Fable III : Menez la révolution

Raphaël Carlier | 22 novembre 2010
Raphaël Carlier | 22 novembre 2010

Alors qu'il a fallu attendre 4 ans entre Fable premier du nom et sa suite, ce troisième opus débarque tout juste après 2 ans d'attente. Un délai suffisant pour créer l'excitation et proposer de réelles nouveautés ?

 

 

Une révolution ?

 

Débutant l'aventure en tant que frère/sœur du roi tyrannique d'Albion, vous aurez tôt fait de quitter le château familial en vue de trouver des alliés et mener une révolution en bonne et due forme. Néanmoins les mécanismes du jeu ne changent pas, certains éléments étant même supprimés ou rendus plus faciles d'accès. Interagir avec les villageois en vue d'en faire des amis ou amants s'avère moins ludique que par le passé, tout comme l'exploration des villes et les quêtes un peu moins farfelues. En revanche la narration est plus soignée, et l'immersion renforcée en partie grâce au don de la parole dont jouit enfin votre héros.

 

 

Le sanctuaire

 

Fini les navigations laborieuses dans le menu ou l'inventaire. D'une simple pression sur la touche Start vous voici dans le sanctuaire du héros, une pièce secrète qui déguise en fait un menu interactif. La pièce principale vous permet de naviguer sur la carte d'Albion (et d'Aurora, un tout nouveau continent) en vue de gérer vos biens immobiliers, consulter les quêtes, ou simplement voyager vers le lieu souhaité ; pratique ! D'autres pièces vous proposent de consulter votre armement, vos tenues ou coiffures, votre trésorerie (un tas d'or plus ou moins conséquent) et enfin vos statistiques multijoueur. Car l'anecdotique coopération proposée dans Fable II est désormais remplacée par un mode coopératif plus digne de ce nom, invitant un autre héros à venir interagir dans votre monde et vice versa.

 

 

Dilemmes cornéliens

 

Comme le sous-entend votre rang, le trône vous tend les bras. Mais au-delà des apparences, diriger un royaume s'avère plus complexe qu'il n'y paraît. Avec une menace séculaire sur les bras et l'anéantissement de l'Albion en approche, il ne fait pas bon d'être souverain. Vos choix seront guidés par deux voies : Être le bienfaiteur de l'Albion au risque de perdre quasiment tous ses habitants, ou devenir en apparence un tyran comme votre despote de frère pour sauver le royaume. A vous de façonner votre monde et d'en assumer les conséquences.

 

 

Après un Fable II fantastique, cette révolution déçoit un tantinet, en privilégiant l'accès au plus grand nombre au détriment de la profondeur. Le jeu de Lionhead continue d'explorer un gameplay basé sur les choix moraux et les interactions sociales, effleurant le potentiel d'un prochain Fable, celui de la maturation ? Mais ne boudons pas notre plaisir, si l'aventure principale est toujours très courte, les à côtés proposent une immersion dans une univers bourré de charme pendant plus d'une trentaine d'heures, ce qui est déjà pas mal !

 

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire