True Detective Saison 2 : critique de l'épisode 2, violent et imprévisible

Simon Riaux | 30 juin 2015
8
default_large

Nous avions laissé les quatre personnages de True Detective rassemblés par un meurtre mystérieux, réunis autour d’un cadavre aux orbites brûlées à l’acide. L’enquête commence dans ce deuxième épisode et se referme déjà comme un piège sur nos protagonistes. ATTENTIONS SPOILERS.

 

Renverser la table

On se souvient que la première saison de True Detective nous mettait face à deux enquêteurs décidés à comprendre et boucler une affaire sordide envers et contre tout. Intelligemment, le showrunner Nick Pizzolatto a choisi d’ouvrir la saison sur une dynamique presque contraire.

À Vinci, personne ne veut résoudre l’affaire qui vient de s’ouvrir. Et surtout pas les autorités. Les services de la municipalité craignent que leurs nombreuses magouilles éclatent au grand jour, les proches de la victime ne souhaitent pas non plus que ses vicissitudes soient exposées au grand jour. Quant à nos quatre flics, ils sont écartelés entre leurs propres névroses (Taylor Kitsch, Rachel McAdams) et leur corruption personnelle (Colin Farrell).

Seul individu décidé à tirer quelque chose du meurtre, l’ex-mafieu Semyon (Vince Vaughn), qui se voit brusquement dépossédé de tous ses biens. En affaire avec Casper, il voit ses avoirs et le plus gros de son argent volatilisés avec la mort de l’édile. Une situation intenable, qui menace et ses projets de respectabilité mais surtout son emprise sur la ville.

Ainsi, contrairement à la justice d’airain revendiquée par Rust dans la première saison, c’est ici le vice qui va faire avancer le récit et en être le moteur.

 

Le vers dans le fruit

À nouveau, si Justin Lin n’est pas Cary Fukanaga, cet épisode jouit d’une indiscutable réussite visuelle. Photographie viciée, clairs-obscurs inspirés, choix de couleur hypnotique, on demeure scotché à l’écran malgré une mise en scène parfois trop sage.

Et si le gimmick de ces interminables bretelles d’autoroutes saturées de véhicule se fait systématique, il est aussi porteur de sens. Impossible de ne pas voir l’évidente cohérence entre ces anti-héros qui naviguent à vue dans un monde qui ne veut pas de leur clairvoyance et ce flot continu d’entités anonymes, fantomatiques.

 

Et la violence fut 

On avait dit de la première saison de True Detective qu’elle était poisseuse, ce qui nous oblige à trouver un adjectif au moins aussi fort pour décrire l’atmosphère presque insoutenable qui émane de ce début de saison. C’est à un monde putrescent que nous faisons face, où plus rien ne semble fonctionner ni avoir de sens.

Ainsi pendant la quasi-intégralité de l’épisode l’enquête donne-t-elle l’impression de ne pas pouvoir démarrer, chaque interrogatoire renvoyant à une impasse, un néant venimeux. Qu’il s’agisse d’un psychiatre sorti d’un mauvais pulp, d’un maire ne se donnant même plus la peine de dissimuler l’illégalité de ses actions ou de flics décidés à ne rien faire, on demeure comme écrasé par la pourriture qui envahit l’écran.

Jusqu’à ce que nous secoue ici et là, des images ou des concepts d’une violence électrique. À l’image de cet entrejambe pulvérisé par arme à feu, ou ce portrait de gamins jouant au ballon dans un bras d’égoût.

 

Quand vient la nuit

« Night finds you » est le titre de ce nouvel épisode, et on ne saurait mieux trouver. Car c’est là la force de cette nouvelle fournée, qui choisit dans ses dernières minutes de retourner complètement la table.

Alors que Ray (Colin Farrell) va visiter en secret la garçonnière de la victime, sur les recommandations de Semyon, il découvre ce qui semble être le lieu où a été commis le meurtre. Sauf qu’il n’est pas seul sur les lieux du crime. Un homme déguisé en oiseau surgit, et lui tire deux coups de fusil à pompe dans le ventre.

Connaissant la volonté de crédibilité et de réalisme de True Detective, il semble bien peu vraisemblable que Ray survive à ses blessures, puisque nous l’abandonnons à priori éventré, sur le sol d’un appartement anonyme de Los Angeles. Voilà un choix sacrément courageux, puisque le show vient donc de sacrifier son comédien le plus connu du public, faisant un choix osé mais parfaitement cohérent. Il est désormais clair qu'aucun de nos héros ne doit attendre d'être sauvé, qu'aucune rédemption n'attend les personnages cette année. À titre de comparaison, c'est un peu comme si lors de la première saison, Rust s'était fait étriper par le Yellow King au bout de deux heures.

En tuant sans crier gare un de ses protagonistes les plus forts, noirs, et attachants, dès son deuxième épisode, Nick Pizzolatto nous annonce clairement que sous ses aspects de marche funèbre, sa série demeure un moteur à explosion. Les ténèbres viennent de recouvrir True Detective, avec une voracité inattendue, et bien malin celui qui devinera dans quelle direction se dirige une saison qui semble de plus en plus clairement marcher dans les pas de James Ellroy.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
commentaires lecteurs votre commentaire !
Pageg
01/07/2015 à 23:55

Spoiler Il n'est pas mort, ce n'étaient pas de vraies balles qu'il a reçu (d'où le manque de sang). C'était si on veut un avertissement

lolilol
01/07/2015 à 21:09

Je suis pas loin de lâcher l'affaire, j'attends les flash-backs de Farell et zou....

SMQ
30/06/2015 à 16:24

Moi j'ai un peu de mal avec cette 2ème saison pour l'instant.... ça traînasse depuis 2 épisodes, ne suis pas encore rentré dans l'histoire...Et si le personnage de Colin F. disparaît (ce qui franchement m'étonnerait, car oui il est clair qu'on ne l'a pas vu venir), ça risque de ne pas arranger mes bidons :) A suivre...

Simon Riaux - Rédaction
30/06/2015 à 13:59

La question se pose en effet. Attention toutefois, ces images pourraient être des flashback (comme lors de l'épisode 1), ou tout simplement des scènes coupées.
Enfin, il n'y aurait rien de surprenant à ce que HBO se soit blindé pour préserver l'effet de surprise.

Louig
30/06/2015 à 13:20

Une fin pour le moins inattendu c'est peu de le dire, juste au moment où je me disais que j'allais gueuler sur EL parce que le coté familiale de Colin est totalement inutile voire contre productif tellement il est ridicule (et oui tout le monde n'est pas Vic McKay !) étalé sur si peu d'épisodes ....

M'enfin il me semble avoir vu des images avant diffusion de la saison 2 qui ne se trouvait pas dans les 2 épisodes, alors comme il n'y a pas de marcheurs blancs dans les parages je sens qu'on va revoir notre ami avec un twist sensationnel.
Du coup j'aurai plaisir à revoir ces petits intermèdes musicaux au bistrot ;o)

Clegane
30/06/2015 à 13:14

Non il n'est pas mort: lors du teaser de True Detective, on le voit dans un escalator avec un chapeau de cowboy, scène qui n'est toujours pas apparue lors des 2 premiers épisodes. Je pense donc qu'il se remettre de ses blessures.

Clegane
30/06/2015 à 13:13

Non il n'est pas mort: lors du teaser de True Detective, on le voit dans un escalator avec un chapeau de cowboy, scène qui n'est toujours pas apparue lors des 2 premiers épisodes. Je pense donc qu'il se remettre de ses blessures.

votre commentaire