Denver, le Dernier Dinosaure : une madeleine de Proust et bien plus encore

La Rédaction | 29 juillet 2020
La Rédaction | 29 juillet 2020

Les dessins animés ayant marqué leurs jeunes spectateurs sont nombreux et se renouvèlent à chaque génération. Mais rares sont ceux à avoir appréhendé leur époque et senti celle qui s’annonçait avec autant de finesse que Denver, le Dernier Dinosaure

Sur le papier, peu de choses distinguent cette production de la pléthore de programmes destinés aux plus jeunes à la fin des années 80. Mais entre flair indiscutable, soin technique et conscience des enjeux de son époque, la série va devenir un objet culte, que même son récent remake n’est pas parvenu à effacer. 

 

photoOh, la belle bête

 

SOUVENIR PRÉHISTORIQUE... 

Les deux dernières décennies du XXe siècle resteront probablement comme l’âge d’or fictionnel des dinosaures. Les gigantesques créatures n’ont plus foulé le sol de la planète Terre depuis 65 millions d’années, mais elles peuplent les rêves de l’humanité, et en particulier de ses enfants. Des jouets, en passant aux magazines de vulgarisations, sans oublier d’innombrables produits dérivés portant haut leurs écailles, on ne compte plus les items qui permettent à nos chères têtes blondes de se comparer le saurien dans la cour de récré. 

L’imagerie préhistorique est décuplée par des œuvres grand public qui consacrent les dinos comme les totems d’une culture populaire transnationale, un merveilleux pour l’imaginaire de millions d’enfants. Et comme souvent en ce domaine concernant cette période, on en doit au moins deux à Steven Spielberg : Le Petit dinosaure et la vallée des merveilles ainsi que Jurassic Park, respectivement sortis en 1988 et 1993. 

 

photo"Phoque-you guys !"

 

Le premier est également à mettre au crédit du génial animateur et réalisateur Don Bluth, qui va cristalliser pour de nombreuses années les possibilités offertes à l’animation en matière de représentation de bébêtes préhistoriques. Après le succès international du film, les clones plus ou moins inspirés vont se multiplier, mais l’un d’entre eux va marquer le médium télévisuel, en opérant un subtil décalage avec l’exploration de La Vallée des Merveilles. 

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ?

Accèder à tous les
contenus en illimité

Sauvez Soutenez une rédaction indépendante
(et sympa)

Profiter d'un confort
de navigation amélioré

commentaires

Andrew Van
29/07/2020 à 19:46

Ahaha, qui n'est pas tombé par hasard sur un épisode de cette série ?

La nostalgie parle mais ça reste quand même le niveau zéro de l'animé occidental pour gamin.

votre commentaire