoué, dans un endroit printanier et isolé, semblable à un coin de Paradis. Mais sous ses airs idylliques, l'établissement cache une réalité bien plus macabre, car les orphelins sont en fait élevés comme du bétail et livrés à des démons friands de chair humaine au moment de leur "adoption". 

Après avoir découvert la vérité et le vrai visage de leur matonne, les trois héros ont mis au point un périlleux plan d'évasion, mettant dans la confidence une quinzaine d'autres enfants suffisamment âgés pour y participer. La saison s'est donc terminée sur leur fuite qui promettait une rupture nette dans le récit, cristallisant ainsi de nombreuses attentes autour de la deuxième fournée. 

 

photoDans la cour des grands

 

Surtout qu'après avoir travaillé en solo sur la première saison, Toshiya Ôno a reçu l'aide de l'auteur de l'œuvre papier pour l'écriture des 11 nouveaux épisodes soit un gage de qualité supplémentaire pour les fans du matériau original. Le public a ensuite appris que des scénarios originaux supervisés par le mangaka seraient ajoutés à l'intrigue, qui ne serait plus calquée sur celle du manga dont la publication s'est achevée en juin 2020. L'occasion de corriger les quelques défauts pointés par les lecteurs, mais aussi de leur proposer une tournure alternative et inédite des événements sur petit écran. Autrement dit, une initiative à double tranchant. 

En décloisonnant son univers, la deuxième saison a donc rapidement dévoilé une part colossale d'une mythologie jusqu'ici très nébuleuse, que ce soit à travers d'importantes révélations, ou une imagerie bien distincte, en particulier sa faune et sa flore chimériques qui contrastent avec le cadre très réaliste de la première saison. 

 

photoLe tombeau des lucioles

 

La série cherche également à renverser le manichéisme entre les humains et les démons qui s'est naturellement installé, ce qui a pour conséquence d'ostraciser un peu plus les orphelins et de donner une tonalité plus fataliste à leur quête. La saison se terminait en effet sur une note d'espoir, mais les orphelins ont vite déchanté une fois arrivés dans la forêt qui encercle leur ancienne ferme.

Ils ont peut-être échappé à l'orphelinat et ont donc retrouvé un semblant de liberté, mais l'étau se resserre lentement. La terre promise s'apparente de plus en plus à un mirage, tandis que leurs ennemis sont plus nombreux, et surtout plus proches que jamais. Malheureusement, si ces nouveaux enjeux sont assez ambitieux, l'animé peine à les porter. 

 

photoIl faut se reprendre en main maintenant 

 

À BOUT DE SOUFFLE 

Comme on le disait après deux épisodes, l'ambiance carcérale très oppressante et propre au thriller qui avait donné une identité si singulière au shonen s'est effacée pour laisser place à un survival post-apocalyptique plus classique et forcément moins captivant. La narration s'est recentrée sur l'action et les pérégrinations du groupe, ce qui a anémié toute sa tension, qui montait pourtant crescendo dans la première saison. Les quelques moments de suspense ou de danger sont presque immédiatement éclipsés, désamorcés ou réglés dans la précipitation pour passer à une autre étape de leur vagabondage, donnant un traitement très épisodique et une impression de vacuité à l'ensemble. 

Le rythme haletant de la série s'est donc considérablement essoufflé. Le cinquième épisode a carrément fait une ellipse d'un an, laissant de nombreuses questions en suspens, sans qu'on ait la certitude que la série y répondra un jour. Il est aussi déroutant que le character design de l'animateur Kazuaki Shimada ait aussi peu changé pour certains protagonistes, surtout quand il est question d'enfants en pleine croissance. 

 

photoCette baisse de qualité peine tout le monde

 

L'évolution psychologique et caractérielle des personnages est elle aussi très minime. Si on accepte volontiers le fait d'avoir affaire à des gosses aux capacités intellectuelles et physiques hors norme (c'est d'ailleurs ce qui en fait de la viande qualité premium), leur développement semble stagner après une évolution fulgurante qui ne servait qu'à faire avancer le scénario et lui donner un peu plus de crédibilité. Sans oublier le design finalement très quelconque des démons et les incrustations numériques dispensables qui viennent alourdir le visuel. 

La mise en scène ne se met pas toujours au service de la nouvelle toile sur laquelle se dessine la suite de l'histoire. Les immenses paysages pourraient servir davantage la narration et sa dimension horrifique, comme les murs de l'orphelinat qui semblaient plus austères et étouffants à mesure que la vérité éclatait. L'épisode 5 a également vu le retour de Norman, que les personnages pensaient mort, contrairement aux fans qui se doutaient bien qu'il avait survécu. Si cette révélation qui redistribue pourtant toutes les cartes n'a pas créé la surprise, on peut quand même déplorer que ce moment ait servi de cliffhanger et manque donc cruellement d'impact émotionnel. 

 

photoC'est nous les méchants 

 

SUR LA ROUTE 

Vu qu'il ne reste plus que six épisodes avant la fin de la saison et qu'il semble impossible de raccrocher tous les wagons en si peu de temps, une troisième saison n'est clairement pas à exclure. Il reste à expliquer le retour de Norman, mais aussi à lâcher Isabella sur le terrain de chasse maintenant qu'elle est déterminée à rapatrier son bétail à la ferme où sont encore les moins de 5 ans. On espère donc que son ambivalence, sa relation très complexe avec ses "enfants" et sa condition d'humaine asservie ne vont pas totalement se dissiper pour en faire un simple ressort scénaristique.

Le mystère autour de William Minerva reste aussi très épais et on attend toujours des explications concernant le refuge (qui n'est apparemment pas le seul) et sa relation avec Soeur Krone qui a confié le stylo à Emma et Ray. En plus de devoir répondre à toutes les questions latentes, la deuxième saison a également introduit plusieurs éléments qui méritent d'être pleinement approfondis, comme la dimension religieuse des démons, mais aussi leur régression à un état primitif en cas de malnutrition.

 

photoLe peuple exige des réponses

 

Le monde des humains restant impénétrable, il reste aussi beaucoup à en apprendre sur l'organisation des fermes et les relations politiques entre humains et démons, dont fait sûrement partie Mère Grand qui semble tirer les ficelles des différents centres d'élevage. Les enfants étant les descendants d'offrandes garantissant la paix entre les deux espèces, leur évasion devrait ébranler cette bipolarité et peut-être refaçonner le monde. 

Après quelques mésaventures sans grandes conséquences, on attend que les personnages soient réellement mis en déroute, aussi bien psychologiquement que physiquement. Pour l'instant, tout le monde est entier et vivant, la faim n'a rendu personne famélique et le moral reste globalement au beau fixe, ce qui est assez frustrant pour un survival se déroulant dans un monde dystopique grouillant de démons mangeurs d'hommes. Il serait donc temps que de véritables obstacles se dressent face à eux, mais aussi que la série bouscule ses téléspectateurs avec, pourquoi pas, la mort d'un ou plusieurs enfants (de façon définitive cette fois), ou le passage de Norman du côté obscur.   

 

photoLes fans avant l'épisode 6

 

La saison 2 est pour l'instant une mauvaise exécution d'idées pourtant intéressantes, qui avaient tout pour propulser intelligemment l'animé vers une tout autre dimension. Malheureusement, les cinq premiers épisodes sont une vraie déception, avec une narration qui s'éparpille, une tension démissionnaire, un rythme torpillé et un découpage trop épisodique de leur exode. Peut-être plus encore pour les lecteurs du manga qui doivent probablement se tirer les cheveux. Il reste donc à espérer que la seconde moitié de saison réussira à redynamiser son récit pour donner envie de suivre une troisième saison qui semble s'imposer. 

Après une semaine de pause et un épisode récap, l'épisode 6 de The Promised Neverland sera disponible le 18 février 2021 sur Wakanim.

Tout savoir sur The Promised Neverland

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Vous aimerez aussi

commentaires

Cheshire
16/02/2021 à 15:44

Franchement, je suis déçu de l’anime qui va entacher l’œuvre car, malheureusement, la plupart des gens regardent seulement l’anime et ne lisent pas le manga. Le manga nous révèle beaucoup plus d’info sur Minerva, le monde humain, comment y accéder et il résolu la plupart des mystères. En plus, le manque de l’arc Goldy Pond est vraiment décevant car cet arc contient plein de moments psychologiques et où certains personnages sont gravement blessés voir mort....

Blacksprigann
16/02/2021 à 13:43

Wow, article vraiment trés interessant. Piur ma part j'avais une avance de 100 chapitres par rapport à l'anime donc j'ai eté trés content d'apprendre que l'anime n'allait pas suivre le manga (car sinon il serait inpozsible pour l'anime de me rattraper) mais je suis un peu deçu desormais.

Alice
16/02/2021 à 10:08

Même son de cloche un peu partout il me semble... même si j'étais optimiste au commencement de cette saison 2, les épisodes me déçoivent de plus en plus, surtout quand on compare à la saison 1 qui reste pour moi un chef d'œuvre. L'épisode 5 en était presque ridicule, exit l'ambiance pesante/oppressante et le mystère qui faisaient tout le charme de la série.

Nesse
15/02/2021 à 12:47

Autant j ai aimé la saison 1, autant je suis déçu que la saison 2 ne suit pas le manga (arc goldy pond oublier pourtant important) à croire que l auteur n'était pas content de son œuvre,. On a eu la même chose avec Tokyo Ghoul.

votre commentaire