Megalo Box saison 2 : critique d'une rédemption au bout des gants

Flavien Appavou | 9 juillet 2021 - MAJ : 09/07/2021 15:32
Flavien Appavou | 9 juillet 2021 - MAJ : 09/07/2021 15:32

Après une attente de quatre longues années, une suite à la prodigieuse série Megalo Box a vu le jour : Nomad : Megalo Box 2. Une excellente série qui frappe encore plus fort dans les émotions. Volontairement plus sombre et plus résiliente que la première, cette saison marque les esprits, dans tous les sens du terme. Attention spoilers !

Émotions au bout des gants

Sur la première saison de Megalo Box, on nous avait assisté à la ferveur passionnelle du "Gearless" Joe, combattant de Megalo Box, sans identité, avec une grosse envie d'en découdre et de montrer qu'il est le meilleur dans ce sport. Cette série, pour rappel, est un hommage à Ashita No Joe, pour son 50ᵉ anniversaire. 

Créée par TMS Entertainment et 3xCube, réalisée par Yo Moriyama, scénarisée par Katsuhiko Manabe et Kensaku Kojima, et avec une musique composée par Mabanua, la première saison a été diffusée sur ADN et est actuellement disponible sur Netflix. C'est avec une joie immense que toute l'équipe remet le couvert avec cette nouvelle saison sobrement intitulée Nomad : Megalo Box 2, disponible en intégralité sur Wakanim. Et encore une fois, quelle claque.

Pour l'histoire, on se situe cinq ans après les évènements de la première saison, Joe [spoiler] a gagné contre Yuri et est le grand champion de Megalo Box. Il est devenu aussi un symbole de réussite et d'espoir pour toutes les personnes sans rêves. Mais la mort de Gansaku Nanbu, son entraineur, le hante. Il erre de ville en ville en se défonçant littéralement dans des combats de Megalo Box illégal. Il change de nom et s'appelle désormais Nomad, le boxeur drogué qui se perd dans ses gants. Toute la team nowhere est éclatée, comme son esprit. C'est donc avec le déni de la mort et la recherche de rédemption que cette série ouvre ses premiers épisodes. L'émotion est à son comble.

 

Affiche CropSombre et coloré à la fois

 

Culture hispanique

En reprenant aussi bien dans son thème musical des ambiances hispaniques, mais aussi dans son traitement de l'image et le scénario, Nomad : Megalo Box 2 montre toutes les richesses de son thème principal : la mort et l'acceptation de celle-ci. Dans les cultures hispaniques d'Amérique latine, la mort n'est qu'un passage, quand celle-ci est acceptée par la famille. C'est tout l'enjeu de cette saison empreint de nostalgie et de tragédie.

Beaucoup plus sérieuse dans sa thématique, elle va puiser dans nos émotions les plus profondes pour en sortir quelque chose de beau et d'unique. Mention spéciale encore une fois aux thèmes musicaux de Mabanua, d'une beauté émotive folle. Et ça dès les premiers accords. On peut peut-être reprocher le manque de diversité par rapport à la première saison, où on oscillait entre l'électro, le rock et le rap. Ici, on reste sur la même thématique hispanophone pour nous rappeler doucement que tout n'est que passage. Et quand la variation du thème principal de la saison 1 revient, ce n'est que pour nous émouvoir d'autant plus.

 

ChiefChief, personnage central d'une beauté de cœur exemplaire

 

Deuil et Rédemption

Pendant toute l'histoire, Joe ainsi que son entourage sont tourmentés par la mort d'un membre de leur famille, Gansaku Nanbu. Du coup, les combats de Megalo Box ne sont absolument plus des prétextes juste à se mettre sur la gueule et montrer qu'on est le plus fort. Ici, tous les coups portent sur l'émotion qui y est véhiculée et l'animation leur rend bien. Les coupures et le montage mettent en avant encore plus les plans serrés sur les visages empreints d'une volonté profonde et d'une émotion pure. C'est encore plus fort et maitrisé que sur la première saison

Enfin, vu que l'histoire ne porte pas que sur les combats, les personnages rencontrés par Joe sont encore plus charismatiques. Les chara-designs sont toujours aussi fabuleux et l'animation de ceux-ci est d'une justesse remarquable. Elles mettent vraiment en avant la quête de Joe dans son acceptation du deuil et de sa future rédemption. Le personnage de Chief est juste beau et sensationnel, dans ce qu'il raconte, éprouve et fait. Un modèle de résilience et d'acceptation. C'est marquant et criant de vérité. 

 

JoeJoe sans Gear

 

Pendant toute la première partie, le réalisateur utilise des couleurs ternes, peu contrasté pour mettre le spectateur dans cette confidence morne et sans vie que Joe éprouve. Et petit à petit les couleurs redeviennent plus vivantes, chatoyantes au fur et à mesure que le deuil passe et que Joe se montre plus confiant dans ses épreuves de réconciliation avec sa famille. C'est totalement à l'opposé de ce qu'on avait pu voir avec la première saison, ce qui permet à cette nouvelle série de montrer un autre discours beaucoup plus en finesse et en même temps très important sans être larmoyant.

 

SachioSachio a bien grandi

 

Beauté esthétique

Toute la série est toujours bien animée, en allant dans les phases de combat rapide et intense, aux moments plus calmes de retour à soi. Les épisodes sont bien aussi balancés dans le rythme, on ne voit absolument pas passer les 24 minutes. Sans être trop rapide, ni trop lente, cette série prend son temps pour raconter ce qu'elle a à dire et encore une fois, la musique devient un marqueur important dans son discours

Sans être à l'opposé de la première saison, qui montrait vraiment une progression en combat de son héros, ici on montre plus la beauté intérieure. Les combats sont les exemples de combats intérieurs et les poings montrent ce qu'éprouvent les personnages. C'est toujours le cas dans la seconde partie de l'histoire avec l'apparition d'un antagoniste, mais qui, encore une fois, montre que rien n'est si manichéen que cela. Aussi bien dans la résolution scientifique que sur le ring. C'est précis et maitrisé. C'est juste beau dans tous les sens du terme.

Nomad : Megalo Box 2 est disponible en totalité sur Wakanim. 13 épisodes pour voir qu'avant d'être un héros, c'est avant tout être soi.

 

Affiche

Résumé

TMS Entertainement produit un anime de qualité, mêlant émotion et action. Seul bémol, pour les fans qui attendent de la baston pure, ici les combats illustrent plus la sensibilité de l'être qui, à force de combat de boxe, arrive enfin à être en parfaite harmonie avec ce qu'il est et ce qui l'entoure. Ce qui est un bon message, ma foi.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(3.0)

Votre note ?

commentaires
Tetsuo
31/07/2021 à 18:50

Ayant revu la saison 1 après cette suite, je peux confirmer qu'elle est nettemment en dessous, notamment d'un point de vue technique et d'animation. Les combats sont rigides, beaucoup moins bien chorégraphiés et fluides, l'émotion est certes présente mais tr mélo, moins subtitle. Sans parler du dénouement incompréhensible du combat final. C'est plaisant mais à des années lumières de la première saison

Olvers974
12/07/2021 à 09:10

Longtemps que je n'avais pas vu un anime de qualité aussi soigné, avec un scénario plus que cohérent. Bien évidemment, il y a des choses prévisibles mais c'est maitrisé, non surfait.
Une série GRANDIOSE !
Les musiques, les dialogues.
On souhaite plus d'animes de cette qualité !

votre commentaire