The Walking Dead Saison 9 Episode 16 : un froid de zomblard pour le season finale

Simon Riaux | 1 avril 2019 - MAJ : 01/04/2019 17:28
27
photo

Après approximativement 8 saisons de la honte, on n'espérait plus grand-chose de The Walking Dead, première série produite, écrite et réalisée par des bots. Et pourtant, à au moins deux reprises, la saison 9 a su tutoyer le niveau d'un bon épisode de Camping Paradis. Le season finale confirme-t-il ce miracle ?

ATTENTION SPOILERS

 

photoAllez, fais pas cette tête, c'est bientôt fini

 

GARE AUX SNOWFLAKES 

Après un paquet d’épisodes à partouzer dans les champs en chantant « Kumbaya » à tue-tête, Ezekiel en a gros sur la patate. Déjà que c’est pas facile tous les jours, mais alors quand c’est l’hiver, que les copains sont morts et que les scénaristes déboulent sur le plateau pétés comme des coins, on redoute le pire. Bienvenue dans le season finale de Walking Dead, saison 9.

Mine de rien, le changement climatique annoncé à la fin du chapitre précédent est un des plus bouleversants aveux de nullité jamais accompli par un show de l’ampleur de la production phare d’AMC. N’importe quelle autre série aurait déjà abondamment joué sur les intempéries, les saisons, tels des ressorts dramatiques aussi évidents que naturellement riches, autorisant notamment à renouveler un peu les décors d’un récit qui devrait rester parmi les plus invariablement moches produits par l’espèce humaine.

 

photo, Khary PaytonEn voilà un qui fait nettement moins le malin

 

Mais pas Walking Dead. En une décennie d’existence et neuf saisons, nous en serons restés au gris caca d’oie de cette campagne indistincte, évoquant aussi bien les fins fonds du Berry que la banlieue lointaine d’Atlanta. Et soudain, vla-t-y pas que le show nous annonce en grande pompe : il meule sa mère, et ça c’est vraiment pas cool. Bah oui, parce qu’en 10 ans d’apocalypse zombie et autres guerres civiles impitoyables, personne n’a jamais chopé la crève hein.

Bref, ce changement climatique vient souligner combien la série a toujours affiché une impeccable nullité, et combien Walking Dead s’efforce de compenser sa terrible inertie en se renouvelant. À la manière d’un vieux poivrot développant une curieuse passion pour les étiquettes de Beaujol-Pif, le spectateur de la série s’est attaché à elle, ses dialogues foireux, ses acteurs en descente de turducken et ses rebondissements écrits avec des moignons.

La voir aujourd’hui se démener pour raconter quelque chose et tenter d’enrayer le pourrissement des audiences est indubitablement sympathique.

 

photoBon alors c'est un peu tard pour l'épisode de Noël, mais pourquoi pas

 

LE PLANTER DU BÂTON

Comme d’hab, quand l’intrigue commence à sentir la vieille plaie qui s’infecte, on assiste à la bonne vieille alliance rêvée entre auteurs sous Lexo et maquilleurs de génie. Les équipes de KNB, sans doute remotivées par la direction artistique qu’offre la déco hivernale, nous proposent ainsi une assez jolie scène de mort-vivant transformé en sucette.

Elle est totalement dénuée de suspense, car le personnage central de Lydia (Cassady McClincy) est porteuse d’un totem d’immortalité, maintenant que son petit coupaing a été découpé par sa vilaine môman Alpha (Samantha Morton). Mais il n’empêche, c’est assez joli.

L’hiver, c’est aussi l’occasion de coincer nos protagonistes dans des cabanes pour les faire parler. Ce qui n’est pas un luxe, puisqu’il va falloir habituer les persos à kiffer Negan, ce qui est un peu comme demander à Arnaud Desplechin de mettre en scène le prochain Taxi. Bref, tout le monde parle, et comme toujours c’est aussi embarrassant que de relire les copies de le dictée de Prosper Mérimée imposée à une classe de castors lapons hermaphrodites.

On vous décrirait bien ce que se racontent tous ces braves couillons frémissants, mais on a choisi de répondre à nos mails, boire du café, tout en nous frictionnant mollement l’aine, afin de ne pas tomber dans le coma. Mais de toute évidence, nos héros ont l’air un peu fatigués.

 

photo, Jeffrey Dean MorganLe feu sacré

 

LES MACCHABÉES FONT DU SKI

Et peu importe finalement que rien n’ait le moindre bordel de putain de sens (pourquoi tous ces couillons se promènent-ils en plein blizzard, nom de nom ?), ce qu’on veut, c’est du zomblard enneigé. On passera même l’éponge sur l’incohérence totale qui veut que certains gèlent et d’autres pas, étant donné qu’on comprend mal comment des cadavres pourraient varier de température, mais bon, enfin, après 30 minutes, nous avons droit à une petite confrontation enneigée.

De prime abord, la séquence est extrêmement classique, mais voire ces vieux corps sortir de la neige renouvèle sympathiquement le cliché du corps s’extrayant de sa tombe (ouais on se satisfait comme on peut). Parallèlement, nous découvrons que Lydia souffre du même mal que les autres personnages : une fuite de cerveau qui lui interdit d’agir avec plus d’intelligence qu’un cochon d’Inde torché au vinaigre de poireau.

 

photoSnow Patrol

 

Devenue suicidaire depuis que tout le monde est prêt à sacrifier sa peau pour elle, la demeurée en puissance permet à l’intrigue de perdre un temps précieux pendant que Daryl (Norman Reedus), sorte de Laurent Ournac de la fin du monde, manque de se faire tuer. On s’en cogne, Daryl ayant avalé son totem d’invincibilité jusqu’à la garde il y a bien longtemps.

Comme de par hasard, Carol (Melissa McBride) décide de ne pas zigouiller Lydia – grosse surprise – et préfère lui conseiller de renouveler son contrat pour une saison 10. Il faut dire qu’avec Negan en mode sauvetage de gamine et de chien, on n’en est plus à ça près dans les énormités scénaristiques rédigées par une armada de débiles légers.

Après le chapitre dynamique et riche en rebondissements de la semaine dernière, on comprend mal pourquoi Walking Dead choisit d’achever une saison cruciale, qui aura bouleversé le casting, la narration, la chronologie et les enjeux, sur un segment aussi mou du fion anodin.

 

photo, Norman Reedus Killing Paradis

 

En effet, à part un appel radio plus que mystérieux lors de l’ultime séquence, et l’annonce d’un programme radical de la part des Chuchoteurs, ce chapitre nous laisse avec un sentiment d’ennui, de langueur et de vide prononcés.

Pire, on a beau savoir la série incapable d’éviter les faux raccords, tout semble indiquer à l’issue de cet épisode que le passage hivernal est terminé. La chose semble difficile à croire, mais s’il y a bien un truc que nous avons appris en regardant le show, c’est qu’il est toujours capable de surprendre en mal.

La saison 9 de The Walking Dead était diffusée chaque lundi soir sur OCS Choc. L'ensemble de la saison 9 est maintenant disponible sur OCS Go.

 

photo, Cassady McClincy, Melissa McBrideJoyeux Noël et à l'an prochain

commentaires lecteurs votre commentaire !

Nouk
05/05/2019 à 00:03

Je suis d'accord pour le Berry profond. Pour le reste, non.

lemon
11/04/2019 à 16:28

Je m'en fous, au bout de 9 ans à regarder cette série, je vais recommencer dans 5/6 mois. Maintenant, cette épisode est bien quand tu peux accélérer les moments un peu mou du genoux.

Jimmy
08/04/2019 à 14:49

@Andarioch

Pour moi les chuchoteurs sont le groupe le moins crédible de toute la série. Ils ont voulu faire un groupe qui utilisent les marcheurs au prix de leur crédibilité.
Vivre dehors si longtemps , sans équipement ne tiens pas la route, même s'il n'y a pas de neige, quid de la pluie ? du ravitaillement ? d'un minimum d'hygiène , de soins ? etc ... Vivre comme des hommes préhistoriques est difficile, il faut au moins un abris. Ce groupe en sensé survivre à l'apocalypse zombie depuis 10 ans, mais je ne comprend pas comment ils peuvent survivre plus de 6 mois dans ces conditions sans abris en dur en chassant 3 écureuils et sans cultiver quoi que ce soit . Alors que les autres groupes qu'on nous présente dans la série ont des difficultés énorme pour survivre. Ici c'est un groupe nomade qui se balade tranquille dans la forêt en faisant la causette aux zombies, avec à sa tête un chef qui règne par la terreur.
Alors je veux bien que ça marche sur un citadin qui n'a qu'a ouvrir son frigo et se faire livrer sa pizza par Amazon. Mais essaie donc d'aller vivre dans un bois , avec un T-shirt et un couteau, sans rien d'autres et on verra combien de temps tu vas tenir... 2 ou 3 jours et encore ...

Donc d'un coté tu as 3 groupes qui doivent cultiver la terre, qui sont capable de faire de l’électricité avec des moulins ou des panneaux solaires, qui ont un médecin du chauffage des moyens de transports , des armes et qui avec tout ça on quand même beaucoup de mal. De l'autre tu as un groupe nomade de chasseurs/cueilleurs organisés comme des Barbares et vivant dehors, et qui n'a visiblement aucune difficulté à danser la queue leu leu avec les zombies.... Ca colle pas ...

Le groupe de Negan était impressionnant, car très nombreux, c'est le groupe le plus nombreux qu'on avait rencontré dans la série, avec beaucoup de moyen et dirigé avec brutalité et intelligence. Leur chute et la bataille qui s'en est suivis était mal réalisée. Maintenant on nous met des campeurs à la place .. Pourquoi ?
C'était si compliqué de trouver une idée pour un nouveau groupe qui a compris comment utiliser les marcheurs plus simplement qu'en les guidant par le bruit ? Bref dès la BD la série a glissée vers l'échec et l'incohérence de ce monde.

Rick
04/04/2019 à 13:32

J'ai lu hier que le budget moyen d'un épisode de wd est de 2 millions. Donc un quart du budget part dans la paye de Norman Reedus. Je serai curieux de savoir combien il reste, une fois tous les acteurs payés mais plus grand chose, à mon avis...

Poupouille
03/04/2019 à 19:25

Excellente critique au vitriol, comme toujours. Je répondrai aux commentaires scandalisés, en leur faisant observer qu'on est parfaitement en droit de haïr les WD, à partir du moment où l'on considère que cette série aurait pu être un chef d’œuvre (si, si, vraiment : elle aurait pu). Mais que les scénaristes ont ruiné les attentes du public par des intrigues et sous-intrigues labyrinthiques, grotesques, voire putassières. Et que le prix de cette frustration de presque dix ans, c'est évidemment le fiel des frustrés, épandu sans retenue au grand soleil de la Toile. Et pis c'est tout.

Ronnie
03/04/2019 à 10:43

@Simon tu as raison sur certains points. Première tempête de neige en 10 ans vraiment ? Peronne n'a jamais connu un hiver ?? Normalement toute l'armée de zombies que l'on voit dans l'épisode précédent est morte et accessoirement les chuchoteurs aussi, il font du camping au calme en chemise et pantalon de toile c'est n'importe quoi. sans compter les incendies, et les 10 pauvres survivants du Royaume... cet épisode était NUL A CHIER pour un final !

Andarioch
03/04/2019 à 10:12

Et si on arrêtait de raconter des conneries qui ne prouve que le fait que certains n'ont pas suivi (ou pas compris. Dommage pour eux, c'est pourtant pas compliqué).
Les chuchoteurs qui font du camping?
Vous imaginez sérieusement que des gens qui vivent dehors vont rester sur place alors que l'hiver s'annonce rude? C'est d'ailleurs la question que je me suis posée pendant l'épisode: Vont-ils être attaqué par des chuchoteurs qui de fait seraient des sortes de super vilains insensible au froid. Pour le coup se serait une énorme incohérence.
Ben non, justement, les chuchoteurs ont migré vers des cieux plus cléments. Si le simple fait que le décor ne soit pas enneigé ne suffit pas à vous en convaincre, les premiers mots prononcé par béta sont: ce changement d'air a été bénéfique pour la meute. don't act.
Negan: la showrunneuse (ça se dit???) raccroche les wagon avec la BD. Donc Negan, s'il ne devient pas pour autant un gentil papy, évolue dans sa pensée. C'est peut-être discutable mais pas forcement idiot, à moins de considérer que les gens ne peuvent pas, sinon changer, au moins évoluer.
Les zombies à température variable: Vous connaissez les igloos? Se sont des habitations qui utilisent ce phénomène qui fait que "protégé" par de la neige ou de la glace on garde une température proche de zéro. Donc que des zombies recouverts de neige reste "vivants" alors que d'autres, pris par des températures extrêmes alors qu'ils ne sont pas protégés, gèlent sur pied, ça n'a rien de délirant. Après on va pas non plus sortir des théories scientifiques fumeuses, le point de congélation du zombie étant mal connu. Mais au moins ça tient la route.

Cet épisode a de jolies scènes, visuellement, grâce à la neige enfin exploitée, et conclue une saison qui, si elle n'a pas fait d'étincelles, n'a pas fait pchitt non plus. Les cartes sont rebattues, le cadre posé, va falloir se sortir les doigts mais AMC peut (doit?) faire mieux pour la prochaine saison sur des bases à peu près saine.

@Simon Riaux
8 saisons de la honte? ça voudrait dire que seul les 6 premiers épisodes seraient bons? (En plus je crois me souvenir qu'en réalité seuls les 3 premiers étaient vraiment bien).
Perso je place la déchéance de TWD au moment où Negan abat Lucille sur un crâne sans qu'on sache lequel. Très vénère d'attendre si longtemps pour savoir si c'est Glenn qui y passe. Et le twist Abraham/ Glenn fait justement trop... twist. Au fil des saisons on a vu comme sur quasiment toutes les séries à rallonge des gros coup de mou et de beaux moments. Mais faut reconnaître qu'à ce moment précis les créateurs qui se prenaient pour les maîtres du monde (toujours de jolis scores d'audience) sont devenus des rois feignants. Et en parallèle les spectateurs se sont lassés d'une histoire qui marchait de plus en plus sur la surenchère plutôt que l'originalité.
8 saisons de la honte, non mais quelle mauvaise foi.
En même temps, cher Simon, c'est ce qui me plait dans tes critiques les plus tranchées. Et ça fait bisquer les imbéciles qui viennent se ridiculiser dans les commentaires, ce qui ne gâche rien.
Donc continue.

Cédric
02/04/2019 à 20:55

Simon Rieux au fait tu es juste un rageux, tu n'es même pas capable de tenir une caméra et tu viens critiquer, va sur ouftv la tu n'auras pas à critiquer, c'est totalement pour ta mentalité enfantine

Rick
02/04/2019 à 17:08

C'est sûr que ça sent le manque de budget à plein nez et c'est effarant pour une série qui a fait autant d'audience. Cette série est devenu une série à fric et ça me rend un peu triste. J'ai peur qu'on se retape une saison 8 bis repetita pour la prochaine saison avec une guerre étendue sur une saison entière et d'une mollesse légendaire

Simon Riaux - Rédaction
02/04/2019 à 16:14

@Sheras

Je suis flatté que ce que vous vous représentez de ma vie sexuelle vous intéresse tant.

Et un peu inquiet, aussi.

Plus

votre commentaire