Episodes Saison Obi-Wan Kenobi épisode 4 : Star Wars sauvé des eaux sur Disney+ ?

Antoine Desrues | 8 juin 2022 - MAJ : 08/06/2022 14:34
371
photo

Après un troisième épisode satisfaisant, Obi-Wan Kenobi retourne à des eaux plus calmes sur Disney+.

ATTENTION : légers spoilers

 

Obi-Wan Kenobi : PhotoÇa joue à domicile

 

20 000 lieues sous l'Empire

Qu’il s’agisse des séries Star Wars ou Marvel, Disney+ a standardisé en à peine quelques années un modèle de production reposant intégralement sur la rétention d’informations. La saison 2 de The Mandalorian et Le Livre de Boba Fett en ont été les exemples les plus probants, étirant l’élastique plus que de raison pour engendrer une attente artificielle autour de ses plus grandes surprises.

En bref, là où une quelconque exigence narrative inciterait à traiter ces récits comme des films de deux heures, Lucasfilm préfère étendre sur six épisodes ou plus des arcs narratifs pas toujours construits, au point de créer volontairement un manque comblé par un élément ou deux de fan-service.

 

Star Wars : Obi-Wan Kenobi : photoChien mouillé

 

À vrai dire, la pop-culture actuelle semble entièrement régie par cette démarche, et ce dès un marketing pensé pour sous-entendre au spectateur ce qu’il attend de voir sur son écran. Qu’importe que la présence des trois Spider-Man ait été discutée des mois avant la sortie de No Way Home. Ce qui compte, c’est le fantasme du public, conquis d’avance par l’événement, quand bien même ce dernier est traité avec une nonchalance criminelle. L’anticipation prévaut sur le résultat final.

Malheureusement, difficile de pardonner à Obi-Wan Kenobi ces mêmes errements, déjà évoqués dans notre critique des deux premiers épisodes, uniquement façonnés vers un troisième segment nous offrant enfin le retour tant attendu de Dark Vador. Maintenant que la série a dépassé son pivot de mi-parcours, la voilà qui retrouve un rythme de croisière quelque peu décevant.

 

Star Wars : Obi-Wan Kenobi : photoStar Wars dans le formol ?

 

Deborah Chow peine à cacher qu’elle signe ici un épisode de transition, transformé en énième mission de sauvetage. Cette lassitude est d’autant plus dommage que la proposition est de loin la plus intéressante de la série jusqu’à maintenant. En infiltrant la base sous-marine de Nur (idée rigolote, puisque c’est une lune de Mustafar), la série retrouve cette inventivité conceptuelle de la mythologie Star Wars, celle typique des jeux vidéo de l’univers étendu (normal, on a déjà vu ce décor dans Jedi Fallen Order).

D’ailleurs, alors qu’Obi-Wan retrouve petit à petit ses pouvoirs et sa sensibilité à la Force, les scènes d’action accentuent son sens de la stratégie, un peu à la manière des RPG liés à la franchise, tendance Knights of the Old Republic. Le Jedi a conscience de ses limites à chaque renvoi de tir de blaster, et ces passages engendrent quelques enjeux plutôt prenants au cours de cette ré-iconisation progressive du personnage.

 

Star Wars : Obi-Wan Kenobi : photoIl est beau quand même

 

Knights of the Grabataire Republic

Dans cette situation, la mise en scène se montre bien plus inspirée, comme lors de cette séquence en pleine pénombre, où seule la lame du sabre-laser perce l’obscurité pour tuer un à un les Stormtroopers. À vrai dire, cet épisode 4 possède certaines des meilleures idées de la série, à commencer par sa scène introductive, où le montage alterné renforce toujours plus le lien entre Obi-Wan et Anakin, tous les deux plongés dans une cuve de bacta pour soigner leurs brûlures.

Le problème, c’est que la rétention évoquée plus tôt devient une barrière infranchissable par rapport au projet de sa réalisatrice et showrunneuse. Obi-Wan Kenobi voudrait clairement être une série de l’intime, orientée vers le visage tourmenté d’Ewan McGregor comme reflet de son traumatisme et de sa culpabilité.

 

Star Wars : Obi-Wan Kenobi : photoLa meilleure idée de l'épisode

 

Le souvenir d’Anakin, et plus généralement de l’Ancienne République, semble chercher à se répandre à la manière d’un virus, mais les épisodes n’ont jamais le temps de traiter en profondeur leurs répercussions. Après quatre chapitres, on n’en sait toujours pas plus sur les motivations de Reva (Moses Ingram), même si on devine son passé d’apprenti Jedi.

Il y a pourtant matière à s’attarder sur le tournant d’une galaxie qui a accepté sans trop broncher sa transition vers un régime totalitaire. Là où les séries de Dave Filoni (à commencer par The Bad Batch) parviennent à conserver cette toile de fond, Obi-Wan semble engoncée dans sa chasse à l’homme.

À moins que ce ne soit dû au fait qu’elle s’attaque à l’un des piliers mythologiques de Star Wars, à l’une des parties les plus fondamentales de son canon, qui ne peut pas pleinement s’implémenter dans la "petite" histoire de la galaxie lointaine, très lointaine. Mais n’est-ce pas cette petite histoire que vise Disney+ avec ses multiples séries ?

Un nouvel épisode d’Obi-Wan Kenobi est disponible sur Disney+ tous les mercredis depuis le 27 mai 2022

 

Star Wars : Obi-Wan Kenobi : Affiche officielle

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
commentaires lecteurs votre commentaire !
Niflette
15/06/2022 à 14:48

@eddiefelson
Bon, une semaine est passée ! "Que dire" ? tu n'as pas encore trouvé? Mdr. Allez je te laisse une semaine de plus. Content de savoir que tu aimes le participe passé, çà a changé ma journée ! "endormi" le public ! c'est surement çà que la réalisation voulait pour Obi wan.

Ethan
10/06/2022 à 19:37

@Noxonweb

Sur la série
A ton interrogation on ne comprend pas le sens ni le message, j'y ai répondu le sens et le message c'est pour Padmé protéger ses enfants et essayer de raisonner anakin et croire toujours en l'amour. Le fait que son enveloppe corporelle est morte ne veut pas dire qu'elle est morte. Elle vit toujours à travers ses enfants et anakin. Tu l'as dit toi même il y a la présence de mythologie dans star wars. C'est ça on se rappelle de Padmé en reine amidala. Elle est peut-être pas passé de l'autre côté car elle est protégée par la déesse de l'amour (confère mythologie grecque). C'est ce que la série essaye de démontrer à mon avis.

Sinon pourquoi avant de mourir elle prend soin de dire à Obi Wan à propos d'anakin qu'elle sent qu'il y a toujours du bon en lui. L'amour est un sentiment profond qu'elle que soit la nature des personnes bien ou mal.

Je te le dis on verra un moment où un autre sa présence de façon plus directe dans les rêves d'Anakin peut-être. Mais là déjà on la sent dans la série.

Padmé c'est pas n'importe qui sénatrice, reine, qui n'a pas peur de prendre les armes et dès la menace fantôme
Le comportement matchiste d'anakin c'est juste qu'il est perverti à ce moment là par le côté obscur

Vulfi
10/06/2022 à 14:16

Pauvre Ewan...

Je dis "pauvre" : il doit l'être sacrément pour avoir accepté de tourner dans un truc pareil.

Noxonweb
10/06/2022 à 13:30

"et qu'aucun n'est en mesure d'être le meilleur" (j'avais oublié qq mots, dsl).

noxonweb
10/06/2022 à 13:03

@Ethan

ça a été dit et écrit, bien mieux que je ne saurais le faire, mais la trilogie et prélogie font écho a des situations géopolitiques ancrées dans leur contexte (guerre du vietnam, guerre en irak, seconde guerre mondaile), a la montée de l'impérialisme, au fait que chaque système politique est faillible (la république dans la prélogie, l'empire dans la trilogie), et qu'aucun n'est en mesure

Le tout est saupoudré de mythologie, ça c'est pas nouveau: une religion (voire deux), des pouvoirs qui ne s'expliquent pas, un élu et j'en passe

Tu rajoutes en toile de fond une romance à la "Roméo &Juliette" dans la prélogie, avec l'amour impossible, qui conduit forcément à la mort.
dans la trilogie, on retrouve le schéma classique de la princesse (qui in fine est réduite a pas grand chose, si ce n'est un objet de désir), le chevalier, le bon pote marrant du chevalier, et le grand méchant qui a la fin fait sa rédemption et retrouve sa place dans le schéma patriarcal.

bon, la rédac d'Ecran Large serait vachement plus loquace que moi sur le sujet ^^

Dans la postlogie on a quoi ? Qu'est ce qui inconsciemment nous rattache à la période actuelle et qui est donc susceptible de nous plaire, car ancré dans l'inconscient collectif ? Rien... Ou alors j'ai de la merde dans le yeux. Et donc cette postlogie est un melting-pot de tout un tas de trucs déjà connus, provoque l'incompréhension, les critiques de tout et tout le monde car l'emballage est certes joli, mais le contenu est vide de sens...

Pareil pour la série Obiwan, ça raconte une histoire que nous souhaitons tous voir, mais qui est ancrée dans notre époque actuelle tout en tentant de se rapprocher de l'époque de la trilogie. ça ne peut pas fonctionner. ça reste au demeurant agréable à regarder (quoique...).

Ethan
10/06/2022 à 00:30

@Noxonweb
Quel message selon toi pour les 2 premières trilogies ?
Le seul que je vois c'est l'amour et on le retrouve dans chaque trilogie excepté la dernière où il n'y a pas vraiment d'amour à cause des films faibles en scénarios et où le baiser sur la bouche est ambigu entre ren et ray.
Là sur la série le message c'est toujours le même que dans la 2e trilogie car même si elle n'est pas présente c'est Padmé et son amour pour les siens. Ca a déjà commence dans la revanche des siths à la fin où avant de mourir elle dit à Obi Wan à propos de anakin qu'elle sait qu'il y a du bon en lui. On la sent proche dans la série et un moment où un autre elle se manifestera de façon plus directe pour protéger ses enfants et essayer de raisonner anakin peut-être sous l'apparence d'un fantôme qui hante anakin. Il paraît qu'il est prévu une série sur anakin

Noxonweb
09/06/2022 à 22:54

Très bonne critique (et très bons commentaires). c'est toujours un plaisir de vous lire depuis des années, et ce, chaque jour (ou presque)

C'est sans doute la première fois que je ne sais pas si je regarde un film trop long ou une série trop courte, ça va donc au delà des critiques et des erreurs (nombreuses). Je comprends l'intention, mais n'en comprends ni le sens, ni le message.

Il y a toujours eu un "message" lié à une époque dans la mythologie star wars, des années Reagan aux années Bush (trilogie & prélogie). La "postlogie" ne véhicule rien, les séries non plus.

Il faut tout de même reconnaître un immense talent d'acteur à Ewan Mc Gregor, c'est un vrai kiff de le voir ré-endosser le costume de jedi.

Holo
09/06/2022 à 22:21

Ishhh j ai arrêté de lire votre critique au 4 ieme paragraphe. Bravo à cette série. J en ai plein la vue et pour mon investissement sur la chaine se Disney+. Je me trouve même plate de commenter votre analyse du pur click bait.

Ethan
09/06/2022 à 16:25

@Cuttyflam
Pas tout à fait car à chaque fois ils n'ont plus qu'avoir leïa. Ce qui est à raconté c'est que anakin cherche obi wan et en même temps la rébellion et comprendre pourquoi obi wan n'a pas essayé de sauver anakin à la fin du 3.

C'est bizarre que certains ne comprennent pas l'intrigue

Cuttyflam
09/06/2022 à 15:58

La série c'est "on va les capturer/ c'est bon on les a/ho non ils se sont enfuit/on va les capturer/c'est bon....
Rien à raconter.............................................

Plus
votre commentaire