The Leftovers Saison 3 Episode 5 : Matt à l'épreuve de sa foi, face à Dieu ou Satan ?

Alexandre Janowiak | 15 mai 2017
18
Affiche officielle saison 3

Après une première moitié de saison grandiose mais frustrante, The Leftovers rentre dans sa dernière ligne droite. La série saura-t-elle recollée tous les morceaux parsemés depuis son pilote pour nous offrir un final digne de ce nom ? Attention spoilers.

  

 

GOD ZILLA

Les génériques d'ouvertures de cette troisième saison de The Leftovers nous offraient jusqu'à présent une chanson en rapport avec un événement précis du film (Perfect Strangers Theme, Personal Jesus, This Love is Over). Cette fois, le générique nous ancre directement avec les paroles d'un personnage dont l'action aura des conséquences mondiales : le marine français qui déclenche une bombe nucléaire.

A la fin de l'épisode précédent, on apprenait que les avions étaient cloués au sol après une explosion. Cette explosion n'était donc pas divine, pas accidentelle et sans rapport avec la mystérieuse machine que cherchait Nora. Au contraire elle est humaine, exécutée par un soldat fou (il veut sauver le monde d'un "Godzilla") ou un soldat illuminé (il agit pour Dieu), chacun l'interprétera à sa manière. Et l'on comprend très vite que dans It's a Matt, Matt, Matt, Matt World, il sera une nouvelle fois question de point de vue. En ligne de mire deux convictions se feront face : la foi et la raison.

 

Photo

 

IL FAUT SAUVER LE SOLDAT KEVIN

Matt veut retrouver Kevin à Melbourne. Grâce à l'aide d'un fidèle, il s'envole pour l'Australie dans un cargo militaire avec Michael, John et Laurie. Matt et Laurie se disputent sur les véritables raisons de leurs départs et de la mission sauvetage de Kevin Garvey. Pour le révérend, il est le nouveau messie. Pour Laurie, il est simplement malade. Leurs deux points de vues vont s'affronter durant tout le reste de l'épisode.

Pour rejoindre Melbourne, ils empruntent un ferry après avoir atterri d'urgence en Tasmanie. Sur le bateau, privatisé par un groupe idolatrant un lion nommé Frasier, la foi de Matt va être remise en cause. Durant tout le voyage, il est en effet confronté à d'innombrables pêchés capitaux : la luxure (orgies sexuelles), la colère (meurtre, violence), la paresse (l'absence de foi de Laurie)... et évidemment l'orgueil à travers un personnage que nous voulions tous rencontrer.

 

Photo Christopher Eccleston

 

Grâce à cet épisode 5, il est enfin temps pour nous de découvrir le légendaire David Burton, cet homme qui serait mort dans une grotte puis revenu à la vie quelques jours plus tard. Cependant, les fans assidus du show auront constaté que son visage leur était familier. Interprété par l'imposant Bill Camp, David Burton est en fait l'homme du pont (2.8) et du bar (2.10) côtoyé par Kevin dans l'hôtel du purgatoire. Depuis sa résurrection, l'Australien dit être Dieu. Un "blasphème" pour Matt qui va le capturer pour lui faire cracher la vérité sur sa fausse identité mais aussi un meutre perpétré sur le bateau.

 

ONLY GOD FORGIVES

Lorsqu'il commence à discuter avec David Burton, Matt lui parle de Dieu. Mais au fur et à mesure de leur conversation, finalement Matt s'adresse à David comme à un Dieu. Il finit par croire un instant que David Burton est la personne qu'il prie lorsque David Burton / Dieu avoue être à l'origine du sudden-departure et qu'il lui explique que depuis toujours Matt ne fait pas de bonnes actions pour Dieu mais pour lui pensant que Dieu le juge. Matt, dont une maladie d'enfance est revenue depuis quelques semaines - il saigne du nez - imagine qu'il s'agit d'une punition de Dieu et que Burton peut le guérir.

D'un claquement de doigt, Dieu ou l'imposteur, fait mine de guérir Matt. Puis ils se séparent. Arrivé à Melbourne, le lion présent sur le bateau est relaché par des passagers et tue (on imagine en tout cas) David Burton. Matt remet en cause sa mission de sauvetage... et sa foi semble ébranlée. Après tout Kevin n'est peut-être pas le messie qu'il imaginait. Croit-il toujours ? Ses épreuves ont-elles eu raison de sa foi ? Mystère.

 

Photo Christopher Eccleston

 

LE DIABLE S'HABILLE EN BURTON ?

Le plus intéressant dans cet épisode, c'est évidemment la rencontre entre Matt et David Burton. Lors de cette confrontation, The Leftovers nous brouille encore l'esprit et joue avec nos perceptions du réel et de l'illusoire. Après la conversation des deux personnages, il est impossible de savoir si David Burton est bel et bien Dieu. En effet, David Burton est peut-être un imposteur et pourtant, il s'agit bien de l'homme qu'a vu Kevin dans "l'autre-monde", et ça Matt ne le sait pas. Il évoque également la "fausse-résurrection" de Jesus. Selon lui, c'est son parfait frère jumeau qui se serait fait passer pour Jesus. Et quand on connait le titre de l'épisode 7 - The Most Powerful Man in The World (and his Identical Twin Brother) - les propos de Burton interpellent forcément.

D'un autre côté, s'il n'est pas Dieu, on peut imaginer que David Burton est l'incarnation du diable en personne. En effet Matt Jamison - on allait presque oublier de souligner l'interprétation dantesque de Christopher Eccleston - ressemble énormément dans son parcours, dans ses questions... à Job dans la Bible. Sa foi est clairement testée dans cette épisode. David Burton était-il un autre test ?

 

 

Avec It's a Matt, Matt, Matt, Matt World ! The Leftovers nous offre un de ses épisodes les plus grandioses et riches. Le scénario de Damon Lindelof et Tom Perrotta est écrit au millimètre et rien n'est bancal. En ouvrant plusieurs pistes d'interprétations, les deux showrunners semblent décidés à ne donner aucune réponse franche dans le final et plutôt à nous laisser le choix. A vraie dire, ce serait la plus belle des fins et c'est bien parti !

 

Photo

commentaires lecteurs votre commentaire !

Derf
01/10/2020 à 19:25

A mon avis : c’est bien dieu.
Il prouve à Matt, qu’exercer sa foi pour son intérêt personnel à coup de bons points, même une vie entière durant ne fait pas de lui quelqu’un de bien méritant le paradis. A l’heure de le tester, il recommence à faire l’enfant attendant une récompense quand il détache son prisonnier. Le regard de dieu, paternel et desabusé pendant qu’il le voit enlever ses cordes, et avec la musique de Richter... un des plus beau moment de cinéma (car c’en est !) que j’ai jamais vu.
Il claque des doigts, Matt comprends sa mediocrité : il est sauvé.
On le trouve apaisé et probablement plus prêt que jamais à accepter son sort jusqu’à sa mort.

Jcgoption
06/11/2017 à 14:16

Matt  recouvert sa foi  l'ultime instant, lorsque, par l'intermédiaire du lion providentiel, le faux dieu est enfin puni par le tout puissant himself. Il conclue tout sourire, rassuré et réintégrant l'infini amour divin, c d c vilain là dont j vous parlais.

Tony38
17/05/2017 à 00:36

Incroyable cette épisode... Arriver dans un bordel pareil à faire réfléchir sur la foi et sur les croyances tout en gardant une ironie et même une causticité c'est super balèze!

votre commentaire