Snowpiercer saison 2 épisode 8 : les jeux sont faits, rien ne va plus sur Netflix

Mathieu Jaborska | 16 mars 2021 - MAJ : 17/03/2021 15:53
12
photo, Sean Bean, Daveed Diggs

Rien ne va plus à bord du Snowpiercer. Cet épisode est peut-être le plus sombre de la série jusqu'ici, grâce à un Sean Bean machiavélique.

La planète culture pop a beau se passionner pour l'omniprésent Snyder Cut ou la fin de WandaVision, certains passagers préfèrent rester fidèles au rythme tranquille des deux trains, lesquels filent depuis déjà huit semaines. Cependant, ils commencent à apercevoir la lumière au bout du tunnel. À deux épisodes de la fin, la série concrétise ses promesses et ouvre un champ des possibles assez excitant.

Attention, spoilers !

 

photo, Sean BeanLe loco et la loco

 

Le vif du sujet

Outre sa mise en scène, toujours indigne de la bande dessinée et du film de Bong Joon-ho, le principal défaut de Snowpiercer est probablement le nombre de personnages qui s'y entrechoquent et s'y croisent sans qu'on s'attarde plus de quelques minutes sur leur sort. Même Layton, à l'origine le protagoniste numéro 1, s'efface peu à peu derrière sa fonction de chef, laissant la place à une trouzaine de rôles secondaires apparaissant aléatoirement à l'écran.

Néanmoins, comme nous le spécifiions dans notre critique, l'épisode précédent a pris soin de refermer la plupart des arcs narratifs en cours. Certes, les scénaristes ne peuvent s'empêcher de renouer avec leurs vieux démons puisqu'ils introduisent encore un nouveau personnage (la femme de Roche) et concrétisent une romance dont on se moquait éperdument, tant les personnalités concernées étaient survolées dans cette saison 2. Mais ce 8e chapitre peut donc se concentrer sur l'essentiel, à savoir le plan de Wilford, et la difficulté de Layton à fédérer ses troupes.

 

photoC'est ce qui s'appelle s'aérer les idées

 

Les sombres desseins de l'antagoniste, soulignés au stabilo dans les sept cliffhangers passés, se concrétisent enfin. Le monstre de Frankenstein Icy Bob était en fait moins une arme de guerre qu'une manière très alambiquée d'outrepasser l'absence de combinaison anti-froid. En passant par le toit, il sabote les systèmes du Snowpiercer, afin de forcer les ingénieurs à laisser Wilford monter à bord, et emporter définitivement l'adhésion du peuple, ce qui suffit apparemment à acter son coup d'État.

Une ultime manigance bien bancale, trahissant les gros défauts d'écriture de la série. Passons sur le personnage d'Icy Bob, passé de mini-boss amusant à absurdité narrative. Le reste du plan du méchant se heurte à quelques incohérences flagrantes. Pourquoi avoir introduit un dôme panoramique dans les épisodes précédents si Bob peut se balader sur le toit sans alerter personne ? Comment Layton, dans une situation si critique, a-t-il pu laisser son ennemi, ne serait-ce que s'approcher à moins de deux mètres du haut-parleur ? Et en quoi redémarrer le train dans l'enthousiasme général lui garantit-il une place dans la locomotive ?

 

photoLes serveurs d'Ecran Large le jour de la sortie du Snyder Cut

 

Sean et ses moutons

La maladresse de l'évènement tient surtout aux ambitions de la saison 2, qui comptait bien traiter du personnage de Wilford, la vraie vedette de cette salve d'épisodes. Malheureusement, à force de faire survivre d'innombrables sous-intrigues, son duel avec Layton perd de sa puissance thématique, et entraîne ces confusions.

C'est bien dommage, car l'emprise que Wilford a sur la Belle Alice et le Snowpiercer est un sujet passionnant, et il faut reconnaître que les mécaniques psychologiques qu'il emploie, si elles ne sont pas des sommets de subtilité, ont quelque chose de jouissif. C'est bien l'inéluctabilité de la prise de pouvoir de cet épisode qui faisait tenir le public jusqu'ici. Alors qu'on s'attendait à un affrontement en bonnes et dues formes, une sorte de contre-révolution, le dictateur en puissance s'appuie sur des méthodes qui sont l'apanage de la bourgeoisie installée. La classe populaire ne peut compter que sur ses armes. L'aristocratie a au contraire pour elle son pouvoir symbolique, son capital initial et un certain culte de la personnalité.

 

photoLe symbole d'une bataille idéologique

 

La saison 2 a beau reproduire les erreurs techniques de la saison 1, elle crée surtout un effet de miroir avec l'ascension brutale du héros. Le choix de Sean Bean en anti-Layton s'impose comme une évidence. L'acteur lui-même possède un véritable pouvoir symbolique, c'est autant une icône que son personnage. De plus, son implication dans le rôle, indéniable, en rajoute encore une couche. Bean prend un malin plaisir à jouer les salauds opulents et charismatiques, à se répandre en rictus et airs nasillards.

Wilford restera définitivement comme le point fort de cette saison. On se demande donc ce qu'il va se passer dans le final, découpé en deux épisodes. Après cette mise aux fers relativement pathétique, le récit doit encore se rattacher au cliffhanger de l'épisode 6. Nul doute qu'Alexandra Cavill, aux abonnés absents dernièrement, sera la clé pour contrer le pouvoir autoritaire qui va doucement se remettre en place. La fin de cette saison 2 rejouera-t-elle toute la saison 1 en deux épisodes ? Réponse la semaine prochaine.

Un nouvel épisode de la saison 2 de Snowpiercer sur Netflix chaque mardi en France dès le 26 janvier 2021

 

Affiche US

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
commentaires lecteurs votre commentaire !
Gecko
18/03/2021 à 22:12

J'adore la série, mais comme l'auteur j'ai rien compris à cette prise de pouvoir de Wilford qui ressemble davantage à un abandon de Layton ce qui n'a aucun sens.
Quand à Ice bob, je me suis aussi demandé l'interet de l'envoyer à poil à l'extérieur alors que le moindre péon en combi aurait fait le meme taf...
Le pire épisode de toute la série, j'ai peur pour le final maintenant...

Fafa13
18/03/2021 à 12:54

La critique est à mon sens justifiée, j’adore la série mais quand c’est bâclé faut le dire. A deux épisodes de la fin il est normal qu’on s’interroge sur la qualité du final à venir.
Pour ma part je rejoins l’avais d’un commentaire : l’avenir se jouera entre plusieurs femmes.

Atlantis251
18/03/2021 à 11:26

Moi qui trouvait que cet épisode était probablement le meilleur jusqu’à présent. Je suis tombé sur cette critique et je dois dire qu’on ressent le subjectif de l’auteur pas mal qui n’aime pas la série et essai de nous convaincre de son avis.

Manima
17/03/2021 à 22:16

Si on ne comprend pas la série et si on ne l'apprécie pas autant garder son avis pour sois mettez vous dans la peau des personnages avant de faire une critique aussi nul et vaste le bob en question monte sur le train parce qu'on lui fait faire des tests et je cite " sa mission" je n'invente rien on l'entend bien quand il est au service de soin
Sur ceux bonne soirée

Blanche neige
17/03/2021 à 22:09

L'épisode 8-S2 était passionnant. Tout l'intérêt de la passe d'armes est la non-violence justement.
Layton est mis en échec, mais est-il pour autant Mat ? 3 femmes détiennent certainement les clés de la fin de cette S2.

Bob chaud
17/03/2021 à 18:29

Bonjour à tous cette série est passionnante malgré que les critiques cela dit quand des personnes critiquent le scénario et qu'ils se régales de séries beaucoup plus incohérentes

Gsi
17/03/2021 à 14:38

N'importe quoi cette critique, on sent que l'auteur n'aime pas la série, comme d'autre dans les commentaires, alors déjà si layton laisse Wilford faire son communiquer c'est a cause des 10 min avant ce moment ou layton ce rend compte que sans wilford le transperceneige (au cas ou pour l'auteur qui ne connaît pas la traduction de snowpiercer.. ) n'aurais jamais été réparé, il ce rend compte des lacunes qu'il possède par rapport au transperceneige, plus le fait que une trop grande partie des passager sont favorable au retour de wilford, la seul autres personnes ayant les compétences de gérer totalement le transperceneige c'est Mélanie qui connaît aussi bien le train que wilford, quand au dome d'observation son nom parle de lui même, personne ne peut survivre dehors, a quoi bon surveiller??? Même bob après une si longue escapade n'échappera a son triste sort...

Elo dit
17/03/2021 à 10:42

Je suis plutôt d'accord avec la critique. Je me suis lassée au fur et à mesure des épisodes de cette saison. Je n'ai pas vu le dernier, je ne suis pas sûre d'aller voir la fin de saison. Trop éparpillé, trop mou, sans profondeur. Bref, je quitte le train.

Lili
17/03/2021 à 08:18

Cette série est toujours passionnante en débit des critiques debiles et incohérentes qui sortent à la suite de chaque épisode. Dans l'épisode de hier j'étais quand même un peu déçue de la facilité de wilford à reprendre le pouvoir... Mais bon.... À mardi prochain...

Dixon53
17/03/2021 à 07:23

Ça en était risible, ça en devient puéril toutes ces critiques qui ne sont que le fruit d'un avis personnel d'une personne qui veut en faire un avis général. Chaque semaine je me demande ce qui est le pire entre l'épisode lui-même et la critique qui va en sortir sur Écran large et je commence à me faire mon idée.

Plus
votre commentaire