Episodes Saison Obi-Wan Kenobi épisode 5 : la grande évasion de Star Wars sur Disney+

Antoine Desrues | 15 juin 2022 - MAJ : 15/06/2022 15:17
39
photo

Obi-Wan Kenobi entame sa dernière ligne droite avec un cinquième épisode aussi imparfait que généreux sur Disney+.

ATTENTION : Spoilers (duh)

 

Star Wars : Obi-Wan Kenobi : photoBarrage à spoiler, à vos risques et périls

 

THIS IS WHERE THE FUN BEGINS

Comme on a pu le dire dans notre première critique de Obi-Wan Kenobi, l’intérêt de la série repose moins sur le retour du meilleur des Jedi que des interprètes de la prélogie, venus réinvestir par leur corps des icônes du passé. On pourrait bien entendu reprocher à Star Wars de se contenter d’habiter un hors-champ loin d’être nécessaire (surtout au vu de l’immensité de son univers), mais force est de constater que Deborah Chow en tire depuis le départ ses meilleures idées.  

En réalité, là où la deuxième trilogie de George Lucas était contrainte d’aller à l’essentiel pour raconter la guerre des clones, la chute de la République et le passage d’Anakin vers le côté obscur, ses appendices (BD, livres, jeux vidéo...) ont pu prendre le temps d’humaniser des personnages souvent réduits à leur fonction. L’exemple le plus probant de cette problématique est à chercher dans l’ellipse entre La Menace fantôme et L’Attaque des clones, qui a passé sous silence l’entraînement d’Anakin par Obi-Wan, en se contentant de suggérer leur relation fusionnelle, plus fraternelle qu’amicale. 

Ainsi, difficile de ne pas jubiler devant la séquence pivot de ce cinquième épisode, flash-back où Hayden Christensen et Ewan McGregor revêtent leur look de L’Attaque des clones pour un duel au sabre laser sur un balcon du temple Jedi. Certes, le montage très découpé de la scène ne permet jamais à cet entraînement de toucher à l'épure spectaculaire de la prélogie, mais il y a une étrange beauté à voir notre suspension d’incrédulité être chamboulée dès lors que les deux acteurs font comme si rien n’avait bougé depuis 2002.  

 

Obi-Wan Kenobi : photoMadeleine de Christensen

 

Là encore, derrière les prouesses du StageCraft et des technologies numériques de Lucasfilm, c’est avant tout l’organique qu’on perçoit, les rides qui se dessinent sur les visages et le poids du temps qu’elles représentent. À vrai dire, si la série peine jusque-là à convaincre au vu de son intrigue simpliste et bien trop étirée, c’est qu’elle se cherche avant tout en tant qu’objet théorique et résolument post-moderne

Kathleen Kennedy avait elle-même annoncé le retour des deux comédiens comme une “revanche”, mais pas seulement parce que leurs personnages ont une nouvelle occasion de s’affronter. Entre la réception mitigée (pour faire dans l’euphémisme) de la prélogie et les critiques virulentes envers sa direction d’acteurs (surtout en ce qui concerne Christensen), Obi-Wan semble presque mettre en scène toute la peine que Star Wars a souvent engendrée dans les carrières et les vies des artistes concernés.  

 

Obi-Wan Kenobi : photoVadormecum

 

Le pouvoir de la force tranquille

Et c’est là que réside la nécessité de voir ces rides : le temps a fini par donner raison à ces corps sereins, de retour pour prêter leurs traits à des êtres eux-mêmes tourmentés. Après tout, la séquence d’entraînement se déverse comme un virus tout le long de l’épisode 5, qui prend la forme d’un siège où la colère et le désespoir des forces en présence empiètent sur la stratégie.  

Pour la première fois depuis le début de la série, la caméra à l’épaule de Deborah Chow parvient à avoir de l’impact, surtout lorsque l’assaut de l'Empire prend des airs de partie endiablée de Battlefront, avec ses torrents terrifiants de stormtroopers qui se répandent dans le champ.  

 

Obi-Wan Kenobi : photoEwan McGregor, toujours au top, même dans la retenue

 

D’un autre côté, il est un peu triste de se dire qu’à l’instar du Livre de Boba Fett, Obi-Wan Kenobi attende son avant-dernier épisode pour croiser ses points d’intrigue, notamment en révélant enfin le passé et les motivations de Reva. Si on se doutait bien que la Troisième Sœur était une ancienne Padawan, le retournement de situation téléphoné qui s’ensuit ne peut que décevoir, surtout après autant de prolongation du mystère.  

Obi-Wan a beau être mis face à sa responsabilité dans la catastrophe de l’Ordre 66, son rapport avec Reva manque d'un élément plus concret, qui donnerait de la chair à une écriture qui oublie ce qui fait un bon méchant : le fait qu’il partage le même objectif que le héros.  

En réalité, ce cinquième épisode semble ne jamais pouvoir aller au bout de sa démarche, la faute à des sous-intrigues qui deviennent de véritables contraintes pour ses scénaristes (pauvre Leia, réduite à se balader dans des conduits d’aération...).  

 

Obi-Wan Kenobi : photoHIighdkamaspkfenzlsdffz (bruit émis par l'auteur de ces lignes à la vue de cette scène)

 

C’est d’autant plus dommage que la réalisation de Chow est clairement tournée vers des montages alternés et parallèles, où les souvenirs de chacun et la Force servent de liant à ces psychés tourmentées. Le temps rattrape les personnages dans cette course-poursuite qui approche de sa fin, donnant toujours plus de valeur à ces visages vieillis, qui ont déjà tant enduré.  

Si Obi-Wan a rapidement lassé certains de ses spectateurs, sa rythmique (trop) lancinante doit peut-être être perçue comme une course d’endurance, une fuite perpétuelle face aux traumas que ses protagonistes refusent d’affronter. Obi-Wan a bien engendré un monstre (de cinéma), une icône gravée dans le marbre par sa faute. Et Deborah Chow filme justement ce monument comme une force imperturbable, capable de combattre Reva sans même avoir à dégainer son sabre laser. La séquence est de loin la plus excitante de la série, et tend à prouver que cette dernière a enfin pleinement démarré. Dommage que ce soit aussi tardif.  

Un nouvel épisode d'Obi-Wan Kenobi est disponible chaque mercredi sur Disney+ depuis le 27 mai

 

Star Wars : Obi-Wan Kenobi : Affiche officielle

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
commentaires lecteurs votre commentaire !
Kikibrestois
22/06/2022 à 17:30

D'accord avec Jay, j'ajouterai que ça fait du bien de voir Vador trop puissant, c'est quand même censé être le plus grand de tous les temps et la TO nous laisse sur notre fin à ce niveau.
@Py, il est peut-être comme Padmé, il voit encore qu'il y a du bon en eux :)

Lex777
20/06/2022 à 18:07

Un petit mot pour dire que cet épisode est co-scenarisé par Andrew Stanton (et que d'après wiki cela sera le cas aussi du suivant)

Jay
17/06/2022 à 18:58

Bah moi je kiffe bien. Je suis d'accord avec toutes les incohérences du scénario mais c'est pas grave. C'est comme ça depuis le début de starwars en fait. Je suis juste content de voir obi wan. J'ai vu la première trilogie enfant avec des étoiles dans les yeux, et c'est pour ce public la starwars. Faut pas être trop exigeant.

Oui mais non
16/06/2022 à 20:16

C'est incroyablement nul..
Aucuns intérêts à cette série, elle n'apporte rien, est incohérente, prévisible... Et tout les personnages principaux sont mmmh .. débiles ..

Ethan
16/06/2022 à 15:45

@Anathelion
Maintenant que tu le dis ça me revient

@en réponse au même avis
Sur le manque de logique entre les actions ... je pense que tu es très exigeant et tu oublies de voir l'ensemble. Et puis tout n'est pas encore dévoilé

S'il a dit jeune fille c'est un détail. Admettons s'il a 35 et elle 20 c'est justifié

Aucune idée de pseudo, un jour peut-être
16/06/2022 à 14:53

D'ailleurs, parlons un peu de la façon de parler de Vador ... A croire que passer du côté obscur influe aussi sur tes expressions.
Que Vador parle désormais plus lentement qu'en tant qu'Anakin, soit. Mais qu'il utilise des termes improbables comme "jeune fille" alors que le gars a même pas 35 ans, ça me sort un peu de l'histoire d'Anakin qu'on nous montre en parallèle lors de flashback.

Je vais peut-être trop loin, mais avec le reste (oui oui, les Stormtroopers @Maided !), ça s'accumule x)
Il y a quand même des choses appréciables, mais ça rend difficile la prise au sérieux pour moi, alors que l'histoire est sensée être sombre.

Anathelion
16/06/2022 à 14:23

@Ethan
Si, à la fin du 3, une fois qu'il a été secouru par Sidious, et que les droïdes ont fini de l'habiller en Dark Vador, la première question qu'il demande à Sidious est: "Padmé, est-elle sauvée? Est-elle en sécurité?" et là Sidious lui annonce que c'est lui, dans sa colère qui a tuer Padmé.... Et là, Vador explose tout autour de lui avec la force. Si... Clairement, il est au courant que Padmé est morte XD

Ethan
16/06/2022 à 14:14

@En réponse au même avis
Sur Anakin qui serait au courant que padmé serait morte enceinte non pas d'accord on a aucune information dans le 3 sur ça. A la fin du 3 il ne sait pas qu'elle est morte.

On peut supposer au vu qu'il est très vénère sur Obi-Wan dans la série notamment à partir du 2e épisode quand il le retrouve qu'il a appris la nouvelle.

Sur la rivalité entre obi wan et Anakin le flashback le démontre dans cet entraînement. Obi Wan n'avait certainement pas assez d'expérience pour être maître car il n'accepte pas sa défaite.

Le personnage de reva en a pris même pas mal étant enfant car elle a perdu sa seule famille.

Là elle s'est vraiment un pris coup mortel donc sans aide car elle est seule, pas sûr qu'elle puisse s'en tirer mais c'est possible car sinon pourquoi montrer le petit luke à la fin

Maided
16/06/2022 à 13:50

@AlexKain

On voit très clairement Haja laisser tomber l'holocom pendant sa fuite.

Sinon, mon problème avec la série est qu'on sent très clairement à la base on devait avoir un film Obi Wan et non une série.
Ils ont pris le scénar du film, ajouté et modifié des trucs et du coup c'est totalement bancal voir incohérent par moments.
Soit ils auraient du reprendre le scénar a 0 (en se basant sur l'univers Legend...ah nan pardon, KK a dit qu'ils n'avaient rien sur quoi se baser et que tout était a inventer...co...sse) pour faire une série vraiment maitrisée soit rester sur l'optique d'un film à part entière.
2h30/3h de film on a l'habitude maintenant, ça aurait permit de détailler tout en forçant le scénario a être compacte.

Bref, il y a des moments vraiment sympas mais tout est lent (punaise mais les combats faut les filmer avec punch bordel, fallait prendre Chad Stahelski par exemple pour réaliser la série) et artificiel.
Pour les Troopers de cet épisode....alors ok, ils ont jamais tiré comme des dieux (sinon il y aurait eu un court métrage SW et c'est tout) mais là....un espace aussi petit....ils sont...aller une cinquantaine et ne buttent que 2/3 personnes....c'est pas sérieux allons.

Niveau SFX...y a un problème de budget ?
Non parce que quand on voit ce qui est fait sur Mando on ne peut que rager sur ceux d'Obi Wan hein (le pire pour moi étant le pseudo rajeunissement totalement foiré)
Si il fallait grapiller le budget d'une série SW c'était pas sur celle là.

Pour moi Obi-Wan aurait du rester un film stand alone (ou éventuellement donnant lieu a une série après) de 2h/2h30 et pas une mini-série (enfin à la base vu qu'une S2 semble prévue)

Vulfi
16/06/2022 à 13:49

Episode potable. Après 4 véritables purges. On va pas dire bravo non plus mais c'est assez singulier pour être souligné.

Plus
votre commentaire