Loki saison 1 épisode 3 : un tête à tête explosif pour l'anti-héros Marvel

Arnold Petit | 23 juin 2021 - MAJ : 24/06/2021 20:47
7
Affiche US

Après avoir introduit le nouvel univers dans lequel Loki s'est retrouvé bien malgré lui (les critiques des deux premiers épisodes sont disponibles ici et ici), la série Marvel emmène le variant du Dieu de la Malice en rendez-vous amoureux avec lui-même en pleine apocalypse.

ATTENTION : SPOILERS !

 

 

MO LOKI, MO PROBLEMS

Maintenant que Loki (Tom Hiddleston) et Mobius (Owen Wilson) ont découvert (après tout le monde) que le variant qu'ils traquent est en fait une version féminine de Loki (enfin, plus ou moins), la série doit désormais présenter ce nouveau personnage dans l'univers de Marvel. Et l'introduction sur le morceau Demons de Hayley Kiyoko montre qu'elle n'a aucune pitié à torturer ses victimes en les enfermant dans des illusions psychiques. Un pouvoir dont Loki aimerait bien connaître le secret, comme à peu près tout ce qui concerne cette autre version alternative, qui a renié le nom de Loki pour celui de Sylvie (Sophia Di Martino).

Après un bref passage par la TVA durant lequel elle peut démontrer ses aptitudes au corps-à-corps face aux Minutemen, Loki et Sylvie se retrouvent coincés en 2077, sur Lamentis-1, une planète sur le point d'entre en collision avec un lune voisine. Un endroit qui abrite une colonie minière et peut être vu comme un croisement entre un film catastrophe de Roland Emmerich, Total Recall et The Mandalorian, avec des gardes costumés et une atmosphère entre science-fiction et western.

 

photo, Sophia Di Martino, Tom HiddlestonTu vas voir, il y a un petit resto hyper sympa

 

Quelques incrustations numériques continuent d'accrocher le regard lors de certains passages, mais dans l'ensemble, les effets spéciaux de Marvel Studios sont toujours aussi impressionnants (en particulier à la fin de l'épisode) et profitent d'une photographie violacée qui renforce l'atmosphère fantastique, presque onirique du lieu.

L'espace d'un instant, il n'y a plus de TVA, de restaurateurs, d'Éternel Flux Temporel, d'explications fastidieuses sur le voyage dans le temps, de héros ou de méchant. Il ne reste donc que deux variants Loki qui n'ont pas d'autre choix que de s'entraider s'ils ne veulent pas mourir sur ce caillou au milieu de nulle part. Et ça donne quelque chose d'assez réjouissant dans le genre.

 

photo, Sophia Di Martino, Tom HiddlestonEt surtout, reste naturelle

 

QUAND LOKI RENCONTRE SYLVIE

Alors que Loki et Sylvie tentent de s'enfuir de ce décor apocalyptique à bord d'une Arche pour les plus riches (comme dans n'importe quel scénario de film catastrophe), leur évasion prend clairement des airs de rendez-vous romantique. Si les deux premiers épisodes installaient une dynamique de buddy cop movie entre Loki et Mobius, celui-ci comporte tous les aspects d'un rencard (ce qui n'est pas étonnant puisque le scénariste et showrunner Michael Waldron l'a écrit deux semaines avant son mariage) : de la complicité, des petites piques affectueuses et le traditionnel dîner aux chandelles, où les deux variants parlent de leurs mères respectives, leurs origines, leurs ambitions et leurs précédentes histoires d'amour avec coupes de champagne, lumière tamisée, musique de piano-bar, et même une petite sérénade asgardienne.

 

photo, Sophia Di Martino, Tom HiddlestonLoki à tout prix

 

Tom Hiddleston prouve qu'il est aussi capable de pousser la chansonnette en plus d'être un Loki absolument formidable (et s'approche encore un peu plus de la perfection) et Sophia Di Martino incarne un personnage troublant, à la fois drôle, cruel et charmeur, comme tout bon variant de Loki. Une version féminine torturée du Dieu de la Malice, qui a visiblement visité les coins les plus reculés du multivers et patiemment préparé sa vengeance contre la TVA.

Passer après l'acteur britannique pouvait être un exercice périlleux, mais l'actrice délivre une version de Loki bien différente, tout aussi attachante, qui lui volerait presque la vedette. L'alchimie entre elle et Loki est moins prenante qu'avec le génial Mobius d'Owen Wilson, mais cette vulnérabilité qu'ils tentent tous les deux de dissimuler par l'agressivité ou l'humour interroge un peu plus sur ce qui fait de Loki un Loki, comme elle le dit si justement sur le chemin.

 

photo, Sophia Di Martino, Tom HiddlestonC'est autre chose qu'Ant-Man et La Guêpe

 

Encore à travers de longs dialogues, la série se plonge dans la psyché du Dieu nordique, qui semble avoir définitivement entamé sa quête de rédemption. Pendant la conversation, l'anti-héros montre une fois de plus son attachement pour sa mère, mais révèle également son penchant aussi bien pour les hommes que les femmes, ce qui fait de lui le premier personnage ouvertement bisexuel de Disney (et en même temps, c'est un trait de sa personnalité que les lecteurs et lectrices de comics connaissaient déjà, comme le fait qu'il soit gender fluid).

À l'inverse, si Loki dévoile son insécurité et sa tendresse à travers une métaphore passionnée, faite à moitié ivre, Sylvie ne donne quasiment pas d'information sur son passé, où elle a grandi ou ce que les Gardiens du Temps ont pu lui faire, préservant encore un peu le mystère pour les trois derniers épisodes.

 

photo, Sophia Di Martino, Tom HiddlestonCe que pense Loki

 

DEEP IMPACT

WandaVision et Falcon et le Soldat de l'Hiver avaient déjà montré que Marvel ne lésine pas sur les moyens pour ses séries et les cinq dernières minutes spectaculaires de cet épisode 3 le prouve encore une fois, avec tout un plan-séquence durant lequel Loki et Sylvie cherchent une issue sous une pluie de météorites dans les ruines d'une ville d'inspiration cyberpunk qui ferait rêver Nicolas Winding Refn.

Le procédé passe peut-être pour de l'esbroufe et n'apporte pas grand-chose en termes d'immersion, mais on ne peut que regretter que Marvel ne propose pas plus ce genre de passages, qui traduisent indiscutablement d'une certaine réflexion autour de la mise en scène et de la direction artistique, plutôt que d'appliquer la même recette indigeste avec ses combats au montage calamiteux. Dommage que la tension dramatique soit inexistante (autant pour le duo que pour les habitants), sinon la scène aurait pu être exaltante de bout en bout. À ce niveau, le dîner entre Loki et Sylvie est sans doute un des passages les mieux réalisés par Kate Herron pour le moment, aussi simple qu'efficace.

 

photoC'est pas le Poudlard Express ?

 

Même si ce troisième épisode délaisse l'intrigue principale pour une parenthèse sentimentale façon Doctor Who qui pourrait en fruster plus d'un, la série n'oublie quand même pas de fournir ce qu'il faut de révélations concernant la TVA, qui n'est pas aussi bienfaisante qu'elle le prétend. Le retournement de situation était largement prévisible et sera probablement lié à Kang le Conquérant, mais devrait amener plusieurs gros changements autour de Loki ou du personnage de Mobius.

Après trois épisodes, le plaisir de ce voyage à travers le temps et l'espace avec Loki reste intact. Maintenant qu'on est arrivé à la moitié du chemin, on se demande simplement où il nous mène. Encore plus si la série amène plus de questions que de réponses.

Loki est disponible sur Disney+ avec un nouvel épisode diffusé chaque mercredi

 

Affiche française

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
commentaires lecteurs votre commentaire !
Docteur Benway
26/06/2021 à 01:31

Après une très sympathique WandaVision et le gros flop prévisible Falcon & The Winter Soldier, Loki se révèle très très bof pour le moment. 2 premiers épisodes molassons et bavards et un troisième qui brasse du vide sur fond vert. Le gros problème c'est qu'il y a une absence d'enjeux. Ce qui fait qu'on se fout bien des pérégrinations des deux personnages.

Stephiebo
25/06/2021 à 19:23

Grande fan de Loki depuis le début... Mais là j'ai détesté cet épisode. Je l'ai trouvé vide. On se pose trop de questions. Je trouve que Sylvie (ils ont pas trouvé un prénom plus... intrigant?) n'a aucun charisme. Et Tom est sous exploité. La scène de destruction de l'arche est absurde et mal chorégraphiée, on se croyait dans une pièce de théâtre. Loki retrouve ses pouvoirs et tout ce qu'il trouve à faire sont des tours de magie ? D'un seul coup il a un semblant alchimie qui n'ait d'on ne sait pas où entre les 2 personnages. J'étais contente de changer de décor même si je trouve que l'univers de la TVA est hyper bien réussi mais arriver sur une planète où les habitants ont l'air stupides n'a rien apporté. Bref je vais attendre plusieurs semaines avant de m'y remettre.

Loki loka
24/06/2021 à 16:44

L'épisode était plus prenant que les autres mais pour moi le principal défaut de cet épisode et des 2 précédents est la longueur des dialogues qui donnent lieu à des scènes qui sont parfois, il faut bien le dire, beaucoup trop longues et qui n'apportent rien.

Cat24
23/06/2021 à 18:30

On avance pas trop dans cet épisode mais quel changement de style !du polar sur fond de décor rétro futuriste on passe à une esthétique Total Recall et une comédie où un couple se dispute mais s'apprécie de plus en plus. Tom passe en un clin d'œil du magicien poète, au séducteur ivre (clin d'œil à son frangin quand il fracasse son verre), au combattant redoutable, c'est un grand acteur, c'est connu ! Mais Sophie di. Marino fait bonne figure face à lui, et c'est une bonne surprise.
On apprend quand même que les employés de la TVA sont des variants, j'y avais pensé avec l'histoire du jet ski, sans doute une réminiscence du passé effacé de Mobius.

Flōrens Penn-Ar-Bed
23/06/2021 à 17:09

Tom en fait des caisses en Loki ! Pourquoi un tel surjeu ?

De Passage
23/06/2021 à 17:09

Owen Wilson m'a manqué! Vivement la suite! :)

Astor
23/06/2021 à 16:54

Sincèrement Marvel a pas moyen d'engager quelqu'un qui sait filmer des combats au corps à corps ? Parce que là vraiment, c'est brouillon et mal chorégraphié comme Le Faucon d'ailleurs.

votre commentaire