Fear the Walking Dead Saison 2 Episode 6 : Vade retro satana

Geoffrey Crété | 16 mai 2016
3
Fear the Walking Dead S2

En six épisodes, la saison 1 de Fear the Walking Dead n'a convaincu ni de son intérêt (l'idée de revenir aux origines de l'épidémie a vite été oubliée) ni de son efficacité. Avec 15 épisodes et des personnages désormais installés, la deuxième saison n'aura plus d'excuses.

ATTENTION SPOILERS

Et si l'eau était le vrai ennemi de Fear the Walking Dead ? Jamais la série n'a été plus terne que lorsqu'elle reste au large, dans le décor étriqué du navire. Jamais la série dérivée de The Walking Dead n'est parvenue à exploiter l'argument de cette deuxième saison, censée se dérouler en mer (détail révélateur : personne ne semble ici s'inquiéter de laisser l'Abigail derrière, alors qu'il est devenu un bien précieux et convoité). Les meilleurs moments de cette saison 2 se sont ainsi déroulés sur la terre ferme, à l'image de l'épisode 3.

Le sixième épisode, Sicut Cervus, ne rattrape pas l'échec de plus en plus évident de la série (mission impossible), mais semble encore une fois remettre l'intrigue sur les rails. Problème : cette route est bien trop connue.

 

Fear the Walking Dead S2

 

STIGMATA OF THE DEAD

L'épisode 4 avait son curieux flashback qui révélait la romance gay de Strand avec Dougray Scott en guest star. L'épisode 6 a son intro digne de Stigmata avec Patricia Arquette : un groupe de croyants, menés par un prêtre, sort d'une église avec la ferme intention de combattre leur ennemi lorsque des larmes de sang commencent à couler de leurs yeux. Une manière d'ouvrir les festivités sur une note étrange, inattendue, qui replace la question de la religion au coeur de la série - série qui avait démarré dans une église, où Nick découvrait pour la première fois une personne infectée, et l'épisode se sent d'ailleurs obligé d'en montrer des flashbacks.

Ainsi arrive le personnage de Celia, matriarche très croyante d'une communauté religieuse protégée par des murailles, et qui semble être une antagoniste de premier ordre pour les héros. Une chose qui devra être confirmée par la suite, FTWD ayant la fâcheuse tendance à enchaîner les courtes intrigues et à se débarasser trop vite des obstacles. Car derrière ses allures de mama, Celia, citée comme la véritable menace dans l'intro, se révèle être folle à lier.

  

Fear the Walking Dead S2

 

THE WALKING DEAD : TAKE 2

Quiconque a vu The Walking Dead pourra flairer les événements : Celia refuse de considérer les walkers comme des monstres, et protège ses proches zombifiés dans sa propriété. Pire : elle empêche les humains de les tuer et utilise notamment des osties empoisonnées pour les stopper si besoin, comme le démontre la scène d'introduction de l'épisode. Avec une subtilité devenue partie intégrante de FTWD, un dialogue souligne ainsi sur l'absence de tristesse chez Celia lorsqu'elle apprend que son fils Luis (qui avait insisté pour ne pas être achevé) n'a pas pris de balle dans la tête.

Lorsque Salazar découvre un groupe de zombies cachés dans la propriété, le spectateur aura déjà compris depuis un moment ce qui se cache derrière l'hospitalité des lieux, et l'interdiction de porter une arme. Il y a eu Hershel dans la saison 2 de The Walking Dead, Lizzie dans la saison 4, et désormais Celia : même formule, même topologie, même discours. La matriarche semble par ailleurs convaincue que l'épidémie est la nouvelle normalité ("They are what comes next").

FTWD semble vouloir démontrer à chaque nouvel épisode que l'humanité qui survit a du renoncer à son identité - la famille survivaliste qui va se suicider, le groupe qui pille les bateaux. C'est non seulement un discours classique du genre, et notamment dans la série-mère, mais il est ici exploité de manière bien trop superficielle pour ancrer les enjeux et les personnages. Sans parler d'un quelconque souffle, qui nécessiterait un arc qui s'étend sur plus d'un épisode et demi avant d'être résolu.

 Fear the Walking Dead S2

 

BAD SON

La seule chose qui semble peu à peu faire sens, depuis quelques épisodes, est le personnage de Chris. Sérieusement perturbé depuis que son père a abattu sa mère mordue à la fin de la saison 2, il a été l'un des premiers à tuer des walkers, puis un humain condamné. Dans l'épisode 6, un moment semble le faire basculer : alors que Madison est attaquée par un zombie, il n'intervient pas. Témoin de la scène, Alicia y voit la signe d'un esprit malade, et refuse de céder à ses menaces lorsqu'il lui ordonne de ne pas en parler.

Non seulement cet événement déchire peu à peu le couple Madison-Travis, qui se retrouve séparé par les liens du sang, mais il pourrait annoncer un vrai événement : la lente métamorphose psychologique de Chris. La paresse des scénaristes se manifeste une fois de plus lorsque Madison et Alicia sont réveillées par un coup de feu (Strand qui tue son amoureux mordu, ce qui devrait déranger Celia, qui considérait Thomas comme son fils), et surprennent Chris avec un couteau dans leur chambre. Mais il y a, au fond, l'espoir tenace que FTWD ose faire du garçon l'ennemi intime, qui rôde dans l'ombre depuis le début et devra finalement être abattu pour la survie du groupe.

Mais au-delà de ces petites attentes, l'impression reste irrémédiablement la même : FTWD a placé la barre tellement peu haute qu'on aurait presque envie de la saluer lorsqu'elle pille les bons moments de sa série-mère. Presque.

 

commentaires lecteurs votre commentaire !

Batak
17/05/2016 à 01:14

Ce dernier episode est tres interessanh puisqül mêle le diable au diable.

Jartic
17/05/2016 à 00:56

C'est intéressant parce que cette série semble être traitée comme TWD : tout le monde la déteste, la descend, la démonte en pièces... mais à chaque news, depuis un moment, depuis même le pilote. Doit bien y avoir un certain talent dans une série qui continue à être suivie par un public qui la méprise à ce point

REA
16/05/2016 à 23:44

De la merde en barre cette saison 2.

Il a fallu clairement amortir la location du yacht (celui de kirkman ?). Parce que la série est une longue pub de luxe.
Quand il y a de "l'action", on croirait revoir piège en haute mer avec un fond de bataille navale d'une pauvreté affligeante.

Les réunions de brainstorming ne doivent pas durer longtemps. kirkman nous ressert la saison 2 de TWD, mais au Mexique.
Celia a l'air d'être une sorte de Gouverneur.

C'est long. Dans la saison 1, le groupe était uni. Dans celle-ci, ce sont des électrons libres.
A part Nick et Daniel qui jouent comme il se doit, les autres sont à la ramasse.

Série renouvelée pour une saison 3. S'ils ont trop d'argent chez AMC, je peux leur envoyer mon RIB.

votre commentaire