True Detective Saison 2 Episode 4 : le temps du massacre

Jacques-Henry Poucave | 14 juillet 2015
6
default_large

Après un troisième épisode qui prolongeait un peu trop longtemps la langueur de ce début de saison, True Detective arrive cette semaine à la moitié de sa livraison 2015. L’occasion pour la série de vraiment décoller ? Notre verdict, avec des SPOILERS.

 

Dépression mon amour

Cela ne fait plus vraiment de doute, True Detective semble désormais se focaliser sur ses personnages plus encore que son enquête. Du moins dans la première partie de cet épisode. On reste ainsi collés aux basques et aux atermoiements d’Ani, de Ray et Woodrugh, toujours aux prises avec leurs démons et leur passé.

La première fait désormais l’objet d’une plainte en interne pour comportement sexuel inapproprié (et se voit du coup relevée de ses fonctions au sein de son service), le deuxième perd progressivement contact avec sa famille, tandis que le troisième est écartelé entre une homosexualité qu’il n’assume pas et la grossesse de sa compagne, qui lui apparaît comme l’échappatoire idéal à ses problèmes.

 

L’Impasse

Du côté de Semyon, c’est le cul de sac. À cran, il s’éloigne à chaque séquence un peu plus de sa femme, manifestement plus désireuse de fonder enfin une famille avec son époux que de le voir replonger dans ses anciennes activités criminelles.

Un retour aux sources qui est d’ailleurs loin d’être évident, puisque personne ne veut vraiment de Frank pour partenaire. Le vide qu’il a laissé en quittant la pègre est comblé depuis belle lurette et ses complices d’hier n’entendent pas partager à nouveau le gâteau qu’il leur a laissé.

Une situation qui le poussera jusqu’à proposer à Velcoro de quitter l’uniforme de policier pour le rejoindre. Un deal désespéré, que le flic fait mine de refuser, mais qui, on le sent, le tente, et le renvoie à ses jeunes années, bien avant que la colère et la bouteille n’aient raison de son énergie vitale.

 

Requiem pour un massacre

Jusqu’à la conclusion de cet épisode, on aurait été tenté de grandement s’inquiéter de la tournure des évènements. Enquête au quasi-point mort, personnages englués dans leur auto-destruction respective. Malgré le grand soin apporté à sa conception, True Detective saison 2, refusant d’être une série « aimable », en devenait une série presque douloureuse à suivre.

Jusqu’à ce que nos trois flics, accompagnés de renforts, tentent d’arrêter un prêteur sur gage en possession d’objets ayant appartenu à Casper,  la victime du meurtre sur laquelle enquêtent nos détectives.

S’ensuit une fusillade surréaliste, qui voit pour la première fois cette saison 2 renouer avec les morceaux de bravoure filmique qui ont fait la signature de True Detective. Avec un art du découpage et un sens du rythme, du montage, qui évoque instantanément Michael Mann, la scène prend des proportions inattendues.

Coups de feu, explosions, la séquence est ultra-violente et particulièrement réussie. On reste bouche bée devant ce rebondissement qui propulse nos personnages au cœur d’un réacteur en fusion, alors que la situation leur échappe progressivement pour amener à un carnage. Les civils sont abattus, les boîtes crâniennes explosent et le sang macule les trottoirs.

 

Redistribuer les cartes

Déjà dans le collimateur de l’institution judiciaire, nos anti-héros vont désormais de voir répondre d’un massacre. Il semble désormais acquis que leur enquête pourrait tout simplement leur être retirée, tandis que cette scène ultra-agressive pose bon nombre de questions. En effet, on se demande déjà comment Velcoro, Ani et Woodrugh vont tous trois supporter le contrecoup. En effet, ils luttent depuis le premier épisode pour ne pas laisser éclater la violence qui les gangrène. Cette fusillade ne serait-elle pas la goutte d’eau qui pourrait les transformer en chien fou.

Difficile d’oublier l’image de Rachel McAdams, armée de son poing américain à double lame, prête à se jeter dans la mêlée pour verser le sang. Pour tout dire, on n'attendait absolument une déferlante de rage et de plomb de cette ampleur dans True Detective saison 2. Jusqu'alors le récit menaçait de s'enferrer dans une veine intimiste et dépressive, grandement maîtrisée et souvent fascinante, mais un peu systématique. Désormais, les cartes sont rebattues avec ce partage en cacouhètes d'une ampleur imprévisible.

 

True Detective est revenu en force grâce à un quatrième épisode riche d’un épilogue puissant et inattendu. Mieux encore, la série vient de rebattre ses cartes et va forcer ses flics au bord de la crise de nerfs à se lancer à corps perdu dans une enquête qui sent de plus en plus la pourriture. 

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
commentaires lecteurs votre commentaire !
Neil
24/02/2017 à 06:36

Svp je cherche juste le nom du quartier ou la fusillade s'est déroulé ;)
Merci

Boddicker
15/07/2015 à 15:47

Encore et toujours le même schéma : 40 mn de branlette stérile avec un Vaughn toujours aussi peu crédible, une suite de scènes vides et qui servent à rien pour finir par une "explosion" de violence qui arrive comme un cheveux sur la soupe, cette fois ci une fusillade fadasse...
Patience! les 10 dernières minutes du dernier épisode de la saison seront épiques!
Cheers.

BERSERK
14/07/2015 à 23:46

malheureusement pour l'instant la saison 2 est très décevante par rapport à la première .

vax57
14/07/2015 à 22:51

La scène de fusillade, c'est Heat pour les nuls ! On sent qu'ils ont voulu nous refaire le coup de la saison 1 mais c'est raté, la mise en scène est plate, il n'y a aucun enjeu... Et puis c'est quand même la pire descente de police de l'histoire, pour le coup je ne sais pas si c'est voulu mais ils sont tous incompétent. Bref cette saison commence à me souler !

claypool
14/07/2015 à 18:08

Moi je suis plutôt satisfait de cette deuxième saison, ultra référencéé de michael mann en passant par lynch époque mulholland drive ou lost highway et une écriture qui tient plus du roman noir, il faut pas oubler à quel point la première saison était egalement lente au début et à quel point l'enquête semblait piétiner.
De plus true detective c'est 8 épisodes soit moitié moins que the walking dead donc on peut s'attendre à un vrai coup d'accelarateur.
Et puis une série qui raconte quelque chose sa devient rare n'en déplaise aux amateurs de the walking dead, games of thrones, ou hannibal de belles images c'est bien une histoire c'est mieux

SMQ
14/07/2015 à 16:25

Assez d'accord avec votre résumé ci-dessus, mais j'attendrai un peu avant de m"emballer... Ce fut encore un épisode chiant à mourir (pour moi), allant d'un dialogue à-la-con à un autre, bref on finit par en perdre le fil, l'enquête passant clairement au second plan, derrière les états d'âme qui rongent les personnages. Jusqu'à ce final en effet, qui après 40 mns nous sort de notre léthargie... Est-ce cette boucherie marque le vrai début de la série ? Pas certain, mais je l'espère. On verra bien la semaine prochaine.

votre commentaire