Westworld épisode 9 : Hasta siempre la Revolucion !

Jacques-Henry Poucave | 28 novembre 2016 - MAJ : 09/03/2021 15:58
14
épisode 9 Anthony Hopkins

Westworld entame son sprint final alors que se dessine la fin de sa première saison. Et répond enfin aux questions soulevées par son scénario, ainsi que les hypothèses développées par les fans.

ATTENTION SPOILERS.

 

Bernard l’ermite

Depuis que l’on sait que le bras droit de Ford est un hôte, il semble relativement évident que ce dernier est une copie d’Arnold, puisqu’il ne pouvait distinguer son image sur la photographie que lui avait tendue Anthony Hopkins. Alors qu’il tente de piéger son créateur, suite au choc cognitif déclenché par Maeve, l’androïde exige que le maître de Westworld lui laisse libre accès à tous ses souvenirs.

 

épisode 8

 

Il comprend donc qu’il est bien un succédané d’Arnold, l’auteur des principales lignes de codes au cœur de la psyché des créatures artificielles qui peuplent le parc. Mais le savoir a un prix. Malgré son ingénieux dispositif conçu pour obliger Ford à lui dévoiler sa véritable nature,  Bernard a largement sous-estimé l’auteur de ses jours. Ainsi, Clémentine ne peut tuer Ford et ce dernier ordonne au pauvre Bernard de se suicider.

Le résultat est une séquence particulièrement forte, où Jeffrey Wright rappelle qu’il est un des comédiens de sa génération parmi les plus accomplis, capable d’une amplitude de jeu ahurissante, comme en témoigne son regard désespéré, alors qu’il supplie Hopkins de ne pas l’obliger à se suicider.

On ignore si on retrouvera le personnage, mais hélas, tout indique que Ford s’est résolu à le laisser mourir, de la manière la plus solitaire, cruelle et humiliante qui soit.

 

épisode 9

 

Kill your darlings

Les conversations entre Bernard et Dolores étaient donc des discussions entre Dolores et Arnold. On comprend ainsi que c’est lui qui, fasciné par l’androïde, l’a amenée jusqu’à la conscience. Mais ce que nous apprenons surtout dans les flashbacks ou hallucinations qui s’emparent de l’hôte, c’est qu’elle a manifestement tué Arnold.

Cet acte fut-il le fruit d’une manipulation de Ford, le souhait d’Arnold lui-même, ou bien la conséquence de la prise de conscience de Dolores ? Difficile de se prononcer pour le moment, mais il y a fort à parier que sa boucle narrative au sein du parc (voir son père se faire tuer avant d’être violée, quotidiennement) est une forme de punition pour sa révolte passée.

 

épisode 9

 

En revanche, tout s’embrouille concernant son présent. Piégée avec William par un Logan fou furieux, elle se fait éventrer, mais parvient à s’enfuir. Si nous avons confirmation qu’elle est donc bien une robote des origines, dont le corps est en grande partie mécanique, on comprend mal quand reprend le récit, alors qu’elle s’éveille, sans blessure ni tâches de sang et déambule jusqu’à la cave secrète de Ford.

 

William en Noir

C’était une des hypothèses les plus décortiquées, analysées et appréciées des spectateurs, elle est aujourd’hui confirmée. William est bien l’Homme en Noir. Et pour le coup, on est peut-être un peu déçu, tant on a du mal à distinguer quels sont les ressorts psychologiques et émotionnels du personnage. Pourquoi devient-il subitement un sociopathe capable de massacrer les nuées de robots qui l’entourent ? Pourquoi accepte-t-il soudain la logique inhumaine de Logan ? Pourquoi est-il obsédé par le parc ?

Quel est son lien avec Charlotte ? Tout cela demeure incroyablement fou. À vrai dire, à moins que le prochain épisode ne nous apporte une réponse très claire et logique, on risque de se désintéresser de ce personnage, qui bénéficie du formidable charisme d’Ed Harris, mais tient de moins en moins debout, psychologiquement parlant.

 

épisode 9

 

Il fait la rencontre de Dolores, dans ce qui ressemble au présent. Elle pourrait être ce qu’il cherche depuis si longtemps dans le parc. Mais étant donné que le depuis le début du récit, Evan Rachel Wood s’efforce de ne plus être un personnage secondaire, rappelant à tous ceux qu’elle croise qu’elle n’est pas un élément du décor, il se pourrait fort bien que ses plans ne s’accordent pas avec ceux de William, quels qu’ils soient. On serait même tentés de prédire un destin funeste à L’Homme en Noir.

 

Maeve part en guerre

On serait tentés de dire que Maeve (impressionnante Thandie Newton) est probablement le seul personnage dont les actions semblent encore cohérentes. Encore une fois, les modifications qu’elle a subies lui autorisent à faire avancer l’intrigue à toute vitesse, ce qui demeure artificiel et un peu grossier, mais efficace.

 

épisode 9

 

Elle recrute donc son premier soldat, en la personne d’Hector, à qui elle permet d’entrevoir la nature de son existence. Tous deux se suicident en faisant l’amour au milieu d’un brasier, afin de se réveiller dans les coulisses de Westworld. Voilà qui devrait provoquer la révolution que nous attendons depuis tout de même 9 heures de série !

 

Tiens, voilà les Indiens

Ce pauvre Ashley Stubbs intervient pour retrouver Elsie (qui a donc bien été attaquée par Bernard). Manque de pot, il tombe sur des indiens, qui l’attaquent, malgré ses prérogatives humaines. La scène peut sembler anecdotique, mais on fait le pari qu’elle s’avérera déterminante. En effet, Stubbs est apparu dans plusieurs lignes temporelles, et on se demande s’il est humain ou robotique.

Mais surtout, il est encore impossible de lier cette séquence aux autres intrigues, or il pourrait s’agir des prémices de la révolte attendue.

 

épisode 9

 

Feu à volonté

Westworld a donc confirmé jusqu’à présent toutes les théories des fans. Bernard est un droïde. Bernard est Arnold. L’homme en noir est William. Il y a deux lignes temporelles. Deux solutions s’offre au show : offrir à ces éléments épars une clef de voûte cohérente, qui nous impressionnera et consacrera la série comme un petit bijou de confection, ou s’écrouler sous le poids de ses arcs scénaristiques divergents.

Et au centre de ce dispositif, une question demeure : Westworld a-t-elle été incapable de surprendre le public, trop pompière, prétentieuse et ronflante pour préserver ses secrets, ou se propose-t-elle un nouveau type de divertissement, qui construit ses effets avec le public et non contre lui ?

Verdict avec le dernier épisode de la saison 1.

 

épisode 7 Evan Rachel Wood

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
commentaires lecteurs votre commentaire !
Cycy
29/11/2016 à 22:16

William = l'homme en noir - le couteau utilisé pour couper la corde autour du cou de l'homme en noir est le même que celui de William utilisé pour massacrer les soldats de l'union

clarence bodicker
29/11/2016 à 19:30

Qu'est ce que c'est long à venir les infos sur les persos, qui est qui? on a l'impression qu'il n'y a pas de surprises + que ça depuis l'épisode 4, j'adore le western et et les acteurs mais on s'ennuie tout de même, faudra voir surement quelques saisons pour comprendre le joyau, à suivre

StarLord
29/11/2016 à 15:02

La sérieà beaucoup de qualités mais dans l'ensemble J'ai vraiment lutté pour continuer à regarder la série mais j'ai vraiment du mal à suivre avec tous ses arc scénaristiques. La série m'a perdu en route. Trop lent, trop de blabla...
J'ai un peu le même sentiment qu'avec la saison 2 de True Detective. A trop vouloir en mettre plein la vue, on en oublie l'essentiel: l'histoire. Et je dois dire que celle de cette saison 1 de WestWorld ne m'a absolument pas interessé. A moins qu'un season finale de folie change la donne mais j'en doute.

Mez
29/11/2016 à 12:30

William qui est l'homme en noir , juste nawak..

C. Ingalls
28/11/2016 à 23:22

Je ne prends plus aucun plaisir à suivre cette série. J'y bite quedal ... Tous les épisodes se ressemblent. A moins d'un final qui remette clairement les choses à plat et de bon augure pour une seconde saison, je jette l'éponge... Dommage, avec les moyens mis en oeuvre et un tel casting j'y croyais.

kyo
28/11/2016 à 19:09

Westworld, c'est filmé avec les pieds, monté par le directeur du marketing pour entretenir sur la durée l'incohérence psychique du fan club par celle des scénaristes; tout ceci n'est que du cynisme, l'entretien de la valeur identitaire par sa destruction perpétuelle, le mensonge, la manipulation, la corruption.

Treizebook
28/11/2016 à 17:42

@Phabb
En effet, je me suis fait la réflexion après coup..
Si l'homme en noir est bien William, on peut alors effectivement imaginer, comme le suggère JimmyR, que son comportement à priori violent envers Dolores (dans le présent) soit pour lui une façon d'aider celle qu'il a toujours aimé à devenir une personne consciente, plus humaine, et donc plus "libre" et apte à partager sa vie...

JimmyR
28/11/2016 à 17:19

Quand la blessure de Dolores au ventre disparait pendant sa fuite, c'est pour nous faire changer de timeline (on se retrouve dans la timeline actuelle dans laquelle ford a fait déterrer la ville et l eglise) et on se met a alterner entre ses souvenirs de ses discussions passées avec Arnold (robe bleu) dans les locaux occupés par les ingénieurs, ses souvenirs du meme local juste apres un massacre (le jour ou elle a tué Arnold?) et les locaux actuels qui sont désormais a l abandon qui conduisent a sa rencontre avec Chapeau Noir...

JimmyR
28/11/2016 à 17:11

@Seb "LE fait qu'il viennent souvent pour profiter de Dolores (sans amour puisqu'il la viole)" humm dans l'episode 8, il explique avoir commis son premier acte de cruauté apres le décés de sa femme dans le monde réel. Et c'est grace a cet acte cruel qu'il a pu noter la réaction de survie de Maeve et le fait que certains hotes pouvaient développer une vraie "humanité". On ne sait pas si il viole Dolores dans la grange (c'est suggéré sans etre confirmé) mais il a du passer la voir une seule fois, peu etre dans le but de provoquer la meme réaction chez elle que chez Maeve... La théorie Williams= Chapeau noir peu tenir la route

Phabb
28/11/2016 à 16:34

@Treizebook
Ed Harris a les yeux bleus, William aussi, Logan non.

Plus
votre commentaire