13 Reasons Why saison 4 : critique sans aucune raison de regarder le final sur Netflix

Alexandre Janowiak | 9 juin 2020 - MAJ : 09/06/2020 15:16
Alexandre Janowiak | 9 juin 2020 - MAJ : 09/06/2020 15:16

Qu'il est loin le temps où 13 Reasons Why avait une raison d'exister et un propos censé et cohérent. Après une première saison de bonne facture, la série n'a cessé de creuser en vain son récit et ses personnages lors des saisons 2 et 3, jusqu'à complètement s'écraser avec sa quatrième et dernière saison disponible sur Netflix depuis le 5 juin 2020.

120 CONNERIES PAR MINUTE

A la fin du neuvième épisode de cette saison 4, un personnage s'effondre. En début d'épisode 10, le dernier de la saison et de la série, on apprend qu'il est atteint du Sida, condamné à survivre une dizaine de jours sous respirateur avant de s'éteindre sous les yeux de ses camarades. Trente minutes plus tard, le personnage disparaît aux côtés de sa famille de coeur et son enterrement est plié en moins de dix minutes.

Cette séquence qui ouvre l'épisode final interminable (1h38 !) de cette saison 4 de 13 Reasons Why est révélatrice de toutes les problématiques de la série. Depuis la fin de sa saison 1, la création de Brian Yorkey s'est enlisée dans une surenchère de thématiques mal développées, balancées aux yeux des spectateurs sans aucune profondeur et finalement expédiées par l'arrivée d'un nouveau sujet social, politique ou judiciaire qui sera tout autant maltraité par les showrunners.

 

Photo Dylan MinnetteClay atteint de crises d'angoisses existentielles pas inintéressantes mais mal développées

 

Ici, sans aucune raison, la série décide donc de sacrifier un de ses personnages (l'un des mieux écrits d'ailleurs) du Sida. La maladie est évidemment rattachée au parcours du protagoniste et à son passé, mais avec de gros sabots et d'une manière plus artificielle que le goût des fraises tagadas. Son arrivée sur le devant de la scène lors du dernier épisode est édifiante de débilité, sa précipitation dans le traitement qui lui est consacré est terriblement agaçante, et la pertinence de ce choix scénaristique est totalement inexistante.

C'est bien simple, cette dernière saison devait amener des réponses voire des remises en question de la part des personnages, sur leurs actions amorales lors de la saison 3. N'en attendez rien : la série ne le fera jamais vraiment, la confrontation avec les fantômes des morts des saisons précédentes n'ayant en aucun cas une véritable valeur d'introspection pour le groupe de héros.

Absolument incapable de dénoncer les agissements de ses personnages principaux, la saison 4 préfère donc surfer sur un nouveau mystère durant toute la saison, jusqu'à la grande révélation de cet épisode 10 et ce diagnostic impromptu, jamais esquissé lors des épisodes précédents.

 

Photo Brandon FlynnDiego (à gauche), personnage inconnu au bataillon auquel on ne croit jamais

 

IL ÉTAIT UNE FIN... ENFIN

En effet, bien loin des précédentes saisons, qui avaient toujours au moins quelques atouts dans leur manche malgré leurs innombrables défauts, la saison 4 de 13 Reasons Why est un complet foirage. Dans sa volonté interminable de créer du suspense là où il n'y en a pas besoin, cette ultime saison s'ouvre sur un nouveau flashforward, celui de l'enterrement d'un personnage. Les questions fusent donc : qui est dans le cercueil ? Comment ce personnage est-il mort ? Est-ce un nouveau meurtre, un accident ou une énième vengeance ? Des multiples réflexions qui verront donc leur réponse lors de l'ouverture de l'épisode 10, sans qu'aucun lien ne soit établi avec le reste de la saison.

Ainsi, la série menée par Dylan Minnette prouve à quel point son dernier baroud d'honneur est une perte de temps inestimable pour les spectateurs, et d'une inutilité folle pour la série. Pourquoi la série crée du suspense autour de l'identité de l'enterré et une réflexion sur les personnages autour de cet évenement, alors même qu'aucun élève de Liberty n'aura un impact sur celui-ci, et qu'aucune des actions des neuf premiers épisodes n'y aura un quelconque lien ? On ne le saura jamais, même si on se doute bien que c'est pour une bonne dose vaine de sensationnalisme.

C'est donc une situation révélatrice du vide scénaristique de la série. L'ensemble des actions des personnages ne sont pas crédibles, l'ensemble des situations dans lesquelles ils se retrouvent sont stéréotypées, et les conséquences qui en découlent sont des moments fabriqués de toute pièce pour créer des émotions, des sentiments et des réactions chez les spectateurs.

 

Photo Alisha BoeLe combat de Jessica, seul crédible et traité un minimum correctement

 

Rien ne semble de toute manière réel dans cette ultime salve d'épisodes. A quel moment un jeune lycéen est utilisé comme appât par la police pour intercepter des trafiquants d'armes ? A quel moment un accident de voiture où l'engin fait plein de tonneaux, ne provoque quasi aucune blessure chez les deux passagers (si ce n'est un bras cassé, de nouveau fonctionnel l'épisode suivant) ? A quel moment un week-end en camping d'été hyper encadré devient soudainement un simili-remake de La Cabane dans les bois ? A quel moment un lycée organise une fausse fusillade au sein de l'établissement, avec la police, pour préparer ses lycéens au pire (et sans avoir conscience des troubles psychologiques que cela pourrait provoquer sur eux) ?

Difficile d'établir concrètement comment un tel enchaînement de péripéties aussi peu crédibles a pu être validé par les producteurs et les scénaristes. Sans parler évidemment des nombreuses thématiques remises sur le devant de la scène, du port d'armes avec les fusillades dans les écoles à la drogue, en passant par le suicide, les dérives sécuritaires, le sexe (et les MST donc), la violence ou le harcèlement ; mais également des retours de personnages disparus depuis plusieurs saisons, juste pour cet adieu final. Tout est tellement survolé et amené de manière bancale, que la série en devient grotesque.

 

Photo Brandon Flynn, Tyler BarnhardtLes élèves se demandant ce qui va bien pouvoir encore leur arriver

 

Et ce ne sont pas les discours de fin qui rattrapent ce massacre (à part peut-être celui de Jessica, incarnée par Alisha Boe, dotée d'une belle force dans le contexte actuel). Dans le sien, le héros Clay Jensen explique ainsi que "le lycée c'est vraiment une question de vie ou de mort, on se réveille chaque matin sans savoir si on va survivre".

Triste et ultime constat d'une série complètement déconnectée de la réalité à cause de ses excès et outrances narratives, qui l'ont finalement implantés dans un monde purement fictif. Un comble pour la série Netflix qui se voyait pourtant devenir un porte-parole majeur des problèmes adolescents du monde réel.

La saison 4 de 13 Reasons Why est disponible en intégralité sur Netflix en France depuis le 5 juin 2020. Les saisons précédentes sont également disponibles sur la plateforme.

 

Affiche, Dylan Minnette

Résumé

Rien ne va dans ce final totalement à côté de la plaque, qui conclut le récit de ses personnages de manière grotesque et larmoyante.

Lecteurs

(0.0)

Votre note ?

commentaires

Tchu bb
24/06/2020 à 03:52

Moi j'aimerais bien qu'on m'explique en quoi Clay était puceau avant de coucher avec Valérie Diaz vu qu'il avait déjà couché avec sky dans la saison 3

Fez
22/06/2020 à 12:46

Une grosse daube cette saison ... du WTF à tous les étages, une moralité bizarre quand même car y'a eu un meurtre couvert et ils s'en sortent bien ...

Elodie
19/06/2020 à 19:35

Totalement d'accord avec la critique émise. Une saison que je compte vite oublier et surtout qui me fait stopper définitivement cette série. J'ai adoré les premières saisons mais celle-ci est vraiment à côté de la plaque. Ce n'est qu'un rassis de caricatures avec des incohérences soulevées à juste titre dans l'article. Pourtant j'aurais pu m'identifier à certaines histoires au vu de mon vécu mais là impossible tellement c'est grotesque. Je ne compte même plus le nombre de fois où j'ai levé les yeux au ciel tellement c'était du grand n'importe quoi. La fin ne m'a tiré aucune larme mais juste un enfin ! Dommage ...

Prisci
16/06/2020 à 00:28

C est nul

Quelqu’un
12/06/2020 à 21:54

Je suis pas du tout d’accord avec ça je trouve qu’ils étaient obligé de terminer et de faire une suite après c’est vrai qu’ils ont vite pliés l’enterrement mais je suis pas du tout d’accord et un épisode d’1h34 c’est pas grave parce qu’ils pouvaient pas en faire deux épisode et en plus y’a pleins d’autres series qui ont 5-6-7-8-9 saisons alors que cette série a juste 4saisons qui sont très claires et très bien dc par rapport à d’autres séries je dit respect pr cette série ...

Jojo
12/06/2020 à 08:19

@Killian tout à fait d’accord avec toi ❤️
Certains acteurs sont de vrais révélations notamment ceux qui jouent Justin et Bryce !

Killian
11/06/2020 à 18:24

Bon, je vois énormément de commentaires négatifs sur cette saison 4 et notamment toute la série 13 reasons Why. Je suis outré, cette série est un chef d’œuvre ! Je vous accorde le fais que cette saison 4 par dans tout les sens.. mais bordel c’est ça qu’est bon ! Cette série m’a fais passer par toute les émotions du début à la fin. Les personnages sont hyper accrochant. Différent thèmes difficiles et d’actualité sont abordé tel que le viol, le suicide, l’harcèlement, l’homosexualité.. et j’en passe ! Cette série te retourne le cerveau et te fais découvrir les sujets sensibles de la société. On pourrai parler aussi du jeu des acteurs incroyable tout ça amené par une qualité scénaristique tout autant extraordinaire ! Bref pour en revenir à cette saison 4, j’ai versé toute les larmes de mon corps et pas que pour la mort de Justin.. mais pour la fin de cette série inoubliable. Ouvrer vos esprits, appréciez ce chef d’œuvre et surtout comprenez-la.

Ama
11/06/2020 à 11:01

L’explication du test positif de Clay peux venir des fameux cookies fait maison distribué à tout va par Charlie . Pour d’autres choses ça reste flou et brouillon . La saison 1 était prenante la deux déjà s’essouffle un peu . Mais à partir de la 3 l’émotion n’était plus la . Pour avoir vécu certaines choses de cette série , la saison 1 était difficile à regarder j’avoue .

Papinius
11/06/2020 à 09:26

Il n'y a que le tiers de mon message qui est sorti, et quand j'essaie de l'envoyer en entier, on me sort un no spam. C'est normal?

Papinius
11/06/2020 à 09:23

Bon, je vais résumer car je fais trop long et j'aurais encore beaucoup à dire.
Cette dernière saison et parfaitement oubliable, et même dispensable, comme la précédente et l' introduction de cette insupportable Ani (les personnages féminins, de Jess à Hannah en passant par Courtney auront été globalement ratés), mais j'aurais du mal à la qualifier de ratée, pour les quelques apports intéressants et assez juste (l'émeute en pleine affaire George Floyd, la dégringolade de Zach- tout le monde a connu au lycée un pote gendre idéal qui pète brusquement un plomb et qui envoie tout balader, là c'est caricatural, mais c'est du vécu,...). Je resterai sur un "moyen moins". J'en garderai un truc assez désordonné dont je serais bien infoutu de detricoter tous les axes narratifs, mais qui a essayé, parfois maladroitement, parfois avec panache, de donner un nouveau ton à une série dont la durée de vie était de toutes façons très limitée.

Plus

votre commentaire