Bad Company 2 : Tout le monde rempile

Raphaël Carlier | 11 avril 2010
Raphaël Carlier | 11 avril 2010

Le premier Bad Company, sorti en juin 2008, symbolisait l'incursion de DICE parmi les FPS consoles, et proposait une alternative solo à la série des Battelfield (1942, 2142, et toute la série). Avec un solo très décalé (hilarant et s'inspirant clairement du film Les rois du désert) et un multi solide, le jeu rencontra un fort succès critique et public. La suite semble aussi bien partie puisque Bad Company 2 s'est déjà vendu à 2,3 millions d'exemplaires.

 

 

 

Battlefield : Modern Warfare


Si la campagne solo a su créer la surprise avec le premier volet, elle représente la déception du second. Plus linéaire et plus spectaculaire (le carton des deux Modern Warfare n'y est pas étranger), le jeu relègue l'humour au second plan au profit d'une histoire plus sérieuse. Dommage. Heureusement certaines missions vous font progresser sur des cartes très ouvertes et le moteur Frostbite offre la possibilité d'éradiquer purement et simplement tous les bâtiments de la carte dans des ambiances très variées (Jungle humide, Montagne enneigée, Désert) ! Et si on fulmine à cause de l'absence totale du légendaire thème de Battlefield, les bruitages sont d'une très grande qualité. Heureusement la fin du jeu promet du très lourd pour le 3e Bad Company.

 


L'essence du multijoueur


Les développeurs ont soigné leur copie côté multi, au point d'en faire un modèle du genre. Cette fois pour débloquer de l'équipement il vous faut progresser dans chacune des classes (Assaut, Ingénieur, Médecin, Éclaireur, Spécialiste en véhicules). Ce système est plus équilibré même si on peste lorsqu'on affronte des joueurs de niveau double voire triple, et bien mieux équipés. Les véhicules sont toujours de la partie (Hélico, Tank, Jeep) et accueillent les nouveaux Quads et Drônes de combat (peut-être la meilleur nouveauté). Les cartes sont toujours très bien conçues tant pour l'attaquant que le défenseur et s'inspirent du solo pour offrir des lieux dépaysants. Enfin, le mode extrême est une variante du mode hardcore de Call of Duty : absence du viseur et de minicarte, ennemis plus fragiles et armes plus létales.


En dépit de la petite déception côté solo, Bad Company 2 est plus maîtrisé que son aîné et s'impose comme un des meilleurs jeux multijoueurs du moment aux côtés de Modern Warfare 2 et MAG, pour peu que l'on aime la guerre moderne bien sûr.

 

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire