Gros plan sur Atomic Robo : un comics d'action, pour la science !

Christophe Foltzer | 6 juin 2019 - MAJ : 06/06/2019 12:33
Christophe Foltzer | 6 juin 2019 - MAJ : 06/06/2019 12:33

Depuis le début des années 2000, la sous-culture est enfin devenue mainstream avec ses bons et ses mauvais côtés. Depuis, c'est à une explosion pulp permanente que nous avons l'impression d'assister, un univers dans lequel il semble de plus en plus difficile de se démarquer, où tout semble déjà avoir été fait. Alors pourquoi chercher à innover à tout prix quand on peut très bien faire les choses ?

 

photo Atomic Robo© 2019 Casterman / Wegener - Clevinger

 

ATOMIC HERO

Atomic Robo, scénarisé par Brian Clevinger et dessiné par Scott Weneger n'a absolument aucune intention de réinventer la poudre. Non, il préfère la faire parler entre deux bonnes tranches de rigolade. Un postulat clairement assumé dès le départ et qui donne immédiatement au titre un gros capital sympathie.

Ici, nous sommes dans un gros récit d'action, de science-fiction, d'aventures et d'humour totalement décomplexé qui nous entraine dans l'espace et dans le temps. Atomic Robo, créature de métal inventée il y a 80 ans par Nikola Tesla, est l'arme ultime de l'armée américaine, dirigeant Tesladyne, un groupe d'action privé qu'on appelle en dernier recours pour les missions les plus extraordinaires et les plus dangereuses.

Et tout y passe, du robot nazi, aux momies égyptiennes, en passant par des insectes géants, des expériences russes à la limite de l'horreur biologique à un petit détour par la planète Mars. Atomic Robo est là, tout le temps, fusil en main et vanne pourrie prête à être dégainée pour sauver la situation, l'Amérique et le monde.

 

photo Atomic RoboAtomic Robo, donc (© 2019 Casterman / Wegener - Clevinger)

 

ENFER MÉCANIQUE

Evidemment, dès que l'on découvre les premières planches d'Atomic Robo, un autre titre légendaire nous vient immédiatement en tête : Hellboy. Et c'est vrai que, sur le papier, Atomic Robo ne semble être qu'un décalque de l'oeuvre de Mike Mignola : créature extraordinaire badass et pleine d'humour, organisation para-gouvernementale, menaces improbables... tout transpire les aventures du rejeton de l'enfer. Jusque dans le trait anguleux de Scott Weneger.

 

photo Atomic RoboDes momies ! (© 2019 Casterman / Wegener - Clevinger)

 

Pourtant, au fond, il n'en est rien et les deux titres diffèrent rapidement. La grande différence, et la grosse qualité, d'Atomic Robo est d'assumer pleinement la référence dès le départ et de parvenir à s'en démarquer sans effort. Atomic Robo se permet, dans sa construction dramaturgique, des allées et venues temporelles inattendues, sautant les époques de manière abrupte d'un chapitre à l'autre, ce qui, paradoxalement, renforce énormément l'attachement du lecteur au héros et la psychologie du personnage.

 

photo Atomic RoboDes fourmis géantes ! (© 2019 Casterman / Wegener - Clevinger)

 

On y découvre un être potentiellement immortel, mémoire de l'Amérique, qui revit sans cesse les mêmes drames, moyen malin et indirect pour les auteurs de nous rappeler que l'Histoire humaine n'est qu'un éternel recommencement et que l'on fait tout le temps les mêmes erreurs.

Si Robo sauve constamment la situation, il n'en reste pas moins totalement ancré dans l'époque de sa construction, ce qui nous offre un savoureux décalage humoristique, notamment sur le plan du langage, vu qu'il utilise des expressions totalement démodées dans les pires situations pour un effet comique bien sympathique et très efficace.

 

photo Atomic RoboDes Nazis ! (© 2019 Casterman / Wegener - Clevinger)

 

LE ROYAUME DE LA VANNE DE CRISTAL

D'ailleurs, et c'est l'autre grande qualité du titre, Atomic Robo n'a pas de leçon à donner à qui que ce soit, il ne cherche pas à transmettre un quelconque message. Non, ici, nous sommes là pour le fun, la déconne, l'action bourrine et de grosses phases épiques. Un peu comme si Indiana Jones  épousait Hellboy et nous offrait ensuite son enfant un peu bizarre.

 

photo Atomic Robo© 2019 Casterman / Wegener - Clevinger

 

Et cela fonctionne très bien ! La lecture est on ne peut plus agréable, fraiche, drôle, une parenthèse des plus légères et amusantes entre deux lectures plus sérieuses. D'autant que, par un effet surprenant, nous ne sommes jamais perdus entre les différentes périodes temporelles et les personnages impliqués.

L'équipe, forcément changeante, d'Atomic Robo se révèle toujours aussi efficace, sympathique et badass, quelle que soit l'époque concernée et on retrouve d'un chapitre à l'autre avec un certain bonheur sa team des années 40 ou celle des années 2000. Et les auteurs ont la grande intelligence de présenter de manière incessante divers nouveaux personnages aux caractères bien trempés, qu'il s'agisse des alliés ou des antagonistes, ce qui redynamise constamment les relations entre Robo et son entourage.

 

photo Atomic RoboToujours prêt à se lancer dans l'action (© 2019 Casterman / Wegener - Clevinger)

 

Evidemment, en filigrane, Atomic Robo dessine un univers plus vaste et un sous-texte d'intrigue fil rouge qui sera, à n'en point douter, beaucoup plus élaboré dans les volumes suivants. Il possède sa Nemesis, le terrible Helsingard, et les circonstances de ses origines restent encore bien mystérieuses. On sent que l'histoire peut prendre un ton dramatique à tout instant, tant elle nous surprend déjà maintenant à adopter parfois un tournant volontiers mélancolique lié au passé du héros et son immortalité supposée.

Ce qui nous accroche encore plus à ce personnage un peu beauf, très bourrin, sûr de lui et un brin cynique, tout autant qu'hyper-efficace en action. Bref, Atomic Robo, c'est cool dans le bon sens du terme.

 

photo Atomic RoboCool guys don't look at explosions... (© 2019 Casterman / Wegener - Clevinger)

 

En assumant pleinement ses références et en choisissant de s'en moquer, Atomic Robo tire juste et bien. Il nous embarque dans 70 ans de pop-culture en toute décontraction et dans des aventures riches en explosions et en vannes bas de plafond. Une petite gourmandise qui laisse un très bon goût en bouche, idéal pour un après-midi lecture avec un bon chocolat chaud. Et franchement, par les temps qui courent, on ne demande pas plus.

Atomic Robo est édité par Casterman dans sa collection Paperback. Le premier volume est sorti le 23 janvier dernier et le second est disponible depuis le 5 juin 2019 dans toutes les librairies. 

Ceci est un article publié dans le cadre d'un partenariat. Mais c'est quoi un partenariat Ecran Large ?

 

photo Atomic Robo© 2019 Casterman / Wegener - Clevinger

photo Atomic Robo© 2019 Casterman / Wegener - Clevinger

commentaires

Marc
07/06/2019 à 15:03

ATOMIC ROBO une adaptation cinéma !? un air de IRON MAN , Si je tombe dessus je le lirais Bon ciné .

votre commentaire