Une affaire française : critique voyeuriste du petit Grégory sur TF1

Camille Vignes | 27 septembre 2021
Camille Vignes | 27 septembre 2021

Peu importe que le tourbillon médiatique de l’affaire du petit Grégory ait tout emporté sur son passage entre les espoirs, les rêves, la liberté ou simplement la vie de certains de ses protagonistes. Ce fait divers fascine depuis cette longue soirée du 16 octobre 1984, où les époux Villemin ont vu le corps de leur fils de 4 ans sortir de la Vologne. Cette affaire sordide, personne ne l’a encore résolue, malgré des réouvertures régulières d’instruction. Tirer Une affaire française de ce drame, voilà donc un programme bien voyeuriste qui tente de l'éclairer d’une nouvelle lumière.

PIEDS ET POINGS LIÉS

Difficile de ne pas remarquer la recrudescence d’intérêt général pour les crimes, les histoires sordides et les faits-divers en tout genre. Il n’y a qu’à se balader cinq minutes sur internet pour remarquer que ses réseaux sociaux et autres plateformes de streaming regorgent de documentaires, de docu-fictions ou de films et séries carrément romancés sur des histoires de crimes, de meurtres et des biographies de tueurs plus ou moins sanguinaires (coucou Netflix).

Chaque rentrée, la France semble trouver sa nouvelle coqueluche dans une ancienne histoire. En 2020, c’était l’affaire Dupont de Ligonnès qui peuplait toutes les conversations, et qui envahissait avec peu de brio les écrans M6 grâce à Un homme ordinaire. Et cette année, pas loin de 40 ans après les faits, après moult rebondissements et déjà quelques programmes dérivés, c’est l’affaire Grégory Villemin, ou l’affaire du petit Grégory, qui est de retour sur le devant de la scène.

 

photo, Blandine Bellavoir, Guillaume GouixVous reprendrez bien un peu de voyeurisme

 

Après L'Affaire Villemin, une fiction portée par France 3 puis Arte sortie au milieu des années 2000, et un documentaire Netflix sorti courant 2019 (Grégory), TF1 sort donc finalement sa série inspirée du drame de la mort de Grégory. Cette série, créée par Jérémie Guez et réalisée par Christophe Lamotte, est dans les petits papiers de la chaîne depuis longtemps et c’est d’ailleurs une des raisons qui avait poussé la journaliste Laurence Lacour à adapter son livre Le Bûcher des innocents avec Raoul Peck.

Cette histoire, rien n’est vraiment inconnu, ni les visages des acteurs choisis ni les noms Villemin, de Lambert, de Laroche, de Sesmat, ni non plus la débâcle journalistique ou les errances judiciaires. Tout est familier, comme issue d’un imaginaire collectif.

 

photo, Blandine Bellavoir, Guillaume GouixDrame familial

UN LONG FLEUVE TRANQUILLE

D’un point de vue purement technique, la reconstitution de la France des années 80, au sortir des tentes glorieuses, est frappante de sobriété — maître-mot qui aura motivé toute la production de cette première saison d’Une affaire française.

On retrouve avec fidélité le fameux salon de cuir des Villemin, potentielle source de jalousie aux alentours, les voitures aux lignes si caractéristiques de ces années-là, ou encore les garde-robes qu’il semblerait presque qu’on ne les a jamais quittés. Même si certains détails semblent avoir été repensés avec des yeux nostalgiques typiques de notre époque, le tout ne laisse quand même que très peu de place aux écarts de mauvais de goût et volonté d’appâter par des gimmicks bien connus.

 

photoQuand la télévision n'épargne rien, quitte à choquer

 

Et surtout, Une affaire française prend son temps. Elle ne se précipite pas dans le grandiloquent le plus total et n'abuse pas d’effet de pathos pour retenir son public. Même si par moment, son souci du réalisme frise la curiosité malsaine, comme la sortie de l’eau de ce petit corps meurtri et bâillonné, la forme de la série ne laisse que peu de chose au hasard et au sensationnalisme.

Même si les acteurs pâtissent du point noir de la série (on y reviendra), même s'ils peinent à donner une dimension complètement humaine à leur personnage, l’indignation et la souffrance des parents, la révolte des juges, des policiers, de tous les personnages qui, de près ou de loin, ont été affectées par cette histoire, ont toujours ce qu’il faut de véracité pour rendre justice aux personnes derrières les personnages. Par exemple, Guillaume de Tonquedec, mortellement ennuyeux dans Ils étaient dix, retrouve avec son interprétation du gendarme Étienne Sesmat ce qui fait de lui un acteur passionnant. Tandis que Guillaume Gouix et Blandine Bellavoir percent l’écran dans le rôle des époux Villemin.

 

photo, Blandine Bellavoir, Guillaume GouixGuillaume Gouix et Blandine Bellavoir, excellents dans leur rôle

 

TENONS COMME VÉRITABLE TOUT CE QUI EST PLAUSIBLE

Une affaire française ne prétend pas connaître la vérité sur l’affaire du petit Grégory, une enquête rouverte une petite dizaine de fois en 37 ans. Elle a au moins la décence de respecter cette douloureuse ignorance qui habite la famille Villemin depuis tant d’années. Ce n’est pas là que le bât blesse et, au regard de la quantité pharaonique de choses qui ont été écrites, dites, qui ont détruit un à un les personnes engagées dans cette histoire, il aurait été de mauvais ton d’essayer.

Là où le bât blesse, c’est justement dans l’historique même de cette affaire. Car la série va au-delà de l’enquête et des jugements. En appuyant particulièrement son propos sur la responsabilité des journalistes et des médias dans cette histoire, Une affaire française veut montrer à quel point cette enquête a été un véritable bourbier. Un fait-divers sur lequel toutes les instances, la police, le parquet, les journalistes et même la famille Villemin-Laroche, se sont cassé les dents. Elle dépasse la dimension humaine d'un drame pour s'attaquer à sa dimension institutionnelle. 

 

photo, Guillaume De Tonquedec, Laurence Arné, Michaël Abiteboul, Michaël Youn, Stanley WeberUne affaire de journaliste, pas une affaire d'homme

 

En faisant une nouvelle fois le choix de regarder cette histoire d’un point de vue journalistique, par le biais du personnage de Jeanne Lombardie (certainement librement inspirée de Laurence Lacour, cette ancienne journaliste d’Europe 1 qui avait contribué à forger l’affaire Grégory avant de se repentir grâce à son livre), TF1 retombe dans ce même problème qui traverse cette histoire depuis le début.

Non seulement, cette journaliste inventée pour l’occasion n’a pas grand-chose à apporter à l’histoire, tant par ses propos qui se veulent modernes que par le jeu d’actrice de Laurence Arné dont le ton est toujours un peu côté de la plaque. Mais en plus, le fait de prendre un point de vue journalistique, même s'il est en désaccord avec le discours ambiant de l'époque, annihile la possibilité de faire une vraie critique de cette machine à vendre du papier, des mots et de la (dés)info.

Deux nouveaux épisodes chaque lundi soir sur TF1 depuis le 20 septembre 2021. La série sera disponible en intégralité sur Starzplay dès le 31 octobre.

 

Affiche officielle

Résumé

Il manque quelque chose d'humain dans la manière dont TF1 appréhende l'affaire du petit Grégory. Si elle ne pêche pas par sa forme, si elle tente de rendre justice à tous les protagonistes de ce drame, le regarder une énième fois par le prisme du journalisme reproduit ce même problème qui l'a envenimé il y a bientôt quarante ans.  

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(0.8)

Votre note ?

commentaires
Brigitte
04/10/2021 à 22:12

Je trouve cette série très bien, et cela nous permet de comprendre cette affaire.
Honte aux médias, et surtout à ce flic, on comprend de suite qu'il déteste les femmes, certaines ont dû lui refuser certaines de ses avances !
Et que dire de Murielle Bolle, elle raconte et après elle se rétracte
Pourquoi avoir raconter cette histoire si celle ci est fausse.
Je pense qu'elle a subi la pression de la famille, honte à elle.
A 15 ans on comprend la vie et on ne raconte pas n'importe quoi.
Je félicite la gendarmerie.

Jackie
04/10/2021 à 11:12

Affaire non élucidée !!! Pourquoi en faire une affaire malsaine ! Où est la vérité dans tout ça ?
Seuls cette famille l’a connaisse la vérité…
Si au moins cela pouvait faire réagir le ou les corbeaux et enfin sortir de l’ombre et si les habitants de ce village pouvaient enfin dévoiler leurs secrets ? Alors là oui ça en vaudrait la peine…

Belle serie
28/09/2021 à 21:05

J ai vraiment trouvé cette série très bien et ça m a permis de me rendre compte combien les médias avaient harcelé les parents du petit Grégorie,et le mal qu ils leur ont faient,ils ont été atroces et l'enquête mal menée à l époque !je ne trouve en aucun cas que ce soit du voyeurisme bien d autres films ont eue lieu sur d autres affaires faut arrêter je pense !..C est aussi garder la mémoire du petit Grégorie vivante.Bravo a cette belle brochette d acteur qui ont joues dans la série !

Jeannot
28/09/2021 à 09:55

Faire un téléfilm sur cette affaire non résolue n'apporte rien
Ce n'est que du voyeurisme fait pour gagner de l'argent.
Honte à TF1 qui diffuse ce programme.

Guéguette
28/09/2021 à 08:49

Je plussoie sur le cheap. Les années 80 sonnent faux, comparez à Louloute, film à tout petit budget sorti cet été...De bons acteurs qui jouent faux, on sent qu'il n'y a pas de réal à proprement parler.
J'ai pas tenu 2 secondes, c'était chiant, sans point de vue, sans mise en scène.

Kelso
28/09/2021 à 00:09

Etonnant quand même que TF1 aie pu la diffusée en fin de compte, au dernières nouvelle la famille n'avait pas été mise au courant de cette série (on fait une série sur eux et on ne leurs demande pas leur avis, fort quand même) et pensais faire valoir ses droits en justice. Mais bon peut-être qu'un cheque à réglé le problème ou alors ils ont pu voir les épisodes de la série et ont été convaincus de la bonne interprétation de la réalité.

Geoffrey Crété - Rédaction
28/09/2021 à 00:06

@Mokuren

Je pense que c'est bien mal nous connaître, et le site regorge de preuves de films ou séries français sur lesquels nousa avons des avis (très) négatifs. On nous reproche tous les 3 jours d'être trop indulgent / trop méchant avec quantité de choses (le cinéma français, le cinéma américain, tel réalisateur, tel genre, tel franchise etc), selon le sens du vent ou la vision de la personne en face.
Et ce n'est pas parce que nous avons un avis différent du vôtre, que notre opinion est biaisée. On préfère toujours voir le lieu d'un débat que la preuve que l'Autre pense mal.

Mokuren
28/09/2021 à 00:03

Je pense vraiment, sans vouloir vous vexer, que vous baissez automatiquement vos standards de critique juste parce que c'est français. Si cette série était américaine ou anglaise, vous n'auriez pas hésité à pointer la platitude de la réalisation, l'absence de rythme, la photographie terne et le jeu médiocre des acteurs. Mais non, car c'est français. Donc automatiquement, sans même vous en rendre compte, vous vous montrez indulgents.
Et c'est ainsi que les équipes de séries françaises, qui ne se prennent jamais la raclée qu'elles mériteraient de la part de la critique, n'apprennent jamais rien et s'enlisent dans la médiocrité. Et on s'étonne que le public préfère regarder des séries américaines, anglaises, espagnoles, israéliennes, coréennes...
Il serait beaucoup plus constructif de saquer cette série insipide, au vu du sujet grave dont il est question. Mais bon, c'est français, donc...

Sharko
27/09/2021 à 22:54

C'est cheap comme série.

Gregdevil
27/09/2021 à 21:46

@Kyle
+1

Plus
votre commentaire