The Mandalorian saison 2 épisode 4 : le côté volcanique de la Force

Simon Riaux | 20 novembre 2020 - MAJ : 20/11/2020 15:28
449
Affiche française

Nous voici déjà arrivés à mi-parcours de The Mandalorian saison 2. Après quelques miettes de mythologie, la série de Jon Favreau va-t-elle enfin frétiller du blaster ? 

ATTENTION SPOILERS 

 

photoLa ligue des défenseurs de macarons déjà sur le pied de guerre

 

MON EMPIRE POUR UN SCÉNARIO 

Il a triomphé d’un dragon Krayt, zigouillé des trillions d’arachnides des glaces et aidé ses semblables à aborder un vaisseau de l’Empire. Tout cela sans vraiment avancer dans sa quête. Car, ne l’oublions pas, notre héros masqué doit mettre la main sur des Jedi, seuls capables de lui indiquer un abri pour Baby Yoda, dont il assure la protection.  

Comme d’habitude depuis le début de la saison 2, ce 4e chapitre s’ouvre sur une digression sympathique, qui nous permettra de constater combien il semble fastidieux de s’alimenter quand on arbore un casque de Mandalorien et dangereux d’apprendre l’électricité aux enfants. Une légèreté qui fait écho à l'irruption de Cara Dune (Gina Carano) occupée à dérouiller des vilains pas beaux sur le point de manger une mangouste cosmique. 

 

photo, Gina CaranoMando shot first

 

Cette entrée en matière, pour anodine qu’elle soit narrativement, a pour elle d’être portée par la brillante musique de Ludwig Göransson et d’augurer de retrouvailles avec les compagnons d’armes de notre protagoniste, que nous n’avions pas revus depuis le season finale de la saison inaugurale. L’occasion de découvrir combien la mercenaire et Greef Karga (Carl Weathers) ont travaillé à transformer leur ancienne cité de chasseurs de primes en un prospère et chaleureux comptoir de voyageurs. Disney ? Vous avez dit Disney ? 

C’est ce que redoute le spectateur durant le premier tiers de cette nouvelle mésaventure, où s’enchaînent bons sentiments et péripéties trop mécaniques. Une nouvelle fois, Mando est mû par une avarie technique, encore prudence et veine lui font défaut, comme de par hasard, il doit pirater une place forte plus ou moins impériale. Puis soudain, alors que l’action s’emballe, le plan de l’Empire se précise enfin, à coups de labos secrets et d’expérimentations sanguines. 

 

photoUn passe-temps aussi dangereux que sur Endor

 

C’EST DU MANDALORE QU’IL NOUS FAUT 

Jamais meilleure que le pur divertissement aventureux, la série se plaît alors à relire une des plus célèbres séquences du Le Retour du Jedi dans un décor volcanique du plus bel effet. Grâce à son budget colossal et ses ambitions sans cesse revues à la hausse, Jon Favreau se permet donc de transformer une poursuite en échauffourée à la Indiana Jones, avant de mêler soudain ses références pour précipiter char d’assaut spatial, TIE-fighters et torrents de lave dans un même fantasme de spectacle survolté. 

De plans explosifs en trips pyrotechniques, ces 37 minutes rocambolesques se font fort de varier intensément les plaisirs, de fusillades en dogfights abrasifs. Évidemment, chacune de ces phases s’avère plutôt brève, mais on sera bien en peine de relever un quelconque faux pas, le moindre ratage, tant rythmique qu’esthétique.

À ce titre, voir le morceau de bravoure de ce 12e chapitre reposer beaucoup plus sur les épaules des seconds couteaux que celles de Mando est plutôt rafraîchissant, et permet de renouveler – un peu – la dynamique de l’ensemble. Une orgie d'affrontements séduisants, qui sera relevée avec malice par un plan final qui nous indique enfin que Moff Gideon pourrait avoir un plan plus élaboré qu'un simple kidnapping de peluches.

 

photoÀ quand les Madaloriens de la Galaxie ?

 

Bien sûr, l’argument est superficiel, pour ne pas dire attendu, et on sent bien que les brindilles scénaristiques concédées au public pour simuler une progression des enjeux ne sont là que pour faire illusion. Mais une nouvelle fois, la simplicité feuilletonnante de l’ensemble, son exécution proche de la perfection technique et le plaisir de savoir Carl Weathers derrière la caméra de ce chapitre le rendent une nouvelle fois imparable, pour peu qu’on accepte sa nature d’agrément volatile, aussi durable qu’une bière fraîche sous un soleil de canicule.

Un nouvel épisode de The Mandalorian saison 2 chaque vendredi sur Disney+ depuis le 30 octobre 2020

 

Affiche française

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

commentaires lecteurs votre commentaire !

Gargamouelle
23/11/2020 à 16:08

J'ai jamais vue des cinématiques de jeux aussi bien faites. !
Sérieux respect !!
Par compte si on pouvais m'expliquer comment résoudre ce bug qui m'empêche d'avoir accès au séquence de jeux cela m'aiderais bien.
..
Quoi .?..Pardon ? c'est une série !!..et on est déjà a la moitié de la saison 2 !
Mais ou est l'histoire ?

PG
23/11/2020 à 15:54

Plus les épisodes passent, et plus ça me fait penser à Rebels ou Clone Wars, avec ces attaques de bases ennemies et ces Troopers myopes qui se cachent derrière des caisses dans des hangars. Et quand Asokah va débarquer, ça va se confirmer.
Donc c'est comme Rebels ou Clone Wars : un divertissement sympa et léger, parfois rigolo/mignon dans un univers Star Wars... contexte dans lequel le mando, héros patibulaire, s'inscrit mal à mon avis. Il y a une sorte de décalage, un truc qui cloche.

Lord Sinclair
23/11/2020 à 09:17

Moi aussi j'ai regardé cette madeleine cette semaine. Une madeleine tellement industrielle...
Finalement c'est bien que ça dure 35 mn. C'est moins pénible.
Par contre il faut vraiment faire un truc pour l'entrainement des troopers. A trois fois l'effectif ils sont infoutus de toucher une vache dans un couloir (je ne dis pas ça pour Gina, quoi que...)

Tuk
22/11/2020 à 16:43

Perso, je suis surpris du manques d'accessoires dans la série.
Tout semble vide... Les bureaux, les couloires et meme les cantinas sont incroyablement pauvres en objets. Pas de bouteilles ou de verres qui trainent sur les comptoires par exemple...
Sinon le serie est sympa... Mais juste sympa, rien de plus à mon gout.
Malgré quelques bonne choses, me suis ennuyé devant cet épisode...

zonard45
22/11/2020 à 13:06

Et pour répondre à la fameuse absence de fil directeur. Pas de soucis si tout ça était plus fluide. Mais à chaque épisode, c'est tellement voyant comme le nez au milieu de la figure qu'on a l'impression que les auteurs inventent à chaque fois une nouvelle histoire de façon grossière et in-extremis afin de repousser délibérément la mission principale du mando. Et faire durer l'ensemble.
Cet arc du bébé yoda aurait pu être torché en 1 saison/ 1 saison 1/2...et on aurait pu repartir sur un autre arcs narratif.
Dans le même format très court et pour appuyer mon argumentation, je prends exemple sur la série Ash vs Evil Dead. Pareil ( 30/40 minutes) mais sacrément moins redondants et rébarbatifs.

zonard45
22/11/2020 à 12:49

La qualité des productions a tellement baissé ces 20 dernières années que l'on se satisfait de pas grand chose finalement. Un peu comme le niveau scolaire!
La série est quand même faiblarde. Quand on lit les avis positifs ici, celles-ci ne repose finalement que sur la direction artistique et 2/3 temps forts d'action rondement menés. Ben, heureusement, avec 100 millions de patates. Mais sinon...,? y'a quoi?
J'évacue d'emblée le fil conducteur comme critique. C'est un problème mais bon...je vais taper sur autre chose.
Cette deuxième saison me paraît être un remake/reboot de la précédente...y'a trop d'épisodes qui se ressemblent. C'est dingue! C'est du genre batailles dans les couloirs (souvent vides...), poursuites, "je vais voir un indic qui me dit qu'un mec va m'aider...celui-ci me renvoie vers un autre mec.j'me fais avoir (comme à chaque fois, mais je ne retiens pas la leçon)...je change d'indics...mais je dois aider un copain avant. On a envie de crier au mando: hé mec, reste focus sur ton objectif et arrête de te faire piéger comme un newbie.
Au bout d'un moment, on a le droit de penser que tout cela est trop mécanique, trop stéréotypé, trop prévisible.

Du côté des scénars, c'est aussi faiblard quand même. Et bonjour la facilité.Il y a pleins de petits détails qui me sortent direct du show. 1 ou deux exemples: lors de l'épisode 1 de la saison 1 avec le tracker pour débusquer sa proie. On utilise ce petit gadget au lieu d'une enquête et d'une chasse à l'homme pour débusquer le gibier, si j'ose dire. Pourquoi Werner Herzog emploie le mando alors. Ils savent où est le bébé Yoda, ils n'ont qu'à débarquer à 500 soldats pour aller le choper ( et encore, au vu de la résilience des défenseurs/kidnappeurs, 3 stormtroopers bigleux, as usual, auraient suffit). C'est trop facile d'être un bounty hunter avec ce genre de tracker!!
ça parle ci-dessous des "Clone Wars"...c'était quand même plus dynamique, plus jouissif, plus élaboré, mieux écrit.
Décevant.
J'ai toutefois un espoir que ça va commencer à envoyer du pâté à partir du 5ème épisode. Pourquoi? j'ai remarqué que les scènes utilisées dans les trailers de cette saison avaient toutes été épuisées. Ce qui va venir maintenant, c'est de "l'inédit".
Wait and see...mais franchement, on se satisfait de pas grand chose ces temps-ci!

Joubard
22/11/2020 à 11:33

Perso je me fais chier devant. C'est trop mou et j'ai l'impression de voir un perso de mmorpg faire ses quêtes avant le endgame de l'extension x)

brucetheshark
22/11/2020 à 09:35

Waw ! Je comprends tellement pas les avis négatifs tant je sors de chaque épisode avec une patate d'enfer. Encore ici, j'ai trouvé les scènes d'actions hyper généreuses et le mystère autour du labo très satisfaisant.
Je suis surpris que certains se plaignent du manque de fil conducteur alors que c'est un aspect qui est revendiqué par les créateurs. Si votre plus grand problème avec la série, c'est sa Bible, peut-être qu'elle est juste pas faite pour vous, mais ne voyez pas ça comme un défaut...
De plus, des séries où chaque épisode est indépendant et où le fil conducteur n'est abordé que deux ou trois fois par saison ce n'est pas une nouveauté. De très grandes séries ont toujours fonctionné comme ça, x-files et doctor who par exemple mais ce qui m'étonne encore plus, c'est que c'était déjà le cas sur Clone Wars et Rebels avec des épisodes bien plus fastidieux que ceux que nous offre The Mandalorian et pourtant,je n'entends personne râler sur ces deux séries.

Paamu100
21/11/2020 à 22:39

j'aime qd on me dit que j'ai raison :)
je sais pas si j'ai raison, mais la série a un style, est homogène, fait plaisir et reste rassurante dans le fond d'un côté tout en prenant quelques risques dans le style et le rythme, pourla forme, d'un autre

certains épisodes ont quand même une touche ou ambiance Rebels etc et c'est plutot agréable de sortir du cahier des charges d'un film de trilogie

il est déjà certain que tout ca mènera à la création du Premier Ordre, donc le Plan est déjà là et certainement on découvrira des détails avec une deuxième lecture de la série

de là à dire que c le meilleur épisode de la saison ou de la série je sais pas. Comme par hasard c'est celui où on redécouvre une équipe, des combats de couloir contre des troopers qui savent pas toucher à 5m de distance, des courses de motojet dans un canyon, etc.. c'est justement ce qu'on connait le mieux.

Cépafo.
21/11/2020 à 21:44

@Paamu100 .

Sans doute t'as raison. J'aime bien la série au final. Elle ne me décoit pas à vrai dire. Elle prend même à contre pied tout l'univers qu'on a connu jusqu'ici(evidemment je ne fais pas référence aux comics).

Peut etre que Favreau et les producteurs ont un plan défini qui ont une corrélation avec la prochaine trilogie comme tu dis. Je pense aussi.

Mais bon je chipotte sans nul doute . Je n'ai pas encore vu l'épisode 4 . aparemment on m'a dit que c'est le meilleur depuis le début de saison.

Plus

votre commentaire