The Walking Dead - saison 7 épisode 16 : War Machine

Jacques-Henry Poucave | 3 avril 2017
1
épisode 16

Le voici donc, le season finale de Walking Dead, qui a la difficile mission de nous réveiller un peu et de nous offrir quelques raisons d’espérer que la série phare d’AMC mérite encore d’être suivie, après des mois d’errance scénaristique.

Les hostilités s’ouvrent avec Sasha, plongée dans ses rêves. Elle y retrouve Abraham, son compagnon défunt, massacré sous ses yeux par Negan. Son réveil est autrement moins plaisant, puisque c’est le gros vilain à la batte qui la tire de sa rêverie en l’accueillant avec un petit-déjeuner fumant. Le salopard en chef a manifestement de grand plans pour la rebelle. Il lui annonce la couleur : il a besoin d’elle pour pacifier la situation avec Rick, et cela ne se fera pas sans victimes, même s’il lui « promet » de ne pas la tuer.

 

épisode 16

 

Du côté de Dwight, c’est un peu tendu, parce que les copains d’Andrew Lincoln ont manifestement beaucoup plus envie de l’éviscérer que de taper la discute avec celui qui prétend vouloir trahir les Sauveurs. Sans surprise, les rebelles l’épargnent, motivés par l’éventualité de pouvoir retrouver Sasha par son entremise. Le plan qu’il leur propose est relativement simple ; Piéger un premier convoi de vilains sur la route, puis attaquer le Sanctuaire de Negan et zigouiller à peu près tout le monde.

Sasha est toujours réfugiée dans le rêve où elle fait causette avec son bourrin rouquin. Elle s’y réfugie tandis que Negan lui révèle la mission pour laquelle il l’a choisie, et que nous n’entendrons pas. Elle tente de négocier la vie de ses camarades, mais comme de par hasard, Negan n’est pas super branché indulgence sur ce coup-là. Sasha accepte finalement de participer à ce mystérieux plan si Negan se contente d’éliminer un seul des gentils. Pour le coup, on est assez peu disposés à croire le type qui a la vilaine habitude de dépecer tous ceux qui le contredisent.

 

épisode 16

 

SUPER MAGGIE

Parallèlement, Maggie organise la révolte avec ses lieutenants, se considérant plus ou moins officiellement comme la meneuse effective de la Colline. De son côté, Carol se balade avec son super commando de la mort, et tombe sur Morgan, qui a préparé une embuscade rien que pour les Sauveurs, dans une attitude plutôt suicidaire. Ezekiel échange quelques mots avec son ami, qu’il ne reconnaît plus, lui conseillant de rejoindre son petit groupe d’énervés en quête de gros fight.

Mine de rien, ces quinze premières minutes témoignent assez tristement de la manière dont Walking Dead, en atomisant son récit pour gagner du temps, à désormais du mal à rassembler tous ses protagonistes et intrigues en un tout cohérent. Présentement, on ne voit pas du tout comment le show peut réussir le tour de force de proposer une conclusion cohérente à ce foisonnement de factions, alliances, et personnages en balade.

 

épisode 16

 

En vélo et en camion, le groupe des métalleux sous LSD rejoignent Alexandria, désireux de récupérer les guns promis par Rick. Pendant ce temps, Rosita et Daryl fabriquent des explosifs, un peu à l’écart des autres.

 

SHIT IS COMING

De son côté, Dwight, Eugene, Simon et Negan font face au blocage routier proposé par le traître, mais ne paraissent pas franchement inquiets de la suite des opérations. Sasha, quant à elle, continue de triper gentiment, ce qui présente le double avantage de faire gagner du temps aux scénaristes, lesquels n’ont pas besoin de s’occuper de la construction de l’épisode, pendant qu’ils essaient de nous faire pleurnicher avec les moyens du bord.

De retour dans la réalité vraie, Eugene tente de la raisonner et de la convaincre que collaborer avec Negan et démantibuler ses anciens copains tout en s’affichant avec un gros porc psychotique, c’est un choix de vie comme un autre. Gageons que Rick, qui a posté ses troupes le long des remparts entourant Alexandria pense la même chose.

 

épisode 16

 

Manque de pot, voici Negan en camion, ou plutôt son émissaire, Eugene, venu annoncer que les lieux sont encerclés et que Rick doit se rendre s’il veut que les siens aient une chance de survivre. Sans surprise, cette mise au point est plutôt mal acceptée par notre héros. Ce dernier lance donc le signal qui doit provoquer l’usage des explosifs et donc mettre fin à la vie d’Eugene, sauf que…

Pas de bol, les métaleux venu chercher des armes et offrir leur aide sont en fait de gros traîtres, qui mettent les gentils en joue. Negan arrive, triomphant. Pour un échec, c’est un sacré échec, qui souligne une nouvelle fois de vrais soucis de cohérence. Certes, il y a là un relatif effet de surprise, mais on comprend tellement mal depuis le début pourquoi Rick veut absolument s’allier à des zigotos incroyablement antipathiques et décidés à leur mettre des bâtons dans les roues.

 

épisode 16

 

PUNISHMENT PARK

Dwight et Simon amènent aux gentils le cadeau de Negan, alors dissimulé sous une bâche. Il s’agit d’un cercueil… D’après Negan, il contient Sasha, en vie. Le gros méchant dévoile son plan. Alexandria doit remettre absolument toutes ses armes, Rick doit désigner une victime pour Lucile, livrer Daryl. L’addition est salée, et si le shérif ne s’y soumet pas, Sasha mourra. Mais il demeure impassible. Et pour le coup, nous sommes enfin devant une séquence correctement montée, mise en scène et dirigée. Il se dégage de cette confrontation une véritable pression.

Sauf que bien sûr, Walking Dead ne peut se permettre de totalement réussir quelque chose et décide d’interrompre ce passage avec le rêve/hallucination de Sasha, qui fait ses adieux à son Poil de Carotte sous créatine. Quelques minutes larmoyantes plus tard, nous découvrons que la jeune femme a manifestement décidé de se suicider grâce au poison d’Eugene, profitant de son trajet en cercueil pour partir discrètement, et donc mettre à mal le plan de Negan pour négocier avec Rick les Mauvais Tuyaux.

C’est d’ailleurs un autre des soucis de cette saison : comment Negan peut-il encore tenter de soumettre un individu qui lui a continuellement prouvé qu’il attendait la moindre occasion pour le tuer ?

 

épisode 16

 

ZOMBIE PRIDE

Conséquence directe, quand Negan ouvre le cercueil, c’est une Sasha zombifiée qu’il libère, foutant un gros bordel au milieu de la négo, ce qui  a pour effet de transformer les rebelles en super guerriers déchaînés, qui mettent une grosse pile aux Sauveurs. Enfin, pas Rick, qui a droit à une bastos dans le bide et une petite chute de son mirador. Ça sent le sapin comme on dit. Même constat du côté de sa chère et tendre qui se fait péter les dents par une traîtresse snipeuse.

Malgré ce retournement de situation, les Sauveurs semblent reprendre l’avantage, d’autant plus qu’ils tiennent désormais les principaux belligérants à leur merci. L’espoir viendra peut-être de Michonne, qui reprend discrètement le dessus sur son adversaire. Espérons qu’elle puisse encore viser, malgré son visage tuméfié.

 

épisode 16

 

 

Pendant ce temps là, Negan joue la pression et fait s’agenouiller notre héros et son fils côte à côte. Negan sous-entend, en prenant bien son temps, qu’il va exécuter Carl. Et curieusement, ça ne paraît pas enchanter qui que ce soit. Mais Negan, toujours sympa, promet à son ennemi qu’il va tuer Carl vite, avant de s’occuper de lui. Notre héros lui, ne s’en laisse pas conter et rappelle au roi des salopards qu’il finira par remporter la bataille.

Ô surprise, les hippies du Royaume débarquent, et sauvent Carl de justesse, ce qui est au moins l’occasion de voir le gros tigre manger quelqu’un. Et hop, double uppercut, avec le débarquement en fangare de Maggie et ses potos. Même Morgan semble s’amuser comme un petit fou avec son bâton pointu.

Mais la reine des métaleux méchant a plus d’un tour dans son sac et balance l’air de rien une fusée éclairante, tandis que des fumigènes l’aident à couvrir sa fuite. Rien qui ne puisse retenir Ezekiel, convaincu d’être un gros warrior avec sa canne épée sortie d’un mauvais roman de gare. Si ce réveil de l’action fait plutôt du bien, on s’agace un peu devant le manque de rigueur de la mise en scène, qui nopus montre des tas de gugusses se tirer dessus à découvert, sans que quasiment personne ne meurt ou ne pense à se couvrir.

 

épisode 7

 

KILL THEM ALL

Rick découvre avec bonheur que Michonne a survécu à son tabassage en règles, et réussit à écourter l’existence de son attaquante.

Mais les Sauveurs n’ont pas du tout dit leur dernier mot. Negan se demande comment la vilaine Sasha a bien pu lui jouer un si mauvais tour. Eugene tente une pirouette en expliquant qu’elle a dû s’étouffer. Mais Neganou paraît relativement peu convaincu, quoi qu’il en soit, il annonce le début de la guerre à ses joyeux compagnons, qui sont aussi nombreux, qu’armés et motivés.

Parce qu’il faut bien un peu de larmiches, nous voilà maintenant face à Jesus et Maggie, en mission pour en finir avec Sasha, parce qu’il n’y a rien de tel qu’une bonne décapitation pour calmer un mort vivant affamé.

 

épisode 7

 

Nous terminons donc cet épisode au milieu de la bataille, juste avant la contre-attaque de Negan. Soit le type de cliffhanger/suspense/abandon qui était déjà la règle à la fin de la saison 6. Le procédé est moins outré qu’alors, mais il relève de l’exacte même logique : gérer la frustration du spectateur, repousser sa satisfaction au maximum pour garantir sa présence, plutôt que de chercher à lui donner un divertissement d’une qualité continue.

Cette méthode adoptée par Walking Dead n’est pas nouvelle, mais elle est devenue symptomatique d’une série qui joue continuellement les prolongations, cherchant par tous les moyens à gagner du temps en en racontant le moins possible. En l’état cette saison 7 n’aura proposé qu’une poignée de scènes marquantes pour plus de dix heures de programme. Difficile dans ces conditions de voir dans la future saison 8 une raison d’espérer.

 

épisode 7

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
commentaires lecteurs votre commentaire !
Chris
16/08/2017 à 22:58

Un looong épisode, concluant une looongue saison... C'en devient pénible à regarder. Même un soap opera avance plus vite, et au moins dans un soap, on s'attend à des scènes niaises. Alors que là, moi, franchement, je n'en ai rien à carrer de Sasha qui rêve d'Abraham et meuble ainsi un quart de l'épisode pour ne rien dire (estimation à la louche et au ressenti, j'ai pas chronométré). Les personnages principaux sont pour la plupart tellement idiots et/ou antipathiques que je finis par trouver Negan plus sympa et me dire qu'il a bien raison de les asservir. Carl qui va tout seul essayer de le tuer, Rick qui fait aveuglément confiance à la première bande de punks à chien venue, le "plan" de Sasha et Rosita qui était... ridicule, pour employer un doux euphémisme. Rosita, au passage, est tellement insupportable que j'aurais aimé qu'on lui tire une balle depuis longtemps pour la libérer de sa crise d'ado tardive, et les états d'âme de Carol et Morgan ont été particulièrement soporifiques pendant cette saison, un bon moyen de délayer la sauce quoi. Même Enid a fini par me paraître plus mature et intéressante qu'eux, c'est dire. On voit bien d'autre part que les scénaristes ne savent plus comment intégrer Daryl à la trame, il ne sert plus à rien à part nous sortir une phrase de temps en temps en mode "badass" pour rappeler qu'il est là. Je crains pour la saison 8, car vu la trame temporelle du comics, il est fort probable que la fin de la guerre contre Negan ne soit délayée sur toute la saison. J'en baille d'avance. C'est tellement dommage car y avait moyen de faire un truc excellent avec cet arc, et le personnage de Negan est un très bon antagoniste. Ah, et faut aussi absolument qu'ils fassent quelque chose pour la coiffure de Carl, parce que le brushing 70's à la Farrah Fawcett, non quoi, non !

votre commentaire