xxxHOLiC : le joyau noir, magique et plein d'esprit(s) de CLAMP

Christophe Foltzer | 19 septembre 2020
Christophe Foltzer | 19 septembre 2020

Retour sur xxxHOLIC, le seinen manga culte de CLAMP, centré sur Kimihiro Watanuki et Yūko Ichihara, et lié à Tsubasa Reservoir Chronicle.

Qu'importent les modes et les effets d'annonce, les goûts qui changent avec le temps, le manga nous a toujours proposé une offre diversifiée où chacun peut se retrouver. Mais lorsqu'on allie originalité, ésotérisme et succès, cela donne l'un des meilleurs mangas atypiques de ces dernières décennies. Et on le doit à un groupe de femmes déterminées.

 

AU DEBUT ETAIT CLAMP

Avant de plonger dans le monde magique et troublant d'xxxHOLiC, il convient tout d'abord de présenter comme il se doit ses créatrices, réunies sous la bannière de CLAMP, parce qu'elles représentent un cas vraiment à part dans l'industrie japonaise, voire dans l'industrie tout court. Une de ces formations qui a su s'affranchir des contingences d'un milieu pour y imposer ses propres codes et son savoir-faire.

CLAMP nait en 1984, lorsqu'un groupe de 11 étudiantes dans le même cours de dessin décident de mettre leurs efforts en commun pour se lancer dans la profession de mangakas. A la base, elles produisent de nombreux "dojinshis" (des mangas amateurs) qui leur permettent de parfaire leur style tout autant que leur organisation interne, sachant que chacune aura un rôle bien spécifique.

 

photo RG VedaRG Veda

 

C'est en 1989 qu'elles produisent leur première oeuvre professionelle, Derayd - Moon of boundary balance qui traduit déjà leur amour pour le fantastique et la science-fiction. Un essai pas totalement transformé mais qui leur permettra de lancer, en 1990, RG Veda, première oeuvre réellement marquante de la formation, largement inspirée de la religion hindoue et qui permet immédiatement aux auteures d'imposer un style bien à part, entre shojo (mangas pour filles) et seinen (mangas pour adultes). Dès le départ, CLAMP pose ses conditions quand il s'agit de raconter une histoire : l'amour, les sentiments seront toujours contingents du drame et de la cruauté humaine.

 

photo Tokyo BabylonTokyo Babylon

 

Cette première saga riche de 10 volumes publiée jusqu'en 1996 leur permettra d'enchainer, dès 1991, avec Tokyo Babylon, oeuvre culte aujourd'hui qui plonge clairement dans le fantastique et l'ésotérisme tout autant qu'il creuse encore plus le sillon androgyne de ses personnages, les sous-textes gentiment homosexuels et la confusion des genres avec cette histoire de jumeaux exorcistes en plein Tokyo. Tout autant qu'il aborde les thématiques de la critique sociale, qui seront centrales dans leurs oeuvres ultérieures.

 

photo ChobitsChobits

 

Mais Tokyo Babylon est aussi une date importante dans l'histoire de la formation puisque c'est avec ce manga que  CLAMP trouve sa forme quasi définitive. Commencée à 11 personnes, l'équipe est passée à 7 durant RG Veda pour finir à 4 à l'issue de Tokyo Babylon. 4 créatrices qui composent le CLAMP que l'on connait encore aujourd'hui : Nanase Okawa (la leader), Mokona (la dessinatrice principale), Tsubaki Nekoi (plus spécialisée dans les personnages SD mais aussi dessinatrice principale à ses heures) et Satsuki Igarashi (responsable du tramage des planches et des designs des livres reliés).

 

 

Si nous n'allons pas revenir sur l'oeuvre gigantesque de CLAMP, rappelons quand même que la formation s'est faite connaitre en France au milieu des années 90 avec les parutions traduites de récits emblématique de son histoire comme X, Clover, Magic Knight Rayearth ou encore Chobits, en n'oubliant pas, bien entendu, la saga qui l'a révélée au grand public français, Card Captor Sakura, notamment grâce à la diffusion de sa version animée sur M6 dans les années 2000.

Quand soudain, en 2003, arrive xxxHOLiC...

 

photo xxxHOLICEt là, tout de suite, c'est très beau

 

UNE BOUTIQUE BIEN ETRANGE

Mais, déjà, c'est quoi ce titre bizarre ?! Et comment ça se prononce ? xxxHolic fait partie d'un grand projet de CLAMP, destiné à courir sur plusieurs oeuvres en parallèle que nous dévoilerons un peu plus tard. On peut aborder cette appellation de la manière suivante : la série ne se prononce que "Holic", tandis que les trois 'x' font référence au 'cross' de 'cross-over'. Holic, quant à lui, vient de mots tels que 'workaholic' ou 'alcoholic' et renvoit immédiatement à une idée de dépendance, une notion très importante dans le manga. Donc, voilà, xxxHolic se prononce en fait 'Holic'. Histoire de ne pas faire simple dès le départ.

 

photo xxxHOLICUne boutique cachée aux yeux de tous

 

Pourtant, le postulat initial du manga est on ne peut plus limpide. Nous y suivons Kimihiro Watanuki, un lycéen orphelin qui peut voir les esprits au point qu'il se fait régulièrement attaquer par eux. Il est attiré par une mystérieuse boutique en plein coeur de Tokyo, coincée entre deux grattes-ciel et ne peut s'empêcher d'y entrer. Là, il fait connaissance avec la propriétaire, Yuko Ichihara, qui lui révèle qu'il s'agit d'une boutique qui exauce les souhaits en échange d'une contrepartie équivalente.

 

photo xxxHOLICYuko et Watanuki, deux êtres liés par une promesse, et bien plus

 

En échange de la suppression de sa capacité à voir les esprits, Yuko oblige Watanuki à devenir son larbin, ce qui évidemment ne convient pas vraiment à l'adolescent au caractère un peu trop expansif mais, il accepte néanmoins, espérant retrouver un semblant de normalité. Watanuki participe donc aux missions quotidienne de sa nouvelle boss et découvre par la même occasion tout un univers magique et spirituel dont il n'avait pas forcément conscience. Mais il doit aussi composer avec le réel, et notamment Domeki, un camarade de classe qu'il ne supporte pas mais à qui il semble pourtant lié, et Himawari, la jeune fille dont il est amoureux, d'apparence insouciante mais qui cache un bien triste secret.

 

photo xxxHOLICQu'il s'agisse du trait ou du choix des couleurs, c'est parfait

 

 

LA SORCIERE DES DIMENSIONS

Si xxxHolic débute sur un schéma on ne peut plus classique de l'aventure fantastique (chaque chapitre ou groupement de chapitres correspondant à un client différent avec un problème spécifique et une leçon à en tirer), le manga montre très rapidement qu'il ne se sert de cette technique que pour installer son univers et ses règles.

Parce que, bien vite, les clients de la boutique occuperont une place très secondaire tant l'accent sera mis sur le parcours et l'initiation de Watanuki dans le monde de l'occulte. C'est lui le coeur de l'histoire. Outre son rapport aux esprits, c'est avant tout son évolution philosophique et humaine qui nous est racontée et, comme CLAMP veille toujours à garder ses pieds ancrés dans un certain réalisme émotionnel

, le chemin sera douloureux et semé d'embûches.

 

photo xxxHOLICDomeki, Himawari et Watanuki

 

Car xxxHolic représente la méthode CLAMP poussée à son paroxysme. D'une page sur l'autre, on peut, sans crier gare, virer de la comédie bouffonne au drame le plus émouvant. Il se dégage du manga une profonde mélancolie tout autant qu'une douceur résignée face à l'inéluctabilité de la vie et du monde.

Comme le dit si bien Yuko, rien n'arrive pas hasard et tout est inéluctable. Pour les personnages comme pour le lecteur d'ailleurs qui découvrira, au fil des 19 volumes, à quel point le récit a été pensé en amont et fait sens, au-delà de son principe connu et en regard de ce qu'il souhaite vraiment nous raconter.

 

photo xxxHOLICQuelque chose d'étrange lie ces deux êtres, malgré eux

 

Parce que xxxHolic, ce n'est pas une histoire fantastique classique destinée à nous divertir. C'est avant tout le véhicule idéal pour développer et expliquer une vision particulière de l'existence : philosophique, mystique et symbolique. Dans cet univers, rien n'est fondamentalement bon ou mauvais, c'est simplement le regard que l'on porte sur les choses et nos réactions qui leur donnent leur tonalité. Avec une sensibilité typiquement asiatique et japonaise, empreinte de bouddhisme, de shintoïsme et de taoïsme, xxxHolic nous dit que, si tout est inéluctable sur un plan général, l'humain conserve son libre-arbitre à son humble niveau de mortel et que rien ne se fait sans son accord, tacite ou volontaire. C'est à lui que revient la responsabilité d'évoluer s'il veut s'accomplir, sachant qu'une partie du voyage semble déjà écrite, un peu comme lors d'une consultation de tarot, par exemple. 

 

photo xxxHOLICUne aventure qui va totalement changer Watanuki

 

Nous en arrivons donc à une zone floue où coexistent la notion de destinée et celle de responsabilité. Un endroit qui exige un lâché-prise total face aux événements (inéluctables) tout autant qu'une réflexion indispensable quant à la manière de les aborder. Et CLAMP instille cette notion de manière très subtile et intelligente dans son histoire en densifiant constamment son background et son univers occulte avec de nombreux personnages, tous reflets d'un questionnement de Watanuki mais qui ne sont jamais limités à sa simple personnalité ou au rôle qu'ils ont à jouer à ses côtés.

Il en résulte une impression étrange au fil des pages, finalement pas si répandue dans les oeuvres dessinées, celle d'un univers crédible, pré-existant, durable et qui ne se dévoile qu'en partie.

 

photo xxxHOLICUne oeuvre qui n'est qu'une partie de l'histoire

 

 

MCU, OU MAGICAL CLAMP UNIVERSE

Et c'est là qu'arrive le coup de génie d'xxxHolic et de CLAMP. Dès le départ, la saga a été conçue comme un carrefour de l'univers entier de CLAMP établi depuis ces 30 dernières années. Les clins d'oeil aux autres oeuvres du studio sont nombreuses (on pense en premier lieu à Tokyo Babylon, Chobits et Card Captor Sakura) mais, au-delà de la référence réservée aux fans de la première heure, ce procédé a une importance capitale dans l'histoire.

Dès le départ, xxxHolic a été pensée comme une oeuvre périphérique d'une autre saga de CLAMP : Tsubasa Reservoir Chronicle. Un spin-off de Card Captor Sakura qui en reprend les personnages les plus emblématiques mais les plongent dans une dimension parallèle. Sakura ayant perdu son âme (répartie en plusieurs plumes), son ami Shaolan devra parcourir les dimensions pour les retrouver et il ne peut pas le faire sans l'aide de... Yuko.

 

photo Tsubasa Reservoir ChronicleTsubasa Reservoir Chronicle, la série "jumelle"

 

Ainsi, les personnages de xxxHolic apparaissent régulièrement dans l'univers de Tsubasa Reservoir Chronicle et inversement. Au final, les deux histoires, pourtant indépendantes dans les faits, partagent un lien extrêmement solide qui les fait évoluer toutes les deux dans un ballet narratif unique et inédit.

Pour y parvenir, CLAMP choisit encore une fois la subtilité puisque, au fil des chapitres des deux sagas, le temps s'écoule normalement dans chaque récit, les personnages évoluent, vivent des drames ou des joies et cela a un impact considérable lorsqu'ils se croisent à la boutique des souhaits. Il est passionnant d'ailleurs de remarquer les scènes similaires de leurs rencontres dans chacune des séries mais présentées selon le point de vue des personnages impliqués. Et, pour y parvenir, CLAMP fait le lien avec un personnage à deux facettes, Mokona. Une petite peluche en deux exemplaires (l'une blanche avec Shaolan et l'autre, noire, qui reste à la boutique) et qui possède la capacité de voyager et de transporter des objets à travers les dimensions.

 

photo MokonaLe Mokona noir, qui reste à la boutique

 

Et c'est par ce biais que CLAMP parvient à raconter son histoire ambitieuse et complexe, en faisant émerger un troisième récit, le plus important, de la rencontre de deux oeuvres indépendantes mais intimement liées. Ce qui, pour notre plus grand bonheur, confirme le propos d'xxxHolic : tout est inéluctable mais les choix que nous faisons nous appartiennent. Un procédé ultra-efficace dont Marvel devrait grandement s'inspirer pour son univers étendu qui n'est au fond qu'une série télé étalée sur plusieurs films.

Là, nous sommes dans le méta, limite dans un récit quantique qui dépasse de très loin le cadre d'xxxHolic et de Tsubasa Reservoir Chronicle puisque Yuko et Watanuki apparaissent par la suite dans différentes oeuvres du studio, liant le tout en un ensemble cohérent, à différents moments de leur existence (et notamment dans la série Blood-C et le film qui a suivi, The Last Dark, appartenant à l'univers de Blood : The Last vampire).

 

photo Blood C The last DarkBlood C, une oeuvre à part de CLAMP

 

EXISTENCES PERIPHERIQUES

Publié de 2003 à 2011 sur 19 volumes, xxxHolic a évidemment rencontré un fort succès, ce qui lui a valu d'être décliné sur plusieurs supports. Tout d'abord, un long-métrage d'animation en 2005, de 60 minutes, xxxHolic : le songe d'une nuit d'été. Une aventure originale, introuvable dans le manga, couplée avec un moyen-métrage dédié à Tsubasa Reservoir Chronicle. Une histoire qui ne contredit jamais le manga, puisqu'il n'en convoque aucun des bouleversements majeurs (et il y en a beaucoup !) et qui bénéficie d'un traitement un peu particulier, peu aidé il est vrai par une 3D à la qualité discutable.

 

photo xxxHOLICUne aventure ciné un peu frustrante

 

En 2006, le manga a droit à sa propre série animée, diffusée au Japon sur la chaine TBS et produite par le mythique Studio I.G. (Ghost in the shell, entre autres). Une série d'une durée de 24 épisode, de facture moyenne mais qui retranscrit bien l'atmosphère doucement mélancolique du manga. Si on lui reproche certains problèmes de rythme et une technique envisagée à l'économie, elle ne couvre qu'une partie du manga.

Ce qui conditionnera une seconde saison, en 2008,  xxxHOLiC: Kei, dotée de 13 épisodes et qui se charge d'adapter la seconde moitié du récit (la plus intéressante), sans toutefois s'attaquer à sa conclusion. Cette dernière aura droit à son traitement spécifique avec, dans un premier temps xxxHOLIC : Shunmuki en 2009. Soit deux OAV (films destinés exclusivement au marché de la vidéo) en lien avec les deux OAV de Tsubasa Reservoir Chronicle, Tsubasa Shunraiki.

 

photo xxxHOLICKohane et Domeki

 

En 2010, xxxHOLIC : Rou viendra conclure cette belle aventure animée, à l'occasion d'une OAV de 45 minutes vendue avec le tome 17 du manga au Japon. Mais, là encore, la conclusion douce-amère du manga n'y est pas réellement abordée, laissant la série animée face à de nombreux points de suspension particulièrement frustrants.

 

photo xxxHOLICUne boutique qui fait un peu pitié

 

En 2013, la chaine WOWOW tente un pari fou : adapter xxxHolic en série live. Doté d'une unique saison de 8 épisodes, le drama reprend grosso modo le début de l'histoire mais ne parvient pas à se hisser au niveau de son modèle. La faute aux éceuils récurrents des séries télé live japonaises : une transposition basique de l'univers du manga avec de nombreux changements incompréhensibles (la boutique n'a plus la même apparence et perd énormément de ses symboles), une interprétation toute en exagération (surtout pour Watanuki. Yuko, moins exubérante que dans le manga, conserve son mystère), une modification importante des thématiques de fond et des enjeux, peu aidés par des effets spéciaux déjà datés au moment de la première diffusion.

 

photo xxxHOLICYuko, en chair et en os

 

Si on ajoute à cela un manque d'ampleur et d'ambition dans la mise en scène et un rythme aux abonnés absents, on comprend que cette série est à réserver aux fans hardcore en manque.

Notons aussi l'existence d'un roman : xxxHOLIC : Another Holic Landolt - Ring Aerosol, publié en 2006 et écrit par Nishio Isin (à qui l'on doit pléthore de light-novels). Enfin, en 2013, CLAMP retrouve la boutique des souhaits avec xxxHOLIC : Rei, une nouvelle série de mangas divisée en 4 volumes. Il s'agit encore une fois d'une approche un peu bizarre puisqu'il ne s'agit pas d'une suite et pas non plus d'un prequel puisque l'on y retrouve à la fois Yuko et Watanuki.

 

photo xxxHOLICLisez xxxHOLIC

 

Sous ses airs d'oeuvre stéréotypée à destinations des jeunes lectrices japonaises, xxxHolic cache en fait beaucoup plus. Oeuvre somme et pierre angulaire de CLAMP, elle propose au lecteur une plongée introspection des plus profondes. Le manga fait partie de ces rares oeuvres que l'on prend plaisir à relire à différentes étapes de notre vie et qui nous fournit un message toujours différent et complémentaire du précédent.

Avec xxxHolic, CLAMP est en passe de réaliser certains de nos souhaits et la contrepartie n'est que le temps que nous somme prêts à lui accorder. Alors, pourquoi se priver ?

 

photo xxxHOLIC

commentaires

Metuxla
20/09/2020 à 08:58

dommage de n'avoir jamais fini X, seule collection incomplète chez moi

FandeCLAMP
11/08/2019 à 22:04

J'adore trop ce groupe d'Auteurs ! J'aime follement absolument TOUT leurs travaux ????

Christophe Foltzer - Rédaction
10/08/2019 à 12:25

@Cheval : On a marqué Shonen ? Honte à nous, on voulait bien sûr dire Shojo.

Cheval
10/08/2019 à 11:46

Je ne suis pas expert mais il me semble que le Shonen est plutôt destiné à un public masculin adolescent et que c’est le Shojo qui se veut pour fille, n’est-ce-pas ?

votre commentaire