Westworld Saison 2 Episode 5 : bienvenue à Shogun World

Alexandre Janowiak | 21 mai 2018
12
Affiche

Après avoir développé en profondeur le parc Westworld et esquissé Raj World, la série HBO consacre quasiment entièrement le cinquième épisode de sa saison 2 à un troisième parc, Shogun World, au coeur du Japon féodal.

ATTENTION SPOILERS

 

 

RESET MY WORLD

Avant de nous lancer dans la découverte de Shogun World, cet épisode 5 reprend dans les coulisses du parc Westworld. On y retrouve Bernard (Jeffrey Wright) et les gardes du parc en train de stocker les cadavres retrouvés dans le lac à la fin de l'épisode 1 sous le parc. D'ailleurs, si l'ultime plan du premier épisode nous le laissait penser, la confirmation est plus claire cette fois, Teddy est bel et bien mort.

Pendant ce temps, le superviseur des opérations Karl Strand (Gustaf Skarsgård) recherche toujours des explications aux événements en cours (ou terminés ?) au sein de Westworld avec les données disponibles à l'intérieur des androïdes. Cependant, quelque chose est louche puisque l'opérateur chargé de les analyser explique à Karl qu'une partie de ces données ont disparu des mémoires.

 

Photo Gustaf SkarsgårdKarl Strand n'a pas fini d'être dans le flou

 

Si le mystère reste entier pour les membres de Delos, ces suppressions pourraient bien être l'oeuvre de Dolores (Evan Rachel Wood) elle-même comme l'on peut le supposer dans la suite de l'épisode. En effet, si une grande partie de l'épisode 5 nommé Akane No Mai se déroule au coeur de Shogun World, l'épisode reste aussi aux côtés de Dolores et de son fidèle allié Teddy (James Marsden) à Westworld.

Le duo retourne à Sweetwater avec sa petite armée composée notamment d'Angela (Talulah Riley) et veut rejoindre le train menant à "l'accueil visiteur" du parc pour retrouver Peter Abernathy entre autres. Cependant, Teddy doute des intentions vengeresses de sa dulcinée et le lui fait plus ou moins comprendre. Le duo très proche se promet de vivre tout ensemble. Teddy redit son amour à Dolores qui l'accepte le temps d'une nuit torride entre les deux à Sweetwater.

Cependant, le lendemain, Dolores qui a peur de l'avenir de Teddy décide, malgré l'amour qu'elle lui porte, de le rebooter. Un redémarrage qu'elle réitérera peut-être par la suite et qui pourrait donc expliquer les suppressions de données des autres androïdes du lac.

 

Photo Evan Rachel Wood"Il faut souffrir pour grandir'

 

LA VOIE DES SAMOURAÏS

Loin de Westworld, Akane No Mai nous embarque bien évidemment dans le très attendu Japon féodal de Shogun World aux côtés de Maeve (Thandie Newton). On retrouve l'héroïne et son groupe exactement là où nous les avions quittés à la fin de l'épisode 3, alors qu'ils sont attaqués par un samouraï interprété par Hiroyuki Sanada (Le Dernier Samouraï). Si Maeve évite de justesse son sabre, le groupe se fait capturer et arrive dans l'équivalent du Sweetwater japonais.

De manière amusante, on constate qu'à l'exception de l'époque, peu de choses changent entre Shogun et Westworld. Hector (Rodrigo Santoro) et Armistice (Ingrid Bolsø Berdal) découvrent avec stupéfaction leurs semblables dans la même scène de braquage de la saison 1 surlignée par la reprise de Paint in Black (ici remasterisée avec une sonorité nippone) quand Maeve se retrouve, elle, sous les traits d'une geisha. Il y a quelque chose d'assez fun dans cette séquence qui pastiche la saison 1 et qui se moque aussi dans une autre dimension du manque d'originalité des scénaristes (hollywoodiens).

En tout cas, dans les grandes lignes, Shogun World contient quelques intrigues similaires à celles de Westworld comme le confirme d'ailleurs Lee Sizemore (Simon Quarterman). Des ressemblances qui vont jusqu'à l'histoire de la geisha Akane (Rinko Kikuchi) qui a une jeune fille, Sakura, comme Maeve. Une jeune fille qui va se faire capturer par le shogun lors d'une attaque de ninja.

 

Photo Rodrigo SantoroHector se la joue japonais 

 

Durant cette bataille, Maeve développe soudainement des pouvoirs dingues puisqu'elle réussit à contrôler les androïdes uniquement par la pensée. Lee est abasourdi et le reste des ninjas la prenne pour une sorcière. Alors que le groupe de Maeve veut aider Akane à récupérer sa fille, la garde du Shogun les capture et les emmène auprès du dit Shogun.

Sur place, le chef militaire n'a plus toute sa tête. En effet, Maeve et Lee constatent que du fluide cortical sort de son oreille. Pour récupérer sa fille Sakura, Maeve explique à Akane qu'il faut qu'elle danse avec sa fille pour le shogun. Malheureusement, si le plan n'était pas bête, Sakura est tuée par le shogun. Akane se décide alors à danser et exécute le shogun à son tour dans une scène bien graphique.

Maeve et Akane sont alors arrêtées par les lieutenants du shogun qui s'apprêtent à les éxecuter. Heureusement, juste avant que sa tête soit tranchée, Maeve prend le contrôle de l'esprit des gardes japonais et tous s'entretuent. Une armada de nouveaux guerriers arrivent alors à la rescousse et le groupe veut s'échapper mais Maeve, très confiante avec son nouveau pouvoir, se prépare pour le combat en prenant un sabre.

 

Photo Rinko KikuchiRinko Kikuchi, qui jouait dans Pacific Rim, dans la peau d'une geisha

 

LE CRÉPUSCULE DES PENSÉES

On attendait impatiemment cet épisode en japonais consacré à Shogun World et finalement une certaine déception s'en dégage après le visionnage. On espérait que l'ensemble de l'épisode se déroulerait sur les terres nippones mais au final un bon tiers de celui-ci continue à se passer aux côtés de Dolores dans Westworld. Evidemment, il est primordial de continuer à développer la trame de l'héroïne interprétée par Evan Rachel Wood mais ces allers-retours à son intrigue empêchent de s'enfoncer totalement dans l'univers japonais.

De plus, même si Shogun World se présente de manière efficace, l'épisode survole un peu l'univers. Alors oui les décors sont sublimes, les costumes extrêmement réussis, l'ambiance musicale de Rawin Djawadi remarquable... en revanche le scénario de Shogun World est une vraie déception. Soit disant conçu pour les invités "qui trouvaient que Westworld était insipide" selon Lee, Shogun World manque de puissance dans cet épisode d'inauguration où l'on découvre finalement que les sous-intrigues et situations imaginées par les scénaristes du parc sont les mêmes que dans Westworld. C'est une moquerie cocasse des scénaristes hollywoodiens mais par conséquent, la série manque d'originalité.

 PhotoLes samouraïs dans Westworld

 

Le propos sur les scénaristes en manque d'inspiration perd d'ailleurs en crédibilité avec le nouveau pouvoir télépathique de Maeve. Comment ne pas imaginer un seul instant que ce pouvoir totalement dingue deviendra le prétexte à d'innombrables deus ex machina sortis de nulle part dans le reste de la saison 2... De tout évidence en tout cas, il sera le moyen de faire avancer la trame scénaristique de Maeve plus aisément qu'auparavant. Le genre de joker dont la série aurait bien fait de se passer.

Cela dit, l'épisode n'a pas seulement des défauts. Malgré un montage pas toujours optimal lors des scènes de batailles, la réalisation de Craig Zobel est très réussie et nous offre de vrais beaux moments dans le Japon féodal ou entre Teddy et Dolores. Le casse-tête narratif se ressent aussi bien moins dans Akane No Mai. En ne jonglant que sur deux trames scénaristiques (plus l'ouverture avec Bernard), l'épisode bénéficie d'une grande fluidité. Une accalmie bienvenue après plusieurs épisodes très riches où le puzzle du show s'agençait tout autant qu'il se déconstruisait.

 

Ce cinquième épisode dans le monde de Shogun World est une bouffée d'air frais opportune pour les spectateurs qui commençaient à se lasser de l'Ouest américain. Cependant, on a la sensation que le monde nippon manque de singularité par rapport à Westworld et n'en est qu'une simple copie à l'époque des samouraïs. Vu la fin de l'épisode, le nouveau parc reviendra assurément. Reste à espérer qu'il se présente dans un jour plus audacieux cette fois-ci.

Un nouvel épisode de la saison 2 de Westworld, chaque semaine (lundi) à partir du 23 avril sur OCS. 

 

Photo

commentaires lecteurs votre commentaire !

fdd
31/07/2018 à 16:39

dfffg

Tom Ward
25/05/2018 à 22:51

Mon épisode préféré jusqu'ici, comme quoi... ^^
Le Shogun World est une merveille. J'étais "Wouaaaaaah" devant tout l'épisode ! Et mine de rien, ça fait du bien de devoir moins se casser la tête pour assembler les pièces du puzzle. Et puis bon, l'intrigue de Maeve est quand même la plus intéressante. Au contraire de beaucoup de commentateurs ci-dessous, c'est William qui m'ennuie, son intrigue piétine depuis le tout début de la série.

Mad
24/05/2018 à 11:40

Pour ma part, malgré que je reste d'accord avec la plupart des éléments de cette critique, je suis encore une fois totalement conquis. Peut-être pas autant que je l'espèrais (l'épisode 4 reste mon préféré) mais c'est le temps de s'habituer avec ce nouveau parc et à ces nouveaux personnages. C'est totalement normal. Westworld demeure l'une des plus brillantes séries de notre époque et la seconde partie de la saison 2 sera à coup sûr tout à fait remarquable.

Maiko
22/05/2018 à 13:50

Dolorès devient insipide...Teddy, le gentil qui était la part de bonté dans ce monde de brutes, car robots et humains sont tellement impitoyables qu'il est devenu une bouffée d'air pur. ..Maeve et William sont les personnages les plus complexes qu'on aime tour à tour haïr et admirer. l'Univers Shoghun est...wow, n'en déplaise aux puristes. Un esthétisme incroyable qui change du western...Moi, je dis BRAVO.

Manmus
22/05/2018 à 11:35

Et je rajouterai que le manque de singularité du Shogun World est voulu : c'est quelque chose d'intradiégétique. Comme le souligne Lee Sizemore, le responsable narratif des parcs, c'est une copie de Westworld, transposé à l'ère Edo du Japon (j'en veux pour preuve les sosies/doubles de Maeve et sa clique).

Manmus
22/05/2018 à 11:29

Pourquoi parler de pouvoir télépathique ? Ce n'est même pas un "pouvoir" selon moi.
Ce sont des robots, on peut aisément penser qu'ils sont dotés d'un système leur permettant une transmission de données "sans fil", par ondes ou je ne sais quoi.
L'apparition d'une telle capacité chez un être-humain aurait été grossier. Là, ça fait sens.

dams50
21/05/2018 à 23:27

roohh, Hiroyuki Sanada, il est toujours aussi impeccable dans le rôle du samurai (ici un ronin) faisant figure d'autorité.
C'est un peu le problème d'ailleurs. Dans "Le Dernier Samurai" justement, c'était un peu le même jeu. (D'ailleurs, on retrouve dans cette épisode Kikuchi qui jouait également dans ce même film. Ils ont juste oublié Tadanobu Asano.).
Bon, moi, perso, je préfère voir un Sanada jouer un samurai quand il est dirigé par Yôji Yamada (voir son "Le Samurai du crépuscule", 1er film de son excellente trilogie du samurai).
Et puis, les références faciles cerisiers en fleurs, seppuku, geisha, et majo versus ninja, c'est un peu lourd.
En même temps, dans la série, c'est l'image d'Epinal certainement fantasmée par les clients du parc. Mais bon...
A voir ce que ça donne pour la suite, où si c'était juste un interlude au parc du soleil levant.

Raiden
21/05/2018 à 22:04

Un série mauvaise et prétentieuse !

Thierry
21/05/2018 à 21:27

Bien qu'il soit frustrant (bienvenu dans le monde réel) de devoir attendre une semaine entre chaque épisode, je trouve que WestWorld ici, à mesure que s'assemblent les pièces, devient de plus en plus intéressant, et précisément parce que le spectateur doit faire un effort pour donner sens et unité à toutes ces données.
Un "show" (oh yeaahh...) ouvert à toutes sortes de visions avec cette réflexion toujours sur l'apparition de la conscience de soi, le libre arbitre, la problématique des clones qui risquent de devenir fou lorsqu'ils se retrouvent face à face, la question de l'Intelligence Artificielle, et surtout, surtout, qu'il nous soit donné de voir les programmes et la programmation des "androïdes" devenant pour beaucoup d'entre eux bien plus humains que les humains. Et nous sommes conviés aussi à prendre conscience de nos propres programmes.
Enfin, dans cet épisode, l'apparition de capacités sensorielles nouvelles, telle ici la télépathie.
Brillant, tout bonnement brillant.

fedor85
21/05/2018 à 19:25

La même sensation qu'avec la première saison. ça commence bien, puis plus on avance moins on accroche.

Plus

votre commentaire