Game of Thrones : quelles fins la rédaction aimerait voir pour ce grand final ?

La Rédaction | 14 avril 2019
La Rédaction | 14 avril 2019
photo, Game Of Thrones saison 8
127

L'ultime saison de Game of Thrones arrive ce 15 avril prochain sur OCS en France.

A quelques heures du début de l'ultime saison de Game Of Thrones, de nombreuses questions sont sur toutes les lèvres des fans. Qui va mourir ? Les humains vont-ils réussir à s'allier pour détruire les marcheurs blancs ? L'armada de zombie aura-t-elle raison de l'espèce humaine ? Le trône sera-t-il encore les mains d'un vivant à la fin de la série ? Et si oui, qui sera à la tête du royaume de Westeros ?

Pour toutes ces questions, ils existent une ribambelle de théories que tout le monde a plus ou moins déjà entendues. Et de facto, Ecran Large ne reviendra pas dessus.

La rédaction a plutôt préféré laisser la place aux envies plus qu'aux théories. Quelles fins chaque rédacteur souhaiterait voir à la fin de la série phare de HBO ? Chacun à des désirs bien différents, et les votre doivent d'ailleurs être multiples également (la section commentaire est faite pour que vous vous exprimiez dessus).

Les fins que chaque rédacteur d'Ecran Large espèrent voir sur le petit écran lors du grand final de Game Of Thrones le 20 mai prochain, c'est maintenant et attention, forcément, ça spoile la série des saisons 1 à 7.

 

 

ALEXANDRE JANOWIAK

Depuis 2011, chacun à ses envies, ses rêves et ses espoirs concernant la fin de la série et l'identité du personnage féminin ou masculin qui terminera sur le trône de fer. A ce petit jeu là, l'auteur de ces lignes pense que la série va sacrifier des personnages phares de son intrigue (Cersei ? Daenerys ? Jon Snow ?), avant de se terminer, sans doute, sur une note d'espoir avec un duo de compromis à la tête du royaume (Sansa et Tyrion ?) et où la menace zombie aura été anéantie (ou quasiment, attention au dernier plan !).

Cependant, il y a dans Game Of Thrones un sous-texte écologique particulièrement intéressant et passionnant : et si les marcheurs blancs n'étaient qu'une représentation du réchauffement climatique ? Bien au-delà de l'aspect purement politique et stratégique de la série, passionnant et jubilatoire à bien des égards grâce aux multiples trahisons et alliances créées au fil des saisons, une fin serait plus forte que n'importe quelle autre : la victoire des marcheurs blancs.

 

PhotoUne menace qu'il ne fallait pas prendre à la légère

 

A bien des niveaux, Game Of Thrones est une sorte de miroir de notre société actuelle. Chaque maison s'entredéchirant pour le Trône suprême rappelle étrangement les gouvernements mondiaux qui s'entredéchirent économiquement, politiquement et militairement. Et par conséquent, la non-(ré)action de certains personnages face à l'arrivée des marcheurs blancs voire la négation de leur existence même tout au long des saisons évoquent largement le combat (faussement) mené par les gouvernements face au dérangement climatique (les accords de circonstances comme la Cop21 ou le climato-septicisme d'autres).

Ainsi, si le final de la saison 7 amorce enfin la réaction tardive des sept royaumes (ou presque) contre la menace des marcheurs blancs, il semble presque trop tard. Malgré la bonne volonté de certains (Jon Snow t'as tout tenté mec mais personne n'écoute les bâtards en vrai), les hommes ont préféré se battre entre eux pour des petites guerres de pouvoirs anodines plutôt que de se préoccuper rapidement de la vraie menace qui pesait sur leur tête ? Bien mal leur en aura pris, les marcheurs blancs terrassant l'espèce humaine jusqu'à son dernier survivant.

S'il est difficile d'imaginer une fin aussi sombre et glaçante, elle permettrait au moins à Game of Thrones de devenir un sublime pamphlet écologique et une allégorie puissante de la bêtise humaine face au désastre écologique.

 

Affiche

 

CAMILLE VIGNES

Et si la clé de la victoire finale contre les marcheurs blancs n’était ni l’acier valyrien, ni le feu ou le verredragon, ni les puissantes armées du Nord, mais simplement un personnage : Bran Stark (Isaac Hempstead Wright) ? Car, loin des querelles dynastiques opposant les principaux protagonistes, Cersei d’un côté, Jon Snow, les Starks, Daenerys et Tyrion de l’autre, l’histoire de Bran est la plus singulière de Westeros.

C'est l’un des personnages, si ce n’est le personnage, le plus énigmatique de Game Of Thrones. Il a vu la plupart des membres de sa famille quitter Winterfell et connaître une mort aussi violente qu'injuste - son père, décapité par la volonté de Joffrey, sa mère et son grand frère tués pendant les noces pourpres, et son petit frère Rickon tué par Bolton Ramsey au début de la bataille des bâtards.

Mutilé par Jaime dès le début de le pilote de la série parce qu’il le surprend en plein ébat avec sa soeur Cersei, la magie s’éveille en lui pour finalement catalyser les vérités du monde en devenant la Corneille à trois Yeux.

 

photo, Isaac Hempstead WrightLe moment où tout à basculé

 

Hors du temps depuis sa formation avec l’ancienne Corneille dans la saison 6, Bran est revenu de son voyage initiatique totalement transformé. Il n’est plus vraiment lui-même, ou plutôt l’esprit du jeune Stark n’est plus qu’une part de Bran la Corneille. Il est celui qui sait. Et en cela, il a peu de chance d’accéder au Trône de Fer. Mais a-t-on simplement envie de le voir s’y assoir ?

Par sa naissance, Bran n’est pas un héritier, ni celui de Winterfell, ni celui du Trône de Westeros. Il n’a pas l’étoffe d’un roi et se tient bien loin des problématiques de pouvoir. Depuis la troisième saison, il n’avance que pour vaincre le Roi de la nuit. Et à la fin de la saison 7, on l’a quitté déterminé à mieux connaître et maîtriser ses pouvoirs dans ce but précis.

 

photo, Isaac Hempstead Wright, Maisie WilliamsPas vraiment de retour

 

Mais surtout, Bran à la capacité de prendre possession d’autrui, homme ou animal. Il est difficile d’imaginer une seule issue avec un tel pouvoir, même si la mort du Roi de la Nuit est la plus souhaitable. 

Mais il se pourrait que Bran prenne possession de l'esprit d'un dragon, pour aider celui qui le chevauche à éviter le carreau d'un ennemi par exemple, ou pour brûler les marcheurs blancs. Il pourrait aussi se perdre dans l’esprit du dragon, en restant trop longtemps en lui, et n’être plus qu’une arme de destruction, brûlant tout le royaume, réduisant en cendres toute forme de vie et mettant définitivement fin à la folie des hommes et à leurs jeux de pouvoir (même si cette fin est peu probable).

 

Affiche Isaac Hempstead Wright

 

 

GEOFFREY CRÉTÉ

Oubliez Daenerys, ses dragons et ses grandes ambitions. Oubliez Jon Snow, sa belle gueule et sa noblesse. Oubliez les marcheurs blancs et leur chaos teasé depuis huit ans. Le vrai beau démon de Game Of Thrones, c'est Cersei Lannister, la reine de glace. Magnifiquement interprétée par Lena Headey, elle est la grande et terrible figure tragique de la série (voir les prédictions de Maggy lorsqu'elle était jeune), dont le coeur ne bat que pour la vengeance, la rage, la survie.

Elle a enterré trois rois (dont deux qui étaient la chair de sa chair), ses parents et tous ses enfants, a accédé au trône sur le cadavre de son fils qui s'est suicidé à cause d'elle, a perdu l'amour de son frère (l'homme qu'elle aime, qui l'aime, et le père de ses défunts enfants) qu'elle était prête à tuer pour l'empêcher de la quitter. Cersei est capable de brûler un royaume pour le contrôler, et a perdu le peu d'humanité qu'elle avait au fil des années et épreuves.

C'est de loin l'un des personnages les plus forts, fascinants et extrêmes vus dans la série de David Benioff et D.B. Weiss, et plus largement dans le paysage des séries récentes. C'est pour ça qu'elle serait parfaite en grande gagnante du jeu des trônes : la victoire sera incroyablement noire, amère et terrible.

 

Photo Lena Headey, Nikolaj Coster-Waldau Avoir le trône, garder le trône

 

Ayant accédé au trône de fer à la fin de la saison 6, Cersei défend farouchement son territoire, désormais directement menacé par la reine des dragons. Jaime, Jon et Daenerys veulent créer un front commun pour affronter les marcheurs blancs, mais Cersei refuse obstinément de redescendre de sa tour : elle préfère attendre que ses ennemis, humains ou non, s'entretuent pour la rapprocher du pouvoir définitif et absolu.

A l'aube de cette saison 8, Cersei est donc seule, même si elle affirme être enceinte. La douce logique voudrait qu'elle soit anéantie, punie pour tous ses crimes, enterrée sous les ossements de ses victimes. Ce serait donc d'autant plus beau qu'elle gagne, laissant tous les héros périr pour sauver le royaume, lui permettant ainsi de s'élever sur un champ de ruine.

Cersei Lannister à la tête d'un cimetière de cendre et de glace, seule pour l'éternité, ayant survécu à tous ses adversaires pour se condamner à vivre avec elle-même jusqu'à la fin de ses jours désespérés : en voilà une ultime image alléchante, qui serait parfaite pour une épopée si violente.

 

Affiche Lena Headey

 

SIMON RIAUX

Depuis le pilote de Game Of Thrones, un personnage n'a jamais varié d'un iota dans ses ambitions. Elevée dans le mythe familial d'une dynastie interrompue avec le meurtre du Roi Fou, Daenerys Targaryen (Emilia Clarke) ne vit que pour fondre sur Westeros, y rétablir sa lignée afin de régner sans partage sur les 7 Royaumes.

Sa chance insolente, son arrogance (et sans doute sa défiance envers les hommes) ont agacé, jusqu’à pousser une frange du public à prier pour que Daenerys subisse un sort funeste. Il faut dire que la série s’est souvent fait un plaisir de foudroyer ses protagonistes en plein élan, au bord de la consécration. Pour autant, bien des éléments indiquent que c’est elle qui règnera sur le Trône de Fer, et personne d’autre.

 

photo, Emilia ClarkeDaenerys, une ascension jusqu'au grand final

 

Symboliquement, elle représente l’opposition absolue aux marcheurs blancs. Nuée de cadavres glacés prêts à déferler sur un empire en proie à l’entropie et au chaos à la faveur d’un hiver apocalyptique, ses dragons et ses troupes venus d’Essos incarnent totalement le feu, le besoin de renouveau, capables de sauver Westeros.

De plus, alors que chaque ambitieux dans la série se voit toujours punit à la moindre erreur stratégique, le plus souvent en perdant quelques précieux litres de sang, Daenerys a toujours bénéficié d’une clémence scénaristique étonnante. Pourquoi ? Parce qu’au sein d’un univers psychologiquement et stratégiquement réaliste, elle incarne un concept éminemment américain, celui de la « destinée manifeste ».

 

Affiche Emilia Clarke

 

CHRISTOPHE FOLTZER

Alors, c’est pas facile d’écrire sur une série qu’on n’aime pas vraiment et dont on a vu uniquement les 4 premiers épisodes en se disant que c’était quand même sacrément chiant alors qu’on avait beaucoup mieux à faire dans sa vie. Mais bon, voilà, le fait est que Game Of Thrones est devenu un phénomène mondial, que tout le monde attend la conclusion avec impatience et que, donc, faut s’y coller et jouer le jeu. Alors, quelle serait la fin idéale pour l'auteur de ces lignes, lui qui n’y connait rien ?

Les scénaristes surprendraient tout le monde et prouveraient qu'ils ont vraiment de grosses balls si, dans le dernier épisode, ils faisaient revenir Ned Stark et que c'était lui le grand vainqueur. On comprendrait du même coup que c'est un turbo-connard qui avait tout prévu depuis le début et qui n'a pas hésité à sacrifier toute sa famille pour parvenir à ses fins. Mais là, vous vous dites que c'est pas super possible vu qu'il est mort dans la saison 1. Vous n'y connaissez rien en écriture de série télé.

 

Photo Sean Bean Ned Stark

 

Ned Stark (Sean Bean) n'est pas mort : c'est en fait son frère jumeau qui s'est fait décapiter à sa place. Parce qu'il avait le cancer et qu'il se savait condamné, il a accepté de prendre la place de Ned pour que le clan Stark reprenne définitivement le pouvoir. Un sacrifice tragique autant qu'une preuve d'amour et de loyauté dans cette fraternité.

Autre possibilité : que la série nous fasse une Dallas. Que Ned Stark revienne tout autant mais qu'on comprenne que tout n'était qu'un rêve. Qu'on ait Arya qui entend du bruit dans une pièce. Elle s'y rend et découvre Ned dans son bain, en charmante compagnie. TOUTE LA SÉRIE SE PASSAIT DANS LA TÊTE D'ARYA DEPUIS LE DÉBUT. Parce qu'elle avait peur de l'avenir, parce que son corps change et parce que son père allait accéder au Trône et que ça l'angoissait. Et puis, c'est pas comme si la série ne fourmillait pas d'indices qui allaient dans ce sens : vous croyez vraiment que les dragons ça existe ? Y a qu'une ado à problème pour imaginer des trucs pareils.

Oui, comme ça, Game of Thrones aurait une vraie conclusion à la hauteur de son culte et, pour une fois, on n'aurait vraiment pas l'impression d'avoir perdu son temps devant la télévision.

 

Photo Maisie WilliamsArya Stark rêvait depuis le début en fait

commentaires

Shingoignon
17/04/2019 à 10:03

Ser Davos en force! Le Chevalier Oignon va la mettre à l'envers à tout le monde et finir sur le trône!

Bon c'est pas vraiment crédible mais ça reste mon chouchou. Sinon je suis opé our toutes les fins sauf pour une victoire de Daenerys et Jon Snow qui me gâcherait la série en entier tellement c'est cousu de fil blanc.

Marc
16/04/2019 à 10:22

Et dire que je failli passez à la meilleur série de tout les temps ! j'ai commencé Game of Trônes sur QCS à la saison 7, j'ai vu toute les premières saisons bref cet épisode est le prologue de cette saison le meilleur est à venir patience ...vivement lundi prochain

Geoffrey Crété - Rédaction
15/04/2019 à 00:03

@Apero

Point d'offuscation voyons, simplement une réponse à votre petite réaction ;)

Apero
14/04/2019 à 20:38

La redac fallait pas s’offusquer voyons ! Par contre j’ai hâte de lire votre réponse au teubé Caplove avec ses histoires de virus sur les sites de streaming :)

CapLove
14/04/2019 à 18:36

Pourras-t-on voir les épisodes sur les sites de streaming. J'ai cru voir sur un site qu'il y aurait des virus.
Il se pourrait que ce soit Arya qui monte sur le trône même si je preferai Jon Snow. Ou ça sera un personnage à qui on a pas pensé. Je vois bien Bran se sacrifier pour sa famille pour que quelqu'un tue le roi de la nuit.

Geoffrey Crété - Rédaction
14/04/2019 à 15:10

@Apero

Et ça tombe bien puisqu'on explique clairement dans l'intro qu'on se fiche des spéculations : on partage ici des envies. C'est littéralement annoncé dès le début de l'article.

Apero
14/04/2019 à 15:07

Conversations de comptoir vos spéculations

Mad
14/04/2019 à 15:03

Elle est drôle la théorie de Foltzer ! Cependant, j'en ai un peu marre des gens qui crient à l'ennui ou au désintérêt total face à GoT lorsqu'ils n'ont même pas terminé une seule saison. Je suis d'accord qu'il ne faut jamais céder aux objets mainstream lorsqu'on n'y arrive pas. Cependant, avec GoT il se passe une chose singulière: Ca a beau être mainstream, bah c'est vachement bien et chose encore plus folle: Ca a beau être mainstream, bah c'est vraiment bien foutu. Parce qu'HBO, parce qu'une équipe de malade derrière, parce qu'un budget conséquent dépensé intelligement.
On est pas face à du mainstream TWD ou Marvel, là où malgré le fait que ce soit mainstream bah ça reste de la belle crotte impersonnelle sans âme. Non franchement, GoT je me demande comment on peut détester. C'est pas facile à imaginer. A la rigueur, on peut détester les saisons 5, 6, 7 pour des raisons de choix de production, mais on ne peut pas détester les 4 premières saisons. C'est inconcevable ! Sauf si on aime pas l'héroic fantasy ou l'époque médiévale. Mais tout le monde aime ça, non ?
Sinon, je suis à fond pour celles de Janowiak ou Crété. Elles sont délicieuses !

Kolby
14/04/2019 à 14:47

Fierté d'être invinsible

Kolby
14/04/2019 à 14:45

L'analyse de Alex janowiack est tellement exacte vue l'actualité que je suis en désaccord avec sa fin concernant la victoire des marcheurs blancs. La logique serait que les dragons reste les seuls sur le trône sans leur reine mère détruite par sa fierté d'être invisible.
Concernant christ foltze, il ne manque d'imagination pour quelqu'un qui n'a vue que 4 episodes en étant si concis sur une fin aussi farfelues mais surprendrait plus d'un. Ça sera génial et nous on se rendra compte que nous sommes des con

Plus

votre commentaire