GTA 5 : vue subjective et prostitution, le patron de Take Two répond

Simon Riaux | 20 novembre 2014
Simon Riaux | 20 novembre 2014

La saga GTA est connue pour sa violence et sa dimension sulfureuse, sources de nombreuses polémiques ces dernières années. Un feu qui pourrait bien se rallumer avec l'arrivée d'une vue à la première personne dans le portage next-gen du dernier épisode, GTA 5.

Interrogé sur Bloomberg TV, le patron de Take Two a dû répondre à une question concernant la possibilité de solliciter dans le jeu les services de prostituées, puis de les assassiner froidement. Activité rendue nécessairement plus immersive par la nouvelle vue subjective.

« Je ne vois pas du tout cela ainsi. Il s'agit là d'un cadre criminel. Dans un monde totalement factice, underground. C'est de l'art. Et un art que j'aime. Tout cela n'est pas dénué de beauté, mais à nouveau, nous parlons d'un univers brutal.

(…)

N'oublions pas pour autant que nous sommes au coude à coude avec les majors du cinéma ou les séries télé qui explorent ce type d'univers. Donc oui, il est dur, car il est « criminel ».

Toutefois, vous avez à votre disposition des centaines d'heures de jeu. Les gamers se sont lancés dans Grand Theft Auto Online depuis plus d'un an et il y a énormément de choses à y faire, le tout dans un environnement incroyablement excitant. Est-il trop rude pour certains ? Absolument. »

Des propos frappés au coin du bon sens, qui rappellent avec justesse à ceux qui feraient mine de l'oublier que GTA 5 ne s'adresse ni aux plus jeunes, ni aux personnes sensibles et qu'il met en scène un univers certes pétri d'auto-dérision, mais également d'une violence constante.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Frank Castle
20/11/2014 à 17:48

Et qui se veut d'un réalisme de plus en plus poussé...

votre commentaire