True Detective Saison 2 épisode 3 : nique la police !

Jacques-Henry Poucave | 7 juillet 2015
8
default_large

L’épisode 3 de True Detective saison 2 est intitulé Maybe Tomorrow (Peut-être demain). Ultime réplique du chapitre de cette semaine, ce titre illustre également les promiers problèmes et réelles imperfections rencontrées par cette saison 2.

 

Remettre à plus tard

On pensait qu’avec sa conclusion extrêmement brutale, le deuxième épisode annonçait une violente accélération. Mais non. Après une ouverture fantastique dans laquelle Colin Farrell converse avec son père, alors qu’il git sur le sol, inconscient, la série retrouve très (trop ?) vite ses marques.

Velcoro n’a pas été tué par les deux salves de fusil à pompe, chargé de munitions en caoutchouc, similaires à celles qu’utilise la police durant ses interventions anti-émeutes. En lieu et place de la bascule attendue, le scénario reprend donc sur son rythme de croisière et entreprend de nous annoncer une gigantesque crise, qui tarde encore à éclater.

 

Sexe, drogue… et sexe

Rachel McAdams et Taylor Kitsch sont amenés à fouiller la demeure du maire de Vinci, qui n’est pas sans rappeler celle de notre victime, Caspere, tant elle ressemble à une antre du stupre et de la luxure. Entre une épouse plus défoncée qu’un oreiller de taulard et un fils qui se la joue professionnel de l’évènementiel louche, nos héros sont servis.

Tandis que Velcoro récupère du choc, ses confrères et le maire lui intiment de faire tomber sa collègue, bien trop fouineuse et vindicative. Il semble désormais évident que Farrell et McAdams vont devenir le nœud de l’intrigue, que leurs bouffées de violence respectives vont se répondre, et que ces deux écorchés seront amenés à s’allier contre un système qui veut les broyer.

Car Rachel McAdams n’est pas en meilleure posture. Ses supérieurs lui intiment de faire tomber Velcoro, quitte à le séduire pour arriver à ses fins. On ignore si elle suivra ces directives, mais il paraît clair que son personnage ne désire pas trahir outre-mesure son co-équipier. Et si elle se laissait aller à le charmer, on peut parier que sa rage et sa soif de violence pourraient bien faire des étincelles…

 

On devine d'ailleurs qu'il ne faudrait pas beaucoup pour que le duo se fasse totalement confiance. Alors que le couple course un suspect qui a incendié leur voiture, les deux flics s'entraident et se soutiennent. Et il s'en faut d'un cheveux pour qu'il n'interpèlent leur suspect, voire pour que Rachel mcAdams ne dévoile à Velcoro ce que l'inspection générale des services a à son sujet.

Mais encore une fois, nous avons besoin de plus pour que cette intrigue décolle et nous n'avons pas envie d'attendre jusqu'à demain. Ou le cas échéant, la semaine prochaine.

Taylor Kitsch continue sa descente aux enfers. Nous découvrons le temps d’un dialogue qu’il a eu une liaison homosexuelle avec un frère d’armes quand il travaillait pour l’armée. Mais là encore, True Detective nous en dit trop peu. En l’état, si ce nouveau détail est intéressant et éclaire en partie la dimension torturée de ce flic qui dissimule tant bien que mal ses cicatrices, il ne suffit pas à faire avancer durablement l’intrigue.

Nick Pizzolatto se contente donc une nouvelle fois d’ajouter une tranche de désespoir sur chacun de ses protagonistes.

L’ex de Velcoro le supplie de partir et annonce que ses collègues enquêtent sur sa possible corruption, McAdams manque de se battre avec un autre ex… bref, désespoir et colère montent encore d’un cran.

 

Le Retour du refoulé

Encore une fois, c’est Vince Vaughn qui vole la vedette à tout le monde et se révèle le moteur le plus puissant de l’intrigue. Alors qu’il tente désespérément de se refaire une santé financière après la mort de Caspere (qui avait dans son portefeuille la quasi-totalité de sa fortune) l’ancien mafieux trouve porte close.

On sent depuis le début de True Detective saison 2 que Semyon ne parviendra pas à demeurer l’homme d’affaire rangé qu’il est devenu. Et c’est dans l’épisode 3 que le vernis craque. Constatant que ses anciens complices refusent de l’aider, au prétexte qu’il n’est plus des leurs, Semyon massacre l’un d’entre eux à mains nues, avant de lui arracher littéralement ses dents en or.

Parallèlement, le gangster sur le retour comprend que c’est indiscutablement lui qui est visé. En effet, un de ses proches est retrouvé assassiné dans des circonstances rappelant le meurtre de Caspere. Il ne prévient pas la police et ordonne à ses hommes de faire disparaître le corps.

Vince Vaughn, à coup de charisme animal et de présence fantômatique est le personnage qui hante chaque plan de True Detective saison 2. À vrai dire, il est le seul pour le moment dont la trajectoire semble tout à fait imprévisible. Celui dont on craint les accès de rage et de folie.

 

Si la série de HBO est très loin du fiasco annoncé ici et là, force est de reconnaître que Nick Pizzolatto aura tardé à mettre son intrigue en place. On sent encore que le récit n’en est qu’à ses balbutiements et que ce qui l’intéresse ne nous a pas été dévoilé. Mais le showrunner doit désormais passer la seconde pour que la saison 2 nous emporte tout à fait dans son univers de ténèbres dépressives.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
commentaires lecteurs votre commentaire !
Royo59
08/07/2015 à 14:49

Woodrugh et son homosexualité refoulé, je crois pas que ça soit aussi simple que juste ça. Faut pas oublier ses cicatrices qu'il a eu avant l'armée et dont il ne parle pas.

Vu comment il regarde en cachette les hommes, comment il se comportement comme un homophobe violent, comment il n'arrive pas à regarder le gigolo dans les yeux, comment il n'arrive pas du tout à bander en face d'une femme et est obligé de prendre des stimulants (parce qu'un gay peut très bien arrivé à se mettre en condition même s'il doit couché avec une femme), comment est sa relation avec sa mère (et le genre de mère qu'elle a l'air d'être). Ca ne serait pas étonnant qu'il est subit une sorte de "rééducation" qui soit allé trop loin. Ou même que ça mère l'ait vendu pour se faire de fric lorsqu'il était gamin, déglinguant complètement le gamin avant même qu'il ne connaisse et comprenne sa sexualité.

Boddicker
08/07/2015 à 09:36

J'ai toujours pensé que la saison 1 était largement surestimée, sympa mais plutôt molle et poseuse, à mon avis celle ci en reprends uniquement les défauts : zéro subtilité, mou,à chaque épisode il faut attendre les 5 dernières minutes pour avoir un peu d'intérêt dans l'histoire, les traits sont forcés jusqu'au ridicule (le monologue de Vaughn au lit est à pleurer, de plus il est absolument pas crédible dans son perso même dans ses accès de violence à des années lumières d'un fascinant et imprévisible Vincent D'Onofrio dans Daredevil), l'intrigue est anémique, c'est un peu le Ellroy du pauvre... une jolie photo, quelques scènes pas trop mal torchées, un Farrell convaicant sont les seules choses qui retiennent pour l'instant mon attention.
Allez plutôt voir du coté de Ray Donovan ou Isla minima pour apprécier du vrai polar qui passe pas son temps à se lustrer le nombril.
Cheers.

Mad
08/07/2015 à 01:21

Encore une fois vous rapprochez trop cette saison à son aînée tout en étant aveuglé par les qualités évidentes de cette dernière, en zappant les pépites de cette nouvelle saison. Cette saison peut s'avérer moins prenante (pour le moment) que la précédente mais c'est tout de même la meilleure série télévisée de notre époque et cette nouvelle intrigue ne déroge pas à la règle. On a rarement vu une telle qualité de show dans le monde actuel de la télévision.

tenia
07/07/2015 à 19:32

Je me souviens aussi d'une saison 1 qui ne démarrait qu'à l'épisode 4, mais je pense aussi que la narration plus éclatée de la saison 2 (du fait du dédoublement du nombre de persos principaux) ne s'accordent vraiment pas aussi bien avec ce rythme.

Charles
07/07/2015 à 17:21

Faut il rappeler que la saison 01 ne démarrait vraiment qu'à partir de l'épisode 04 ?

Louig
07/07/2015 à 16:42

Tout à fait d'accord avec SMQ,.
Je suis quand même content qu'on se penche un peu du coté du maire ;o)

SMQ
07/07/2015 à 16:00

Oui, mes doutes après l'épisode 2 restent les mêmes que ceux de la semaine dernière. Sur la forme, c'est beau, parfait (photo, plans, etc...) mais sur le fond (l'intrigue), c'est brouillon pour ne pas dire chiant. On attend que ça décolle, et ça ne décolle jamais.... 3 épisodes sur 8, c'est à dire quasiment mi-saison, et rien de bien passionnant.... C'était évidemment l'une des séries les plus attendues pour moi, ça reste la plus grosse déception de l'année ! Je regarderai jusqu'au bout car le duo Farell/McAdams me plait et a sans doute de bonnes choses à nous apporter, mais je crains qu'il soit déjà trop tard pour sauver cette 2ème saison...

vax57
07/07/2015 à 15:28

J'ai vraiment du mal à reconnaître la finesse d'écriture de la saison 1 quand même.
Beaucoup de monde avait deviné l'homosexualité de Paul, et non seulement, l'homosexualité refoulée c'est archi vu mais en plus on est en 2015 quoi, j'espère vraiment que c'est pas uniquement ça qui va caractériser le personnage.
C'est comme la scène de l'épisode précédent ou Ani matte un porno et c'est mis en scène comme si c'était le pire des vices.
Ça reste évidement agréable à suivre mais il manque à chaque fois quelque chose...

votre commentaire