Episodes Saison Obi-Wan Kenobi épisode 6 : la Force se réveille en fanfare sur Disney+

Antoine Desrues | 22 juin 2022 - MAJ : 22/06/2022 15:54
923
photo

C’est la fin : Obi-Wan Kenobi envoie la sauce pour son dernier épisode sur Disney+… au point de se réconcilier avec les fans de Star Wars ?

ATTENTION : spoilers du Côté Obscur !

 

  

Bas les casques

Si de nombreux médias et fans "mesurés" (sarcasme) ont décidé de cracher sur Obi-Wan Kenobi dès ces premiers épisodes perfectibles, Ecran Large a choisi la carte de l’entrisme et de la patience (des qualités essentielles aux Jedi paraît-il), en misant sur le futur de la série et un postulat volontairement anti-spectaculaire.

En dépeignant le personnage d’Ewan McGregor comme un ancien héros esseulé et en perte de repères, cet interstice entre La Revanche des Sith et Un nouvel espoir ne pouvait que construire son crescendo sur un regain de mythologie, quitte à trop déréaliser sa narration entre-temps. Le duel de l’épisode 3, censé entériner le projet à mi-parcours, ne pouvait qu’être décevant au vu des capacités de son protagoniste, pour mieux s’assurer une revanche épique dans le grand final.

 

Obi-Wan Kenobi : photoPose mythique

 

Bien sûr, le récit inutilement étalé de Deborah Chow et sa mise en scène peu inspirée ne peuvent pas être en permanence excusés, mais il convient de souligner sa réelle démarche créative. Comme dit dans notre critique d'Obi-Wan Kenobi à son lancement, la véritable attraction de la série ne réside pas dans le retour de personnages mythiques, mais dans celui des acteurs qui les ont matérialisés.

À la simple vision du corps vieillissant d’Ewan McGregor, Obi-Wan retrouve une forme d’aura, une vie qui l’extirpe du simple instant T capté par les caméras de George Lucas sur la prélogie. Il n’est pas qu’un simple personnage reproduit à l’envi dans des séries animées, des comics et des jeux vidéo. Le mythe figé et gravé dans le marbre se réinvente, et renaît tel un phénix touchant pour s’imposer en seule incarnation possible de cette figure.

 

Obi-Wan Kenobi : photoLe rédacteur de cet article a affiché le même sourire béat durant le visionnage de cet épisode

 

Anaken le survivant

En réalité, la réalisatrice a su composer avec les contraintes d’un projet faisandé dès le départ, coincé dans le hors-champ d’un univers contraint d’être tordu pour se plier aux attentes des spectateurs. Le vrai problème d’Obi-Wan Kenobi (ou du moins la raison de sa déception logique) réside finalement dans ses chemins de traverse, et sa manière de détourner une certaine appréhension de ses événements.

Et là repose toute la beauté de la série : le parcours d’Obi-Wan s’accorde à celui d’Anakin. Les corps d’Ewan McGregor et d’Hayden Christensen sont toujours là, mais ils sont devenus des coquilles vides, l’ombre d’eux-mêmes perdus dans une forme de désespoir. On dit souvent qu’un bon méchant doit partager le même objectif que le protagoniste, et c’est en creux que ce Deborah Chow démontre en les opposant à leur passé. Tandis que notre maître Jedi préféré retrouve de sa superbe et de son assurance, Vador plonge toujours plus dans les tréfonds du Côté Obscur.

 

Obi-Wan Kenobi : photoAAAAAAAAAAAAAH !

 

Or, c’est là tout l’enjeu émotionnel du duel final qui réunit les deux personnages. Bien que la chorégraphie soit plutôt réussie, le combat passionne parce qu’on y voit deux êtres qui se battent contre eux-mêmes, contre celui qu’ils ont tenté d’effacer. "Je suis ce qui reste" proclame Anakin, alors que le casque entrouvert de Vador met à nu le comédien qui se trouve en dessous. De cette simple image, Deborah Chow prouve qu’elle a réussi son pari : s’intéresser aux hommes derrière les masques de la légende.

En sublimant la présence corporelle de ses acteurs, cette séquence pivot offre un regard bouleversant sur la mutation des figures de notre enfance. Dark Vador a toujours été un patchwork (littéral et métaphorique), et le retour de Christensen dans le rôle s’impose comme une belle revanche sur les manquements de la prélogie, en ancrant son visage comme celui d’un Mal bien trop humain.

Si la caméra à l’épaule de la cinéaste a servi depuis le départ à mettre en valeur les tourments et la colère du personnage, tout le paradoxe identitaire du Seigneur noir des Sith est sublimé ici par une idée de génie : mêler la voix culte de James Earl Jones à celle de Christensen.

 

Obi-Wan Kenobi : photoAAAAAAAAAAAAAAAH ! x2

 

Obi-Fan-Service

Obi-Wan assume donc avec ce final son véritable rôle : celui de réveiller l’héritage de nos icônes, pour mieux les transmettre. Le dernier dialogue entre Obi-Wan et Leia (préparez les mouchoirs) va avec habileté dans ce sens, pour mieux asseoir le cœur émotionnel d’un récit réflexif sur le pouvoir de Star Wars.

Dommage que tout cela se soit fait avec autant de maladresse, comme en témoigne d’ailleurs la sous-intrigue décevante avec Reva et Luke. Néanmoins, après un tel parcours du combattant, difficile de résister à la générosité de ce feu d’artifice, qui lâche tellement la bride du fan-service qu’il faut s’apprêter à couiner de plaisir comme un hamster.

 

Obi-Wan Kenobi : photoDis-le... DIS-LEEEEEEE !

 

On aurait pu se priver du clin d’œil envers certains memes célèbres de la prélogie, mais Chow sait titiller la fibre nostalgique par la simple puissance mythologique réveillée par cette conclusion, qui vide ses décors des diverses armées pour se focaliser sur ces chevaliers d’un autre temps.

Les vues zénithales de la réalisatrice font littéralement figure de "regard de Dieu" sur les événements, déifiant ce retour à l’épure de l’épopée, à ces combats entre ces êtres prêts à affronter leur destin. Ça ne sauve peut-être pas l’entièreté de la série, mais il n’y a pas à dire : qu’est-ce que c’est cool Star Wars !

Tous les épisodes d’Obi-Wan Kenobi sont disponibles sur Disney+ depuis le 22 juin 2022

 

Star Wars : Obi-Wan Kenobi : Affiche officielle

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
commentaires lecteurs votre commentaire !
Ethan
25/06/2022 à 08:18

@Birdy en noir
En fait le problème c'est que la série en fait pas assez au niveau des regrets d'obi wan. Il manque des excuses.
Il le tue pas et comme à la fin de la revanche des siths il l'abandonne alors qu'Anakin l'appelle.
Elle souhaite trop donner une bonne image d'Obi wan. Son échec qu'il exprime à Anakin n'est pas suffisant.

Sur l'arc Reva inutile non l'histoire est intéressante. Elle montre d'ailleurs qu'il est possible de revenir du bon côté.

Jipay
23/06/2022 à 18:19

J'attendais beaucoup de la serie. Peut être trop.
Au final, les nombreuses incohérences m'ont souvent sortie de la série, les choix scénaristique aussi (je ne me remets tjrs pas de la scène où il cache Leia sous son manteau et traverse la forteresse des Inquisiteurs tranquille...).

Mais quelle plaisir de retrouver Obi-Wan, bonne idée aussi de centrer le récit sur lui et Leia et non sur lui et Luke comme on pouvait s'y attendre. Le combat finale est certe pas aussi spectaculaire qu'attendu, mais Vador à moitié démasqué qui laisse entrevoir Anakin, tout en jouant avec les lumières des sabres laser, tantôt bleu sur son visage tantôt rouge quand il redevient Vador c'est super bien trouvé.

J'ai bien aimé aussi le parallèle à la fin, Vador retourne vers son maître et Obi-Wan fais de même avec Qui-Gon.

Après oui il y a beaucoup de maladresse dans cette série, beaucoup de raccourcis, d'incohérences et de facilité. Et le personnage de Reva est assez inutile.

Bob Haldeman
23/06/2022 à 17:13

La série manque de pognon et ça, c'est une première dans l'univers SW!!
Sinon, c'est mou du genou, hein, autant dans les péripéties que dans sa mise en scène.
Sur Twitter, tout le monde s'enthousiasme sur la série et sur Vader en particulier. Sur les sites spécialisés, c'est tout le contraire.
Pour ma part, Vader est complètement démythifié, bien aidé, je le répète, par la réalisation indigente. Chow se montre catastrophique aux manettes alors qu'elle avait fait du travail potable sur Mando ( d'où l'importance d'un showrunner de talent). Je passe sur les trop nombreuses incohérences du script.
Bon maintenant, est-ce que l'on n'a pas surestimé le phénomène Star Wars? Tout cet univers est finalement terriblement enfantin et basique en plus d'accumuler des déceptions et des déceptions générationnelles ( et ça dure depuis ROTJ). Vous savez quoi? C'est la faute de l'Empire contre-attaque tout ça. Sans ce chef d'œuvre de la SF adulte, il n'y aurait pas tant de désillusions et tout le monde regarderaient du Star Wars avec un œil bienveillant.
C'est l'Empire contre-attaque qui nous a vendu cette illusion "Campbellienne" et qui a rendu définitivement culte SW. Quel paradoxe!
Leia, à mon avis, on n'en a pas fini...la rumeur Milly Bobby Brown dans un rôle secret me le laisse à penser...

Olvers974
23/06/2022 à 15:44

la nostalgie n'empêche pas d'être critique, et objectif !

Mapeg
23/06/2022 à 15:25

Moi je profite de chaque moments pour en apprendre un peu plus sur mes personnages préférés. Tant pis pour ceux qui ne pensent qu’à critiquer moi chaque fois je retombe en enfance,

Miami81
23/06/2022 à 13:06

Pas mal de défaut tout de même dans cette série. Des acteurs notamment les enfants en dessous de ce que fait Hollywood en général, un Vador bien loin du charismatique méchant qu'on connaît, même dans la démarche, des épisodes tirés inutilement en longueur avec des personnages qui ne servent pas à grand chose.
Ces critiques dites, la série est la plus proche de la saga que ce soit visuellement ou dans l'ambiance. La fin de cet épisode notamment, on a vraiment l'impression de se retrouver dans la première trilogie.

Olvers974
23/06/2022 à 12:32

@Birdy en noir
Nous sommes bien d'accords !

Birdy en noir
23/06/2022 à 11:08

Quand tu enlèves le combat Vador / Obi Wan, que reste t'il ?
Même les passages qui devraient être émouvants entre le jedi et la petite Leia sont fades, car mal écrits et contextualisés.
L'épique et l'émotion repointent le bout de leur nez quand la musique, ENFIN, nous ramène 40 ans en arrière. Mais qui a en tête une seule des nouvelles mélodies des 6 épisodes ?
Je suis très étonné de le constater car dans la prélogie il est pour moi largement en dessous, mais seul le charisme de Mc Gregor apporte de la densité et du réalisme aux situations. On croit en lui, on veut le voir reprendre le dessus, relever la tête. L'intériorité de l'acteur, ses rides, son regard, son usure, Obi Wan est bien face à nous.

Mais le reste... c'est du grand guignol.
J'ai pas osé regarder combien de scénaristes étaient sur le coup, mais comment peut on oser écrire des arcs narratifs aussi insipides que celui de Reva ?
Le coup de l'enlèvement et de la protection de Leia, mais c'est déjà fait 1000x ailleurs, et c'est déjà le moteur narratif du Mandalorian, pourquoi refaire pareil ? Et surtout sans rien à proposer, aucune scène forte, aucune idée qui relève le niveau.

Comment peut on oser laisser un vaisseau tout flingué survivre si longtemps au feu nourri d'un destroyer impérial, pour tenter l'ultime pirouette : obiwan fait "diversion" en sortant un autre vaisseau (qui lui a la vitesse lumière et pouvait donc sauver Leia, mission prioritaire...) pour laisser fuir les réfugiés. Et là, Vador, grand stratège : aucun tie fighter (ils sont où ???), aucun coup fatal porté aux fuyards. Ou même pourquoi Vador ne prend il pas lui même la poursuite en laissant le destroyer continuer de chasser les rebelles ?

Tout est de ce niveau. Des idées idiotes mal écrites. pas d'émotion, pas d'ampleur de mise en scène (la poursuite dans les bois de Leia avec des "méchants" qui se cognent à des branches !! malaise total...).
Pourquoi Vador qui peut arrêter un vaisseau à main nue à 100m, ne dézingue pas le robot qui, 20m devant lui, emporte un Obiwan HS ? Pourquoi aucun stormtrooper ne tire ? Les flammes arrêtent les tirs de blaster ? Empêchent la force de soulever un robot pour le mettre en pièces détachées ?

Pourquoi Obi Wan veut affronter Vador et, lorsqu'il gagne, le laisse t'il vivre une 2è fois alors qu'il représente un tel risque pour les jumeaux ? Il a pitié ? Mais c'est acté, il est mort son poto, il l'appelle même Dark, histoire de marquer le coup. Achève le !!! Le sort de la galaxie est entre tes mains !! Ben non. Il repart se planquer dans les montagnes.
Idem pour Reva. Pourquoi Vador se contente t'il d'un coup visiblement trop propre et ne l'achève t'il pas ? Cela ne colle pas du tout avec la psychologie du bonhomme qui ne supporte pas qu'on le déçoive. Alors le trahir... il devrait l'éviscérer. Mais non. Elle survit et 3h plus tard, va gambader sur Tatouine. (Qui Gon est mort pour le même coup par DarkMaul. Elle : une aspirine et ça repart)

Ça faisait longtemps que je n'avais pas vu une telle médiocrité et un tel menfoutisme dans l'écriture. Ils prennent vraiment les fans pour des abrutis en fait.

Nyl
23/06/2022 à 10:19

@Raven

Merci de ne pas mettre la prelogie au niveau de cet ajout inutile.
Sinon, je peux aussi bien dire que la TO originale est ratée, vu toute la niaiserie qui s'en dégage. (Et pourtant j'adore les deux, mais j'en ai marre de cette descente alors que la prelogie a développé l'univers SW bien plus que la sacré sainte TO).

GarlickJr
23/06/2022 à 05:04

Mouais pas aussi enthousiaste que ça. on peut déjà relever les nombreuses incohérences en particulier la fâcheuse manie de téléporte les personnages d’un point A a un point B en un claquement de doigt. Deux sabres laser ont traversé mon corps mais je me retrouve toute pimpante sur Tatooine alors que l’épisode est en suite directe de l’épisode 5. En ce qui concerne le fameux combat on est quand même loin voir très loin de l’intensité des combats de la prélogie. Certes l’image est belle (et encore, le choix de la planète avec un combat de cailloux, bof bof) mais ça manque sérieusement de panache. L’ambiance sonore du combat est nul (loin d’un Darth Maul ou du combat final de la prelogie). Seul la fin du combat fait vraiment vibrer (Anakin a moitié découvert, la voix de Christensen qui se fait entendre, glaçant,….) et justifie le visionnage de la série… Encore un ratage sur Star Wars, merci Disney.

Plus
votre commentaire