Le Livre de Boba Fett épisode 3 : qu'est-ce qu'on a Rancor fait au bon Star Wars ?

Antoine Desrues | 12 janvier 2022 - MAJ : 12/01/2022 15:12
830
photo

Après deux premiers épisodes en dents de scie, Le Livre de Boba Fett revient avec un troisième chapitre sous la houlette de l'inénarrable Robert Rodriguez.

ATTENTION : légers spoilers en perspective.

 

Le Livre de Boba Fett : photo, Temuera Morrison"Ça sent mauvais pour nous..."

 

Desesperados

Au cas où la critique du pilote du Livre de Boba Fett n'aurait pas été assez claire, disons que l'auteur de ces lignes a appris à percevoir Robert Rodriguez comme l'une des plus grandes arnaques hollywoodiennes de ces trente dernières années. Bien entendu, le bonhomme a su, au même titre qu'un Kevin Smith, faire rêver des milliers de cinéastes en herbe en créant pour une somme dérisoire son premier long-métrage : El Mariachi. Défenseur d'une dimension do it yourself pseudo-expérimentale, le réalisateur est surtout arrivé à un moment béni des années 90, qui a su donner une chance à de petits projets indépendants.

Si Desperado et Une nuit en enfer s'imposent désormais comme les deux arbres qui cachent la forêt, Rodriguez n'a pas tardé à montrer son véritable visage : celui d'un piètre metteur en scène, dissimulant la médiocrité de ses images et de son montage derrière la caution de ses inspirations gonzo. Là où son ami Quentin Tarantino a toujours transcendé les séries Z de vidéoclubs qui l'ont nourri, son comparse texan ne voit jamais plus loin que le bout de son nez, se contentant de la gaudriole (Spy Kids, Machete) ou d'un simple travail de moine copiste (Sin City, qui reprend bêtement case par case la BD de Frank Miller) pour essayer de sauver les meubles.

 

Le Livre de Boba Fett : photo"Si ça ne vous dérange pas, je vais continuer à prendre la pose et ne rien faire..."

 

Dès lors, s'il y a bien une chose que le premier épisode raté du Livre de Boba Fett a confirmée, c'est que la réussite inespérée d'Alita : Battle Angel tient clairement au travail préliminaire de James Cameron, que Rodriguez n'a eu qu'à détricoter. Fort heureusement, la série spin-off de The Mandalorian s'est relevée de la fange avec un deuxième chapitre bien plus emballant. Pas de bol, Rodriguez a rempilé pour le troisième, et c'est de nouveau la catastrophe !

 

Le Livre de Boba Fett : photo, Temuera MorrisonBoba Fett en peignoir au milieu d'une scène d'action, voilà ce qui manquait à Star Wars !

 

UN ENFER d'ÉPISODE

À vrai dire, le rythme affligeant de cet épisode permet plus que jamais de mettre le doigt sur le problème majeur de la série. Alors que Boba Fett se démarque depuis toujours comme une vague silhouette inquiétante (et donc charismatique), chercher à lui offrir un arc après Le Retour du Jedi s'impose bien vite comme une fausse bonne idée. Mais là où sa visite dans le ventre du Sarlacc peut au moins servir de trauma originel à son parcours mythologique, les aventures de l'ex-chasseur de primes se voient tiraillées entre la temporalité imposée par The Mandalorian, et des flashbacks (pour le coup, intéressants) qui l'ont amené à sa situation actuelle.

Malheureusement, l'équilibre entre ces deux espaces-temps ne réussit toujours pas à convaincre, même si Rodriguez essaie ici de briser la monotonie de ce dispositif au travers d'une attaque-surprise dans la cuve de bacta de Boba. Mais le plus triste dans cette histoire, c'est que le réalisateur passe complètement à côté d'une scène pourtant essentielle de la série.

En effet, après une petite escapade, notre héros découvre que le camp des Tuskens qui l'a recueilli a été saccagé, et ses habitants massacrés. Cette scène, en plus de rappeler la mort de l'oncle et la tante de Luke Skywalker dans l'épisode IV, est un passage décisif dans le parcours du personnage, retournant à sa solitude après avoir trouvé une nouvelle famille. Rodriguez n'en fait évidemment rien, et filme l'événement avec une platitude criminelle, qui ne parvient même pas à arracher une larme.

 

Le Livre de Boba Fett : photoRendez-vous manqué

 

Planète terrible

Au moins, on pourrait espérer que ce moment charnière amène notre homme en armure froid et sanguinaire à enfin redevenir la machine à tuer mutique que l'on a tant aimée. Au lieu de ça, Le Livre de Boba Fett continue de mettre en exergue l'invalidité de son concept avec le cahier des charges made in DisneyTemuera Morrison continue d'enlever en permanence son casque pour montrer sa petite frimousse, le tout dans des scènes qui évitent au maximum le conflit pour privilégier la compassion. Certes, Boba n'a jamais vraiment dépassé le stade d'ébauche mystérieuse dans les films (et même l'univers étendu), mais était-ce vraiment nécessaire de le transformer en bisounours ?

De cet aveu d'échec, ce troisième épisode n'a plus grand-chose d'autre à faire que de sombrer dans le ridicule, en transformant une icône d'antan en spécialiste de la réinsertion professionnelle de Power Rangers. Rodriguez prouve une nouvelle fois toute son absence de talent en dépeignant des personnages augmentés mécaniquement, et dont le rendu des designs se révèle digne d'un mauvais cosplay cyberpunk à l'amicale des rôlistes du Morbihan.

 

Le Livre de Boba Fett : photo, Ming-Na WenOn en viendrait presque à réhabiliter L'Ascension de Skywalker avec ces conneries...

 

Ajoutez à cela des Vespa de l’espace (des Vespaces ?) toutes colorées, et vous obtenez là des relents de Tokusatsu bien ringards, qui n'augurent rien de bon pour la suite. Et ce n'est pas le petit caméo forcé de Danny Trejo et l'arrivée fantasmée d'un nouveau Rancor qui va soudainement changer la donne.

Si les séries Marvel ont fini par habituer les spectateurs à leur fabrication taylorisée et bâclée, les créations autour de Star Wars avaient encore pour elles une exigence technique rafraîchissante, en accord avec les révolutions apportées par George Lucas. Autant dire que la franchise est en train de tomber bien bas, si l'on en vient maintenant à baisser le niveau de nos attentes, en espérant ne serait-ce qu'une vague tenue dans la conception d'un épisode, comme du côté des productions de Kevin Feige...

Un nouvel épisode du Livre de Boba Fett est disponible tous les mercredis sur Disney+ depuis le 29 décembre 2021.

 

Le Livre de Boba Fett : Affiche

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
commentaires lecteurs votre commentaire !
Sébastien
19/01/2022 à 17:59

Dire que Rodriguez serait nul est une chose.
Mais qui l'a embauché? Des gens aussi incompétents que lui probablement.

Chobusaiku
17/01/2022 à 06:29

Arf ! ..Vous pensiez voir "le Livre de Bobba Fett" , vous regardez plus le "Livre des Bobards" en fait ...on s 'est fait avoir à trop en attendre sans doute !

Antoine
15/01/2022 à 12:22

Le niveau d'exigence des gens devient tellement haut, ça doit etre bien frustrant pour eux. Moi je ne boude pas mon plaisir. La course poursuite j'ai trouvé ça très fun, eh oh les gars c'est pas des jedi qui poursuivent un sith, c'est des gamin en scooter qui poursuivent un adjoint au maire une voiture electrique, vous auriez trouvé ça logique qu'on ait l'impression que ça fonce à fond les manettes et qu'ils conduisent comme anakin dans une course de pods? je pense au contraire que c'est voulu.. elle est là la surprise et l'interet, quand tu regardes et tu te dis le truc et voulu, à partir de de moment là t'as une chance de pas passer à coté du pourquoi

Kegs
13/01/2022 à 23:23

Toujours en train de démonté SW, et forcément les remarques sur le CDC de Disney fusent, les gars c'est Favreau et Filloni qui sont derrière les séries donc la mise en place avec un Boba plus enclin au Pardon est sûrement une mise en bouche, la suite risque de tourner court pour lui. Ok pour les power rangers, mauvaise idée, même moi j'ai eu un malaise, par contre tout foutre sur le dos de Rodriguez, la pas d'accord, il n'est pas Nolan ou Villeneuve mais sa photo n'est pas degueu du tout, c'est plutôt le manque de rythme des scènes d'actions qui pose problème, et encore n'oubliez pas non plus que nos deux héros ont la soixantaine en vogue. laissez du temps avant de massacrer la serie. Entre l'article et les commentaires, ça ressemble plus a de l'acharnement qu'a de la critique objective.

Flemmard
13/01/2022 à 22:54

Quand Boba Fett est allé voir les jeunes voleurs d'eau (°-°) j'ai cru pendant un instant enfin au réveil de l'anti-héros qu'il devrait être puis en fait il les embauche car ils ne manquent pas d'audace °-° euh ... Et ça se veut le boss de la ville ??? Donne leur une bonne leçon avant et seulement après tu les embauche si tu veux !!!
"Tu y es allée un peu fort" à son acolyte quand ils vont voir le maire !!! NON MAIS EUHHHHH TAIS TOI FETT STP !!!!!!!!

Cet épisode pue le Disney spirit, en + d'une mise en scène à côté de la plaque (la scène de l'attaque, la course poursuite sont de vraies blagues). Une vraie catastrophe.
Mais il fait froid et j'ai déjà réussi à regarder Hawkeye jusqu'au bout donc je devrais tenir le coup encore un épisode

rientintinchti
13/01/2022 à 22:11

Et dire qu'il y a des gonzes qui en plus de ces nullités de films et de séries à gogo se lisent des romans avec des histoires futiles qui se recyclent et s'étirent à l'infini sur l'univers star wars, marvel etc.
Tout ça m'épatera toujours

Chrisem
13/01/2022 à 21:58

C'est vrai qu'il est bien mou cet épisode ! Jusqu'à maintenant Robert Rodriguez arrivait au minimum à torcher des scènes d'action correctement dans sa filmographie . Ce qui est loin d'être le cas du combat contre Krrsantan le noir, qui est vraiment loin d'être aussi badass que dans les comics "Canon" où il apparaît . Déjà j'ai du mal à comprendre quelle est la logique de ne pas attaquer Boba au blaster ? Je sais bien qu'on est chez Disney maintenant, mais il y a un moment où les scénaristes doivent être un minimum cohérents . Je pense pas que cela soit dû à Rodriguez . Là où je n'ai aucun doute sur son influence c'est l'aspect custom latino des speeders du cybergang . Pour m'intéresser au custom sur grosse cylindrées américaines, on retrouve certaines caractéristiques marquantes, telles que les peintures métallisées aux couleurs flashy et l'abondance de chromes . Mais bon je pense que ce détail est vraiment anecdotique par rapport aux transformations que subissent les personnages par rapport à leurs alter-egos littéraires . C'est quand-même étonnant que personne dans le story group de Lucasfilm n'ait relevé ces différences avant la mise en tournage .

Pour avoir lu en grande partie les romans et les comics de l'univers étendu "Légendes" impliquant Boba Fett, on est vraiment très loin du personnage . Même en partant du principe qu'il a passé énormément de temps dans le sarlaac et qu'il a été affaibli par ses sucs gastriques, ça n'a pas forcément changé sa personnalité . Même son passage chez les Tuskens (qui donne les meilleures scènes de la série pour le moment) ne peut justifier sa transition vers ce qu'il devient dans la série, à tel point que je me demande si finalement le Boba qu'on nous montre ne serait pas un imposteur ayant usurpé l'identité du chasseur de primes avant de se faire gober (je plaisante bien entendu !) . Ce qui me fait le plus halluciner c'est qu'il n'y ait personne au sein de la production qui n'ait tilté là dessus . Idem pour Krrsantan qui était capable de survivre des combats conte Obi-Wan et Dark Vador dans sa version comics. Enfin bref l'action paraît bien arthritique dans cet épisode et finalement tout les éventuels dangers introduits dans l'épisode précédent s'avèrent être des pétards mouillés . Je ne reviendrai pas sur la poursuite tellement il y a de posts la concernant .

En voyant que les Hutts (qui ne sont pas avares en entourloupes) avaient offert un Rancor je me suis dit qu'on allait avoir droit à une scène d'action bien folle où Boba allait affronter et occire le mastodonte . Ce d'autant plus que l'apparition de Danny Trejo, qui n'est pas forcément abonné aux rôles de good guy, pouvait le laisser croire .Sauf que non on nous a fait une scène toute choupinette à la place, où notre Machete préféré semble reproduire l'affection larmoyante du dresseur de Rancor de l'épisode 6 . D'un autre côté ça n'empêche pas d'espérer voir la bête chevauchée par le daimyo pour corriger le syndicat Pykes ... Après tout on a toujours le droit de rêver !

Malgré toutes ses petites déceptions ce troisième épisode n'est pas arrivé à totalement effacer mon enthousiasme pour cette série . J'espère que les prochains épisodes seront plus dynamiques et convaincants .

Cat24
13/01/2022 à 18:03

La scène où Luke découvre son oncle et sa tante massacrés, et la maison en flamme est elle même inspirée par une scene de le Prisonnière du Désert de Ford

Keanu
13/01/2022 à 16:21

Rien à voir avec le Mandalorian si ce n'est pomper sur l'univers visuel ! Plus les power rangers en vespa, une belle blague...
Un mauvais remix de Lawrence d'Arabie.
Une belle déception

rientintinchti
13/01/2022 à 16:07

Un personnage ressuscité d'un trou du cul de monstre alien pour nous faire une série pour trous du culs de fanboys attardés

Plus
votre commentaire