My Hero Academia saison 5 : critique super-vilaine

Elliot Amor | 27 septembre 2021 - MAJ : 27/09/2021 17:46
Elliot Amor | 27 septembre 2021 - MAJ : 27/09/2021 17:46

Démarrée en 2016 sur les petits écrans japonais, l'aventure des aspirants héros continue dans cette cinquième saison de My Hero Academia. Le studio Bones, toujours aux commandes, semble vouloir nous préparer tout doucement à une suite douloureuse.

Fouet Noir

Après une seconde moitié de saison 4 plutôt légère, on s'attendait à ce que cette cinquième saison démarre fort. Eh bien non. Le premier arc met en scène une succession de matchs entre deux classes du lycée UA. Et waouh, trop cool, les seconde B ont atteint un niveau égal aux seconde A, c'est génial, y a même une fille qui fait pousser des champignons ! Mais on s'en fiche un peu, non ? Alors oui, certes, ce petit arc est livré avec son lot de bagarres souvent intéressantes (et prévisibles), mais le nouvel alter de Midoriya est l'élément qui nous donne l'impression que l'intrigue avance (et un peu l'ascension de Shinso, si vous voulez).

On ne sait pas encore trop quoi penser de cette évolution si soudaine chez le protagoniste. Après tant d'années, le One For All est-il enfin prêt à libérer sa pleine puissance ? Réagit-il à une force extérieure comme All For One ? Ou comme le côté obscur de la Force ? À première vue, ce nouveau pouvoir ne semble pas très palpitant, il s'agit de rubans énergétiques qui sortent de la main d'Izuku. Mais en y réfléchissant, on se dit qu'il va pouvoir faire des combos sympathiques comme Eraser Head et Sero (celui qui lance du scotch avec ses coudes).

 

photoDe l'amour sur un champ de bataille

 

Après un arc majoritairement oubliable, les élèves de UA s'organisent une petite fête de Noël. Cela nous paraît effectivement très anecdotique (et nian-nian), mais lorsque la voix off de Midoriya nous dit qu'il s'agit d'un des derniers moments de bonheur partagés avec ses camarades, ça donne envie de retenir cette scène nian-nian. Car peut-être que nous pleurerons en revoyant la fameuse scène dans quelques années, lorsque le manga et l'anime seront terminés et que nous saurons ce qui attend les personnages.

Nos héros en herbe commencent ensuite leurs stages chez les super-héros professionnels (oui, encore). Mais la hype monte quand on voit Midoriya et Bakugo se joindre à Shoto dans l'agence d'Endeavor. Trois des prodiges de la seconde A devenant les apprentis du numéro 1 des héros ? On dit oui. Et on n'a pas envie de dire qu'il ne se passe rien durant cet arc, on sent très bien que les quelques péripéties ont pour vocation de mettre en place des événements majeurs de la prochaine saison.

Mais c'est bien le problème, il n'y a que ça. Certes, on voit le trio des prodiges sauver le grand frère de Shoto avant Endeavor, ce qui nous montre à quel point ils ont progressé. Mais cet entraînement ne sert qu'à préparer la suite des événements qui n'auront pas lieu avant la saison 6. Nous avons vaguement (mais alors très vaguement) l'impression que la relation entre Izuku et Katchan commence à s'améliorer, même chose entre Shoto et sa famille. Il ne reste qu'à voir où tout ça va nous mener.

 

photoLe genre de split screen qu'on aime

 

My Villain Academia

Un des points forts de la série est son adaptation de l'arc My Villain Academia (soit le tome 24 du manga). L'intrigue suit le principal groupe d'antagonistes, communément appelé l'Alliance des super-vilains, et en particulier ce psychopathe de Tomura Shigaraki, l'héritier d'All For One. Cela fait tout d'abord très plaisir de revoir ce groupe qu'on a très peu vu dans la saison 4 (et qui a perdu la moitié de ses membres).

Parmi les disciples d'All For One, il y a un personnage nommé Gigantomakhia (qu'on a pu apercevoir brièvement dans les saisons 2 et 4) qui s'avère être une force de la nature. Eh bien ce géant va faire office de MacGuffin dans cet arc. Daruma Ujiko, le savant fou à la solde d'All For One et créateur des Brainless, promet à Tomura de le rendre encore plus puissant s'il parvient à dompter Gigantomakhia.

Et donc, pendant que les antagonistes se battent pour cette cause perdue (Gigantomakhia étant une sorte de Doomsday), le groupe est provoqué par l'Armée de Libération des Super-Pouvoirs, une sorte de secte mélangée à un parti politique et une société capitaliste. Shigaraki a donc une idée à la fois simple et géniale : laisser ses deux problèmes se mettre sur la tronche.

 

photoGrozilla

 

Et comme Makhia fait une bonne sieste réparatrice, nos vilains préférés vont devoir ouvrir les hostilités à 6 contre 110 000... Trop facile. Et pour bien nous faire patienter avant l'arrivée du deus ex machina, quoi de mieux que quelques flashbacks qui reviennent sur les origines des personnages ? Tout d'abord, le scénario nous épargne les origin stories de Mister Compress et Crematorium ; qui est clairement le frère décédé de Shoto (ce n'est qu'une hypothèse). Par contre, hormis celui de Tomura, les flashbacks ne sont pas si intéressants.

C'est en revanche les évolutions des personnages après leurs flashbacks qui sont formidables : Twice a de nouveau confiance en lui et devient badass, Himiko parvient à imiter les alters des autres, Spinner se fait empaler et Tomura libère la pleine puissance de son alter destructeur. On a l'impression de voir des héros de shōnen dépasser leurs limites pour protéger leurs camarades, alors que nous regardons littéralement des antagonistes qui vont par la suite s'entretuer avec les protagonistes.

La prouesse de Tomura est alors de vaincre son adversaire Re-Destro, leader de l'Armée de Libération des Super-Pouvoirs, sans le tuer. Au contraire, Re-Destro se prosterne devant l'héritier d'All For One qui a désormais la carrure d'un dieu de la destruction. Et après une telle origine story qui s'est longtemps fait attendre, on n'a plus aucune raison d'espérer voir Tomura redevenir saint d'esprit. On espère que l'entraînement d'Izuku portera ses fruits lors de la bataille finale parce que son némésis va faire pleurer beaucoup de gens.

 

photoBeerus-sama

 

À quand la vraie bagarre ?

Tout ça pour dire que cette saison 5 ne nous donne pas vraiment le sentiment qu'il s’est passé grand-chose. Nous restons, hélas, un peu (voire beaucoup) sur notre faim. Même au niveau de l'animation, nous n'avons pas eu de claque visuelle comme lors des saisons précédentes. Heureusement que la fin du combat qui oppose Tomura à Re-Destro parvient à sortir du lot. Pour le reste, il y a beaucoup de freeze frames (loin d'être moches) et assez peu d'animation lors des combats qui paraissent moins importants. On pense notamment aux courts affrontements avec Makhia qui sont en deçà de ce qu'on a pu voir avec d'autres géants.

La direction artistique est évidemment toujours aussi efficace. Même si certains types de décors commencent à devenir redondants, on ne se lasse jamais des petites bouilles de Midoriya et ses camarades. Mais en ce qui concerne les méchants, leurs conceptions nous font comprendre que les personnages ne sont pas bien dans leurs têtes et qu'ils ne comptent pas consulter qui que ce soit. La plupart d'entre eux ne jurent que par le chaos et la destruction tout en voulant prendre soin de leur bande. C'est beau.

 

photoIls mettent quoi dans leur thé ?

 

Rien de très nouveau dans les thèmes musicaux, mais le compositeur Yuki Hayashi a l'air très inspiré par Tomura Shigaraki dont le combat contre Re-destro est accompagné par de belles partitions de guitare électrique. En plus d'aider à rendre le personnage très charismatique, l'instrument se marie bien avec sa distorsion mentale.

Évitons d'oublier la qualité des scènes dans lesquelles Izuku entre en contact avec ses prédécesseurs. La conversation qu'il a avec Lariat, le cinquième détenteur, est le genre de scène qu'on attendait depuis longtemps et on regrette de ne pas en avoir eu au moins une de plus. Et on sait que Bones sera capable de rendre ces conversations psychiques encore plus belles, ils ont fait Fullmetal Alchemist: Brotherhood, après tout.

La saison 5 de My Hero Academia est disponible en intégralité sur la plateforme Anime Digital Network depuis le 25 septembre 2021.

 

Affiche officielle

Résumé

My Hero Academia vient de nous présenter sa saison la moins bouleversante (en n'étant pas loin derrière la 4).On sait évidemment les prochaines enverront du très très lourd et l'attente va être longue et la lecture du manga va beaucoup nous tenter. Et il faudrait peut-être que Bones arrête de produire un film en parallèle d'une saison, ce n'est qu'une suggestion (même si on a envie de voir My Hero Academia: World Heroes' Mission).

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(0.0)

Votre note ?

commentaires
pierrot
28/09/2021 à 16:39

saison 5 tellement nullll... je m'ennuis à chaque épisode, j'ai l'impression de voir des fillers.
La fin rattrape quand même mais franchement, on peut sauter 70 % des épisodes sans être perdus.... Autant qu'ils adaptent le très bon spin-off Viligante Illegals..

ORaluKa
28/09/2021 à 00:15

Pour ma part je reste très déçu de l’animation.
Depuis la saison 3 où 4 il y a eu un changement de chara-design et beaucoup moins d’intensité dans les émotions / actions des personnages.

Et cette saison était pas folle du tout …
Quand on voit que pendant 12 épisodes ( la première partie de la saison 5) on a eu gros max 3 OST (oui oui, le même OST en boucle pour chaque combat) … franchement moi qui suis un mordu des Ost de MHA j’ai etez totalement déçu.

En plus si on fait la comparaison avec les scan on voit que la censure s’est quand même bien installée …

Bref, très mitigé sur cette saison, la prochaine est insane, j’espère que le passage à l’anime ne va pas la ternir.

Elliot Amor - Rédaction
27/09/2021 à 17:45

@Ronyx

Merci de nous relever ces fautes, on corrige ça toute suite !

Ronyx
27/09/2021 à 14:54

Entièrement d'accord. La saison 5 est en deçà des saisons précédentes. On a plus le sentiment d'une saison de transition.
Pas pour faire la fine bouche mais il écrit : le fils de Shoto pour Dabi ( Crematorium ), j'imagine que vous vouliez dire le fils décédé d'Endeavor ( on aperçoit une photo du personnage lors du repas chez les Todoroki d'ailleurs ) et enfin, Re-Destro s'agenouille devant le successeur d'All for One et pas du One for All.

votre commentaire