The Legend of Zelda : Ocarina of Time 3D

Raphaël Carlier | 8 août 2011
Raphaël Carlier | 8 août 2011

Alors que la série Zelda s'apprête à souffler ses 25 bougies, c'est une refonte de Ocarina of time sorti en 1998 sur Nintendo qui débarque, de quoi émouvoir les joueurs les plus nostalgiques et pourquoi pas, ravir les nouveaux venus.

 


 

 

Voyage initiatique

 

Vieille de treize ans, la version Nintendo 64 marquait un tournant dans la série. Premier Zelda en trois dimensions, Ocarina of Time était aussi un jeu plein de trouvailles, que ce soit pour sa prise en main ou son univers et ses personnages. Le scénario, voit un Link encore enfant et sa fée Navi (tiens donc) convoqués par le vénérable Arbre Mojo. Héros malgré lui, le jeune Link doit délaisser l'enivrante forêt des Kokiri et embrasser sa destinée. C'est ainsi qu'il rencontre la princesse Zelda qui lui annonce que d'obscures forces menacent l'équilibre d'Hyrule. S'ensuit alors une quête riche en rebondissements et rencontres de personnages attachants.

 


 

 

Intemporel

 

Du côté des mécanismes du jeu, force est de reconnaître qu'après une bonne décennie ils n'ont pas pris une ride. Tout d'abord l'aventure, très longue, suit Link de l'enfance jusqu'à l'âge adulte dans un environnement complètement ouvert : les plaines d'Hyrule débouchant sur de nombreuses régions comme la forêt des Kokiri, le lac Hylia, le Château, la vallée Gerudo, et autres donjons. Si le cycle jour/nuit et la gestion du temps renforcent l'immersion, c'est aussi un élément important pour la résolution des quêtes et la découverte de cet univers enchanteur. Un coup de génie à l'époque toujours aussi efficace. Certaines quêtes n'étant réalisables qu'à certaines heures de la journée tandis que les ennemis changent en fonction qu'il fasse jour ou nuit. Le tout est accompagné par une prise en main quasi parfaite, encore plus intuitive sur 3DS. Link s'avère très agile et maniable, les combats sont dynamiques, et l'écran tactile exploité à merveille. L'inventaire est beaucoup plus facile d'accès comme l'utilisation de certains objets accessibles en un clin d'œil. Le jeu profite aussi d'une fonction gyroscopique qui permet de zyeuter les environs ou viser au lance-pierre en bougeant sa console dans l'espace. La visée s'avère ainsi diablement précise, à condition de désactiver l'affichage en 3D qui vous incite à rester bien en face de l'écran. Enfin, les énigmes toujours aussi corsées ne vous forceront plus à abandonner l'aventure et chercher la solution sur internet puisque des pierres magiques vous livreront quelques indices très précieux sous forme de vidéos concernant certaines zones. Une aide plus que bienvenue.

 


 

 

Sublime

 

Bien évidemment la réalisation de ce remake s'avère tout bonnement somptueuse. Loin d'être un copié-collé de la version Nintendo 64, la partie graphique subit une refonte nécessaire pour un sans-faute artistique et technique, de la modélisation aux textures en passant par les effets de lumière très réussis. Reste enfin le débat de l'apport de la 3D. Une fois n'est pas coutume les détracteurs comme les amateurs pourront apporter de l'eau à leur moulin. Du côté des défauts, il vaut mieux éviter de régler la 3D au maximum, la 3D accélère la fatigue visuelle, impossible de viser correctement en visée gyroscopique, un peu de ghosting par ci par là... Mais franchement quelle immersion ! Que ce soit dans des endroits ouverts ou plus confinés l'effet est saisissant, et apporte une touche onirique que ce soit dans le village Kokiri ou lors de chevauchées dans les plaines d'Hyrule en selle sur Epona. Une réalisation de tout premier ordre renforcée par la bande sonore très agréable, qui s'avère être aussi une partie intégrante du jeu puisqu'il faut connaître certaines mélodies à jouer avec l'Ocarina lors de passages spécifiques. Heureusement la partition s'affiche désormais sur l'écran tactile.

 

Il est étonnant, et plutôt ironique, que le jeu le plus indispensable de la console portable de Nintendo soit le remake d'un jeu vieux de plus de dix ans. Mais qu'importe, le redécouvrir dans ces conditions, c'est un fantasme de fan qui aboutit, en étant une occasion immanquable pour les autres de découvrir un jeu intemporel. Novateur à l'époque, brillant aujourd'hui.

 

 


 

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire