Westworld : l'événement robotique de HBO a t-il vraiment été à la hauteur ?

Florian Descamps | 7 janvier 2018
Florian Descamps | 7 janvier 2018

Sortie événement de 2017 côté série TV, Westworld fut une étape cruciale pour HBO. À l'approche de l'arrêt de Game of Thrones (prévue pour la mi-2019), il fallait au géant américain lui trouver un successeur. Profitant de la sortie vidéo de l'oeuvre de Jonathan Nolan et Lisa Joy, Ecran Large tente un verdict : pari réussi ?

 

 

I HAD A DREAM...

Qu'on se le dise : l'arrêt de Game of Thrones risque de laisser un grand vide chez HBO. Si les productions de la firme restent en effet qualitatives, elles n'ont plus l'aura de celles des grandes heures du studio. Les Soprano, Six Feet Under et autres Oz sont restées sans équivalences et l'image du géant de l'audiovisuel s'est ternie (de manière toute relative) à mesure que la concurrence s'est multipliée. Ainsi, Westworld représente une étape charnière : celle de la succession d'une Game Of Thrones vieillissante et du besoin de revigorer la grille des programmes avec une production tant acclamée sur le plan critique que remarquée sur le médiatique.

Et à ce titre, la chaîne s'est donnée le moyen de ses ambitions. Confortable budget de 100 millions de dollars, le couple Jonathan Nolan (Person Of Interest) et Lisa Joy (Pushing Daisies) aux postes de showrunner, Evan Rachel Wood, Anthony Hopkins, Ed Harris et l'étonnant Jimmi Simpson (que les adaptes de Black Mirror ont pu retrouver dans l'épisode USS Calister de la saison 4 - notre critique ICI) au casting : difficile de trouver éventail plus idéal pour lancer le projet. Mais, à quoi ressemble donc Westworld version HBO ?

 

Photo Anthony Hopkins, James Marsden  Dieu... et sa création



...OF ELECTRONIC SHEEP

Adaptée du film Mondwest de Michael Crichton, la série s'en émancipe tout d'abord en ne retenant qu'une des propositions de son ainé : le western. Loin des Rome Antique et Europe Médiévale qu'évoquait le papa de Jurassic Park, Jonathan Nolan et Lisa Joy concentrent leur narration sur l'Ouest américain pour en tirer une meilleure synthèse.

Évoquant des mastodontes du genre, la série joue ainsi avec les codes du western en y insufflant un discours métaphysique bienvenu, jonglant habilement entre la conception de ses intrigues et leur application au sein du parc. Une mise en abîme fine, et une parabole forte de l'acte de création, du postulat créatif même à la manière dont la progéniture nous échappe. Un discours que tenait déjà Michael Crichton dans Le Monde Perdu mais qu'embrasse évidemment la série sous un autre pan de la science-fiction, citant constament les lois d'Asimov lorsque l'évolution de ses « hôtes » ne semblent pas sortie du livre Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ? de Phillip K. Dick.

 

épisode 6 Thandie Newton

Thandie Newton, l'un des cœurs de cette saison

 

Et c'est peut-être là la grande qualité et le principal défaut de Westworld. Quelqu'en soient leurs sous-textes, comment ne pas se sentir en terrain connu face à l'émancipation du personnage de Dolores (Evan Rachel Wood) ? Les actes de Maeve (Thandie Newton) ne sont-ils pas que les archétypes éculés de sa construction en tant qu'héroïne suppliciée ? Parfois victime du focus mis sur sa synthèse macroscopique, il arrive en effet à la série de se perdre dans ses intrigues et d'en faire pâtir l'efficacité son rythme.

Nombre de spectateurs mirent ainsi en exergue la (trop) longue exposition de ses débuts et suite à cette nouvelle vision Blu-Ray, difficile de leur donner tort : si Westworld débute avec brio grâce à son episode pilote, il faut ensuite attendre la mi-saison avant que son couple de showrunner ne parvienne à trouver l'équilibre entre réussite et ambition. Un regret donc dommageable mais dont on fera fi face à l'excellence de sa conclusion et aux promesses faites... pour la seconde saison.

Ed Harris Le labyrinthe : Ed Harris édition

 

CÔTÉ BLU-RAY

Qui dit production HBO dit plastique chiadée et c'est en ce sens que nous intéresse cette édition Blu-Ray. Pourvue de la jolie photographie de Paul Cameron (Collateral, Passengers), les pellicules 35mn de la série étincellent ici sous leur meilleur jour. Le disque jouit d'un master diablement véloce, mais surtout respectueux des intentions du technicien.

Qu'il s'agisse de la définition, des contrastes ou de la colorimétrie, les voyants sont au vert. Un constat que l'on ne retrouve en revanche qu'en partie sur le coffret Blu-Ray qu'il nous a été possible de tester puisque, à contrario de l'édition Ultra HD 4K et de ses pistes ATMOS, seule la VO dispose ici d'une piste DTS-HD Master Audio 7.1. Pour nos amis anglophobes, il faudra donc se contenter d'une timide piste Dolby Digital 5.1 sur la VF.

 

épisode 5 Evan Rachel Wood

Evan Rachel Wood


Reste les bonus, où malgré un ensemble pour le moins disparate, on pourra saluer l'intérêt de ce qui est proposé. Outre quelques featurettes trop promotionelles (Le bétisier, Le grand moment, Réalisation du rêve : la première semaine sur le plateau de Westworld), on retrouvera donc quelques modules Making of haletants avec Créer l'histoire, Imaginer le générique ou le plus réflexif La clé des accordsUne excellente édition donc, que l'on a hâte de redécouvrir en 4K.

Très jolie édition donc que ce coffret Blu-Ray de la saison 1 de Westworld. Le mérite à un master véloce qui rend hommage à la photographie de Paul Cameron et à des suppléments qui n'oublient pas le travail de création derrière le produit.


CAPTURES BLU-RAY

Capture 1

Capture 2

Capture 3

 

affiche

Affiche

 

Westworld, saison 1 : Le labyrinthe - Disponible depuis le 8 novembre chez Warner Bros Home Vidéo.

commentaires

Holly Body
08/01/2018 à 09:46

@Clank

C'est annoncé dans le chapô sous le titre pour info.

Clank
08/01/2018 à 00:58

@Redrum, chaque fois qu'ils font une critique d'un film (série) sorti(e) en DVD, c'est annoncé dans le titre de la news.

Redrum
07/01/2018 à 20:36

@dredd

C'est sûr qu'on a jamais vu un article faire du test DVD ou BR, avec une partie qui parle de l'oeuvre sous forme de petit bilan avec le recul.

Dredd
07/01/2018 à 20:31

Vous faites un bilan de la série ou une critique de l'édition Blu-Ray ? Faudrait vous décider.

votre commentaire