Horizon : Zero Dawn , une aventure fantastique entre Tomb Raider et Terminator à ne surtout pas manquer

Geoffrey Crété | 23 mars 2017 - MAJ : 09/03/2021 15:58
Geoffrey Crété | 23 mars 2017 - MAJ : 09/03/2021 15:58

Tomb Raider, Transformers, Game of Thrones, Starship Troopers, Matrix ou même Westworld... Horizon : Zero Dawn rappelle beaucoup de choses. Mais il offre d'abord une aventure trépidante, passionnante et étourdissante, centrée sur une héroïne qui affronte des robots plus ou moins gigantesques, nouveaux maîtres d'une Terre désolée qui cache de bien étranges mystères. Test de cette belle surprise, sur Playstation 4.

RISE OF THE METAL RAIDER

Il y a un moment dans Rise of the Tomb Raider où Lara Croft découvre une immense vallée perdue, peuplée non pas de dinosaures à abattre pour accéder à la tombe de Qualopec, mais d'une tribu isolée, quasiment revenue à l'âge de pierre. Là, elle rencontre Sofia, une chasseuse déterminée, armée d'un arc et d'une chevelure rousse.

Le portrait craché d'Aloy, l'héroïne d'Horizon : Zero Dawn, qui partage avec la célèbre aventurière ce goût de l'aventure, cette idéalisme farouche et cette indépendance inébranlable. Ce n'est pas le seul aspect qui rappelle Tomb Raider, mais ce n'est ni une faiblesse ni un problème : l'aventure qui s'ouvre ici est inédite, follement excitante et spectaculaire.

 

 

 

METAL HURLANT

Derrière le décor d'une nature sauvage, tour à tour verdoyante et enneigée, il y a un univers insoupçonné : l'herbe et les roches cachent du métal et des câbles, enfouis dans les profondeurs d'un paysage qui n'a de classique que les apparences. Paria d'une tribu installée dans une nature sauvage, écartée pour de mystérieuses raisons et élevée par un chasseur devenu un père d'adoption, la petite Aloy tombe accidentellement dans les entrailles high tech de sa terre natale, où la poussière masque à peine la modernité oubliée et crainte de ces vestiges.

L'énigme est encore complète pour l'héroïne en devenir, mais elle y trouve un "focus", un instrument qui lui permet de mieux voir, comprendre et déchiffrer l'environnement hostile. Car la terre d'Aloy est un monde extraordinaire : les lapins et sangliers partagent la scène avec des monstres métalliques aux carcasses plus ou moins gigantesques. Des versions robotisées et féroces d'antilopes, araignées, oiseaux, bufles, rhinocéros, crocodiles ou encore dinosaures, installés dans les prairies et les déserts, prêts à attaquer et piétiner les malheureux humains. Hier amicale, cette faune métallique est devenue hostile, rompant l'équilibre de ce monde. Car quelques chose de monstrueux se prépare.

 

PhotoUne certaine idée de la grandeur à venir

 

LA GUERRE DU METAL

La mécanique est bien connue : évoluer dans un monde ouvert sous une météo changeante (éclaircies, neige, pluie, brouillard, nuit et jour, qui alternent de manière très brutale), poursuivre une foule de quête plus ou moins importantes et originales, collecter des matériaux, développer les compétences et l'arsenal du personnage, et choisir d'avancer à son rythme dans l'intrigue.

Avec les feux de camp pour sauvegarder, les "tours" à gravir pour éclaircir la carte, les parois à escalader, le programme est même très classique. Horizon : Zero Dawn reprend une formule solide sans y apporter beaucoup, mais l'exploite avec une efficacité et un savoir-faire formidable : l'immersion est immédiate et la prise en main, d'une simplicité fantastique. Une fois la manette en main, difficile de ne pas être aspiré par l'aventure.

 

Photo Le focus, votre meilleur ami

 

Des paysages désertiques aux forêts ombragées, des combats explosifs aux phases d'infiltration, du tir à l'arc aux armes surpuissantes, de la mythologie au coeur de l'histoire aux simples quêtes secondaires, le jeu de Guerilla Games (Killzone) déploie une énergie considérable pour combler, emporter et satisfaire.

L'exploration libre est un régal pour les yeux et offre quantité de défis et secrets. Les combats sont grisants, avec différentes approches possibles et des armes excellentes. Il sera possible d'exploiter les faiblesses de l'ennemi et les avantages du décor de manière très satisfaisante, et même détacher des pièces des bêtes pour les utiliser contre elles, offrant régulièrement la sensation d'affronter un boss redoutable alors que ce n'est qu'une rencontre malheureuse dans la nature. L'aventure s'amusera en outre avec la mise en scène des combats pour éviter de trop se répéter, surprenant parfois le joueur qui a pris ses habitudes.

 

PhotoGalvanisant

 

HORIZON RELOADED

L'univers de Horizon : Zero Dawn s'étire d'abord entre un Game of Thrones (des forteresses, des tribus, des luttes de pouvoir, des transitions du désert aux cimes enneigées, et même un Mad King qui a traumatisé le peuple) et une fable typée young adult (dans un décor post-apocalyptique mystérieux, Aloy passe une épreuve entre ados à la Hunger Games, puis découvrira la vérité derrière cette réalité pas si naturelle façonnée par de méchants adultes). Il y a un air évident de Far Cry dans l'expérience, et même un parfum de Shadow of Colossus lorsqu'il sera nécessaire de grimper sur la carcasse d'une longue créature métallique en mouvement.

Mais Horizon : Zero Dawn gagne une dimension insoupçonnée et merveilleuse lorsqu'il deviendra possible, puis indispensable, de plonger dans les entrailles du décor. Du bleu, vert et jaune, la palette de couleurs passe au violet, bleu et rouge, et l'immensité à ciel ouvert laisse place à un sentiment anxiogène. Ces phases particulièrement excitantes, où Aloy découvre peu à peu la dimension étourdissante de son monde, évoquent alors Matrix et Westworld, surtout si l'héroïne traverse des étendues désertiques dignes de Monument Valley sur le dos d'une créature mécanique avant d'ouvrir une porte secrète derrière des roches. 

 

PhotoL'autre facette de la beauté du jeu

 

Construits comme des niveaux quasi indépendants (avec un boss et parfois quelques surprises épiques), ces zones appelées creusets permettent de débloquer le piratage des créatures : une compétence indispensable pour s'éviter quelques combats mais également orchestrer des affrontements titanesques entre ces nouveaux alliés et leurs anciens compagnons. Le plus malin pourra même s'arranger pour utiliser ces soutiens de poids afin de remporter des défis spéciaux - nettoyer une zone de ses créatures surpuissantes dîtes corrompues.

Mais ces creusets ouvrent surtout une fenêtre fascinante sur la mythologie d'Horizon : Zero Dawn, laissant au joueur l'occasion de pénétrer dans une machinerie impressionnante et captivante, aux airs de vaisseau spatial - et qui ressemble curieusement à Mass Effect : Andromeda d'ailleurs. Ramper dans des conduits et piétiner des câbles semblables au réseau sanguin d'un monstre titanesque procure une sensation folle, d'autant plus marquante que l'environnement est simplement magnifique. Ces moments permettent en outre d'équilibrer l'aventure en offrant des parenthèses sombres, angoissantes et particulièrement tendues. Dès lors que ces zones apparaissent, le jeu gagne une profondeur et une dimension absolument fascinantes.

 

Photo Des jeux de couleurs renversants

 

MYSTIC METAL 

De simple divertissement enthousiasmant et spectaculaire, Horizon : Zero Dawn passe ainsi du côté de l'aventure profondément passionnante. A mesure que l'histoire se déplie, la mythologie gagne une dimension grandiose et palpitante. Rien de profondément original certes, mais une exploration saisissante de thématiques classiques, comme l'écologie, le fanatisme et l'escalade technologique. Là encore, le jeu offre une somme de visions hallucinées, des hologrames grésillants derrière des stalactites à une carcasse monumentale de serpent de fer qui sort de la montagne.

Il résiste en outre à la tendance de la destruction massive qui a gangréné les Uncharted et Tomb Raider : Aloy a beau explorer des ruines et gravir des montagnes de métal fragile, il n'y a pas de séquence de catastrophe bruyante où le décor s'écroule comme un château de cartes. 

 

Photo Un moment qui laisse bouche bée

 

Si l'animation des visages est parfois moyennement convaincainte, le doublage de très grande qualité permet aux personnages de prendre vie. Particulièrement Aloy, héroïne classique mais profondément émouvante et intéressante. Elle est sans nul doute l'un des personnages les plus solides et engageants présentés ces dernières années.

La roue des dialogues à la Mass Effect n'est guère subtile, voire utile, mais l'évolution de l'héroïne est très satisfaisante et parfaitement maîtrisée. C'est pour cette raison notamment que lorsqu'arrive le temps des révélations, le coeur est serré. La fin se révèle notamment très belle, avec une maîtrise enthousiasmante de la narration et des codes du grand spectacle.

C'est aussi pour ça que les faiblesses du jeu restent mineures à l'échelle de l'aventure. Notamment les phases d'escalades artificielles et plates (avec une Aloy qui grimpe de manière surréaliste et refuse de s'accrocher hors des zones prévues), et l'arrivée dans la deuxième partie d'un personnage qui l'aide via son focus, rejouant une mécanique exploitée de trop nombreuses fois ailleurs. C'est bien trop peu pour abîmer l'épopée, magnifiquement épique et prenante, en partie grâce à une bande originale superbe.

 

PhotoUn de ces moments où on s'arrête, et respire

 

L'AGE DE L'EXTINCTION

Derrière le titre énigmatique d'Horizon : Zero Dawn se cache ainsi un jeu fantastique. Qu'on affronte un robot géant semblable à un insecte alien de Starship Troopers, qu'on s'infiltre dans une forteresse pour abattre des malfrats, qu'on galope à travers le Far West sous les yeux menaçants de gignatesques vautours métalliques, qu'on rampe dans les ruines high tech glacées d'un centre scientifique, qu'on grimpe dans les cimes enneigées ou qu'on marche dans les sous-bois humides, le voyage est fascinant et fabuleux.

Le voyage aux côtés d'Aloy se révèle ainsi absolument fantastique et épique, visuellement splendide, et parfaitement agréable à jouer. Le plaisir grandit avec les heures, à mesure que la mythologie passionnante se dévoile, rejouant de grandes et terribles thématiques sur la nature humaine. Et lorsque la fin arrive, il n'y à qu'une envie : replonger dans ce monde incroyable pour chasser de nouvelles machines et arpenter les recoins de cette nature sauvage. En espérant que la suite évoquée en conclusion se concrétise.

 

Affiche

 

Résumé

Avec un monde ouvert enthousiasmant et surtout un univers fascinant et bien moins simple qu'il n'y paraît, Horizon : Zero Dawn offre une aventure passionnante et sensationnelle, d'une beauté renversante et d'une richesse qui donne constamment l'envie de reprendre la manette. Foncez.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(0.0)

Votre note ?

commentaires
mikegyver
24/03/2017 à 13:43

je confirme, le jeu est splendide.

85 heures dessus, et depuis je suis comme un con, les autres jeux paraissent fades.....

....j'ai envie de savoir la suite de l'histoire, mais surtout le debut, ils peuvent meme faire une prequelle , bref un univers qui donne envie.

JC
23/03/2017 à 16:28

''Il y a un moment dans Rise of the Tomb Raider où Lara Croft découvre une immense vallée perdue, peuplée non pas de dinosaures à abattre pour accéder à la tombe de Qualopec, mais d'une tribu isolée, quasiment revenue à l'âge de pierre. Là, elle rencontre Sofia, une chasseuse déterminée, armée d'un arc et d'une chevelure rousse.''


Depuis que je regarde les vidéos de gameplay de ce jeu , je me demandais à qui Aloy me faisait penser... J'espère que Square Enix ne va pas faire un procès à Guérilla pour ce ''petit plagiat''.

Geoffrey Crété - Rédaction
23/03/2017 à 15:21

@foxpy

C'est vrai que la musique d'Horizon est très belle. Et l'aventure est définitivement marquante et engageante d'un point de vue émotionnel, totalement d'accord...

foxpy
23/03/2017 à 15:03

Plus grosse claque émotionnelle depuis The Last Of Us pour des raisons similaires : attachement immédiat au charisme de l'héroine principale, une OST sublime, des décors "post-humanty" d'une richesse absolue, et la jouabilité action-rpg addictive dés le départ contrairement à d'autres jeux du même genre. Vous n'oublierez pas l'aventure d'Aloy, Sony a réalisé un trés trés grand jeu.

postman
23/03/2017 à 13:54

effectivement, un très bon jeu qui est en plus techniquement au poil

votre commentaire