The Walking Dead - saison 8 épisode 5 : Confessions hâtives

Jacques-Henry Poucave | 20 novembre 2017 - MAJ : 09/03/2021 15:58
15
Photo

Aucun mot n’a encore été inventé pour rendre compte de l’ennui vertigineux qui étreint le spectateur victime de Walking dead depuis de trop longs mois. Et si l’espoir semble désormais s’être fait la malle, c’est avec un mélange de masochisme que l’on regarde chaque semaine cette série autrefois sympathique, nous rappeler qu’il reste encore quelques producteurs hollywoodiens aussi professionnels que des otaries bourrées à la bière.

ATTENTION SPOILERS

 

Photo Andrew LincolnAndrew Lincoln 

 

PARALYSIE NARRATIVE

Nous retrouvons Gregory, chez les Sauveurs, et on ne sait pas bien s’il a retrahi encore les siens, ou si nos amis scénaristes, beurrés comme des tartines, ont oublié qu’ils l’avaient envoyé chez Maggie du côté de la Colline. Bon au moins, il est en train de causer à Negan, ce qui va permettre à Jeffrey Dean Morgan de justifier son salaire.

À la faveur d’une réplique, on réalise finalement que nous errons dans un flashback, dont on ne saisit pas encore à quoi il sert, sinon nous rappeler que le personnage de Greg est tellement fade qu’il fait passer Negan pour un condensé de puissance shakespearienne. Flashback qui aura finalement pour but de raccrocher les wagons avec l’attaque initiale des rebelles et la dernière apparition de Negan.

 

PhotoUn décor fichtrement solide

 

C’est aussi utile au récit qu’offrir un sextoy canardo à votre grande tante inhumée au fond du jardin, mais grâce à ce petit procédé, les scénaristes viennent de brûler un quart de l’épisode. Bravo les veaux. Nous retrouvons donc Negan avec notre camarade cureton, en pleine discussion sur le sens de la vie et leur futur immédiat. Parce qu’il faut bien nous faire tenir jusqu’à la fin de la saison, le père Gabriel propose à Negan de se confesser (ne riez pas).

 

MITRAILLEUSE RELOU

Pendant ce temps-là, Rick et Daryl apprennent de la bouche du convoyeur des mitrailleuses lourdes que les troupes d’Ezekiel ressemblent désormais plus à du mou pour les chats qu’à de fiers guerriers. Une information qui déplaît sensiblement à Andrew Lincoln.

 

PhotoBattle de charisme

 

Les lieutenants de Negan se demandent quoi faire, parce que quand même bon, ça craint quoi. Eugene babille mollement que franchement c’est vrai, ça craint quoi, il est soutenu par Dwight, qui veut détourner la conversation de toute focalisation sur l’éventuelle présence d’un traître. Voilà qui forme logiquement une alliance de circonstance, puisque Eugene, récemment converti à Negan a besoin d’être soutenu par un historique du clan, tandis que Dwight ne peut se permettre d’apparaître comme une taupe.

Gabriel et Negan poursuivent leur débat sur la faiblesse, la force et la diversion scénaristique. Gabriel est d’autant plus motivé qu’en tant que protagoniste inutile et dénué de charisme, il est logiquement au premier rang des personnages sacrifiables. Malheureusement, notre curé ignore manifestement que ce n’est pas à lui que reviendra le rôle de transformer Negan en purée pour bébé. Il tente donc de lui subtiliser son arme et de l’abattre. Evidemment c’est un échec, et pour une raison mystérieuse, il se retrouve enfermé dans une pièce dont nous ignorions jusqu’à l’existence il y a quelques secondes.

 

PhotoComment ne pas utiliser de dynamite, en 1 leçon

 

MY NUTSACK IS MADE OF STEEL

De leur côté, Andrew et Daryl trouvent de la dynamite, ce qui permettrait de régler la question Negan en quelques minutes, au grand dam de la production, qui a encore plus de dix épisodes à tenir. C’est pourquoi nos héros décident de jouer à s’enfiler des torgnoles plutôt que de récupérer les explosifs, qu’ils laissent péter dans la carcasse d’une voiture enflammée. C’est désormais officiel, The Walking Dead se déroule dans une dimension parallèle où Charles Darwin est mort avant d’avoir jamais publié quoi que ce soit, probablement en changeant une ampoule, sans doute tout nu dans un bain moussant.

Parce qu’il reste encore un quart d’heure à tuer, Negan accepte de se confesser. Et règle en trois répliques ce qui fut l’objet de quelques passages passionnants en comics, comme pour mieux confirmer le total doigt d’honneur accompli depuis une vingtaine d’épisodes envers l’œuvre originale. Réutilisant l’astuce des tripes de zombies pour avancer discrètement, le duo nous offre le seul passage vaguement palpitant de ce chapitre, au cours duquel ils affrontent quelques morts-vivants bien maquillés, histoire de nous rappeler que The Walking Dead a un jour causé apocalypse, zombies, et survie.

 

PhotoFleur de Viandard, collection automne hiver

 

Les Sauveurs, bien incapables de relaxer les travailleurs sur le point de faire grève pour cause d’invasion de cadavres affamés assistent, sidérés, au retour de Jeffrey Dean Morgan. Du coup, le faux suspense de la séquence précédente n’en apparaît que plus pathétique, tandis que Negan débite quelques-unes de ses répliques en carton à base de « mes roubignolles sont en acier ». Negan en fait, c’est le Bernard Tapie de la fin du monde.

Quand soudain, évènement transcendantal, dont on aura guetté l’arrivée depuis plusieurs saisons, la série dévoile soudain… UNE IDÉE. Alors qu’il progresse dans la nature, l’œil humide et la barbe émoussée, Rick aperçoit un hélicoptère ! Alors qu’on n’avait pas vu de semblable symbole de l’ère révolue pré-morts-vivants, voilà une surprise qu’aura su nous ménager la série et qu’on n’avait pas du tout vu venir.

Il pourrait s’agir d’un évènement totalement inédit. D’une hallucination collective. Ou peut-être du crossover annoncé il y a peu entre Fear the Walking Dead et son aîné. On l’ignore, mais pour une fois, il s’est passé quelque chose pendant un épisode. Dernier élément, qui vient conclure cet épisode, Gabriel est malade, et de toute évidence, il n’a pas attrapé la grippe.

 

PhotoOn vous remet cette photo, parce qu'elle nous fascine

 

Pour l’essentiel, ce segment est tout aussi déprimant de nullité que les quatre qui l’ont précédé. À bien des égards, il paraît désormais évident que plus personne chez AMC ne s’intéresse encore au show, du moins créativement parlant.

Et pourtant, on ne peut s’empêcher de garder un peu de tendresse pour le bousin, qui aura su nous surprendre authentiquement une dizaine de secondes, ce qui n’était pas arrivé depuis quelques années.

 

PhotoSi tu finis ton assiette, la semaine prochaine, ce sera meilleur

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
commentaires lecteurs votre commentaire !
Vincent
01/01/2018 à 21:32

Cela devient du gros navet.
Aucuns sens ... J'ai même plus envie de suivre les prochains épisodes (j'ai même arrêté de visionner l'épisode 8 après 20 min).
Y aurai-t-il moyen de mettre au placard celui qui écrit les scénarios (c'est pitoyable) ...

Rick
04/12/2017 à 16:51

Je pousse mon coup de gueule par rapport à l'épisode 7, comment peut on nous servir une daube pareil ? Il ne se passe absolument rien. Les zombies ont été anéantis car Eugene a fabriqué une tonne de munitions, sérieusement ? On apprend que Eugene ne pense qu'à sa propre sécurité dans l'épisode, quel scoop ! Comment Rick peut il faire encore confiance aux Garbage kids alors qu'ils ont essayé de le tuer à trois reprises ?

Jack
02/12/2017 à 12:04

Et l'épisode 6 les gars??? :D

ArKa
02/12/2017 à 01:40

Ca parle beaucoup du méchant rédacteur frustré mais laissez moi vous donner mon humble avis.

Ayant suivi avec assiduité les saisons 1 à 4, j'avais laissé tombé en raisons de circonstance de la vie m'ayant envoyé là où la télé n'existe pas. De retour dans le cybermonde je me suis chouette au moment de découvrir que ma télévision nationale diffuse les épisodes de THW en replay.

Et ben franchement après avoir vu 3 épisodes (3-4-5) en assumant parfaitement le fait d'être largué question intrigue je me suis surtout dit que c'était mauvais... Très mauvais.

Eh les fanboys! C'est lent, c'est mou, il n'y a pas d'intrigue te tenant par les couilles pour les x prochaines minutes... Rien. A la place des gars déblatèrent une philosophie mièvre et plate...

C'est mauvais et c'est tout...

pitre
21/11/2017 à 23:12

C'est horrible assister à une lente agonie, celle d'un rédacteur qui s'est engagé à commenter toute la saison d'une série qu'il déteste... vous me faites penser à un zombie sans jambe rampant lamentablement vers sa proie qu'il n'atteindra jamais, seule une explosion de cervelle semble pouvoir vous libérer. vous me faites de la peine. Pour en revenir à cet épisode je vous trouve bien injuste pour ce 5eme qui voit enfin une intrigue faire son retour dans la série après 4 épisodes de combats décousus.

REA
21/11/2017 à 13:47

Dans l'épisode précédent, 5-6 zombies amorphes couchent un tigre de 250kg. Là, une cinquantaine de Z's n'arrivent pas à becter un prêtre pété de trouille et Fonzie.
TWD, toujours plus loin, et plus fort dans le nawak.


Je *vous conseille Future Man. Série bien délirante de comédie / science fiction.
* EL et ses cliqueurs.

fredTF
21/11/2017 à 11:34

Je plains Poucave d'être obligé de subir la série pour assurer son suivi! Courage on est avec toi!

Quand aux autres, mais comment vous pouvez encore défendre la série? on nage en plein syndrome de Stockholm c 'est pas possible. C'est pas juste mauvais, c'est carrément pathétique là.

Simon Riaux - Rédaction
21/11/2017 à 11:06

@raf88
Bien vu !!!

captp
21/11/2017 à 10:44

vous êtes sur que l'hélico n'a pas été découvert par les artistes incompris du show qu'a la diffusion comme l'avion l'année derniére ? ;p
Sinon du même avis ... c'est un désastre .

Bavard-roi
21/11/2017 à 00:49

Toujours autant de mauvaise foi, vous en devenez ridicule, avec de moins en moins de crédibilité, et vos petits traits d'humour sont tout aussi ratés pour les lecteurs que la série l'est pour vous.

Plus
votre commentaire