La Voie du tablier : critique qui ne se ménage pas sur Netflix

Flavien Appavou | 8 octobre 2021 - MAJ : 08/10/2021 18:36
Flavien Appavou | 8 octobre 2021 - MAJ : 08/10/2021 18:36

Tiré du manga éponyme publié chez Kana, écrit par Kosuke Oono,  La Voie du tablier est adaptée en anime et cinq premiers épisodes ont été diffusés sur Netflix au printemps. L'automne arrivant, les cinq autres épisodes de la saison 1 sont enfin arrivés sur la plateforme au Tudum. Un anime gag, mais qui ne fait pas forcément rire surtout à cause de son animation bien flemmarde. 

Yakuza ménager

À l'origine, La Voie du tablier est un manga écrit par Kosuke Oono. Publié chez Kana, il met bout à bout des histoires courtes de la vie quotidienne d'un Yakuza reconverti en homme au foyer. Celui-ci s'appelle Tatsu, il était un boss Yakuza célèbre et craint de tous. Surnommé le "Dragon Immortel", Tatsu se retire de ce monde dangereux pour soutenir Miku, sa femme, dans sa carrière. Il met toute son ardeur et son honneur dans sa nouvelle tache d'être l'homme au foyer parfait, nettoyant l'appartement, cuisinant pour sa femme et ses amis, faisant les courses et toutes ces petites choses que l'on peut faire au quotidien. 

L'histoire propose un décalage plutôt rigolo entre l'image d'un homme au foyer classique et l'image patibulaire de Tatsu, faisant peur à la commerçante ou aux enfants et tenant des propos très ambigus sur les rapports entre la gestion d'une maison et la gestion d'une "famille de yakuza". De même, les rencontres avec ses anciens camarades se soldent souvent par un tête contre tête culinaire (oui, oui, ils sont très proches), de chanson ou même de sport aux règles plutôt imprécises. Le manga et l'anime montrent aussi la relation qu'à Tatsu et Miku, ainsi que leur regard au monde. C'est plutôt frais et débile.

 

Screenshot 5Yakuza Dance

 

Animation au bicarbonate de soude 

Là où le bât blesse, c'est vraiment au niveau de l'animation. Même si les gags sont plutôt attendus et que la relation des personnages est plutôt touchante et marrante, l'animation est vraiment flemmarde et tellement nulle. Nulle pour dire qu'il n'y a tout simplement pas d'animation. La Voie du tablier n'est pas un anime, mais un motion design.

C'est affligeant. Le studio de production J.C Staff, qui était quand même derrière l'excellent Excel Saga, ou encore le très beau Honey and Clover, pour ne citer qu'eux, prend le parti de faire de La Voie du Tablier un anime ultra gagesque, avec le moins d'animation possible. Le réalisateur Chiaki Kon accompagné au scénario par Susumu Yamakawa, enchaîne juste les transitions entre les dessins. 

Des effets de zoom (comme sur l'image au-dessus), sont effectués pour donner un peu de mouvement, mais le reste est quand même très pauvre. Même les expressions et les dialogues sont très très peu animés, juste la bouche et encore, parfois, on se contente d'une image fixe qui répond à l'autre. C'est très perturbant de voir ce genre d'animation, à l'heure des Demon Slayer, Megalo Box, Vinland Saga... et on pourrait en citer dix mille autres. Cette facilité et cette flemmardise constante pour un anime gag sont vraiment consternantes.

 

Screenshot 4                                                                                                                  Clean d'animation 

 

Si on prend Saiki no Kusuo, un autre animé sur Netflix qui est aussi du pur gag, le travail n'est certes pas au rendez-vous tout le temps, mais il a le mérite d'être mené jusqu'au bout. Le pire, c’est que  certains dessins sont parfois très beaux et bien proportionnés. Le visuel est chiadé et charismatique, les expressions bien travaillées, mais c'est tout. 

Avec la coupure entre les deux parties de la saison 1, on aurait pu s'attendre à une amélioration technique et ce n'est absolument pas le cas. C'est même pire, aussi bien dans les proportions des visages que dans l'animation. Il y a un peu plus de mouvement certes, mais les enchaînements de plans en contre plongée, de zooms, de découpages en cases et de travellings (d'images) est systématique dans un épisode. C'est monté avec le même patern sur chaque mini-épisode que ça en devient vraiment lassant. 

 

Screenshot 1Tu en reprends ?... Non

 

Sound Design au vinaigre d'alcool 

Le seul truc qui sauve à peu près l'anime, c'est vraiment l'interprétation des seiyus (comédiens de doublage) et le sound design, car pour compenser les images fixes, il faut bien mettre de la vigueur quelque part... Chaque épisode ou mini épisode de la série contient son lot de sound effect pour remplir le trou béant de l'animation. Et ça fonctionne la plupart du temps. 

Heureusement, donc, que les seiyus et principalement l'interprète de Tatsu, Kenjiro Tsuda, transcende l'animation. Celui-ci est une voix plutôt connue des animes. Avec son timbre grave et chantant, un peu érayé, il arrive à donner encore plus corps à Tatsu. Kenjiro Tsuda avait même joué le rôle de Tatsu dans la bande-annonce live du manga au Japon. Sa prononciation et son engouement sur chaque parole fait mouche, et elle fait vraiment sourire.

 

Screenshot 3Même les décors sont pauvres

 

De même que pour l'interprétation de Miku, par Shizuka Ito, qui passe d'une voix semi-fluette à une voix grave en un quart de seconde. On sent le vrai plaisir qu'ont les comédiens à doubler ces personnages excentriques. À la limite, si l'animation n'existait pas et qu'on écoutait uniquement le doublage, ça marcherait tout aussi bien. C'est quand même bête pour un anime... On continuera de se questionner un moment sur le parti-pris de la réalisation de La Voie du Tablier. Ce n'est pas parce que c'est un manga gag qu'il faut en faire un gag visuel. 

Les 10 épisodes de la saison 1 de La Voie du Tablier sont disponibles sur Netflix.

 

 

Affiche officielle

Résumé

La Voie du Tablier est un "anime" très gag, un peu répétitif, qui fait sourire, mais qui est vraiment trop pauvre visuellement. Au pire, écoutez l'anime en lisant le manga. Ça sera mieux.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(2.0)

Votre note ?

commentaires
Jo le clodo.
09/10/2021 à 12:55

Oui, mais y'a pas d'alcool.

Twisterfaded
09/10/2021 à 11:57

Je vois pas l utilite de mettre beaucoup d animation si c pour voir quelqu'un faire du ménage je trouve ça très bien comment ça fais dans le sens ou pour chaque image ce sont des mini ellipses qui font que ça sa doit reste une petite histoire de 2 voir 3 min sinon ça prendrais trop de temps pour faire une histoire courte ça prendrais 5 voir 10 min pour chaque épisode si ils doivent mettre de l'animation.

Pulsart in Astris
09/10/2021 à 11:22

La réalisation est particulière, mais c'est assumé par e studio. Je trouve ça bien de voir ce type de procédé. Ça change et ça fait du bien de découvrir cette proposition. Artistiquement parlant ça du sens, c'est décalé, non chalant. Ça apporte quelque chose de frais. Et finalement on a presque l'impression de voir le schéma imaginaire que chacun se créer en lisant un manga. Inconsciemment notre cerveau fait le lien entre deux cases d'une planche. Et j'ai l'impression que c'est ainsi que le réalisation à été pensé. Elle est faite pour
parler aux lecteurs du manga. D'ailleurs ce n'est pas pour rien qu'une version live arrive.

EL Reader
09/10/2021 à 01:57

"Ce n'est pas parce que c'est un manga gag qu'il faut en faire un gag visuel" : alors personnellement je pense que si ! La réalisation pauvre est un parti pris, ça ne se prend pas au sérieux et je trouve que ça fonctionne. Je me suis marrer à chaque épisode, c'est débile, et de voir à quel point les personnages secondaires sont si mal dessinés je trouve que ça participe au gag.

Pi
08/10/2021 à 20:09

J'ai vu la version live. Les deux premiers épisodes sont drôles et surprenant, après ça ronronne et ça ne raconte rien.

votre commentaire