Alan Wake : Un incontourable Xbox

Raphaël Carlier | 29 juin 2010
Raphaël Carlier | 29 juin 2010

Véritable artésienne, Alan Wake a connu une longue période de gestation (5ans) permettant à l'équipe de Remedy (Les Max Payne) de peaufiner leur jeu afin de proposer aux joueurs l'expérience la plus aboutie possible. Comme vous avez lu notre preview (par ici), vous connaissez déjà les prémices de l'histoire.

 

 

De Twin Peaks à Stephen King

 

Si vous avez lu au moins une fois un roman de Stephen King (ou vu une adaptation), ou si vous êtes un inconditionnel du film et de la série de David Lynch, Twin Peaks, l'affiliation avec l'histoire et l'ambiance d'Alan Wake est évidente. L'action prend place dans la bourgade de Bright Falls, une petite ville américaine très banale avec ses forêts et son lac. Les habitants, qui se connaissent tous, cachent leurs petites histoires que le scénario effleure, les rendant aussi attachants qu'inquiétants. La ville possède dans son histoire son lot de mystères et de disparitions ; de quoi guérir le syndrôme de la page blanche de ce cher Alan ? Pas sûr. A peine arrivé dans votre chalet votre femme, Alice, disparaît et une étrange entité grandit dans l'obscurité, prenant possession des malheureux qui entravent sa route.

 

 

Linéaire mais maîtrisé

 

Au départ, Alan Wake était conçu comme un jeu dit "bac à sable", un monde ouvert dans lequel le joueur évoluait librement, faisant évoluer l'histoire à son rythme. Une idée complètement délaissée par les développeurs afin de mieux se concentrer sur l'histoire. Le cœur du gameplay est relativement simple : éclairer les ennemis avec une torche et les faire disparaître avec la meilleur arme possible, du révolver au lance-fusée. Le jeu lui même est une succession de niveaux alternant exploration diurne, et shoot nocturne. Seulement voilà, la recette fonctionne avec brio ! L'ambiance du titre est envoûtante, la maniabilité au poil, et la narration excellente, on s'attache aux personnages et une seule chose compte : sortir de cet enfer et arriver au bout de l'histoire.

 

 

Au cœur de la nuit

 

Si les quelques scènes diurnes vous permettent d'en apprendre plus sur Bright Falls et ses habitants, la majorité du jeu se déroule de nuit. Un choix justifié par la narration, qui permet de plonger Alan et le joueur en plein cauchemar... Les arbres frémissent, des voix se font entendre, la brume envahit les bois de plus en plus sombres, l'ambiance est saisissante, quasi terrifiante, appuyée par une mise en scène maîtrisée. Oscillant entre fantastique et drame psychologique, on apprécie le travail du scénariste Sam Lake, et des développeurs afin de placer la narration au cœur d'un jeu qui ne manque pourtant pas d'action.

 

 

On l'avoue, Alan Wake est répétitif et linéaire. Mais bouder le jeu sur ces seuls critères serait injuste. La qualité de la narration et de la mise en scène (très inspirée façon série TV) en font une expérience marquante et incontournable. A la fin de cette expérience éprouvante, on ne souhaite qu'une chose : renouer avec les personnages et découvrir la suite au plus vite !

 

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire