Dr. STONE saison 2 : critique de pierre

Elliot Amor | 3 avril 2021
Elliot Amor | 3 avril 2021

Nous l'attendions avec impatience, la saison 2 de Dr. STONE, l'anime post-post-apocalyptique s'est achevée, et c'était trop court. Produite par le géant de l'animation TMS Entertainment, la série reste fidèle à sa première saison et c'est pour ça qu'on l'aime. Les aventures de Senku Ishigami dans le monde de pierre ont continué en exclusivité sur Crunchyroll.

Like a Rolling Stone

Parmi les animes de l'hiver 2021, on remarque que certains d'entre eux se terminent un peu trop vite : The Promised Neverland saison 2, Log Horizon saison 3, ou encore L'Attaque des Titans saison 4. Et bien sûr, avec seulement onze épisodes de vingt-deux minutes, Dr. STONE en fait, hélas, partie. Mais bon, on ne va pas cracher dans la soupe, cette saison 2 contient malgré tout son lot de surprises, de séquences amusantes et de scènes émouvantes.

L'épisode 1 reprend là où la première saison s'était arrêtée, c'est-à-dire juste avant l'arc Stone Wars, un conflit qui oppose le Royaume de la Science dirigé par Senku à l'empire de Tsukasa. Spoil : les gentils gagnent à la fin. Le Royaume de la Science passe plusieurs mois à se préparer pour l'affrontement à venir, tout en s'imposant la contrainte de ne tuer personne. Une ambition digne du personnage principal qui ne cesse de surprendre son entourage avec des idées toujours plus extravagantes les unes que les autres.

 

photoLes trois plus grands esprits du Royaume de la Science

 

Ce qui nous plaît avec Dr. STONE, c'est qu'on dirait un ouvrage de vulgarisation scientifique, mais en mieux. Le héros connaît tout sur tout et sait expliquer le moindre phénomène scientifique à tout le monde, même aux plus bêtes (les profs de physique du monde entier devraient probablement s'y intéresser). Et durant le premier épisode, Senku commence par faire découvrir les repas lyophilisés (des nouilles instantanées) à ses sujets pour préparer le voyage vers le territoire ennemi.

Mais c'est dans le deuxième épisode que Senku épate réellement (une fois de plus) ses camarades avec la création du premier téléphone du monde de pierre, un élément crucial dans le plan du protagoniste pour rallier secrètement quelques ennemis à sa cause (allié aux talents d'imitateur et de mentaliste de Gen). Et parce qu'on aime aller toujours plus loin, Senku décide de fabriquer un char d'assaut de bois et de papier, le Steam Gorilla. On ne vit qu'une fois.

L'attaque sur l'empire de Tsukasa est imminente, Senku a pu prendre contact avec ses amis d'enfance Taiju et Yuzuriha, Chrom a été capturé par l'ennemi, le Steam Gorilla est prêt à faire feu. Comme promis, aucune victime n'est à déplorer durant l'affrontement, mais on éprouve tout de même le sentiment que mettre fin au conflit (qui dure à peine deux épisodes) n'a pas été mince affaire. C'est là l'ingéniosité du scénario qui nous montre les moindres détails d'un plan d'action très difficile à exécuter, mais qui se déroule (globalement) bien car tous les personnages ont fait les efforts nécessaires en amont pour y parvenir.

 

photoLa belle et le mastodonte

 

Mikasa es Tsukasa

Avec seulement onze épisodes, la saison n'a pas le temps d'introduire beaucoup de personnages supplémentaires. Et rien n'indique que ces nouvelles têtes auront une importance capitale pour la suite, on pense principalement à Nikki, Yo le policier, Ukyo l'archer. Mais la saison a également pris le temps de nous faire redécouvrir quelques personnages du côté des méchants. Il y a évidemment Tsukasa, l'antagoniste charismatique de la première saison qui devient gentil à la fin de la seconde.

Car Senku n'est pas seulement un jeune homme fasciné par le progrès scientifique, il est aussi un humaniste qui a compris que la civilisation ne peut s'épanouir si les humains ne se serrent pas un peu les coudes. Son intelligence lui a permis de trouver comment négocier avec son rival et comment lui ouvrir les yeux. Si Tsukasa accepte la paix, Senku lui promet de guérir sa petite sœur, Mirai (du japonais « futur »). Et avant d'être un leader intransigeant qui veut débarrasser le monde de ses impuretés, Tsukasa est un garçon prêt à tout pour protéger sa petite sœur.

 

photoUn T-1000 et un T-800, au calme.

 

Avec la « résurrection » de Mirai, le scénario confirme que la pétrification a des propriétés curatives, ce qui explique un peu mieux comment Senku a survécu au coup mortel de Tsukasa dans la saison 1. Mais de si touchantes retrouvailles entre un frère et sa sœur ont un prix. Hyoga, le numéro 2 de l'empire de Tsukasa, trahit son maître lorsqu'il voit une opportunité pour le tuer. Tsukasa avait pour objectif de fonder une société gouvernée par la jeunesse, Hyoga va plus loin en souhaitant débarrasser le monde des faibles parce qu'il est très méchant.

En plus de découvrir son réel objectif, on peut enfin voir le visage de Hyoga sans son masque... et il fait peur. On se demande s'il ne s'est pas lui-même scarifié la bouche pour rendre ses stigmates de dépétrification plus harmonieux. Il a dans son camp la redoutable Homura, la gymnaste professionnelle chargée d'espionner le village d'Ishigami.

Grâce à la trahison de Hyoga, on a pu assister à un combat spectaculaire qui oppose la folie à l'alliance entre science et force brute. Deux jeunes rivaux qui avaient tout pour être amis s'unissent enfin pour terrasser un ennemi commun. À partir de là, même si Tsukasa est grièvement blessé, on n'a pas trop peur pour les deux prodiges qui cassent la bouche de Hyoga en l'électrocutant.

 

photoBatman et Superman (affaibli par de la kryptonite) vs. le Joker

 

Le Roi des Scientifiques, ce sera moi !

Alors que le secret de la dépétrification a été découvert par Senku dès le début de la saison 1, le héros entreprend de comprendre comment l'humanité a été pétrifiée. Non seulement pour apprendre ce qui a causé cette catastrophe planétaire 3700 ans auparavant, mais surtout pour sauver la vie de son ami Tsukasa, qu'il a cryogénisé (ou plutôt congelé) en attendant de percer le secret à jour.

Le Royaume de la Science s'apprête donc à traverser l'océan Pacifique pour se rendre en Amérique du Sud, continent sur lequel se trouve la source du rayon pétrificateur. Le meilleur moyen de s'y rendre est évidemment par bateau, vous ne rêvez pas, la saison 3 sera probablement bourrée de ressemblances avec One Piece, manga avec lequel Dr. STONE partage le même magazine de prépublication, le Weekly Shōnen Jump. On a d'ailleurs un avant-goût de tout ça dans un des fantasmes de Senku, des séquences venues d'ailleurs très souvent utilisées par la mise en scène de l'anime pour illustrer les propos du héros.

 

Mugiwara no SenkuIshigami D. Senku, capitaine de l'équipage scientifique

 

Avant de dire au revoir à Tsukasa et imaginer la suite de leurs aventures, Senku et ses copains nouent des relations avec leurs nouveaux alliés. Yuzuriha est, par exemple, en charge de recoller les morceaux des statues détruites. On voit Gen dépétrifier un personnage étrange qui s'avère un mangaka. Il s'agit également d'un caméo de Boichi, le créateur du manga. Gen en profite pour affirmer que le monde du divertissement et des loisirs peut enfin renaître (oui, on voit une Switch et Son Goku). Nous, on attend la réouverture des salles de spectacle.

En bref, on aime Dr. STONE pour ses personnages attachants au design plutôt unique, son intrigue ambitieuse qui ne cesse d'en rajouter, ses expériences scientifiques approuvées par une membre des MythBusters, ses expressions faciales disproportionnées, ses scènes d'action qui privilégient l'explication et le travail sur le son, plutôt qu'une animation détaillée, etc. Mais, au risque de se répéter, cette saison fut trop courte. Nous avons donc évidemment hâte de voir les prochains arcs, en espérant plus de onze pour la prochaine saison.

La saison 2 de Dr. STONE est disponible en intégralité sur la plateforme Crunchyroll depuis le 25 mars 2021

 

Affiche officielle

Résumé

Dr. STONE est une série qui affirme que lutter contre l'adversité devient très facile lorsqu'on s'en donne les moyens. Bien que courte, cette seconde saison reste dans la lignée de la première. C'est-à-dire qu'on a là une œuvre qui, en plus d'avoir un pitch original, s'approprie les codes du manga et de l'anime pour en faire quelque chose d'hyperbolique et amusant.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(3.8)

Votre note ?

commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire